Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

arretsurimages.net a enquêté sur nos critiques des médias

PSG : les manifestations vues par Arrêt sur images

Qui de l’AFP, du Parisien, de L’Équipe ou de PSGMAG.NET s’est trompé ?

jeudi 26 août 2010, par Vivien B.

PSG : les manifestations vues par Arrêt sur images

Samedi 14 août, le site de décryptage de l’actualité des médias arretsurimages.net a publié une enquête intitulée « Les supporters du PSG, ces autres repoussoirs du gouvernement » et sous-titrée « Supporters contre journalistes : @si arbitre le match ». Suite à notre récit des manifestations ayant précédé le match PSG-Saint-Étienne puis nos analyses sur leur médiatisation (voir PSG : chronique de la désinformation quotidienne et PSG : focus sur la propagande de L’Équipe, du JDD), Laure Daussy a tenté d’en savoir plus en vérifiant nos critiques. Le résultat nous semble sans appel, même s’il nécessite des précisions de notre part.

La présentation d’@si reflète bien le résultat de leur enquête :

Après les Roms et les « délinquants d’origine étrangère », les supporters de foot sont-ils le troisième repoussoir estival du gouvernement ? […] Selon la préfecture, ils se sont montrés violents, lors de leur rassemblement, et auraient fait pression sur les autres spectateurs pour qu’ils n’entrent pas dans le stade. Mais selon un site de supporters, PSGMAG.NET, il n’en serait rien, et les médias auraient épousé sans nuances la version de la police. Manifestation violente ou non ? Difficile de savoir qui dit vrai. La plupart des médias traditionnels ont davantage donné la parole à la police qu’aux supporters, confirmant ce que nous notions voici quelques mois : le « supporter land » reste un milieu largement inexploré par les médias généralistes. Des journalistes spécialisés rejettent la critique, accusant en retour les supporters d’exagérer leur victimisation, tout simplement parce qu’ils sont en train de perdre leur pouvoir de pression auprès du club.

L’AFP n’informe pas : « C’est difficile »

Première critique émise par PSGMAG.NET et vérifiée par Arrêt sur images : les dépêches partielles et partiales de l’AFP.

Y a-t-il eu un traitement partial des journaux concernant ces interpellations ? C’est ce que dénonce le site PSGMAG.NET, un site de supporters : « Entre paresse et a priori, l’essentiel des médias ont accordé une forte exposition médiatique aux incidents sans jamais les expliquer, ni même les décrire fidèlement. »

L’enquête menée par @si est instructive :

L’AFP ne donne pas la parole aux supporters

« Une communication parfaitement orchestrée par le ministère de l’Intérieur, et reprise par l’AFP », selon le site. Toutes les dépêches publiées le soir du match ne reprennent, en effet, que la version de la préfecture : « À l’extérieur du Parc des Princes, il y a eu des faits de violence, d’insulte, et de pression sur des spectateurs pour les empêcher d’accéder au stade », a expliqué un porte parole de la préfecture de police de Paris. L’AFP cite également des « témoins », qui racontent des « altercations avec la police qui a chargé et utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser ces groupes ».

L’AFP ne donne la parole à aucun supporter. Certes, les manifestants sont pour la plupart d’anciens des tribunes de Boulogne et d’Auteuil, dont certains « ultras » sont connus pour être violents. Toutefois, par souci d’impartialité, l’AFP aurait pu interviewer certains d’entre eux, comme dans d’autres types de manifestation.

Interrogé par @si, un journaliste de l’AFP, de la rubrique informations générales, reconnaît qu’une interview de supporter manque en effet à la dépêche. Il explique que la rédaction était déjà occupée à obtenir les chiffres des interpellations. Il leur était donc difficile de joindre des supporters dans la nuit. D’autant qu’ils n’ont pas de contact direct avec des associations ou clubs, contrairement au service sport. Lequel service sport n’est pas mieux introduit : « les journalistes étaient occupés à traiter le match, explique son chef, Pierre Pointreau. Et de toute façon, le lendemain, il leur était difficile, comme à chaque fois en ce qui concerne les supporters du PSG, de trouver des interlocuteurs : les associations du club parisien concernées par les arrestations sont peu structurées, il est difficile de savoir qui parle au nom de qui. »

« La rédaction était déjà occupée à obtenir les chiffres des interpellations. » Et dire que certains reprochent à l’AFP de ne pas avoir d’humour. L’agence a effectivement passé la soirée à annoncer 245, 246, 247, 248 ou 249 interpellations selon les dépêches. Une information nettement plus décisive que de savoir qui manifestait où, pourquoi, qui a été interpellé, quand, où, pourquoi et dans quelles conditions.

« Il était difficile de trouver des interlocuteurs », assure encore l’AFP, « comme à chaque fois en ce qui concerne les supporters du PSG ». Voilà un autre gros mensonge. Jusqu’aux dissolutions d’avril dernier, les associations du PSG étaient parfaitement structurées et identifiées. Leurs anciens responsables — Christophe Uldry, Philippe Pereira, Amar Bennacer, Simon, Hooman, etc. — sont très bien connus des médias.

Depuis, c’est effectivement plus compliqué. Pourtant, ces obstacles ne semblent pas insurmontables : de notre côté, nous avons réussi à recueillir de nombreux témoignages des manifestations dès le lendemain, nous permettant de nous assurer que les 240 interpellations étaient abusives, les manifestants n’ayant pas fait preuve de violence. Depuis, d’autres médias ont réussi à reproduire cet exploit — France Inter ou RTL par exemple. La semaine passée, nous sommes également parvenus à publier les interviews des anciens leaders du Parc. Reconnaissons qu’il a fallu pour cela se remonter les manches et passer quelques coups de téléphone. Nous en convenons, il est nettement plus confortable de se contenter de copier-coller les communiqués de presse fournis clés en main par le ministère de l’Intérieur. Mais le métier de l’AFP, c’est toujours d’informer, non ?

Quand @si reproduit les erreurs de ses confrères…

Après les dépêches AFP, @si a poursuivi son contrôle de nos affirmations avec notre critique suivante, qui s’adressait aux 13 heures de TF1, France 2 et France 3 :

Le site s’en prend plus particulièrement au 12/13 de France 3. « Ces ex-abonnés des tribunes Auteuil et Boulogne ont violemment manifesté contre les nouvelles mesures de sécurité imposées par le club. Plusieurs altercations ont éclaté avec la police, sans faire de blessés », explique le présentateur, dans un court commentaire sur des images, reprenant pour l’essentiel la version de l’AFP, donc de la police.

Avant de développer la suite de l’enquête menée par @si, il nous semble nécessaire de rectifier quelques erreurs commises par… l’arbitre du match, @si.

Amalgame reporter - sujet de son reportage

Nos fidèles lecteurs le savent, mais prenons un instant pour le rappeler néanmoins : PSGMAG.NET est un site de presse consacré à l’actualité du PSG. Nous n’avons aucun lien avec les organisateurs des manifestations, dont nous nous sommes contentés de relater le déroulement. Plus généralement, nous ne sommes en aucun cas les porte-parole « des supporters du PSG », cette entité n’existant tout simplement pas de manière homogène. Tout au long de son article, @si mélange de manière regrettable « les supporters du PSG » en général, les manifestants en particulier, et notre site. Pour évoquer PSGMAG.NET, @si parle ainsi « des supporters mécontents » — à deux reprises — ou encore « des exclus ». Cet amalgame se retrouve dans l’extrait suivant :

Les supporters avouent eux-mêmes, sur leur site, avoir voulu « bloquer l’accès à leur tribune ». Le site mentionne notamment le témoignage d’un certain Arnaud B, étudiant en journalisme, et participant à la manifestation […]. Les supporters ne semblent pas être à une contradiction près lorsqu’ils critiquent leur traitement médiatique [1].

PSGMAG.NET n’a pas voulu bloquer l’accès à la tribune Boulogne. Nous n’étions même pas présents à la manifestation lors du blocage, raison pour laquelle nous avons interrogé un témoin, Arnaud. Plus généralement, l’enquête donne l’impression — et la journaliste d’@si en convient lors de notre entretien téléphonique — que nos différentes critiques à l’égard de certains médias n’ont qu’une seule explication : nous serions nous-mêmes des supporters violents, mécontents de notre sort. Cet amalgame malheureux entre un reporter (nous) et le sujet de son reportage (les manifestations et leur traitement médiatique) aurait pu être vite dissipé si @si avait pris la peine de nous contacter durant son enquête, mais seuls l’AFP, L’Équipe et le Parisien ont eu ce privilège, bien que de larges extraits de nos analyses soient cités en fil rouge tout au long de l’article, et bien que la conclusion de l’article nous assimile — avec la participation d’Arnaud Hermant — à des supporters violents qui « exerçaient auparavant un pouvoir de pression physique sur la direction du club », sans que nous ne puissions réagir.

Ces précisions ont été apportées dans un droit de réponse publié — tardivement — sur arretsurimages.net.

Le Parisien se trompe ? C’est la faute des hooligans !

L’enquête d’Arrêt sur images se conclut ainsi :

Les journalistes sportifs sont-ils exclusivement alimentés par la direction du club ? Selon les supporters mécontents, ce plan anti-violence est un peu trop vite encensé par le Parisien et L’Équipe, qui en feraient de la « propagande ». « Ils répètent jour après jour les bienfaits de ce plan, quitte à annoncer son succès quand rien ne le justifie. » Les supporters s’en prennent notamment à un article de L’Équipe, intitulé « Paris change d’air », suite à ce match PSG-Saint-Étienne. « Nouveau public, nouveau climat et bon départ. Et si le PSG profitait sur le terrain des mesures qui visent les tribunes », écrit Damien Degorre, qui suit le PSG pour L’Équipe. Selon les exclus, si l’ambiance était plus calme, c’est bien plutôt parce que les tribunes étaient désertées, à cause des restrictions d’accès au stade. Selon le site, avec 23 000 spectateurs, il s’agissait de la plus faible affluence pour un match de L1 au Parc des princes depuis novembre 1993 (un match réunirait en moyenne 42 000 spectateurs). Contacté par @si, le journaliste de L’Équipe était injoignable.

Le site s’en prend aussi à un article du Parisien, qui « gonflerait » les chiffres, évoquant 25 000 spectateurs au lieu des 23 000 en réalité. Contacté par @si, le journaliste du Parisien, Arnaud Hermant, explique qu’il s’agit du chiffre fourni par l’attaché de presse du club le soir du match. Il ne s’explique pas pourquoi le chiffre officiel figurant le lendemain, sur le site de la Ligue 1, LFP.fr était en effet de 23 000, alors qu’il provenait de la même source. Quoi qu’il en soit, Hermant se défend d’avoir tenté de camoufler les tribunes vides. « Le stade sonnait creux », écrit-il par exemple dans cet article. Quant au plan de Colony, « rien ne me prouve qu’il s’agit d’un plan marketing de la part de l’actionnaire, explique-t-il. S’ils peuvent me le prouver, je suis preneur ! » Et de renvoyer la balle à ses accusateurs : « les supporters oublient un peu vite que, si l’on en est arrivé à ce type de plan, c’est en partie à cause des graves incidents qui ont émaillé la saison dernière. » Selon lui, les supporters perdent, avec le nouveau plan, le pouvoir de pression physique qu’ils exerçaient auparavant sur la direction du club. Ils seraient donc prêts à tout pour retrouver leur statut perdu : leur offensive contre la presse ne s’expliquerait pas autrement. Balle au centre ?

Ces quelques lignes appellent deux ensembles de réflexions de notre part.

Le Parisien découvre la vie

@si confirme que, comme nous l’avions révélé, le Parisien et L’Équipe ont surestimé l’affluence de 12 %. Surtout, cette erreur nous semble révélatrice d’un mode de fonctionnement défaillant de la part de ces journaux spécialisés : comme l’AFP, ils se sont contentés d’une seule source — le PSG —, qu’ils n’ont pas cherché à vérifier, par exemple en croisant leurs informations. Ainsi Arnaud Hermant explique-t-il qu’il s’est contenté de la version fournie par l’attaché de presse du PSG, et « ne s’explique pas » qu’elle soit fausse. Comment ? La direction de la communication d’une entreprise ferait parfois de la communication ? Elle chercherait à intoxiquer les journalistes ? Non, vraiment, je ne vois pas de quoi vous voulez parler. De la même manière que l’AFP se contente d’une source gouvernementale, le Parisien reconnaît qu’il ne se s’interroge absolument pas sur la fiabilité des informations qui lui sont fournies par le PSG. Le plan Leproux est parfait, et tous ceux qui émettent des réserves sont des hooligans ? Bien noté…

Il est par ailleurs intéressant de relever que non seulement le Parisien se trompe, mais il n’en informe pas ses lecteurs ! Pour savoir combien de personnes ont vraiment assisté au match PSG-Saint-Étienne, il vous fallait aller à la source sur LFP.fr — ou lire PSGMAG.NET. En vous contentant de consulter la presse spécialisée, vous avez été désinformés… Et bien qu’il en ait conscience, Arnaud Hermant n’a pas jugé utile de le faire savoir à ses lecteurs. L’affluence était pourtant présentée comme l’un des rares indicateurs de la réussite du plan Leproux, et le sujet avait été évoqué la semaine précédente. Même si chacun savait qu’il s’agirait d’un chiffre attendu, le Parisien n’a donc pas envisagé que le PSG pourrait lui communiquer une fausse information. Un journaliste qui n’a pas compris qu’une source officielle n’est pas parole d’évangile, cela existe donc encore. Tout du moins quand cela l’arrange…

Quiconque critique le Parisien est un hooligan

Nous sommes les seuls « accusateurs » cités par @si dans l’article. Les propos d’Hermant sur « les supporters » s’adressent donc manifestement au site PSGMAG.NET. Avons-nous oublié la chronologie des événements et leurs premiers responsables ? Certainement pas. Il y a quelques semaines, nous publiions dans une « chronique de supporter » ce que le journaliste du Parisien nous accuse d’avoir oublié :

J’en veux à ceux qui nous ont amenés là. Et je ne vise pas seulement les dirigeants du PSG. Oui ils ont pondu ce plan. Mais assumons un minimum : les responsabilités ne viennent pas que d’en haut. Le rayon des fautifs compte aussi des supporters. […] Ceux qui ont provoqué cette situation sont bien plus nombreux. […] Tous ceux qui ont […] prôné la haine de l’adversaire avant l’amour de leurs couleurs, tous ils sont coupables, à leur échelle. Coupables d’avoir laissé s’instiller un climat d’agressivité, de violence latente. Coupables de ne pas avoir vu plus loin que le bout de leur nez. Coupables de s’être réjouis de leur bêtise.

Par ailleurs, notre « offensive contre la presse » n’en est pas une : PSGMAG.NET s’exerce modestement à la critique des médias depuis 2008.

« Rien ne me prouve qu’il s’agit d’un plan marketing de la part de l’actionnaire », explique Arnaud Hermant. Pour avoir des preuves, il faudrait enquêter. Tant qu’Arnaud Hermant se contentera de recopier ce qui lui aura été dicté par l’attaché de presse du PSG, il ne risque pas de trouver de preuve de quoi que ce soit — surtout s’il disqualifie toutes les critiques factuelles qui lui sont adressées en estimant que cela ne peut venir que de supporters violents. Reste à espérer qu’il reste quelques journalistes qui envisagent de faire leur travail. Ne comptez pas sur Arnaud Hermant, qui l’avait annoncé le 9 mai dernier : « Ce projet, inédit en France en matière de supporters, doit être encouragé. […] Le président ne doit pas flancher, même si la grogne des supporteurs semble inévitable. […] Les fans doivent comprendre […] que ces mesures courageuses et radicales sont pensées pour leur bien […]. » Voilà la raison pour laquelle Arnaud Hermant ne cherche pas à savoir si ce plan est juste ou même efficace : il milite pour sa réussite. Toute personne qui le critiquerait ne peut donc être qu’un hooligan. CQFD.

Au terme de l’enquête d’arretsurimages.net, il ressort que l’AFP s’est trompée, elle le reconnaît elle-même ; le Parisien s’est trompé, il le reconnaît lui-même ; L’Équipe s’est trompé de la même façon, mais n’a pas répondu. Pour être correctement informé sur les à-côtés du match PSG-Saint-Étienne, il fallait donc lire PSGMAG.NET : un site de supporters soi-disant violents… mais qui sur ce coup-là permettait de savoir ce qui s’est réellement passé, puis de prendre connaissance des erreurs de la presse spécialisée, qui les passe sous silence. N’en déplaise à certains propagandistes…

Notes

[1] @si n’avait pas compris qu’il y avait eu deux manifestations différentes — avec blocage côté Boulogne, sans blocage côté Auteuil —, et s’est donc trompé en considérant que nous nous sommes contredits sur ce point, comme l’a volontiers reconnu l’auteure de l’enquête lors de notre entretien téléphonique mardi 17 août. Le droit de réponse diffusé sur arretsurimages.net le mentionne également.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

28 votes
Votez

10 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1
    10 votes
    Votez
    Paul
    26 août 2010 10:50

    Encore une fois bravo pour cet article qui montre bien les contradictions des journalistes. Mais ce n’est pas nouveau que le métier de journaliste consiste, pour l’immense majorité d’entre eux, à recopier ou paraphraser des dépêches AFP, des communiqués des Ministères, ou des CP d’agences de communication/ relations publiques.

    Arnault Hermant est un journaliste sportif, sa tâche est de suivre l’aspect sportif du PSG. Il n’est absolument pas qualifié pour analyser l’extra sportif du club (sociologie des supporters, hooliganisme, etc.) malgré le fait qu’il en soit considéré comme le grand connaisseur. D’où ces contresens, ces amalgames, dès qu’il parle de ce qu’il ne maîtrise pas…

    De toutes manières, le principal problème des journalistes lorsqu’ils traitent des supporters du PSG, c’est que, nourris durant des années au hooliganisme, au Droit de Savoir, etc, ils ne peuvent s’empêcher de faire l’amalgame "supporter du PSG = violence". C’est plus fort qu’eux, et en plus cela fait vendre ! La preuve, même les journalistes armés des meilleures intentions comme ceux d’Arrêt sur image" tombent dans le piège. Pourtant, il suffit de lire "PSGMag.net" pour se rendre compte que tous les supporters du PSG, même s’ils se rendent en virage pour chanter (ou crier leur haine selon les journalistes ;)), ne sont pas des bruttes épaisses, avinées, racistes ou racailleuses… Et ça, ça ne demande pas une enquête de terrain, mais deux clics sur Internet…

  • #2
    7 votes
    Votez
    why not
    26 août 2010 11:15

    Très bonne analyse de la société d’aujourd’hui et de la presse en particulier.

    On sait bien qu’aujourd’hui le gouvernement à pris la main sur le "dossier PSG", et comme de plus "la bande à Sarko" avec à sa tête "le bon petit soldat hortefeux", qui pour le coup à bien la tête de l’emploi à la main mise sur la presse et la télévision, les dés son pipées d’avance.

    On sait bien que les personnes interpellées le jour de PSG / ST ETIENNE, sont majoritairement des gens pacifiques, mais il est si facile de se faire un coup de pub, en montrant à toute la France "voir le monde entier" car ce n’est pas la modestie qui l’etouffe le nain, que sur le plan de la délinquence dans les stades ça sera la tolérance zéro. Et tant pis si des centaines de personnes doivent aller en GAV et être interdit de stade pour ça.

    Mais le vent va tourner bientôt, toute sa politique sécuritaire est en train de se casser la gueule, les gens voient bien que les résultats ne suivent pas, et commence à en avoir marre.

    Je pense que Leproux est pris à son propre piége, il à voulu faire preuve de fermeté, mais c’est retrouvé débordé par la bande à Sarko, et maintenant même si il voulait faire machine arriére, il ne le pourrait pas.

  • #3
    9 votes
    Votez
    stanc
    26 août 2010 13:10

    Je suis d’accord sur l’amalgame qui est fait entre psgmag.net et (en gros) des hooligans. C’est du très mauvais journalisme.

    D’accord aussi sur l’absence d’enquête sérieuse de la part des média traditionnels sur les manifestations. La date correspondant aux congés de certains journalistes n’y est peut-être pas étrangère. Ça n’excuse pas mais ça peut expliquer.

    Par contre, la critique du chiffre de l’affluence entre 23000 et 25000 n’apporte pas grand chose. L’écart est minime et courant en la matière, même avec des affluences autour de 40000. Je pense qu’un chiffre précis n’est pas toujours évident à obtenir. Ce n’est donc pas forcément une volonté délibérée de masquer la réalité.

    Concernant la critique du plan qui, selon certains, est purement marketing. Là, aucune preuve n’existe. Il y a des arguments dans un sens et dans l’autre. Il faut malgré tout remettre les événements dans leur chronologie. Le plan n’arrive pas n’importe quand mais après une escalade de la violence constante la saison dernière entre Auteuil et Boulogne avec comme point d’orgue la mort d’un homme. Ça, ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité.

    Donc en conclusion, je trouve que le terme de propagande pro-plan de la part de la presse me paraît disproportionné.

  • #4
    11 votes
    Votez
    Vivien Brunel
    26 août 2010 14:22

    Par contre, la critique du chiffre de l’affluence entre 23000 et 25000 n’apporte pas grand chose. L’écart est minime et courant en la matière, même avec des affluences autour de 40000. Je pense qu’un chiffre précis n’est pas toujours évident à obtenir. Ce n’est donc pas forcément une volonté délibérée de masquer la réalité.

    Tu te trompes, stanc Clin d'oeil :
    - L’écart, que nous vérifions systématiquement, est sauf très rares exceptions nul en L1. Pour une bonne et simple raison…
    - … un chiffre précis est évident à avoir : il suffit de consulter l’organisateur de la compétition, la LFP, comme nous l’avons fait.
    - Si le PSG ment auprès des journalistes depuis cette année, ce n’est pas pour rien. C’est pour masquer la réalité, parce qu’eux ont bien compris que l’affluence était un enjeu majeur — au passage, 12 % d’erreur ce n’est pas minime.
    - Pour en avoir discuté avec quelques uns, certains journalistes (y compris au Parisien) ont bien compris — tardivement — que le PSG leur mentait sur ce sujet. Je leur reproche ici de ne pas l’avoir compris avant et de ne pas l’avoir dit à leurs lecteurs, et plus généralement de se contenter de la version du PSG.
    - Après Tel-Aviv, le Parisien et L’Équipe — ce n’étaient ni Degorre ni Hermant — ont mis en doute le chiffre annoncé par le PSG, en se référant à l’UEFA. Exactement ce qu’ils auraient dû faire deux semaines plus tôt contre Saint-Étienne — l’objet de cet article —, et qu’ils n’ont pas fait.

    Il faut malgré tout remettre les événements dans leur chronologie. Le plan n’arrive pas n’importe quand mais après une escalade de la violence constante la saison dernière entre Auteuil et Boulogne avec comme point d’orgue la mort d’un homme. Ça, ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité.

    Tu fais semblant de nous expliquer cela, ou tu penses vraiment qu’on n’est pas au courant ? C’est la 5e fois que je te lis dire "il faut rappeler la chronologie" et la 847e fois que je rappelle qu’on n’a rien oublié ; je t’assure que ça devient pénible à la longue. Clin d'oeil C’est ainsi exactement ce que nous rétorque Hermant, auquel nous avons répondu dans cet article.

    Donc en conclusion, je trouve que le terme de propagande pro-plan de la part de la presse me paraît disproportionné.

    La propagande n’est pas démontrée dans cet article, qui ne fait que revenir sur l’enquête d’@si, mais dans nos deux articles précédents (voir les liens à la fin de l’article) — et dans un prochain, puisque cela continue.

  • #5
    5 votes
    Votez
    stanc
    26 août 2010 15:19

    Tu es certainement bien mieux informé que moi sur la façon d’obtenir ces chiffres et heureusement. Ce que je voulais dire, c’est juste que ce n’est pas parce qu’on aurait 25000 au lieu 23000 que tout d’un coup, c’est un succès. L’écart est trop minime. Donc, je n’y vois pas de mauvaise intention, que ce soit du club ou du journaliste qui a retranscrit la mauvaise information.

    C’est vrai, tu as raison. Je me répète. L’âge sûrement et peut-être aussi pour m’assurer d’être bien compris et que la contradiction peut s’exprimer.

    Si je viens et reviens sur ce site, c’est que j’y ai trouvé une certaine objectivité sur un sujet qui ne s’y prête généralement pas trop, le PSG. Après le journalisme n’est pas fait que d’objectivité, on peut aussi exprimer un avis qui sera lui forcément un peu subjectif. L’important, c’est qu’un débat argumenté puisse avoir lieu et ceci dans une ambiance là aussi bien meilleure que la grande majorité des sites qui traitent du PSG.

  • #6

    Votez
    Sat’
    26 août 2010 17:15

    Après le journalisme n’est pas fait que d’objectivité, on peut aussi exprimer un avis qui sera lui forcément un peu subjectif.

    Dans ce cas, le journal ne doit pas se définir comme un journal d’informations, mais un journal d’opinion.

    L’information, c’est rapporter des faits, éventuellement les rendre accessibles au plus grand nombre en explicitant le contexte, les tenants et les aboutissants.

  • #7

    Votez
    stanc
    26 août 2010 17:46

    À vrai dire, je parlais là de l’opinion exprimée par Vivien. Mais ça marche pour le journalisme en général. Ce n’est pas péjoratif dans mon esprit. La façon de présenter les informations peut aussi exprimer une opinion sans en avoir l’air.

  • #8
    9 votes
    Votez
    why not
    26 août 2010 18:46

    Votre article démontre qu’effectivement, ça arrange beaucoup de monde (les médias, le gouvernement, les instances du foot), et j’en passe de stigmatiser le supporter du PSG (et surement après de l’OM, l’OL etc etc).

    Le gouvernement : son objectif est multiple, tout d’abord, démontrer à ces électeurs, que l’on peu éradiquer avec de la fermeté et de la volonté, la violence dans et au abord des stades (ce qu’ils sont incapable de faire dans les banlieues) entre autre.

    Ils veulent également démontrer à la ligue de football et aux clubs, qu’il sont devenue un acteur incontournable de la sécurité dans les stades, et qu’avant de prendre la moindre décisions, ils devront en passer par le gouvernement.

    Au sujet de la presse, le gouvernement met au pas toutes les éditions nationales, (en gros et en bref, on est pour ou contre) : pour tout va pour le mieux, contre il y aura indirectement des sanctions, le pauvre rédacteur en chef qui ne suivrait pas les consignes, serait immédiatement prié d’aller chercher du boulot ailleurs (j’exagère à peine hélas).

    Donc, pour cela tous les moyens sont bon, truquage des chiffres dans les stades (on enlève les mauvais supporters, mais d’autres prennent la relève), on démontre que les "hooligans" veulent à tout prix reprendre leur place par tout les moyens (manifestation pour empêcher le supporters lambda de rentrer dans le stade), donc pas de quartier, la moindre manifestation pacifique ou pas et hop, en GAV, et interdiction de stade. On se croirait dans un pays de l’est, et tout ça en détournant la loi par tous les moyens, interdictions à un groupe d’individu de se rassembler, interdiction d’aller voir un match à l’extérieur en individuel, interdiction de choisir sa place dans le stade etc etc. Du coup si j’habite en province et que je veux voir mon équipe favorite jouer avec mes amis, je fait comment !!!!

    La ligue de football ensuite, après la catastrophe du mondial (du coté sportif, comme du coté gestion de crises), ils poursuivent plusieurs objectifs :

    Tout d’abord gommer l’image déplorable laisser par la grève des milliardaires, par la comédie del arté de domenech, refusant entre autre de serrer la mains à Pereira, par l’inconscience des joueurs qui jouent au enfants gatés. Et je ne parle pas de l’après qui à été encore plus mal géré. etc etc.

    Ensuite montrer au public que les mauvais éléments seront maintenant éradiqués, et qu’ils peuvent maintenant venir en famille sans risque de rencontrer des hooligans assoiffées de violence.

    Et pour finir, montrer au futur acquéreur de la ligue 1 que le ménage à été bien fait, et donc vendre leur produit de plus en plus cher. (au final c’est nos abonnement que ce soit au stade ou à la télé qui vont augmenter.

    La presse : A, la presse, il y en aurait des choses à dire, sur tous les sujets d’ailleurs, mais le principal pour eux et de faire du chiffre, et si on montre des méchants punis, des augmentations de spectateurs malgré la fin des abonnements en tribune, fatalement, ça fera vendre de plus en plus de journaux.

    De plus en caressant le gouvernement dans le sens du poil, ils s’assurent quelques fuites gouvernementales sur d’autres sujet.

    Heureusement, il reste des PSG MAGNET, pour nous tenir informé de la réalité des choses. Mais ça ne doit pas être facile, vu que maintenant, vous vous retrouvez ficher comme hooligans. Bientôt des interdictions de stades pour vous, enfin ce jour la, malgré les risques encourus, je veux bien venir manifesté mon mécontentement.

    Alors pour essayer d’être le plus complet possible, j’en veux terriblement aux fauteurs de troubles de tout genre, qu’ils soient des Ultras ou autres, car il est quand même assez facile de mettre tous les ultras dans le même panier. J’en veux à l’égoïsme de certains qui par passion à la base on faillis foutre en l’air un club mythique de football, le PSG, notre club.

    Si vous aimez un minimum ce club, comme beaucoup d’entre nous, arrêtez votre violence gratuite, arrêtez d’être égoïste, montrer nous que vous êtes des hommes, et non pas des sauvages. A quoi sert la violence, à quoi sert d’insulter systématiquement le public adverses, et même c’est un comble les supporters de votre propre camp. Nous on veut un parc avec des tifos, des chants, le fameux douzième homme, mais on ne veut plus de violence, de scène barbare etc etc.

    Merci a ceux qui auront eu la patience de me lire jusqu’au bout.

  • #9

    Votez
    Carba
    27 août 2010 03:13

    Très intéressant, merci encore pour votre travail.

    Cependant plus les jours passent plus j’ai l’impression que la bataille médiatique est perdue d’avance et en cela c’est d’autant plus à votre honneur de poursuivre la défense des supporters et du club contre les amalgames.

    Selon moi la cause est déjà perdue dans l’opinion publique car même sur un site comme @si où les gens présents ont fait la démarche de s’informer avec une curiosité intellectuelle un peu plus importante que la moyenne on rencontre toujours en majorité deux types de réactions.

    Ceux qui estiment que le football (sport prolo qui ne concerne pas l’élite qu’ils croient être) n’a pas sa place dans un site d’information, quand bien même cela touche un sujet aussi important que les libertés individuelles (avec les IAS).

    Ceux qui sur un sujet tel que celui ci ne font pas preuve du même esprit critique que pour la politique. Ils ont entendu dans tous les médias depuis des années que le PSG est un club de fachos donc il ne peut pas en être autrement avec le cliché du parc des princes remplis de horde de skins imbibés d’alcool.

    (Réactions lues sur les commentaires à l’article de @si)

    Bien sur j’extrapole en considérant que ce petit échantillon représente l’ensemble de la population.

    Alors si en plus les journalistes des médias grands publics que sont le parisien et l’équipe s’évertuent à jouer les attachés de presse du club et du gouvernement la situation devient inextricable.

  • #10
    5 votes
    Votez
    dblejay
    28 août 2010 21:40

    Merci pour votre travail,
    pour coroborrer les commentaires de beaucoup, il est évident que le PSG est la vitrine du gouvernement.
    le silence bien entendu et complaisant de l’ensemble des Français à l’égard de toutes les mesures liberticides et anti-constitutionnelles contre les Parisiens rappelle les heures les plus sombres de notre histoire, comme vous l’avez déjà écrit…

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG