Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Bilan de l’actu du 2 au 7 août

Actu PSG de la semaine : Pastore, transferts, jeunes

lundi 8 août 2011, par Gauthier B., Vivien B.

Actu PSG de la semaine : Pastore, transferts, jeunes

Pour être sûr que vous n’ayez rien raté de l’actualité du PSG cette semaine, nous vous proposons une synthèse récapitulative, sujet par sujet. Pour en savoir plus sur un point précis, vous n’avez qu’à suivre les liens.

Absent ou peu disponible ces derniers jours ? Nous vous offrons une séance de rattrapage.

Transfert et rumeurs de transferts, matches des pros et des équipes de jeunes, infos diverses : toute l’actu du PSG du 2 au 7 août 2011 en bref.

Les faits majeurs du 2 au 7

Le transfert au PSG de Javier Pastore

- Javier Pastore a signé au PSG. Samedi après-midi, le PSG a annoncé que Javier Pastore a signé un contrat de cinq ans. (voir Transferts : Javier Pastore a signé au PSG (officiel))

- Javier Pastore présenté à la presse lundi. Présenté au Parc des Princes samedi, à quelques minutes du coup d’envoi de PSG-Lorient, Javier Pastore donnera sa première conférence de presse lundi au Parc des Princes, à 15h30. En attendant, il a participé à son premier entraînement dimanche matin au Camp des Loges.

- Pastore devrait débuter en septembre. Pas encore arrivé, Javier Pastore suscite déjà de l’impatience. Mais il faudra encore patienter plusieurs semaines avant de le voir évoluer avec le PSG. « Il a fait la Copa America [en juillet] et il sort de deux semaines de vacances, rappelle Antoine Kombouaré dans le Parisien. Donc pour lui, si tout se passe bien avec une préparation logique, on ne le verra pas avant septembre. »

- Les stats de Pastore à Palerme. « Javier Pastore fut impliqué dans 24 buts lors de ses 69 matches de Serie A avec Palerme : 14 buts, 10 passes décisives », indique Opta.

- « Pastore aime évoluer en tant que meneur de jeu électron libre. » Ce vendredi, dans le Parisien, l’ancien attaquant argentin Omar da Fonseca évoque le jeu de son compatriote Javier Pastore : « [Il] aime évoluer en tant que meneur de jeu électron libre, capable de se promener sur toute la largeur du terrain. Pastore intervient beaucoup plus bas sur le terrain, il aime avoir le jeu face à lui, profiter des fausses pistes créées par ses attaquants. En fait, il brille surtout par sa vista, son sens de la passe. Il adore faire des une-deux par exemple. Mais n’attendez pas de lui qu’il élimine des adversaires dans un mouchoir de poche. Ce n’est pas un grand dribbleur. Rien à voir avec des joueurs comme Messi, Tevez ou Aguero, qui sont tous des petits gabarits très rapides. Lui mesure 1,87 m. »

- Piazza : « Pastore me rappelle Platini. » Dans France Football, l’ancien Stéphanois Oswaldo Piazza évoque l’arrivée de son compatriote Javier Pastore à Paris : « Je pense que le PSG a fait une bonne affaire. C’est un joueur différent, comme on n’en voit plus tellement. […] Il possède une vision du jeu très ample. Il cherche toujours à donner la meilleure passe possible. C’est un joueur doté d’une grande habileté. La vitesse n’est pas sa qualité, mais il sait prendre une décision rapidement pour mettre le ballon où il le veut. Il me rappelle beaucoup Michel Platini en ce sens-là. Quand il porte le balle, il semble faire des pauses, marquer le rythme de son équipe. Sa marge de progression est énorme. »

- Chelsea a-t-il fait une offre pour Pastore ? Oui, d’après le Parisien du 29 juillet : « Le club de la capitale est sur le point de souffler le prodige argentin Javier Pastore à Chelsea […]. Les pétrodollars du prince héritier du Qatar sont donc plus lourds que ceux de Roman Abramovitch […]. Hier, l’oligarque russe, propriétaire de Chelsea, n’a pas souhaité surenchérir. » Non, d’après le Parisien du 5 août : « Le PSG a-t-il vraiment “doublé” Chelsea ? Non. Le club anglais n’a jamais formulé d’offre officielle, car Pastore n’était pas son premier choix. Il y a bien eu des discussions entamées avec le club italien et l’agent du joueur, mais les dirigeants des Blues ont vite été refroidis par les prétentions de Maurizio Zamparini. Un véritable coup de bluff du rusé président de Palerme, qui n’a pas hésité à “instrumentaliser” Chelsea pour faire monter les enchères. »

Rumeurs de transferts : les arrivées

- Une offre de 20 M€ pour Berbatov ? Interrogé mardi soir sur Direct8, à l’issue du match amical entre l’OM et une sélection de Manchester United, Alex Ferguson a laconiquement répondu « oui » à la question : « Dimitar Berbatov pourrait-il venir au PSG ? » Lundi soir, The Daily Mirror annonçait que « le PSG serait prêt à proposer £18m [soit 20,6 M€] » à Manchester United pour recruter l’attaquant bulgare.

- Dimitar Berbatov intéressé par le PSG ? « La piste parisienne ne laisse pas indifférents le joueur et son entourage, séduits par le nouveau projet du club, assure le Parisien ce jeudi. Ils attendent désormais un signe de Leonardo. Le PSG version QSI pourrait sans problème offrir un salaire important à Berba, qui touche 115 K€ brut par semaine, hors prime. Pour Manchester United, qui demanderait selon les médias anglais environ 15 M€ pour le meilleur buteur de Premier League l’an passé (21 buts), ce serait aussi un moyen de récupérer un peu d’argent sur un joueur acheté 38 M€ en 2008. »

- Berbatov : Ferguson revient sur ses propos. Mardi, à l’issue d’un match amical entre l’OM et une sélection de Manchester United, Alex Ferguson avait laconiquement répondu « oui » à la question : « Dimitar Berbatov pourrait-il venir au PSG ? ». Ce samedi, le manager mancunien a démenti les rumeurs de départs de son attaquant bulgare : « C’est absurde. Il n’y a absolument aucun intérêt, ni volonté de notre part. » Il explique sa réponse à l’antenne de Direct8 par un malentendu : « Je pensais que [la journaliste] me posait une question sur nos chances pour la saison. » (source : skysports.com)

- Le PSG s’intéresserait toujours à Torje. « Selon nos informations, le Paris Saint-Germain est prêt augmenter son offre pour le jeune Roumain du Dinamo Bucarest Gabriel Torje, assure RMC Sport. Après avoir émis une première offre de 5 millions d’euros, le PSG serait prêt à proposer 8 millions d’euros pour celui qu’on surnomme le “Messi roumain”. Le président du Dinamo en demande 10 millions d’euros mais serait prêt à débuter une discussion à partir de 8 millions. Des clubs russes se sont aussi renseignés récemment. D’autres grands clubs européens sont toujours sur le dossier. »

- L’agent de Cristian Rodriguez parle du PSG. Dans O Jogo, l’agent de Cristian Rodriguez assure qu’un transfert au PSG fait partie des possibilités pour l’ancien Parisien, qui évolue aujourd’hui à Porto. (source : lequipe.fr)

- La rumeur du jour : Joe Cole. Après Berbatov hier, c’est au tour de Joe Cole d’être annoncé outre-Manche comme une piste suivie par le PSG. Ce vendredi, The Sun croit savoir que le PSG s’intéresse au milieu de Liverpool, âgé de 29 ans.

- L’agent de Zarate dément tout contact avec le PSG. Joint par RMC Sport, Giuseppe Bozzo, l’agent de Mauro Zarate, a démenti tout contact avec le PSG au sujet de l’attaquant argentin : « Pour la Lazio, Zarate est intransférable à moins d’une offre supérieure à 20 M€. Et jusqu’à maintenant, aucun équipe européenne ne souhaite dépenser cette somme pour Zarate. Le PSG n’a pas besoin de Zarate puisqu’il a déjà acheté Ménez et Pastore.J’ai rencontré Leonardo à Londres pendant l’Emirates Cup, il connaît les joueurs dont je m’occupe. Et s’il avait été intéressé par Zarate, il m’en aurait parlé. »

- Kharja : « Si Leonardo me cherche… » Recruté par Leonardo à l’Inter Milan la saison dernière — en prêt —, Houssine Kharja est de retour au Genoa cet été. Sur francefootball.fr, le milieu international marocain évoque le départ de son ancien entraîneur et son arrivée au PSG : « Si Leonardo était resté, aurais-je continué à l’Inter ? Oui, je pense. C’était pratiquement sûr. […] Je n’ai pas eu de contact direct avec le PSG. S’il y en avait eu, ça aurait été pour moi avec grand plaisir. C’est un club ou j’ai évolué depuis petit, qui a été parmi les meilleurs clubs européens à l’époque. Aujourd’hui, avec les nouveaux investisseurs, un très bon directeur sportif comme Leonardo, les très bonnes recrues qui ont été engagées, ce club a de l’ambition. J’espère qu’il va revenir à haut niveau. […] Est-ce que ça peut peut-être encore se faire ? Il faut demander à Leonardo. Je l’ai juste eu au téléphone pour lui souhaiter bon courage. On n’a jamais évoqué l’éventualité d’un transfert. S’il me cherche, Leo sait où me trouver. (rires) »

- Moussa Sissoko aurait aimé signer au PSG. Annoncé en contact avec le PSG, Moussa Sissoko est finalement resté à Toulouse cet été. Il confirme dans L’Équipe que le challenge l’aurait pourtant intéressé : « Si j’avais eu l’opportunité d’y aller, j’y serais allé. Le PSG a un grand projet. […] Si je n’ai pas été choisi, c’est qu’il devait me manquer certaines choses. […] Il faut que je sois plus régulier et plus décisif. C’est à moi de bosser pour, l’an prochain, trouver un grand club. »

- Leonardo n’aurait pas fait d’offre pour Ganso. Alors que L’Équipe et le Parisien ont annoncé le mois dernier que le directeur sportif du PSG avait fait plusieurs offres à Santos pour recruter Ganso — la dernière d’un montant de 40 M€ —, le président du club brésilien, Alvaro Luis Ribeiro, a affirmé à Sky Sports n’avoir jamais reçu de proposition : « Il n’y a eu aucune offre de Leonardo, il m’a appelé quand j’étais à Paris et nous avons parlé. Il a parlé de Neymar comme d’un joueur essentiel, mais j’ai dit non et nous nous sommes dit au revoir. »

- Bougherra n’ira pas au PSG. Madjid Bougherra [1], défenseur central des Rangers (Écosse) qui pourrait prochainement signer à Lekhwiya (Qatar) — battu 2-0 par l’équipe réserve du PSG lors de son deuxième match de reprise, mercredi dernier —, explique dans France Football ce mardi qu’il était à deux doigts de signer au PSG durant l’été : « On m’a présenté le projet et j’ai directement dit oui. Quand on regarde ma carrière [Gueugnon (L2), Crewe Alexandra (D2 anglaise), Sheffield Wednesday (D2 anglaise), Charlton (D1 puis D2 anglaise), Rangers (D1 écossaise)], il y a une progression logique et cohérente : je pouvais ainsi revenir par la grande porte en France. […] On m’a demandé d’attendre l’arrivée de Leonardo. Hélas, deux personnes m’ont mis des bâtons dans les roues. » Selon le bi-hebdomadaire, il s’agit… du directeur sportif et de l’entraîneur du PSG, qui n’auraient pas été convaincus. Cela s’est décidément joué à très peu de choses.

Rumeurs de transferts : les départs

- Armand et Camara pourraient finalement prolonger. Annoncé sur le départ, Zoumana Camara pourrait finalement prolonger son contrat, qui se termine en juin prochain. « Le PSG devrait [lui] offrir une prolongation », croit savoir L’Équipe ce jeudi. [Il] se verrait proposer une année supplémentaire, plus une en option. » Également sous contrat jusqu’en 2012, Sylvain Armand « devrait aussi prolonger », selon le quotidien sportif.

- Le PSG aurait refusé de céder Erding. Mevlüt Erding « n’intéresse plus Newcastle », assure le Parisien ce vendredi, qui précise que « le club anglais a, semble-t-il, abandonné cette piste face au refus des dirigeants parisiens de céder leur joueur ».

- Loris Arnaud suivi par Metz ? « Metz (L2) se renseigne sur l’attaquant du PSG Loris Arnaud (24 ans), croit savoir L’Équipe ce samedi. […] Le club lorrain pourrait chercher à le recruter sans indemnité de transfert. »

- Jean-Eudes Maurice suivi par Evian TG ? Selon France Football, Jean-Eudes Maurice intéresserait Evian TG (L1). (source : maxifoot.fr)

- Tripy Makonda raconte son départ. Sur mercato365.com, Tripy Makonda revient sur son départ du PSG pour Brest cet été : « J’ai eu une discussion avec Antoine Kombouaré en fin de saison et il m’a expliqué que mon temps de jeu ne serait pas plus conséquent. Donc j’ai préféré aller trouver du temps de jeu ailleurs. […] Brest par rapport au PSG ? C’est clair que c’est très différent. Il y a moins de pression médiatique. Au PSG, tous les jours, il y a un article sur l’un ou sur l’autre, on invente des pseudo-problèmes. »
Au Stade brestois, Makonda a retrouvé Johan Martial (20 ans) et Ahmed Kantari (26 ans), tous deux également passés par le centre de formation du PSG.

Résultats, blessures, compos, suspensions…

- PSG 0-1 Lorient. Samedi soir, pour la première journée de L1, le PSG s’est incliné 0-1 face au FC Lorient. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Lorient confirme son aisance à Paris. Le FCL compte désormais 5 victoires, 1 match nul et 2 défaites en 8 matches de L1 au Parc des Princes. Sur les cinq dernières saisons, Lorient compte même 4 victoires, 1 nul et 1 défaite, pour 12 buts inscrits et 6 encaissés. Le PSG est par ailleurs l’équipe que les Bretons ont battu le plus souvent dans l’élite (7), et celle contre laquelle ils ont marqué le plus de buts (20). (voir plus de stats après PSG 0-1 Lorient)

- Engouement. Sur son compte Twitter, l’attaché de presse du PSG, Mathias Barbera, a annoncé la présence au Parc des Princes samedi soir de « plus de 300 journalistes, 40 photographes, 150 techniciens TV et un dispositif digne de la Ligue des champions ».

- Luyindula et Arnaud écartés ? « Luyindula et Arnaud s’entraînent avec la réserve, annonce le Parisien. Le loft du PSG se dessine. »

- Le PSG, favori des acteurs de la L1. Comme chaque année, L’Équipe a demandé à 225 joueurs, 19 entraîneurs et 18 présidents de L1 de s’essayer aux pronostics à la veille de la reprise du championnat. 45 % d’entre eux voient le PSG champion de France — devant Marseille (27 %) et Lille (11 %). Dans le détail, 48 % des joueurs misent sur Paris, contre seulement 33 % des présidents et 21 % des entraîneurs. Le PSG n’avait plus figuré sur ce podium des pronostics depuis 2006/2007 (2e, 8 %).
Par ailleurs, 54 % des personnes interrogées pensent que Gameiro finira meilleur buteur du championnat — il arrive en tête chez les joueurs, les entraîneurs et les présidents —, et 31 % que Nenê sera meilleur passeur — seuls les présidents misent davantage sur Hazard et Martin.

- Ligue Europa : PSG-Olympiakos Volou… Le PSG affrontera l’Olympiakos Volou en barrages de la Ligue Europa. Les matches auront lieu le 18 août en Grèce, et le 25 au Parc des Princes. (voir Ligue Europa : le PSG affrontera l’Olympiakos Volou)

- … ou PSG-Differdange ? L’Olympiakos Volou étant empêtré dans un scandale de matches truqués, le PSG pourrait finalement affronter le FC Differdange 03, d’après la presse luxembourgeoise. (voir UEFA : l’Olympiakos Volou remplacé par Differdange ?)

- Ligue Europa : le PSG qualifié sur tapis vert ? Vendredi midi, nous rapportions les espoirs de la presse luxembourgeoise de voir le FC Differdange qualifié pour affronter le PSG en barrages de la Ligue Europa aux dépens de l’Olympiakos Volou, le club grec étant empêtré dans un scandale de matches truqués. Dans l’après-midi, l’UEFA a simplement indiqué qu’elle n’avait pas encore tranché : « Rien n’est encore décidé, a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’instance européenne. Nous attendons la décision de la commission d’appel [de la fédération grecque] avant de prendre une décision. » Celle-ci « a fait savoir vendredi qu’elle avait encore besoin de temps pour étudier l’affaire et a dit qu’une décision pourrait être rendue jeudi », précise l’agence.
Le remplacement de l’Olympiakos Volou par le FC Differdange et la qualification sur tapis vert sont toutefois encore très hypothétiques, estime L’Équipe ce samedi : « Même en cas de premier appel défavorable, les dirigeants du club grec pourraient toujours avoir recours au Tribunal arbitral du sport. L’effet suspensif de leur démarche leur permettrait de disputer au moins le match aller. »

- Club entreprises : 4 départs, 5 arrivées. La composition du « club entreprises PSG », qui rassemble environ 250 membres, a évolué depuis la saison dernière : Indesit remplaçant Poweo comme sponsor maillot, le PSG compte toujours 6 « partenaires officiels » avec Emirates, Nike, Winamax, Orange et Elior. En revanche, le club parisien enregistre un « partenaire entreprises » supplémentaire : les départs de CGV, du conseil général des Yvelines et d’Arrow sont compensés par les arrivées de Daniel Hechter, Citroën — qui sponsorisera la « Golden barre » —, IRT et du PMU. Cvstos reste par ailleurs l’« horloger officiel » du club. (voir [Enquête] Le chiffre d’affaires du PSG décortiqué)

- IRT : un sponsor à 175 K€. Mercredi, le PSG annonçait l’arrivée de trois nouveaux sponsors — en remplacement de deux contrats non renouvelés —, dont l’IRT, qui développe le tourisme sur l’Île de la Réunion. « D’après les informations communiquées par l’IRT, le montant de ce partenariat s’élève à 175 K€ », assure zinfos974.com. Il porte sur la saison 2011/2012 […] et s’inscrit “dans le cadre de la promotion sur le marché France”, précise l’IRT. » Le partenariat engloberait « un bandeau de 180 mètres autour du stade et la diffusion d’un film de promotion sur les écrans géants ». L’IRT a également annoncé « la venue de la direction technique du PSG à la Réunion “pour le repérage et la formation de jeunes espoirs réunionnais”. »

- Kombouaré répond aux sceptiques. Ce jeudi, L’Équipe et le Parisien ont publié deux longues interviews exclusives d’Antoine Kombouaré, dans lesquelles l’entraîneur du PSG évoque le nouveau PSG, ses ambitions et ses responsabilités nouvelles. (voir Antoine Kombouaré : « Apprendre à jouer en équipe »)

À propos des supporters

- 13 000 abonnements, dont 6 000 en virages ? « Plus de 13 000 abonnements ont été vendus et plus de 35 000 spectateurs sont attendus pour PSG-Lorient ce samedi », annonce RMC Sport, qui précise que « les abonnements en virages sont déjà complets. Selon nos informations, il y en aurait 3 000 à Boulogne et 3 000 à Auteuil. » Le PSG a limité les abonnements à la moitié des virages, afin de vendre le reste des billets à l’unité, dont le prix sera de 15 € ou 20 € selon les matches. Pour PSG-Lorient, la place la moins chère coûte actuellement 20 € en virages — à noter qu’à ce jour il reste encore des places dans toutes les tribunes. Le PSG comptait plus de 20 000 abonnés jusqu’en 2009/2010, et environ 6 000 la saison passée.
Une chose ne change pas : l’organisation de la billetterie au PSG. « Grosse affluence de supporters ce lundi au Parc des Princes, raconte RMC Sport. Comme tous les jours, la billetterie du stade a ouvert à 9h. Un quart d’heure plus tard, il y avait déjà 30 mètres de queue, soit plus d’une heure d’attente. L’attente est même montée à trois heures quelques heures plus tard, de quoi provoquer beaucoup d’agacement chez les supporters. Le service billetterie, visiblement un peu dépassé par cet engouement, n’avait prévu qu’une seule entrée pour les abonnements et les places classiques, ce qui obligeait les supporters à attendre quelle que soit leur demande. »

- Fiamenghi : « S’ils veulent la guerre, ils l’auront. » Le directeur de cabinet du préfet de police de Paris, Jean-Louis Fiamenghi, a fait le point dans un entretien à l’AFP sur les intentions des pouvoirs publics à l’entame de la saison 2011/2012. Il dresse tout d’abord un bilan positif de son action durant l’année passée : « On a pu prendre des interdictions administratives d’urgence dans le premier mois où près de 250 personnes ont été mises de côté, et notamment des leaders. Sur l’ensemble de l’année, il y a eu environ 300 interdictions de stade. Et avec l’interdiction des virages Auteuil et Boulogne, on a cassé les deux bandes, car c’était bien des bandes. Globalement ce dispositif a donc bien marché. »
Près de 85 % des interdictions de stade prononcées en 2010/2011 correspondent donc au match PSG-Saint-Étienne, avant lequel deux manifestations pacifiques avaient été organisées. Le mois dernier, le tribunal administratif de Versailles, saisi par plusieurs supporters parisiens, a rendu son verdict : il a jugées illégales leurs interdictions de stade, condamnant la préfecture de police de Paris à verser 1 500 € de dédommagement aux individus concernés.
Fiamenghi livre ensuite sa vision de la situation actuelle : « J’ai reçu récemment la nouvelle équipe dirigeante [du PSG] pour savoir s’ils étaient dans le même état d’esprit que l’ancienne équipe. Et ils le sont, à savoir qu’il faut un Parc apaisé. Ils restent sur la même ligne avec le même dispositif pour l’instant. […] Il y aura toujours des tensions parce qu’on a pas à faire à des individus mais à des groupes. On est vraiment en équilibre. Grâce à la Loppsi 2 [loi sur la sécurité intérieure], nous allons être plus efficaces. Le spectre des infractions [dans les stades et autour des enceintes sportives] est plus large. […] Y a-t-il encore des supporters considérés comme dangereux au PSG ? Je pense qu’il y en a 100 à 150 qui sont encore peut-être nostalgiques de certaines choses. […] Il y a eu des tentatives [de contourner le mode aléatoire de distribution de billets pour se reformer]. Notamment [pour] samedi [PSG-Lorient], il y a des tentatives. Des anciens d’Auteuil et de Boulogne veulent se retrouver. Mais on le sait. On observe, ce qui ne veut pas dire qu’on punit obligatoirement. Mais s’ils veulent la guerre ils l’auront. »

- Surveillance accrue des matches de jeunes. Dans la même interview, l’ancien chef du service de protection des hautes personnalités annonce que les matches des équipes de jeunes et de l’équipe féminine du PSG, qui ont vu régulièrement plusieurs dizaines de supporters parisiens se déplacer pour encourager le club et manifester leur opposition au plan Tous PSG, seront davantage surveillés : « C’est l’un de nos soucis pour cette saison, les matches de divisions secondaires où joueront certaines équipe du PSG, les équipes féminines, le basket… Mais nous allons renforcer la surveillance de ces événements. »
Sur le site de la préfecture de police de Paris, Fiamenghi justifie cette surveillance accrue : « L’année passée, nous avons pu constater que des regroupements et des violences s’étaient produits dans la région parisienne à l’occasion de matches de divisions inférieures, de rencontres féminines ou de celles de la section jeunes, nous serons donc également présents lors de ces rencontres. » S’il y a eu des fumigènes allumés, il n’y a en revanche pas eu de violences lors des matches des équipes de jeunes ou des féminines du PSG la saison dernière.

- Lutte contre les incivilités au Parc des Princes. Sur le site du ministère de l’Intérieur, Jean-Louis Fiamenghi — directeur de cabinet du préfet de police de Paris — annonce que « la lutte contre les incivilités sera accentuée » : « En effet, la saison passée, si des familles ont remplacé les anciens abonnés, des jeunes sont également venus en nombre assister aux matches, certains adoptant un comportement vindicatif : propos outranciers et injurieux envers les supporters et joueurs adverses, crachats… »

- La capacité du Parc réduite à 40 000 ? « Ce soir, le Parc des Princes sera comble pour la réception de Lorient, assurait L’Équipe samedi. Tous les billets ont été vendus. » Dimanche, le quotidien sportif continue de parler d’un « Parc bondé », qui « affichait complet ». Pour rappel, la capacité du stade est de 46 000 places. En 2008/2009, la moyenne était de 40 902 spectateurs par match, avec une pointe à 45 774 contre l’OM. (voir un résumé de l’ambiance au Parc)

- Deutsch regrette le Parc, et craint le Stade de France. Dans le même article publié par le JDD, l’auteur de Métronome, l’histoire de France au rythme du métro parisien fait également part de ses regrets à l’égard du Parc des Princes : « J’ai été abonné de 1993 à 2001. Je ne prendrai pas ma carte cette saison. D’abord parce que je serai souvent au théâtre. Ensuite parce que l’ambiance n’a plus rien à voir. Les mesures prises contre les supporters violents étaient nécessaires mais elles ont détruit les noyaux qui accompagnaient le club depuis ses débuts. C’est une trépanation. La mélopée du Parc a disparu, son chœur antique ne chante plus. Les chants ne reviendront pas à coups de millions ou de victoires. Je redoute un déménagement dans les courants d’air du Stade de France. Le berceau du PSG figure pourtant sur son blason : c’est le Parc des Princes. »

Sélections internationales

- Huit Parisiens présélectionnés ! « Le PSG a reçu la semaine dernière la liste des joueurs présélectionnés pour le match amical des Bleus face au Chili, le 10 août, à Montpellier, révèle L’Équipe ce mardi. Ils sont huit : Douchez, Jallet, Sakho, Chantôme, Gameiro, Hoarau, Ménez et Matuidi. » Laurent Blanc communiquera sa sélection jeudi à 14 heures.

- France : 5 Parisiens sélectionnés. Kevin Gameiro (5 sélections), Guillaume Hoarau (5), Blaise Matuidi (3), Jérémy Ménez (5) et Mamadou Sakho (4) ont été appelés en équipe de France pour affronter le Chili en match amical mercredi 10 août. Le club parisien est celui qui compte le plus d’internationaux français (5), devant Marseille (3), Lyon et Arsenal (2). (voir Équipe de France : 5 joueurs du PSG sélectionnés)

- Autres internationaux : 2 Parisiens sélectionnés. Le gardien de but du PSG Salvatore Sirigu a été sélectionné en équipe d’Italie pour disputer affronter l’Espagne mercredi 10 août, a annoncé la fédération italienne sur son site officiel.
De son côté, Siaka Tiéné a été convoqué avec la Côte-d’Ivoire pour affronter Israël — dont le sélectionneur est l’ancien Parisien Luis Fernandez —, a-t-on appris sur le site officiel de la fédération ivoirienne.

- Serbie : Bisevac sélectionné. Milan Bisevac a été convoqué avec l’équipe de Serbie pour affronter la Russie en match amical mercredi 10 août. (source : fss.rs)

- Ngoyi retourne jouer avec le Congo. International Espoirs avec l’équipe de France (6 sélections en 2009/2010), Granddi Ngoyi fait partie des joueurs convoqués par Robert Nouzaret pour affronter la Gambie en match amical mercredi 10 août, d’après afriquefoot.fr. Le PSG a confirmé sur son compte Twitter officiel que le jeune Parisien était parti en sélection. Il avait déjà joué avec la RDC avant de rejoindre les Espoirs français à l’été 2009.

Jeunes et féminines

- Espoirs : Bahebeck sélectionné. Jean-Christophe Bahebeck (18 ans) a été appelé en renfort avec l’équipe de France Espoirs pour participer au stage de préparation à Clairefontaine du lundi 8 au mercredi 10 août. Le numéro 25 du PSG, déjà international U18 (6 sélections, 3 buts) est le deuxième plus jeune joueur de la sélection après le Caennais Mbaye Niang (16 ans). (voir PSG : Jean-Christophe Bahebeck sélectionné en Espoirs)

- CFA : Poissy 1-0 PSG. Pour son quatrième et dernier match amical avant la reprise du championnat le week-end prochain, l’équipe réserve du PSG s’est inclinée 1-0 à Poissy (CFA), qui évoluera dans le même groupe que Paris cette saison. Il s’agit de la première défaite parisienne après deux victoires contre Saint-Pryvé Saint-Hilaire (CFA 2) et Lekhwiya (Qatar) puis un match nul contre Compiègne (CFA). Loris Arnaud, Loïck Landre, Jean-Eudes Maurice et Granddi Ngoyi ont participé à la rencontre, d’après l’édition départementale du Parisien.

- Alassane També avec les pros. Alassane També (19 ans), qui a signé pro à l’été 2009, a participé à l’entraînement avec le groupe professionnel ce mercredi au Parc des Princes. (source : PSG.FR)

- U19 : Lens 0-2 PSG. En match amical, les moins de 19 ans du PSG ont battu leurs homologues lensois 0-2 à Pont-Sainte-Maxence (Oise). « Dans le jeu, les Parisiens étaient plus forts que nous, a réagi Mickaël Delestrez, l’entraîneur lensois, sur le site officiel du RC Lens. Les joueurs alignés étaient les champions de France de la saison dernière. […] Cet après-midi, on avait de temps en temps l’impression que l’on jouait face à des joueurs de deux ou trois ans de plus que nous, alors que ce n’était pas le cas. Il faut tirer les enseignements de cette rencontre en mettant de côté le résultat. C’est un match qui nous sert à avancer. »

- Mali U20 : 2 Parisiens titulaires. Kalifa Coulibaly et Kalifa Traoré étaient titulaires lors de leur deuxième match à la coupe du monde des moins de 20 ans, tout comme l’ancien Parisien Adama Touré. Le Mali s’est incliné 0-2 face à la Colombie. Traoré s’est fait expulsé à la 89e minute. (source : fifa.com)

- Mali U20 : Coulibaly rentré en jeu. Kalifa Coulibaly a disputé la dernière demi-heure du match des moins de 20 ans du Mali face à la France, qui s’est imposée 2-0, éliminant les Maliens de la coupe du monde U20. Kalifa Traoré était suspendu après son expulsion au match précédent, tandis que l’ancien Parisien Adama Touré était titulaire. (source : fifa.com)

- Portrait de Kalifa Coulibaly. Ce lundi, l’AFP consacre un papier à Kalifa Coulibaly, l’attaquant malien du PSG, qui dispute actuellement la coupe du monde des moins de 20 ans : « C’est un phénomène assez étonnant. Lorsque vous voyez Kalifa Coulibaly sur un terrain de football, il est très impressionnant. Il promène son mètre 97 sur tout le front de l’attaque, capte tous les ballons de la poitrine ou de la tête, assure ses remises, se bat, dégage une certaine puissance. Mais quand vous lui parlez, c’est un garçon de 19 ans timide, plutôt fluet, la voix douce et le regard un peu fuyant, qui semble gêné par sa grande carcasse et son début de notoriété. […]
Ce garçon-là a un peu de bouteille, déjà. D’abord joueur de l’AS Réal Bamako, il a signé en février dernier au Paris Saint-Germain. C’est que le gaillard a particulièrement brillé en coupe d’Afrique des nations Juniors en janvier, après avoir réalisé une belle demi-saison à Bamako. “
Je n’ai pas vraiment compté mes buts à Bamako mais il me semble bien que j’ai marqué six buts en cinq matches”, admet-il. Son arrivée dans la capitale française n’a pas été simple. Il a d’abord fait un essai, en novembre. “On est arrivé à Paris, il y avait 15 centimètres de neige partout. Et il faisait un froid !” Kalifa est visiblement émerveillé, car il n’avait jamais vu ni la neige ni Paris avant, mais aussi effrayé par l’ampleur du changement. “C’est vrai que ça a été dur au début, d’arriver en hiver sous la neige”, admet-il en s’empressant d’ajouter : “Mais je m’habitue !” […]
Il a signé en même temps que Kalifa Traoré, qui a fait les mêmes essais que lui. “
Nous habitons ensemble à Saint-Germain-en-Laye, c’est vraiment un bon ami”, explique le jeune garçon, enthousiaste à l’évocation de son copain. Du coup l’adaptation parisienne se passe bien, il a joué sept matches et marqué deux fois avec la réserve du PSG. […] [Il] a une idole : Frédéric Kanouté. Ce qui lui plaît chez l’attaquant de Séville est à l’image du garçon, sobre. Là où la grande majorité des jeunes vantent les dribbles de Cristiano Ronaldo où l’aisance de Lionel Messi, lui aime le grand attaquant pour “sa façon de prendre la balle, sa qualité de remise, il est très appliqué dans ses geste, j’admire cela”. Le mimétisme de son jeu avec Kanouté est d’ailleurs étonnant. »

- Féminines : reprise et programme. L’équipe féminine du PSG, vice-championne de France en 2011 et qualifiée pour la première Ligue des champions de son histoire, a repris l’entraînement ce lundi au Parc des Princes. Six joueuses sont venues renforcer l’effectif parisien, annonce le site officiel du club : Laëtitia Odini (18 ans) et Élodie Bayle (19 ans) évoluaient la saison dernière avec les U19 du PSG, Kenza Dali (19 ans) et Delphine Blanc (28 ans) viennent de Rodez, Solène Barbance (19 ans) de Toulouse et Nelly Mutnik (28 ans) était sans club. À l’inverse, seules Zohra Ayachi (Rodez) et Charlotte Lozé (Herblay, D2) ont quitté le PSG cet été. Toutes les internationales françaises ont prolongé. « Seul le cas de la Brésilienne Katia n’est pas encore précisé par le club », indique footofeminin.fr.

- Des matches de D1 féminine diffusés en clair cette saison. Dans la foulée de la coupe du monde en Allemagne, la FFF a organisé une consultation pour attribuer les droits TV du championnat féminin. Parmi les 132 matches de la saison — 22 journées de 6 rencontres, la D1 féminine rassemblant 12 équipes —, France Télévisions en choisira six à diffuser en exclusivité : 3 sur les décrochages régionaux de France 3, et 3 autres sur France 4. Par ailleurs, Eurosport diffusera au minimum 5 matches en exclusivité, et retransmettra les 6 choisis par France Télévisions en co-diffusion ou en différé.
Contrairement à ce qu’indique l’AFP, ce ne sont donc pas « cinq matches en direct à chaque journée », mais 11 retransmissions au total. Le montant de cet accord, qui ne concerne que la saison 2011/2012, s’élève à 110 K€, a annoncé la Fédération. (source : FFF.FR)

Le reste de l’actu du 2 au 7 août

Anciens Parisiens

- Performances des anciens Parisiens en L2. Vendredi soir avait lieu la deuxième journée de L2. Quatre joueurs formés au PSG se sont distingués : Thomas Gamiette a marqué le but de la victoire de Tours au Mans (0-1), tandis que Grégory Paisley (Guingamp), Vincent Fernandez (Châteauroux) et Ismaël Gace (Boulogne-sur-Mer) étaient titulaires. Kévin Rimane (Boulogne-sur-Mer), qui évoluait encore avec la CFA du PSG l’an passé, a quant à lui disputé ses premières minutes en pro en rentrant à la 73e minute du match USBCO-Angers : menée 1-3 à son entrée en jeu, son équipe a finalement obtenu le match nul 3-3.
D’autres anciens Parisiens se sont illustrés : Gaëtan Charbonnier (Angers) — passé par la réserve parisienne en 2008/2009 — a délivré une passe décisive lors de Boulogne-Angers (3-3) ; le Bastia de Jérôme Rothen est leader après être allé s’imposer chez le Nantes de Fabrice Pancrate, qui pointe à la dernière place du classement avec 0 point, tout comme Metz, Le Mans et Lens. Les deux joueurs étaient titulaires dans leur équipe respective.

- Fabrice Abriel a signé à Nice. Fabrice Abriel a signé à l’OGC Nice pour trois ans, a annoncé le Gym sur son site officiel. Formé au PSG, où il a évolué jusqu’en 2001, Abriel jouait à l’Olympique de Marseille depuis deux saisons.

- Sammy Traoré : la L2, l’Angleterre ou le Qatar ? Dans l’édition départementale du Parisien, Sammy Traoré a fait le point sur sa situation : « Je suis impatient de rejouer, mais pas pressé. Je m’éclate en m’entraînant avec Créteil. Revenir ici peut constituer une possibilité mais, aujourd’hui, ce n’est pas ma priorité. Pareil pour le Red Star, qui [m]’a aussi approché. La L1, c’est fini pour moi, mais j’ai quelques pistes en L2, en Angleterre et au Qatar. J’espère que cela va se décanter. »

- Samuel Piètre à Poissy ? Ancien espoir du football français — champion du monde des moins de 17 ans en 2001 —, Samuel Piètre (27 ans) est tout proche de rejoindre Poissy (CFA), d’après le Parisien, relayé par foot-national.com. Depuis son départ du PSG en 2007, il a joué à l’APO Levadiakos (Grèce) en 2007/2008 puis à Créteil (National) en 2009/2010.

- Le fils d’Oumar Sène à Monaco ? Selon lequipe.fr, Saër Sène (24 ans) intéresse l’AS Monaco (L2). Formé au PSG — où son père, Oumar, a joué de 1985 à 1992 —, l’attaquant du Bayern Munich serait également courtisé par Leicester. « Les dirigeants munichois réclament un million d’euros », assure le site du quotidien sportif.

- Jean-Martial Kipré en CFA. D’après foot-national.com, Jean-Martial Kipré (26 ans) a signé à Moulins (CFA), où il retrouvera notamment Grégory Rouchon, également formé au PSG. Depuis son départ du club parisien en 2004, Kipré a joué à Angers (L2 puis National), au Real Salt Lake (MLS) puis à Toulon (CFA).

- Patrick Liewig signe au Club africain. Patrick Liewig (60 ans) vient de signer pour trois ans au Club africain en tant que directeur technique et responsable de la formation. Après dix ans au centre de formation du PSG dans les années 1990, il a travaillé aux Émirats arabes unis (1999-2003), en Côte-d’Ivoire (2004-2009) — où il a remporté trois coupes, trois titres de champion et terminé deux fois second — puis en Tunisie. Il était entraîneur du Stade tunisien depuis 2009. (source : clubafricain.com)

- Mulumbu : « Le challenge parisien est très intéressant. » Considéré comme l’une des révélations de la saison dernière, Youssouf Mulumbu jouera encore à West Bromwich Albion cette saison, son club s’étant opposé à son départ, alors qu’il était notamment sur les tablettes de la Fiorentina et du Bayern Munich. Sur footafrica365.fr, l’ancien Parisien est interrogé sur son envie de retrouver son club formateur : « Si je dois revenir en France, j’aimerais que ça soit au PSG. Avec les nouveaux actionnaires, le challenge est très intéressant, et c’est pour cela que je dois continuer à être bon. »

À propos des médias

- Le PSG a quasiment dépensé 1 000 fois plus que l’OM ! À force de trop forcer le trait, le résultat finit parfois par ne plus ressembler à rien. C’est le cas du chapô d’un article publié lundi sur lequipe.fr : « Pendant que l’OM a déboursé seulement 4 millions cet été (les 7 autres étant payables en 2012 et 2013), le PSG a mis 100 millions sur le marché. » Au lieu de comparer les sommes versées par Marseille cet été avec celles versées par le PSG cet été, le site de L’Équipe indique pour Paris un montant farfelu correspondant à la fois au total des transferts officialisés (39 M€) — indépendamment de la date à laquelle ils seront réellement payés —, aux bonus que le club parisien pourrait avoir à payer dans plusieurs années s’il atteint certains objectifs non rendus publics (7 M€), au transfert de Javier Pastore (42 M€) — payable sur trois ans, et non pas intégralement cet été — et enfin à 12 M€ que le PSG pourrait encore dépenser d’ici la fin du mercato. Autrement dit : du grand n’importe quoi !

JPEG - 37 ko

- Le PSG à la une de Libé. Ce mardi, Libération fait sa une sur le rachat du PSG par Qatar Sports Investments en juin dernier, auquel il consacre également ses trois premières pages (« événement »). Au programme : un rappel des relations entre la France et le Qatar depuis 2007, un énième article sur l’intérêt de Sarkozy pour la vente du PSG et un « décryptage » de la situation signé Grégory Schneider, qui regorge d’erreurs. Après avoir qualifié Javier Pastore de « meneur de jeu brillant mais au niveau suspect » [2], le journaliste sportif lance : « Quand [son] transfert sera conclu, le PSG aura dépensé 85 millions sur le marché des transferts : c’est à peu près le budget prévisionnel total de l’Olympique de Marseille pour la saison. » À peu près, en effet : d’après les derniers chiffres rendus publics par la DNCG, l’OM a dépensé plus de 150 M€ hors transferts en 2010. À elle seule, la masse salariale pesait plus de 90 M€ !
La DNCG justement, Schneider assure qu’elle « pousse les clubs [français] à maîtriser leur déficit (le club anglais de Manchester United affiche un trou de 900 millions d’euros) ». Schneider confond ici déficit — c’est-à-dire le résultat comptable d’une année — et dette — l’argent que doit l’entreprise à ses créanciers, essentiellement des établissements financiers. En réalité, le club mancunien est bénéficiaire ; c’est sa dette qui est estimée à 900 M€, et celle-ci a exclusivement pour origine… le propre rachat de Man Utd par le milliardaire américain Malcolm Glazer. Son remboursement est précisément assuré grâce aux profits réalisés par le club d’Alex Ferguson.
Enfin Libération annonce que l’État « pourrait » contribuer à la rénovation du Parc des Princes : « Bertrand Delanoë [lui] a écrit pour recevoir une aide, qui pourrait s’élever à 10 millions d’euros. Mais l’enveloppe de 158 millions allouée à la rénovation des stades a déjà été distribuée : dans ce contexte, il est clair que la mairie de Paris apprécie l’arrivée de QSI. » L’entrée de QSI dans le capital du PSG n’a pourtant aucun rapport avec l’aide de l’État pour la rénovation du Parc des Princes, qui n’a rien d’hypothétique : elle a au contraire été confirmée il y a plus d’un mois déjà.

-  France Football devient officiellement accessoire. À partir de vendredi, France Football ne sera plus vendu que couplé au quotidien L’Équipe. Ce mardi, les Cahiers du football reviennent sur cet épisode qui pourrait marquer le début de la fin pour le bi-hebdomadaire : « Dans les journaux médiocres, on trouve parfois beaucoup de bons journalistes, mais ce ne sont jamais eux qui y détiennent le pouvoir. Bilieux, moralistes, conservateurs (pour ne dire réactionnaires), les éditorialistes de France Foot ont semblé vouloir parodier leur parodie Jean-Patrick Sacdefiel. Ils n’ont rien fait de leur journal en évitant toute inventivité et toute prise de risque, ont laissé son identité se dissoudre au point de rendre facultative sa lecture — nous-mêmes y ayant renoncé en dépit de la manne qu’elle offre pour la satire du journalisme sportif. Il y avait pourtant un service rendu, avec la couverture des divisions “inférieures”, mais faute de vision, FF n’a pas su proposer de réponse à la concurrence du web, de la presse régionale ou des feuilles de choux (But !, Le Foot).
Volontiers virulent dans la polémique stérile mais inoffensif pour les pouvoirs en place, prenant quelques libertés avec la déontologie, pratiquant le journalisme de révérence,
France Football s’est attaché à convaincre de son caractère accessoire. Cette transformation en supplément de L’Équipe est donc assez logique. Et comme gérer un fonds de commerce ne saurait s’apparenter à une véritable ambition éditoriale, ni même économique, le destin de FF pourrait même préfigurer celui de L’Équipe, quotidien épicier assis sur son monopole. » (lire l’intégralité de l’analyse des Cahiers du football)

JPEG - 64.5 ko

- Le PSG, star des médias. Après L’Équipe lundi puis Libération et de nouveau L’Équipe mardi, c’est au tour du Parisien de faire sa une sur le PSG ce mercredi. « Il paraît que les sagas ont disparu des écrans de télévision. Pourtant, le feuilleton de l’été porte un nom : c’est le PSG ! L’équipe de la capitale est celle dont le tout le monde parle au cœur d’un été qu’elle agite en recrutant à tour de bras », explique le quotidien de Saint-Ouen.
Si vous voulez savoir ce que pense « Yannick, 35 ans, qui arbore un maillot du PSG [au] camping les Galets d’Argelès-sur-Mer », précipitez-vous chez votre marchand de journaux.

- Le PSG, favori de la Ligue des champions ! Aussi excessif dans la victoire que dans la défaite, le Parisien a souvent montré par le passé qu’il était incapable de la moindre nuance. Ce vendredi, il franchit encore un cap en assurant que le recrutement de Javier Pastore fait du PSG l’une des meilleures équipes européennes, prête à écraser la L1. « Pastore est là, le PSG change de monde », titre le quotidien francilien. Dominique Sévérac se veut lyrique : « L’histoire du championnat de France retiendra pour l’éternité que son joueur le plus cher de l’histoire a posé le pied hier sur le sol parisien peu avant 11 heures. Cette fois, c’est sûr : Javier Pastore, 22 ans, argentin, acheté 42 M€ à Palerme, est enfin à Paris, propulsant définitivement son nouveau club dans un autre monde. »
Le reste de l’article est du même acabit : « Au pays des rêves, le PSG est déjà champion de France. […] Avec plus de 80 M€ déboursés […], Paris se dote d’une équipe de Galactiques à l’échelle de la France. On va même finir par se demander si elle n’est pas surdimensionnée pour notre petite Ligue 1, sachant que le PSG ne dispute même pas la Ligue des champions. C’est d’ailleurs bien simple : s’il la jouait, le PSG en serait d’ores et déjà l’un des favoris. » À l’aune de cette grille d’analyses, le moindre match nul à l’extérieur du club de la capitale sera considéré comme un échec cuisant synonyme de crise. Autant dire que la lecture du Parisien cette saison risque d’être douloureuse pour les supporters parisiens — ou ceux qui espèrent simplement y trouver de l’information distillée avec un minimum de recul.

- Le jeu de Pastore décrypté par l’AFP. Comme beaucoup d’observateurs français, les journalistes de l’AFP n’ont pas regardé beaucoup de matches de Palerme la saison dernière. Alors, à l’heure de présenter le jeu de Javier Pastore, reste la solution de facilité : « Pastore, vraie pépite ou gros bide ? […] [Il] a été encensé par Diego Maradona en personne et par un illustre coéquipier, le double Ballon d’or Lionel Messi, mais le doute subsiste sur son niveau réel. »

-  Le Parisien se moque du monde. Après avoir estimé vendredi que « s’il la jouait, le PSG serait d’ores et déjà l’un des favoris de la Ligue des champions », le Parisien fait aujourd’hui la leçon aux auteurs de jugements excessifs : « Le PSG est entré dans une ère où la démesure de passion et d’émotion va supplanter n’importe quelle parcelle de raison. C’était déjà le cas avant et, pourtant, ce n’est rien avec ce qui [l’]attend [désormais]. […] Ce phénomène, devenu plus que jamais le quotidien du PSG, fonctionne dans les deux sens. Si ce soir le club de la capitale trébuche (nul ou pis, défaite), ce sera déjà la crise, la demande de renvoi d’Antoine Kombouaré et les larmes de crocodile de tout Marseille qui se gaussera de la Canebière à la Bonne mère. Il va donc falloir un jour revenir au niveau du sol et rappeler quelques évidences. Si le PSG est un logique candidat au titre, il ne gagnera pas tous ses matches en laminant ses adversaires et, si c’est un jour le cas, il aura fallu du temps pour en arriver là. Parfois, même Barcelone gagne difficilement et sans jouer divinement. Pour revenir au périmètre de la Ligue 1, l’OM avait commencé la saison passée par une défaite qui ne l’a pas empêché de finir deuxième dix mois plus tard. »

- « C’est la crise ! C’est la crise ! » Après avoir assuré vendredi que le PSG avait une équipe capable de remporter la Ligue des champions puis dénoncé samedi les jugements excessifs, Dominique Sévérac, qui n’en finit pas de retourner sa veste, proclame déjà la fin du monde : « Millions riment parfois avec bidon. À Paris, la crise, comme l’automne, est déjà là. Une journée, un match, une défaite, une crise, c’est un record ! Mais c’est désormais le quotidien d’un club qui a déboursé plus de 80 millions d’euros cet été dont une trentaine foulait la pelouse hier soir répartie sur cinq nouveaux. […] Le couac s’annonce d’ores et déjà retentissant. […] La pression qui escorte le déplacement du club de la capitale à Rennes la semaine prochaine semble déjà irrespirable. […] Le PSG ne mérite rien ce matin, pas d’excuses ni de circonstances atténuantes. […] Les Merlus auraient dû s’imposer avec un plus gros écart tant ils ont donné la leçon à Paris et que (sic) ce Paris a flirté avec une faiblesse magistrale. »
Comparée à l’œuvre de Sévérac, celle de Damien Degorre dans L’Équipe semble faire preuve d’un minimum de sagesse. S’il commence par rappeler qu’« il ne faudra pas tirer des conclusions définitives sur les allures de la saison du PSG », le journaliste sportif se laisse pourtant aller à quelques facilités : « Il y a bien eu quelques décalages subtils de Ménez ou de Gameiro mais rien qu’un chèque de 81,2 millions d’euros — le montant dépensé pour l’instant sur le marché des transferts — ne justifierait pour le moment. D’ailleurs, si les Parisiens étaient rentrés au vestiaire, à la mi-temps, avec un écart de deux ou trois buts à remonter, pas grand-monde n’aurait crié au scandale. » Et le reporter de L’Équipe d’avoir une révélation : « Certains constats sont implacables. Le premier confirme qu’on n’obtient pas une équipe compétitive ni une cohésion immédiatement en changeant la moitié du onze de départ de la saison précédente, même avec des pétrodollars. » Mais qui l’avait prétendu ? Certainement pas les Parisiens, qui le rappellent depuis plusieurs semaines à longueur d’interviews.

En L1 et ailleurs…

- Ce que pensent les Français. Samedi, le Parisien publie les résultats d’un sondage effectué sur Internet par Harris Interactive. 30 % des Français qui se disent intéressés par le football voient l’OM champion de France, devant Paris (26 %), Lyon (16 %) et Lille (15 %). Pour l’ensemble des Français, le classement est le même : Marseille (14 %) devance le PSG (11 %), l’OL (10 %) et le Losc (8 %).

- L’ombre de Pauleta plane sur la L1. « Depuis dix ans, un seul joueur a conservé son rang de numéro 1 des buteurs d’une saison à l’autre : Pedro Miguel Pauleta (2005/2006 et 2006/2007) », rappelle L’Équipe ce samedi.

- Lyon n’est pas mort. Ce mardi, L’Équipe rappelle que si l’OL n’a pas recruté cet été, il possède toutefois un effectif lui permettant de viser les premières places, après avoir beaucoup investi les saisons précédentes : « En dépit des départs [de Toulalan, Delgado et Diakhaté], et même si l’absence de Toulalan va laisser un vide considérable, sportivement et humainement, l’effectif de Lyon est extrêmement stable, à ce jour. Une contradiction émerge entre cette stabilité et le grand discours de la jeunesse et de l’humilité qui traverse l’été lyonnais. Pour bâtir cet effectif riche en internationaux, l’OL a dépensé pas mal d’argent, beaucoup plus en deux saisons que le PSG en un été. »

- Les arbitres à la rencontre des clubs. Comme depuis cinq ans, les arbitres rendront visite cette semaine aux clubs professionnels pour « présenter les consignes et les grands axes de la politique technique nationale, mais aussi et surtout [échanger] ». À Paris, c’est Laurent Duhamel qui animera la réunion, ce jeudi. (source : FFF.FR)

- Arbitrage : les nouvelles consignes. Sur le site du Nouvel observateur, Laurent Duhamel revient sur sa réunion avec les joueurs du PSG ce jeudi, dans le cadre des rencontres clubs-arbitres : « Chaque arbitre présente une trame identique, des vidéos en situation, pour illustrer les consignes de la direction nationale de l’arbitrage (DNA). Nous présentons un DVD avec un montage d’images de comportements déviants, mais il ne s’agit pas de stigmatiser telle équipe ou tel joueur. Cette saison, il n’y a pas de nouveautés particulières, mais on nous demande d’être vigilants sur les semelles : lorsque le ballon est entre deux joueurs, il y a risque que l’un des deux “s’essuie” les crampons sur la cheville, le tibia ou le genou de l’adversaire. […] Ce matin, la séance de travail a été constructive, nous avons réussi à prendre de la hauteur. Il faut bien comprendre que ces rencontres sont pédagogiques. Un tiers du groupe a été amené à intervenir par des questions, des points de vue. Il est essentiel que se soit un échange. […] J’ai essayé de leur expliquer que les arbitres ont le droit de penser que certains règlements sont durs — comme la double peine “penalty / carton rouge” — mais notre rôle est d’appliquer la règle. […] L’important c’est que mes confrères l’appliquent de manière identique sur tous les terrains. Il faut une cohérence. »
Duhamel a également rappelé les nouveautés concernant les relations entre les arbitres et les entraîneurs : « Cette saison, un nouveau protocole est mis en place : nous sommes censés rencontrer 90 minutes avant la rencontre les entraîneurs pour une visite de courtoise, une heure avant le coup d’envoi le quatrième arbitre passera dans les vestiaires pour rappeler les consignes liées aux équipements et il nous a été demandé d’avoir un petit échange rapide à la mi-temps avec les coachs. Puis un nouvel échange 15/20 minutes après la fin du match avec chaque entraîneur avant la conférence de presse. Je préfère une discussion franche pour éviter les sorties fracassantes qui, à mon avis, ne fracassent pas que l’arbitre mais aussi le football. » (lire l’interview intégrale sur le site du Nouvel observateur)

- Coupe de la Ligue. Le tirage au sort des seizièmes de finale de la coupe de la Ligue, qui voit l’entrée en lice des clubs de L1, sera effectué jeudi 11 août. En raison de sa participation à une coupe d’Europe cette saison, le PSG débutera au tour suivant. (source : LFP.FR)

- Triaud : « La L1 a vécu au-delà de ses moyens. » Dans une interview accordée au site lemonde.fr, le président des Girondins de Bordeaux, Jean-Louis Triaud, évoque la situation financière des clubs français : « Tous les clubs sont en difficulté… À l’exception de Lorient, qui a réussi une série de bonnes opérations, et du PSG bien sûr, tous connaissent des difficultés. Il est vrai que certains le sont plus que d’autres. Et, pour les gros, le point inquiétant est que le réservoir de revenus constitué par la participation à la Ligue des champions ne suffit pas à éviter les déficits. Il faut faire preuve désormais de plus de réalisme. Nous avons certainement vécu au-delà de nos moyens. […] Les présidents de clubs sont coincés entre le marteau et l’enclume. D’un côté, ils doivent assurer l’équilibre des comptes ; de l’autre, le diffuseur et le public réclament plus de meilleurs joueurs, susceptibles de recevoir de gros salaires… C’est la raison pour laquelle nous sommes parfois allés au-delà de ce que l’on souhaite pour conserver quelques bons joueurs. On critique le niveau de la Ligue 1. Pour y remédier, il faut faire des efforts et prendre des risques. Mais notre système est relativement vertueux et tant mieux. Lorsque l’on voit qu’un club comme Valence en Espagne vit avec 500 millions d’euros de dettes, on s’aperçoit que nous ne sommes pas sur la même planète. »

- L’OM réduit son parcage visiteurs. Suite aux travaux de rénovation du stade Vélodrome, l’OM a annoncé au FC Sochaux que leurs supporters ne pourront finalement pas faire le déplacement à Marseille, bien que les billets aient déjà été commercialisés. « C’est un manque de respect de la part des services de sécurité et peut-être de l’OM, a réagi Jean-François Bonnet, président du club officiel des supporters du FCSM. Le fair-play commence par l’accueil des supporters. » Le parcage visiteurs a été réduit à 441 places, alors que les règlements de la LFP imposent une capacité de 2 000 places minimum pour les stades de plus de 40 000 sièges. Pour OM-Sochaux, il sera carrément fermé, pour des raisons de sécurité. En mai dernier, les dirigeants marseillais avaient assuré que les travaux n’empêcheraient pas l’accueil des supporters adverses. (source : AFP)

- Un huis clos pour Bastia ? « La commission de discipline de la LFP examine aujourd’hui les incidents survenus avant le coup d’envoi de la rencontre Bastia-Istres (3-1), vendredi soir à Bastia, lors de la 1re journée du championnat de L2, annonce L’Équipe ce jeudi. Au moment de son arrivée au stade Armand-Cesari, le car transportant les joueurs istréens et leur encadrement a été caillassé, et des bombes agricoles ont été lancées dans sa direction. Des vitres ont volé en éclats, à l’avant et à l’arrière du véhicule, mais aucun des occupants n’a été blessé. […] “Les pierres avaient la taille d’un pavé mais par chance il n’y a eu aucun blessé, raconte André Jégouzo, le président délégué d’Istres. Je considère malgré tout que nous avons perdu le match dans le bus. Les joueurs étaient choqués, et ils ont été placés dans des conditions psychologiques complètement inhabituelles pour eux.” Arrivés en Corse dès jeudi, les dirigeants provençaux affirment également que tout l’effectif a été réveillé dans la nuit de jeudi à vendredi “par un festival de pétards” à proximité de leur hôtel. »

Autres infos PSG en vrac

- Artur Jorge : « À Paris, on pense toujours au négatif. » Ce mercredi, le Parisien publie une interview d’Artur Jorge. « Personne ne comprend qu’une ville comme Paris ne possède pas une grande équipe, estime l’entraîneur du PSG de 1991 à 1994. Toutes les conditions sont réunies pour réussir, mais cela ne se fera pas en cinq jours. Il faut de la patience. […] Les joueurs doivent avoir une grande complicité entre eux et avec les supporters. Ils doivent aussi beaucoup travailler, car de grands joueurs qui ne travaillent pas, cela ne sert à rien. Il faut aussi de la consistance et de la chance. Avec le PSG, on m’a reproché de ne pas pratiquer du beau jeu, mais on a eu des résultats et c’est le plus important. […] C’est peut-être son année, mais on ne peut pas dire que Paris sera champion avec dix points d’avance. Il va être plus fort, c’est certain. Ses adversaires le savent et vont donc se méfier. Mais c’est avec le temps que ce club deviendra plus fort. Construire une grande équipe à Paris, ce n’est jamais facile. »
Invité à réagir au fait que « Kombouaré n’aura pas le droit à l’erreur », l’entraîneur portugais exhorte à analyser la situation différemment : « À Paris, on pense toujours au négatif, alors qu’il faut positiver. Je ne pense pas qu’Antoine soit menacé. Il a déjà réalisé de belles choses et Leonardo est là pour l’aider. » Enfin Jorge est interrogé sur l’arrivée de Javier Pastore au PSG : « Il est très fort. C’est l’un des meilleurs joueurs qui évoluent actuellement en Europe. Le public du Parc des Princes va l’aimer, car il a quelque chose de spécial. Son football est différent. »

- Quand Mamadou Sakho inspire André Ayew. En fin de semaine dernière, dans L’Équipe, André Ayew (21 ans) a évoqué son ambition d’avoir davantage de responsabilités à Marseille : « Quand je vois un jeune de mon âge comme Mamadou Sakho, capitaine du PSG, ça me fait quelque chose… Un jour, peut-être que ça m’arrivera à l’OM. C’est un rêve dans un coin de ma tête… ça me donne envie d’en faire plus encore, de bosser. Être capitaine dans le club qui vous a formé, c’est beau non ? »

- Dribbleurs. « Nenê, Jérémy Ménez et Javier Pastore ont à eux trois tenté 568 dribbles la saison dernière en championnat », signale Opta.

- Lorànt Deutsch : « Quoi qu’il arrive, on sera ridicule. » Supporter du PSG, le comédien Lorànt Deutsch évoque dans une tribune publiée par le Journal du dimanche son sentiment mitigé à l’arrivée des investisseurs qataris : « Depuis dix ans, je vis le sacerdoce du supporter d’un club qui rate à peu près tout ce qu’il entreprend. J’ai très envie d’une équipe qui me fasse rêver, alors je ne bouderai pas les millions investis par les Qataris. Mais je ne suis pas très enthousiaste. Du jour au lendemain, on essaie d’entrer par effraction dans une sorte de Big Four financier à côté de Chelsea, des deux clubs de Manchester, du Real Madrid. Déjà que l’on reproche au PSG d’être le club du centralisme, du snobisme parisien et des voyous en tribunes, ce qui est d’ailleurs faux, devenir le club d’un fonds souverain qui détraque l’économie mondiale et dont les dirigeants ne connaissent même pas le nom des joueurs, ça ne va rien arranger. Ça voudrait faire rêver mais ça attire au contraire plus de jalousie qu’autre chose. Les détracteurs du PSG y voient déjà une raison de se moquer.
Dépenser 100 millions d’euros pour renforcer l’équipe nous condamne à gagner le championnat, ce qu’on n’a pas réussi depuis dix-sept ans. […] Même si l’on fait venir des Franciliens comme Ménez, cela va manquer d’authenticité. J’aurais préféré que le PSG devienne un club magistral en se construisant petit à petit. Là, j’ai peur que la victoire arrive trop tôt, sans la maturation nécessaire. […] De la même manière qu’on apprécie moins le bonheur quand il est facile, un titre n’aura plus jamais la même saveur. Cela ne m’enchante pas que les pétrodollars soient le prix du succès. On n’aura aucun mérite de gagner avec l’argent d’un pays étranger mais, si l’on perd, tout le monde nous crachera dessus et le PSG sera la risée de l’Europe. C’est cruel : quoi qu’il arrive, on sera ridicule.
 »

- « QSI peut tirer l’ensemble du football français vers le haut. » Dans Sud-Ouest, l’économiste du sport Frédéric Bolotny estime que les dépenses de Qatar Sports Investments au PSG peuvent bénéficier à la L1 : « Je ne suis pas fan de l’attribution de la coupe du monde [2022] au Qatar, qui prouve si besoin était que le sport mondial est à vendre, mais je suis persuadé que [l’arrivée des investisseurs qataris à la tête du PSG peut profiter à toute la L1]. Ils sont là pour longtemps, vont bénéficier d’une “marque” forte [Paris] et peuvent tirer l’ensemble du football français vers le haut en l’aidant à retrouver une compétitivité européenne et en faisant redevenir la Ligue 1 attractive. »

- Comment al-Khelaifi est devenu le patron d’Al Jazeera Sport. Dans son édition datée de dimanche-lundi, Le Monde consacre un article à Nasser al-Khelaifi. « Le nouveau patron du PSG, sultan du foot-business », annonce le quotidien du soir à sa une. « Entre ambition et intrigue, l’itinéraire de l’homme fort du PSG. […] Derrière la magie des pétrodollars, on trouve tous les ingrédients d’un roman plus sombre : pouvoir, business, trahison… » En fait d’enquête sur le parcours du président du conseil de surveillance du club, Le Monde revient sur la création d’Al Jazeera Sport sans autre élément que les témoignages de deux anciens associés d’al-Khelaifi : l’un qui accuse le Qatari de tromperie et lui réclame 25 M€, l’autre qui dément. De quoi sérieusement relativiser le « roman sombre » à base de « pouvoir, business, trahison » annoncé en introduction…
« Au départ, Nasser al-Khelaifi est un modeste joueur international de tennis, raconte Le Monde. Dans l’équipe du Qatar, il croise parfois sa raquette avec celle du cheikh Tamim. Pourtant, “NAK” n’a pas de sang royal […]. En 1995, il s’entraîne sur la Côte d’Azur et […] rencontre un entrepreneur atypique, Thierry Morano. » Sollicité en 2003 par al-Khelaifi, avec qui il avait sympathisé, Morano met en relation le prince du Qatar avec un de ses amis, Ivan Blum, pour acheter les droits TV du football espagnol. « Au Qatar, les quatre hommes [al-Khelaifi, Morano, Blum et Ahmed al-Sulaiti, le représentant du prince] créent ensemble une société : Demiurge management [qui achète les droits espagnols]. […] Ce succès permet aux Qataris de lancer, en novembre 2003, Al Jazeera Sport […]. Dans la foulée, les associés signent un contrat d’exclusivité avec cette chaîne pour acheter tous les droits télé disponibles dans tous les sports possibles : Roland Garros, Paris-Dakar, Ligue des champions… Les Français vivent à Doha, au Ritz-Carlton, puis dans une maison. Ils gagnent beaucoup d’argent. […]
[Al-Khelaifi] s’impose comme le leader de la société, le représentant officiel auprès de la chaîne où ils ont leur bureau : “
C’est normal, reconnaît Ivan Blum, c’est un local. Le patron, c’est toujours le Qatari.” La situation irrite l’autre Français [Morano]. Le 1er juin 2005, les deux Français ne peuvent plus accéder à leur bureau : leurs badges sont désactivés, ils sont virés. “Nasser nous a évincés pour pouvoir garder le pouvoir, argue Thierry Morano. On lui a mis en place tout le réseau, on a porté la chaîne, il nous a utilisés.” Il estime avoir été dupé, accuse son “frère” de ne pas l’avoir payé entièrement et a lancé, en 2007, une procédure judiciaire contre lui à Doha. Pour démêler cette histoire, la cour a nommé un expert en juin 2010. “Je ne comprends pas Thierry, nuance Ivan. Nous avons été très bien payés pour mettre en place ce réseau. Les Qataris ont une mentalité à l’anglo-saxonne : vous partez du jour au lendemain avec votre carton, comme aux États-Unis. C’est brutal, mais c’est comme ça.” »

- « Pas de joueurs surpayés à l’achat. » Interrogé par lequipe.fr, Vincent Chaudel, économiste du sport, évoque le recrutement du PSG à la sauce qatarie : « Avec l’arrivée [de QSI] à Paris, on pouvait craindre un effet “Chelsea Prize”, des joueurs surpayés à l’achat, comme Abramovitch l’a fait chez les Blues en enflammant le marché. Rien de tel au PSG pour l’instant. Les transferts de Gameiro, Matuidi ou Ménez se sont conclus au juste prix. Ce sont de très bons joueurs, mais pas — ou pas encore — de “grands” internationaux. Ces profils-là sont plus rares donc plus chers. C’est celui d’un Pastore, potentiellement. Je ne dirais donc pas qu’il ne vaut pas la somme évoquée. Il signe pour cinq ans et il est jeune (22 ans) : s’il tient ses promesses, le club fera une belle opération à la revente. Il est certain toutefois qu’il y a une prise de risque, mais l’absence de risque reviendrait pour le PSG à acheter un joueur plus confirmé donc encore plus cher. Au fond, les 42 M€ de Pastore, c’est le prix à payer par le club pour changer de dimension, lancer un signal au marché. […]
[Manchester] City a dépensé 450 M€ en achats de joueurs ces quatre dernières années pour enfin décrocher une troisième place. Pour le PSG, il est question “que” de 150 M€ sur trois ans. Investir environ la moitié de cette somme dès la première année ne paraît pas démesuré. Il fallait remplacer les Giuly, Coupet, Makelele. Le PSG reconstruit l’essentiel aujourd’hui et peaufinera demain.
 »

- Ginola : « Si Paris peut montrer l’exemple… » Sur RMC Sport, David Ginola s’est dit partagé au sujet de la nouvelle puissance financière du PSG : « Je porte un regard complètement mitigé. Je suis très excité de voir une équipe qui va viser le titre cette année. Une équipe qui a l’air de bien jouer au football. Des joueurs très intéressants, recrutés à coups de millions. Après, on n’est pas en Angleterre. La gestion de l’argent est différente. On n’a pas les mêmes règles. Il va falloir que, petit à petit, la France s’ouvre sur le monde. Si Paris peut montrer l’exemple, c’est très bien pour le football français. À partir du moment où ça ne va pas enterrer les petits clubs. »

- « Le PSG est obligé de gagner. » Dans le Parisien, le nouveau président de l’OM, rappelle — peu subtilement — que le PSG est attendu au tournant cette saison : « Je suis assez favorable à l’arrivée de fonds étrangers dans le foot français, ils injectent de l’argent dans une économie qui en a bien besoin. Mais avec ce PSG, on bascule presque dans l’irrationnel. Le PSG est le club qui a le plus investi en Europe, et plus que les 19 autres équipes de L1 réunies ! Le PSG était déjà un vrai concurrent sans ces investisseurs. Maintenant, ils sont obligés de gagner. Ils ont une équipe hors concours. Près de 100 M€ [80 M€ en réalité], quand vos rivaux se serrent la ceinture, ça change la donne du championnat. Doit-on, à l’OM, prendre le risque d’un joueur de plus pour remporter le titre, alors que tout dépend des Parisiens ? »

- Ménez : « Je ne veux pas me fixer de limites. » Ce mardi, dans L’Équipe, Jérémy Ménez explique avec humilité et ambition ses objectifs avec le club de la capitale : « J’ai mûri, à Rome. […] Oui, je suis timide, mais j’ai envie de montrer que je suis très heureux d’être à Paris. Professionnellement, j’ai appris un peu plus les valeurs du collectif. Je suis parti jeune de France [à 21 ans] et, quand on est jeune, on pense qu’on a toujours raison, qu’on sait comment se débrouiller, ce qui est faux. […] Le PSG est apprécié à l’étranger, les joueurs veulent y venir. Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question de projet : aller le plus loin possible en L1 comme en Ligue Europa. Pour moi, ce n’est surtout pas un pas en arrière. Je veux aller très haut, ne pas me fixer de limites et c’est aussi ce que veut le PSG. […] On ne va pas gagner tous les matches, mais il faut voir très haut, notamment en Ligue 1. Il ne faudra pas se cacher. Faisons en sorte que le mois d’août se passe bien et, ensuite, on verra à quel niveau on se trouve et ce qu’on peut viser. »

- Ménez : « Je dois progresser au niveau de la concentration. » Avant le premier match officiel de la saison, Jérémy Ménez a accordé une longue interview au Parisien, que le quotidien publie ce matin. « Il ne faut pas trop se mettre de pression sur ce premier match, estime l’ancien Romain. On a vu qu’il y a des joueurs qui sont arrivés tardivement comme moi. Donc le groupe n’est pas à 100 %. Il ne faudra pas tout jeter à l’eau si ça venait à se passer mal, mais il est vrai qu’on joue à domicile et une première victoire serait importante. […] Sur un premier match, les automatismes n’ont pas trop d’importance. Je pense que c’est l’état d’esprit qui va être déterminant. Si tout le monde tire dans le même sens, il y aura quelque chose de positif à la fin. »
Ménez évoque également ses axes d’amélioration personnels : « Il me faut encore progresser au niveau de la concentration, même si j’ai beaucoup mûri depuis que j’ai quitté la France. Avant j’étais dans l’individualité, aujourd’hui je pense plus à l’équipe. Et je m’emporte moins sur le terrain, notamment contre les arbitres. Je suis une autre personne. […] Moi, un caractère difficile ? C’est faux ! […] J’aimerais que les gens me connaissent avant de parler de moi. Il y a des trucs faux qui circulent à mon sujet. Peut-être que mon ancienne réputation me poursuit aussi. Ici, j’espère m’ouvrir aux gens, et que tout cela va changer. »

- Ménez : « Marquer au moins 10 buts cette saison. » Dans la même interview, Jérémy Ménez est interrogé sur le fait que le PSG soit aujourd’hui l’attraction de la L1 : « Je m’en rends compte à travers ce que rapportent mes amis ou mes proches. Il y a même des gens dans la rue qui viennent me parler de ce qui se passe au club. La France attendait un grand PSG et c’est bien pour le football français. Ça donne envie de répondre à ses attentes. […] La pression et l’attente sont-elles au même niveau qu’à l’AS Roma ? C’est comparable. On est dans deux capitales et quand on connaît l’importance du foot en Italie… Mais ici, je le vis différemment, avec plus de passion parce que Paris est ma ville. Pour moi, ce qui se passe est très important. […] On dit souvent qu’il n’est pas facile pour un joueur de revenir évoluer dans sa ville d’origine ? J’ai pris ça en compte, mais je ne suis plus un gosse. C’est à toi de mettre des barrières et savoir ce que tu veux vraiment dans la vie. Je n’ai pas de craintes par rapport à ça. Bien au contraire. Je vais me concentrer sur mon métier et privilégier le repos. »
Le nouveau numéro 7 du PSG dévoile ensuite ses objectifs pour la saison 2011/2012 : « Les joueurs de L1 désignent le PSG comme le favori pour le titre ? C’est malin et de bonne guerre. Mais il y a cinq ou six équipes de très bon niveau. […] On ne va pas se cacher, on a le potentiel pour être champions. Après c’est bien beau de l’affirmer au début du mois d’août. Ce sont les ingrédients qu’on mettra qui décideront de notre classement. Et si on termine deuxièmes, ce sera une bonne saison. […] Ma saison idéale ? Que le PSG soit champion et qu’à titre personnel je puisse marquer au moins 10 buts. C’est la barre que je me suis fixée. »

- Matuidi : « De l’engagement entre nous à l’entraînement. » Sur lequipe.fr, Blaise Matuidi indique que son intégration dans l’effectif parisien est bonne : « Elle a été facilitée par les joueurs que je côtoie en équipe nationale [Gameiro, Hoarau, Ménez, Sakho] et par ceux que je connaissais avant comme Tiéné et Chantôme. »
L’ancien Stéphanois livre par ailleurs son sentiment sur la concurrence à laquelle seront soumis tous les joueurs parisiens cette année : « La concurrence, c’est ce qui fait avancer une équipe. Elle va, je pense, nous aider à tous élever notre niveau de jeu. C’est elle aussi qui nous fera gagner des matches. […] Il y a de l’engagement entre nous [à l’entraînement], c’est vrai, mais c’est normal. Ça fait partie du jeu. Chacun est là pour gagner sa place. Il faut montrer à l’entraînement que l’on peut compter sur nous. Ça fait plaisir au staff. Ça nous servira aussi à nous les joueurs en match, on sera plus à l’aise. L’important est d’afficher un bon état d’esprit lors des séances et de ne pas y aller petits bras. Comme on dit : on joue le samedi comme on s’entraîne la semaine. En ce moment, il y a de l’engagement, de l’envie, c’est bon signe. »

- Nenê : « Je me sens comme chez moi ici. » « Le Brésilien n’est plus la seule star du PSG. Va-t-il supporter la concurrence ?, s’interroge L’Équipe ce vendredi. La saison dernière, Nenê était LA star du PSG. […] Mais la donne a changé. Demain, face à Lorient, Gameiro, Ménez, en attendant Pastore, la recrue la plus chère de l’histoire de la Ligue 1, pourraient faire chavirer le cœur des Parisiens à sa place. » De son côté, le meilleur buteur (20, à égalité avec Hoarau) et meilleur passeur (19) de la saison dernière se veut serein : « Moi, ne plus être la star ? (sourires) Ce n’est pas un problème, au contraire… Ça va m’enlever du poids sur les épaules. De toute façon, moi, je préfère qu’on soit champions, même si je marque moins et que je fais moins de spectacle. Mais, bien sûr, je vais essayer de faire la même chose et encore mieux. Je suis un compétiteur. Je vais tout faire, comme les autres, pour atteindre cette place de rêve qu’est la Ligue des champions. […]
D’autres joueurs peuvent jouer à ma place, mais aucun vrai gaucher comme moi n’a été recruté. Ça prouve qu’on me fait confiance, que le coach compte sur moi, comme il me l’avait dit il y a un an. Ça prouve aussi que Leonardo me fait confiance. Tout ça, ça me donne encore plus d’envie. C’est bon pour le moral. De toute façon, la pression, c’est un truc qui ne me gêne pas, au contraire. J’aime ça et je me sens comme chez moi ici. […] L’arrivée de Pastore ? C’est très bien. Il va nous apporter beaucoup. C’est très motivant. […] À l’entraînement, qu’il y ait de l’intensité dans les contacts, c’est normal. Ça montre que tout le monde a envie de montrer sa valeur, de ne pas perdre sa place. C’est bon pour l’équipe. Mais le coach interdit quand même les tacles…
(sourires) C’est vrai qu’il y a plein de joueurs à la personnalité forte, mais on doit savoir que l’équipe est plus importante que l’individu. Il faut mettre les qualités personnelles au service de l’équipe. »

- « La pression ? Au PSG, on a toujours la pression. » En conférence de presse, Antoine Kombouaré a été interrogé sur le costume de favori du club parisien cette saison : « Je laisse les gens parler, commenter et écrire, a répondu l’entraîneur parisien. L’objectif est d’aller chercher la Ligue des champions. Après, il y a le facteur réussite, ne pas avoir de blessés, être régulier dans les performances. Mais nous visons clairement la Ligue des champions. […] Au PSG, on a toujours la pression. Au Parc des Princes et également à l’extérieur où vous êtes attendus. Je suis bien placé pour en parler. Quand j’étais à Valenciennes, affronter le PSG ou Marseille était le match de l’année. » (source : PSG.FR)

- Gourcuff : « Jouer au Parc, un événement. » À la veille du match PSG-Lorient, Christian Gourcuff a expliqué en conférence de presse pourquoi un déplacement à Paris n’était pas un match comme les autres à ses yeux : « Jouer au Parc, c’est toujours un événement. Le fait d’y débuter la saison, compte tenu de ce qu’il s’est passé cet été au Paris Saint-Germain, cela rend le contexte encore plus particulier. Cela sort du contexte habituel du championnat. […] Un premier match, c’est toujours un peu particulier car il faut retrouver la concentration. Et le fait de jouer à Paris permettra aux joueurs de rentrer plus facilement dans le match. C’est un match de tous les dangers mais qui est tellement excitant à jouer ! On sait ce qu’on veut faire et il faut maintenant avoir la détermination pour y parvenir. » « Si on fait un résultat positif, on fera parler de nous, confirme Grégory Bourillon dans L’Équipe. Et comme Lorient n’est pas un club surmédiatisé, c’est toujours intéressant. »
L’entraîneur breton a également évoqué l’arrivée de QSi au PSG : « C’est toujours attractif pour le football français quand des investisseurs puissants arrivent. Mais l’expérience montre qu’il faut attendre pour voir. On n’a pas pour mission de donner des leçons. Mais Barcelone ne s’est pas fait en une journée et là, on est dans le court terme. Reste qu’au départ de cette nouvelle saison, cela apporte un intérêt accru pour la Ligue 1. » (source : AFP)

- « Le PSG n’a déjà pas le droit à l’erreur. » Contrairement à son confrère, L’Équipe se montre prudent quant aux chances de voir le PSG glaner le titre de champion cette saison. Dans ses pronostics, le quotidien sportif donne ainsi cinq étoiles à Marseille et Lille, mais seulement quatre à Paris : « Pourquoi ne pas mettre le PSG sur la même ligne [que Lille et Marseille] ? Parce que le passé montre que les recrutements spectaculaires n’induisent pas forcément, en tout cas pas immédiatement, une équipe équilibrée. La saison dernière, sans un problème de gardien et de buteur, c’est-à-dire à peu près tout ce qui fait la différence, le PSG aurait déjà pu finir beaucoup plus haut que cette quatrième place qui l’a laissé à la lisière du grand monde. Le gardien ? Le PSG n’a pas fait simple, puisqu’il en a pris deux (Douchez et Sirigu). Le problème du buteur devrait se régler si Gameiro s’impose, si Hoarau passe un palier, et si comme on l’imagine, la présence de Ménez et de Pastore atténue la dépendance parisienne envers Nenê. Le risque, bien sûr, est de réunir autant de joueurs qui aiment le ballon, alors que la saison dernière avait déjà été alourdie par les humeurs entourant le seul Nenê. Et puis, Makelele ne sera plus là pour mettre de l’ordre.
L’argent rend les choses faciles sur le long terme, mais sur le court terme, tout sera difficile pour le PSG et Antoine Kombouaré, qui sera menacé après une “défaite d’affilée” et qui est donc condamné à réussir l’amalgame dans un délai très court, alors que certaines recrues ne sont pas prêtes.
 »

Notes

[1] « Je n’irai pas en France. Le football français n’est pas pour moi. C’est simple, je ne retournerai jamais jouer en France. Je ne peux pas être plus clair », déclarait Bougherra en avril dernier, d’après le Daily Record.

[2] « Pastore se comporte comme un jeune joueur, estime Libération  : des gestes parasites, la dernière idée qui frappe son cerveau est toujours la bonne, et beaucoup de prises de risques avec le ballon — chaque balle perdue étant potentiellement mortelle au très haut niveau. »

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG