Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Bilan de l’actu du 16 au 22 août

Actu PSG de la semaine : transferts, anciens, médias

mardi 23 août 2011, par Gauthier B., Vivien B.

Actu PSG de la semaine : transferts, anciens, médias

Pour être sûr que vous n’ayez rien raté de l’actualité du PSG cette semaine, nous vous proposons une synthèse récapitulative, sujet par sujet. Pour en savoir plus sur un point précis, vous n’avez qu’à suivre les liens.

Absent ou peu disponible ces derniers jours ? Nous vous offrons une séance de rattrapage.

Transfert et rumeurs de transferts, matches des pros et des équipes de jeunes, infos diverses : toute l’actu du PSG du 16 au 22 août 2011 en bref.

Les faits majeurs du 16 au 22

Rumeurs de transferts : les arrivées

- Paris chercherait un défenseur central et un attaquant. « Selon nos informations, le PSG cherche encore un défenseur central et un attaquant avant la fermeture du marché des transferts, le 31 août, assure le Parisien ce samedi. […] À Paris, où l’argent n’est plus un problème, le recrutement d’un défenseur et d’un attaquant dépendra surtout de la valeur de ces renforts. Leonardo ne souhaite pas empiler les joueurs, juste doter le club d’une équipe hyper compétitive immédiatement. Si la perle rare n’existe pas, le PSG restera avec l’effectif qu’il possède actuellement. »

- Un nouveau défenseur ? « En défense [centrale], aucun nom n’a encore filtré parmi les pistes possibles, reconnaît le Parisien. Celui de Mertesacker (Werder Brême) revient souvent cet été quand un club cherche un axial d’envergure. Paris l’avait couché sur sa liste au début de l’été, avant que les Qataris n’arrivent dans la capitale. »
De son côté, L’Équipe assure que « Ricardo Rodriguez, le prometteur latéral gauche du FC Zurich (D1 suisse), suscite l’intérêt commun du Real Madrid et du PSG. D’origine chilienne, le défenseur (18 ans) est international suisse en moins de 19. Sous contrat jusqu’en 2015, sa valeur se situerait autour de 4 M€. »

- Leonardo : « Un nouveau défenseur ? On regarde… » Sakho et Armand blessés, Jallet de retour de blessure, la défense parisienne est actuellement diminuée. Dimanche soir, Leonardo a confié qu’il envisageait de recourir à un renfort. « À l’origine, on ne pensait pas le faire mais, vue la situation, on est obligés de regarder », a-t-il expliqué d’après le Parisien, qui estime que cela « [confirme] l’information parue dans [ses] éditions du samedi 20 août ». De son côté, L’Équipe ne publie pas la déclaration du Brésilien et assure que celui-ci est « à la recherche d’un défenseur central d’envergure depuis son arrivée au poste de directeur sportif ».
« [Leonardo] pense notamment à l’international allemand du Werder Brême, Per Mertesacker, 26 ans, qui mesure 1,96 m, et est également suivi par Arsenal », croit savoir le quotidien sportif. « La piste du défenseur international allemand du Werder Brême Per Mertesacker avait été envisagée par la cellule de recrutement avant même l’arrivée du nouveau patron sportif, indique quant à lui le Parisien. Le Brésilien va-t-il l’explorer plus en profondeur dans les prochains jours ? Ou va-t-il essayer de trouver un défenseur polyvalent pouvant évoluer dans l’axe et côté gauche ? Tout dépendra des opportunités, comme l’a suggéré l’ex-coach du Milan AC. »

- Le PSG s’intéresserait à Bendtner. Ce mercredi, le Daily Mail assure que le PSG s’est renseigné sur l’attaquant d’Arsenal Nicklas Bendtner (23 ans), pour qui les Gunners demanderaient £11m, soit 12,5 M€. Le quotidien britannique ajoute que ses représentants ont discuté avec Stoke, Newcastle et Sunderland, mais que ceux-ci ne sont pas prêts à payer le prix demandé par Arsenal.

- La rumeur Wright-Phillips. D’après le Daily Mail, le PSG aurait proposé £2,5m — soit 2,9 M€ — à Manchester City pour le transfert de l’ailier anglais Shaun Wright-Phillips, qui intéresserait également Bolton, Stoke et Wigan. « Wright-Phillips préférerait rester dans le nord-ouest mais sait qu’il gagnerait davantage au PSG, assure le tabloïd britannique. Bolton — sa destination préférée — ne peut pas lui offrir son salaire actuel, qui s’élève à £45k par semaine [soit environ 200 K€ par mois] ».
« Oui, il y a eu une approche [du PSG], assure l’agent de Wright-Phillips sur footmercato.net. Cela remonte à trois semaines environ. […] Je ne peux pas confirmer la somme évoquée [2,9 M€]. […] Le joueur étudie plutôt des offres venant du Royaume-Uni. Et je dirais qu’il a plus de chances de rester là-bas. »

- Leonardo penserait à Milito. « [Leonardo] songerait […] à un attaquant évoluant en Italie rompu à la Ligue des champions, croit savoir le Parisien. […] Il pourrait s’agir de Diego Milito, désormais placardisé à l’Inter Milan. Leo le connaît très bien et rêverait de l’associer à Pastore. Pastore-Milito, un duo de rêve sur le papier. Borriello (Milan AC) ainsi que Gilardino (Fiorentina) sont aussi cités. L’arrivée d’un attaquant viendrait compenser le départ de Mevlüt Erding. Avec l’éventuel exil du Turc, les solutions viendraient à manquer pour Antoine Kombouaré avec Gameiro, le numéro 1 actuellement, Hoarau et beaucoup de compétitions à disputer. Pastore et Bodmer, eux, jouent un peu plus reculés. »

- Osvaldo plairait à Leonardo. « D’après le site Internet de la Gazzetta dello Sport, le PSG aurait approché Pablo Osvaldo, l’attaquant de l’Espanyol Barcelone, rapporte L’Équipe ce samedi. L’Italo-Argentin (25 ans) est courtisé par l’Atlético de Madrid et surtout l’AS Roma, qui en a fait l’une de ses priorités. Mais son profil plairait aussi à Leonardo. Aucune offre n’a été formulée mais, pour le directeur sportif parisien, Osvaldo se présenterait comme une alternative crédible si le départ de Mevlüt Erding […] se concrétisait. »

- Pablo Osvaldo pour remplacer Erding ? Samedi soir, Canal+ affirmait que le transfert de Mevlüt Erding à Rennes serait officialisé ce dimanche. Aujourd’hui, la presse spécialisée ne mentionne pas d’avancée dans ce dossier.
En revanche, L’Équipe revient sur le nom de son éventuel remplaçant : « [Son] profil […] sera similaire : un attaquant capable de prendre la profondeur en numéro 2 derrière Gameiro. Beaucoup de noms circulent mais l’Italo-Argentin Pablo Osvaldo aurait la préférence de Leonardo. Âgé de 25 ans, et sous contrat jusqu’en 2015 avec l’Espanyol Barcelone (12 buts en 23 matches de Liga la saison dernière), ce dernier est aussi en contact avec la Roma et il aurait fait une priorité de son retour en Italie (où il a déjà joué à Bergame, Lecce, à la Fiorentina et à Bologne). Pour l’instant. » De son côté, le quotidien espagnol Sport assure que le transfert d’Osvaldo à l’AS Roma est bouclé, seule la visite médicale repoussant l’officialisation du transfert.

- Nouvelles rumeurs : Kaka, Borriello, Gilardino. Ce dimanche, El Mundo Deportivo indique que le Real Madrid souhaite se séparer de Kaka, mais que son salaire exorbitant limite les offres. « Le dernier espoir du club [madrilène] serait un transfert au PSG », estime le quotidien sportif espagnol.
De son côté, le quotidien milanais Libero croit savoir que Leonardo s’intéresse à Alberto Gilardino (Fiorentina) et Marco Borriello (AS Roma). Il y a dix jours, l’agent de Gilardino avait déjà démenti être en contact avec le PSG.
Enfin Raul a annoncé à As qu’il resterait à Schalke 04.

- Milito, Osvaldo, Raul, Forlan… Erding souhaitant quitter le PSG, le club parisien s’est mis à la recherche d’un attaquant. « Leonardo cherche un buteur expérimenté ayant déjà évolué en Ligue des champions et Diego Milito (32 ans), le buteur de l’Inter Milan, lui plaît tout particulièrement, affirme le Parisien. Le nom de Raul circule également, même si l’ancienne gloire du Real Madrid a annoncé qu’il souhaitait aller au bout de son contrat à Schalke. Enfin, la presse italienne a évoqué celui de Pablo Osvaldo, un Italo-Argentin de 25 ans qui joue à l’Espanyol Barcelone, déjà en contact avec la Roma. »
De son côté, L’Équipe assure que « l’Italo-Argentin de l’Espanyol Barcelone, Osvaldo, 25 ans, lui plaît bien mais le joueur préférerait l’AS Rome. La Gazzetta dello Sport citait hier le nom de l’Uruguayen Diego Forlan (Atlético de Madrid) du côté de la capitale, mais le PSG se heurte à la concurrence de l’Inter Milan sur ce dossier. »

- Berbatov ne viendra pas. D’après francefootball.fr, Leonardo a indiqué que Dimitar Berbatov ne signera pas à Paris cet été : « J’ai eu [Alex] Ferguson au téléphone mais il m’a dit qu’il comptait sur Berbatov et qu’il n’était pas à vendre. »

- Le PSG s’intéresserait à Raul. D’après la presse espagnole, Schalke 04 souhaite se séparer de Raul. ABC indique que l’ancien Madrilène a refusé une offre du PSG cet été, tandis qu’El Mundo Deportivo croit savoir que le club parisien a fait part de son intérêt cette semaine, après le refus de l’Espagnol de rejoindre Blackburn.

- Raul : son agent dément, le Parisien insiste. Ces derniers jours, la presse espagnole a fait état de rumeurs de contacts entre Raul et le PSG. Vendredi, l’agent de l’ancien Madrilène, Ginés Carvajal, a démenti auprès du quotidien sportif As : « Il n’y a pas d’offre du Besiktas, ni du Paris Saint-Germain. »
Ce samedi, le Parisien ne mentionne pas ce démenti, mais insiste au contraire avec cette rumeur : « Leonardo songerait à Raul, 34 ans, auteur d’une remarquable saison avec Schalke 04 (13 buts en championnat et 5 en Ligue des champions) […]. De sources espagnoles, le nouvel homme fort parisien aurait appelé Raul directement. L’ex-Madrilène est au cœur des récentes réflexions de Leonardo et de Nasser al-Khelaifi, le président du conseil de surveillance du PSG. »

- Kharja aurait aimé signer au PSG. L’international marocain Houssine Kharja, qui a signé ce jeudi à la Fiorentina, a confié sur les ondes de RMC qu’il n’aurait pas été contre le fait de suivre Leonardo, son entraîneur à l’Inter Milan l’an passé : « Oui, c’est vrai, je connais très bien Leonardo et il y a eu des rumeurs. Mais il n’y a jamais eu de contact ou de choses concrètes avec le PSG. Même si ça m’aurait fait énormément plaisir de venir à Paris. Après, je suis content en Italie. » Kharja est déjà passé au PSG dans sa jeunesse, où il a effectué une grande partie de sa préformation.

Rumeurs de transferts : les départs

- Erding et les Girondins de Bordeaux. « [Erding] a confié à Francis Gillot, le coach bordelais, que le club girondin serait sa priorité en cas de transfert », indique le Parisien ce vendredi, sans citer la moindre source. Le quotidien francilien semble reprendre à son compte un article paru la veille dans Sud-Ouest : « L’international turc cire le banc du Paris Saint-Germain mais reste persuadé qu’il peut y gagner sa place malgré la concurrence de Kevin Gameiro et Guillaume Hoarau. Mais si le PSG version Qatar recrute un nouvel attaquant, Erding pourrait changer d’avis. Dans ce cas, il l’a confié à Francis Gillot, son ancien entraîneur à Sochaux, Bordeaux serait sa priorité. »
Le quotidien régional estime par ailleurs que « la priorité bordelaise, son profil idéal, reste Mevlüt Erding », mais Jean-Louis Triaud, le président bordelais, assure qu’il manque d’argent pour conclure un transfert : « On sait qu’il nous manque quelqu’un devant mais si on n’a rien fait jusqu’à présent, c’est que soit le joueur ne nous convenait pas, soit celui qui convenait n’entrait pas dans nos conditions. […] Un joueur à 6 millions ou plus, ce n’est pas dans nos possibilités. »

- Antonetti a appelé Erding. Interrogé par RMC Sport vendredi, Frédéric Antonetti a confirmé son intérêt pour Mevlüt Erding : « Je croise les doigts pour Erding même si c’est un dossier difficile. Mais l’actionnaire est prêt à nous aider. C’est une chance pour le club. Sinon, J’ai eu Mevlüt Erding au téléphone il y a quelques jours. Il est en pleine réflexion parce qu’il y a beaucoup de concurrence. On espère vraiment le faire venir. »

- Leonardo : « Erding peut partir si… » Dimanche soir, Leonardo a confirmé que Mevlüt Erding souhaitait désormais quitter le PSG. « La situation d’Erding est claire, a expliqué le directeur sportif parisien. Le joueur a demandé à ce que l’on regarde des opportunités pour lui et il en a. On lui a dit d’accord, à condition qu’on lui trouve un remplaçant. »
Lundi midi, à l’issue du décrassage des Parisiens, l’international turc a indiqué à francefootball.fr qu’il ne pensait pas être présent mardi à l’entraînement.
« Erding, qui ne manque pas de propositions, souhaiterait rejoindre Rennes dans les prochains jours », assure L’Équipe lundi matin. « [Il] pourrait s’engager avec Rennes dans la semaine, croit savoir le Parisien. L’indemnité de départ devrait osciller autour des 7 M€. » Enfin lequipe.fr estime que « l’affaire pourrait se conclure aux alentours des 8 M€ ». Pour rappel, le transfert d’Erding avait coûté 9,3 M€ au PSG.

- Luyindula suivi par Nice. Peguy Luyindula, écarté du groupe pro depuis fin juillet, est sur les tablettes de l’OGC Nice. « C’est un garçon que nous avons noté, a reconnu Éric Roy, l’entraîneur du Gym, sur le site actufoot06.com. Le problème, ce n’est pas notre volonté ; plutôt les accords à trouver. »

La rumeur Carlo Ancelotti

JPEG - 38 ko

- La rumeur Ancelotti. « PSG-Ancelotti : contact établi », proclame L’Équipe en une ce mercredi. « Hier, [Leonardo] […] a contacté Carlo Ancelotti, l’entraîneur italien, pour savoir s’il serait, éventuellement, intéressé pour diriger le PSG en cas de nouvelle contre-performance, dimanche prochain, contre Valenciennes. De sources proches de l’actionnaire qatari, Ancelotti (51 ans) ne serait pas contre l’idée de débarquer à Paris, même si les deux parties ne sont pas encore d’accord. Limogé de Chelsea en fin de saison dernière […], il désire toujours entraîner à l’étranger et la France, même si elle ne constituait pas sa priorité cet été et qu’il avait évoqué le projet d’une année sabbatique, pourrait le tenter. Surtout à Paris. […] Avant de prendre contact avec lui, Leonardo s’était entretenu, jeudi dernier, avec Nasser al-Khelaifi pour évoquer l’hypothèse d’un changement d’entraîneur dans les prochaines semaines. Le nom d’Ancelotti avait alors été soufflé et les Qataris ne semblaient pas forcément opposés à son arrivée. »
De son côté, RMC Sport affirmait mardi soir, après que le quotidien sportif avait déjà évoqué cette rumeur, que « Carlo Ancelotti ne viendra pas au PSG cette saison ». « L’ancien coach du Milan AC et de Chelsea privilégie la piste d’un club anglais, précisait l’agence. S’il ne trouve pas de point de chute outre-Manche, Ancelotti prendra une année sabbatique. »
Dans les commentaires de son blog hébergé par RMC, Daniel Riolo indique qu’il en a discuté avec l’entraîneur italien : « Parce que c’est toujours mieux de demander aux gens plutôt que d’inventer des inutiles feuilletons (sic), je peux vous dire qu’Ancelotti ne viendra pas au PSG… Pas en cours de saison en tout cas. […] Après, les feuilletons peuvent continuer, on peut continuer à parler de coups de pied dans les sacs, on peut continuer à demander aux vigiles du Camp des Loges si [Kombouaré] a bien serré la main de tout le monde ce matin, si Nenê n’a pas fait pipi à côté, oui on peut faire son métier comme ça aussi… Mais on peut aussi parler foot avec Ancelotti. »

JPEG - 63.2 ko

- Kombouaré bientôt viré, épisode 12. Ce jeudi, L’Équipe continue de dérouler le feuilleton Ancelotti. Le quotidien sportif fait sa une sur « l’ultimatum de Leonardo », assurant que « l’entraîneur du PSG doit remporter les deux prochains matches de L1 s’il veut conserver une chance de sauver sa place ».
« Selon des sources proches de Qatar Sports Investments (QSi) […], Nasser al-Khelaifi, le président du conseil de surveillance, a confié en privé que, si Paris ne remportait pas ses deux prochains matches de championnat, il changerait d’entraîneur, affirme L’Équipe. À Nasser al-Khelaifi, Leonardo, le directeur sportif du PSG, aurait ainsi déclaré : “On ne peut pas continuer comme ça.” Au cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, Nasser al-Khelaifi aurait répété : “On ne peut pas continuer comme ça.” Il y a donc de grandes chances que Paris ne continue pas comme ça, surtout que le prince héritier ne verrait pas d’un mauvais œil l’arrivée d’un technicien du standing de Carlo Ancelotti (51 ans), la priorité de Leonardo. »

- Les Qataris apprécieraient Ancelotti. « [Leonardo] a sondé [Ancelotti] cette semaine sur ses envies de rejoindre Paris dans les prochaines semaines, croit savoir L’Équipe. […] En œuvrant en coulisses, il cherche à attirer un technicien de renommée, doté d’un palmarès, qu’il connaît bien. C’est le cas d’Ancelotti, avec qui il a collaboré à l’AC Milan entre 2001 et 2009. Leonardo a déjà convaincu son actionnaire que l’ex-entraîneur de Chelsea, libre de tout contrat depuis son licenciement à la fin de la saison dernière, est la solution idoine pour un effectif composé majoritairement d’internationaux. »
« D’après nos informations, les nouveaux propriétaires qataris du PSG seraient séduits à l’idée de faire venir Carlo Ancelotti comme entraîneur, soutient également RMC Sport. Son palmarès (deux Ligue des champions gagnées avec le Milan AC en 2003 et 2007) et son envergure médiatique plaisent énormément à l’entourage du prince héritier du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani. En cas d’accord avec le technicien italien, les choses pourraient se finaliser rapidement, peut-être même la semaine prochaine. »

- Ancelotti, Leonardo et le PSG. « [Leonardo] n’a pas encore persuadé [Ancelotti], qui repousse l’idée de rentrer en Italie mais qui préférerait, pour le moment, un projet en Premier League plutôt qu’en France », estime L’Équipe. À défaut de pouvoir confirmer un intérêt réciproque entre l’Italien et le PSG, le quotidien sportif consacre un article aux liens entre Leonardo à Carlo Ancelotti : « “Un rapport d’amitié existe entre Ancelotti et Leonardo. Quand tu dis ça de deux personnes, ça suffit, parce que tu as tout dit. Cela implique qu’ils se respectent. Ils sont complémentaires.” Joint hier, Ariedo Braida, le directeur sportif de l’AC Milan, insistait sur la qualité de la relation entre les deux hommes.
Leonardo a eu Carlo Ancelotti comme entraîneur lors des derniers mois de sa carrière de joueur, d’octobre 2002 (date du retour du Brésilien à Milan, où il avait déjà évolué de 1997 à 2001) à 2003. Ensuite, “Leo” est devenu dirigeant du club lombard alors que “Carletto” demeurait le coach.
 » Après avoir mentionné les différences de fonctionnement entre Ancelotti et Leonardo une fois que celui-ci est devenu entraîneur du Milan AC (l’horaire des séances d’entraînement, l’annonce de la composition d’équipe), L’Équipe conclut, sans que rien ne vienne étayer cette chute facile : « En fait, Ancelotti et Leo n’ont jamais perdu le contact. Ce n’est pas près de changer. »

- Ancelotti : « Je préfère l’Angleterre à la France. » Joint par RMC Sport, Carlo Ancelotti a indiqué que le poste d’entraîneur du PSG ne l’intéressait pas : « On m’a déjà posé la question en Italie. Je veux rester en Angleterre. Je peux attendre un an. Si à la fin de la saison prochaine, je n’ai pas trouvé de club en Angleterre, je prendrais en considérations les propositions que j’aurais puisque je suis libre. Je préfère l’Angleterre au niveau sportif. Les stades sont pleins, il n’y a pas de violence, l’ambiance est magnifique, et il n’y a pas les problèmes d’arbitrage qu’on voit en Italie ou en France. […] Si on m’appelle pour venir à Paris maintenant ou dans un mois ? Non. »

- Leonardo : « Il n’y a pas d’ultimatum. » « Sa présence devant les médias n’est pas fréquente. Leonardo n’a pas envie de s’exprimer après chaque match. Mais l’actualité des derniers jours, centrée autour du sort d’Antoine Kombouaré, l’a obligé à sortir de sa réserve », explique le Parisien.
Les propos de Leonardo jeudi soir, tels que rapportés par l’AFP, L’Équipe et le Parisien, sont les suivants : « Je ne peux pas démentir chaque jour ce qui se dit. Le football, c’est du spectacle. Tout le monde parle. Cela fait du bien. On savait que les gens parleraient. On en était conscients. Ce qui se passe à l’extérieur n’est pas important. […] Carlo Ancelotti ? J’ai beaucoup d’amis dans le football. […] On est très content d’Antoine Kombouaré, qui est supporté par tout le monde, les joueurs et les dirigeants. Le projet est avec lui. On a du temps, on n’est pas pressés. La saison a démarré plus tard pour nous. Des joueurs sont arrivés il y a peu de temps, il y a eu un changement important dans le club [l’arrivée des Qataris]. Tout ce qui se passe est normal. Il n’y a rien qui va changer dans notre projet, en particulier la situation de l’entraîneur. […] Je le redis : Antoine est dans le projet. Il n’y a aucun problème avec lui. […] Si l’équipe perd les deux prochains matches ? Je n’envisage jamais l’avenir avec pessimisme. En tout cas, il n’y a pas d’ultimatum posé à Kombouaré en termes de résultats. Rien n’a changé depuis le début de saison. On a besoin de temps et je suis optimiste. » Avant le match, Leonardo avait déjà confié les mêmes informations à son ancien coéquipier Vincent Guérin, qui commentait la rencontre sur Direct8.
« On voit mal désormais Leonardo se séparer à court terme de Kombouaré, même en cas de contre-performances face à Valenciennes au Parc et à Toulouse dans dix jours », conclut le journal de Saint-Ouen. De son côté, L’Équipe ne remet pas en question son annonce de la veille, assurant que « de sources italiennes, Ancelotti, avec qui Leonardo a collaboré à l’AC Milan de 2001 à 2009, a récemment reçu une offre du PSG. L’entraîneur italien n’a pas souhaité, pour le moment, y donner suite. »

JPEG - 58.1 ko

- De la déontologie de L’Équipe. Jeudi matin, l’ultimatum qu’aurait fixé Leonardo à Antoine Kombouaré barrait la une de L’Équipe, et occupait plus d’une demi-page en pages intérieures. La veille, les contacts présumés entre le directeur sportif du PSG et Carlo Ancelotti faisaient déjà la une du quotidien et une demi-page. Ce vendredi, en revanche, le journal de Boulogne-Billancourt enterre la déclaration de Leonardo dans un encart au beau milieu de la page 12. De son côté, le Parisien l’a jugée suffisamment importante pour lui accorder près d’une demi-page, sur la page et demie consacrée au PSG (voir ci-dessous).
L’Équipe a par ailleurs choisi avec parcimonie les propos du Brésilien qu’il a bien voulu relayer. Voilà la déclaration de Leonardo, cité par l’Agence France-Presse, que le quotidien sportif — tout comme le Parisien — a préféré passer sous silence : « On parle beaucoup du PSG pour le moment, et par conséquent on parle beaucoup du football français. Ce qu’il se passe ces dernières semaines avec Paris est très intéressant et positif pour tout le football français. Mais je demande aux médias de rapporter des informations et non de véhiculer des rumeurs. »

JPEG - 140.2 ko

- Ancelotti, Kombouaré et leparisien.fr. La semaine dernière, Antoine Kombouaré avait prévenu : lassé des questions sur son avenir, l’entraîneur parisien mettra fin aux points-presse si ce sujet est évoqué. Jeudi soir, à l’issue de la rencontre à Luxembourg, un journaliste l’a interrogé : « Sur la venue éventuelle d’Ancelotti, quel est votre état d’esprit ? » Comme il l’avait annoncé, Kombouaré a mis fin à l’entretien : « Merci messieurs, bonne soirée à vous. » Sur son site Internet, le Parisien tente de faire croire que le Kanak s’est énervé. La vidéo est titrée : « Satisfait du match, Kombouaré s’agace à l’évocation d’Ancelotti », tandis que le commentaire précise : « De la satisfaction et un ras-le-bol. Satisfait de son équipe, Antoine Kombouaré a mis fin à ses déclarations d’après-match suite à une question sur l’arrivée éventuelle à sa place de Carlo Ancelotti, l’entraîneur italien. » Le site n’a manifestement pas jugé utile d’expliciter le fait que le ras-le-bol de Kombouaré ne concerne pas sa situation, mais les questions grotesques que répètent paresseusement certains journalistes. Plus tôt dans la soirée, l’entraîneur du PSG avait déjà mis fin à l’interview de Direct8 pour les mêmes raisons.

- Elle court, elle court la rumeur… Jeudi soir, lequipe.fr a relayé de la manière suivante le démenti de Leonardo concernant l’ultimatum qu’il aurait fixé à Antoine Kombouaré : « Alors que la rumeur court depuis quelques jours qu’au cas où Paris ne gagne pas ses deux prochains matches de L1, Antoine Kombouaré serait remplacé par Carlo Ancelotti, Leonardo a tenu à soutenir son entraîneur. »
Mais d’où vient cette rumeur galopante ? De lequipe.fr, quelques heures plus tôt : « Les jours d’Antoine Kombouaré à la tête du PSG sont comptés. […] L’entraîneur du PSG doit remporter les deux prochains matches de Ligue 1 s’il veut conserver une chance de sauver sa place. »

-  L’Équipe repris de volée par le blog de Slate. Ce samedi, dans un article intitulé « La crise au PSG, petit précis d’anti-journalisme sportif », le blog Plat du pied, sécurité, hébergé par slate.fr, revient sur le traitement médiatique réservé au PSG dans les colonnes de L’Équipe cet été : « Une bonne partie de la presse sportive française semble s’être aujourd’hui donnée le mot pour saborder ce nouveau Paris. Pensez-donc : après deux matches de championnat, l’équipe d’Antoine Kombouaré ne compte qu’un point ! Qu’importe si l’OM n’en a que deux et si Lille, le champion en titre, un seul. La crise est à Paris, point final. Peut-être que les prophéties auto-réalisatrices de L’Équipe et du Parisien finiront par se vérifier. Peut-être qu’Antoine Kombouaré sera viré dans les prochaines semaines, que Leonardo se fâchera pour de bon avec les actionnaires qataris, que Carlo Ancelotti coachera enfin le club de la capitale. Les deux journaux de Marie-Odile Amaury pourront alors se féliciter de leur perspicacité, à coups de “Comme nous vous le révélions il y a quelques semaines…” Mais en attendant, leur matraquage systématique tient plus de la pathologie que d’un journalisme de faits. À la mi-juillet, L’Équipe paye sa première Une sur son marronnier favori : “Le PSG déjà en crise”. […]
Avant même le deuxième match de championnat,
L’Équipe croit ainsi savoir qu’“en cas de nouvelle contre-performance samedi à Rennes, un changement d’entraîneur ne semblerait pas à exclure”. Vous apprécierez d’ailleurs la combinaison conditionnel + forme négative pour ne pas trop se mouiller. Le match nul contre les Bretons ayant apparemment “contrarié” Leo, le quotidien sportif dégaine une deuxième fois, quelques jours plus tard. “Leonardo a sondé Ancelotti”. Bigre. Le coach italien ne serait “pas contre l’idée de débarquer à Paris”, lit-on. […] Dernier épisode de la saga cette semaine, avec un nouvel ultimatum made in L’Équipe. […] On passe sur les subtilités de langage pour réintroduire le facteur Ancelotti (“Les actionnaires qataris ne verraient pas d’un mauvais œil”). » (lire l’intégralité de l’article sur le blog Plat du pied, sécurité)

JPEG - 32.1 ko

- Ancelotti : L’Équipe brasse du vent. Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps avant que L’Équipe ne consacre à nouveau ses gros titres à la rumeur Ancelotti. Ce dimanche, le quotidien sportif annonce « une semaine qui fera date », et le justifie ainsi : « Mardi, Leonardo renoue le contact avec Carlo Ancelotti. Mercredi, Antoine Kombouaré réunit ses joueurs pour leur parler de son avenir. Jeudi, Javier Pastore fait ses débuts sous le maillot du PSG en Ligue Europa ; Salvatore Sirigu est titulaire dans le but alors que Nicolas Douchez est présent pour la première fois dans le groupe parisien. » Pourtant, point de révélation dans cet énième épisode du feuilleton Ancelotti. Mais une tentative : faire croire que Kombouaré a confirmé lui-même les informations du quotidien sportif.
« Les jours écoulés n’ont pas été de tout repos pour Antoine Kombouaré, l’entraîneur du PSG, qui sait son avenir en jeu », assure ainsi L’Équipe. « L’entraîneur parisien n’est pas dupe. Il ne sait pas tout ce qui se trame en coulisses mais il est conscient que c’est déjà le temps des menaces, que sa place se consume un peu plus quand les points s’évaporent en L1. […] La révélation, dans ces colonnes, de discussions avec l’entraîneur italien ne laisse pas Kombouaré insensible. À peine arrivée à Luxembourg, mercredi, vers midi, le technicien parisien convoque son équipe dans un salon de l’hôtel Sofitel. Cette réunion n’était pas prévue mais, évidemment concerné par ce qu’il a lu dans l’avion, le Kanak tient à clarifier quelques points avec ses joueurs et les conserver mobilisés. “Ne lisez pas la presse, ne vous dispersez pas avec ça, leur demande-t-il. Depuis la reprise, je vous dis que ce sont les résultats qui détermineront mon sort. On gagne, je reste, on perd… À Paris, il n’y a que les murs qui ne bougent pas. Pour l’instant, je suis là et je veux que vous jouiez libérés, en faisant abstraction de tout ce qui se dit.” »
En clair, Kombouaré ne fait que rappeler à ses joueurs de ne pas se préoccuper de ce que dit L’Équipe, avec les mêmes mots qu’avant le début de saison [1] ; et L’Équipe d’interpréter cela comme une preuve qu’il « sait son avenir en jeu », sous-entendant que cela confirme ses précédentes informations. Pourtant, si Damien Degorre prend la peine de revenir en détail sur toute la semaine écoulée, un élément manque à l’appel : l’ultimatum qu’aurait fixé Leonardo, et qui a fait la une du quotidien jeudi. Pas un mot à ce sujet aujourd’hui, pas le moindre « comme nous l’avons révélé… » Étonnant, non ?

- Leonardo renouvelle son soutien à Kombouaré. À l’issue du match contre Valenciennes, Leonardo a encore renouvelé son soutien à l’entraîneur parisien. « Une nouvelle fois, [il] lui donne du temps, rapporte le Parisien : “Si on perd deux ou trois rencontres, ce n’est pas grave, sourit Leonardo. L’équipe a beaucoup changé et notre projet est à long terme.” Ce n’est pas la première fois que le Brésilien le dit. On va finir par le croire. »
Fidèle à sa ligne éditoriale actuelle, L’Équipe ne l’entend pas de cette oreille : « Antoine Kombouaré […] savait que sans cette victoire, même laborieuse, face à Valenciennes, son horizon à la tête de l’équipe aurait été sérieusement compromis. […] Du temps, Kombouaré le sait, il n’en a pas. Sa marge de manœuvre est réduite. Après un revers face à Lorient et un nul à Rennes, cette première victoire de la saison en championnat fait donc du bien, même si elle n’apporte aucune garantie sur son avenir. […] Leonardo, qui a activé des contacts avec Carlo Ancelotti, la semaine dernière, s’est montré aussi politique qu’à l’accoutumée. “Oui, cette victoire fait du bien, on en avait besoin, a sobrement commenté le manager sportif parisien. Mais on doit être tranquilles, la question n’est pas de savoir si on gagne à chaque match. On a un projet à long terme.” Ce qui est sûr c’est que, avec cette victoire, Kombouaré s’est offert un peu de répit. »
Le petit frère du quotidien sportif, le site lequipe.fr, tente lui aussi de jouer à « la crise au PSG », mais de façon encore plus grotesque : « Le PSG a remporté sa première victoire de la saison, dimanche contre Valenciennes (2-1). Mais n’efface pas tous les doutes à son égard. Paris a gagné oui. C’est un fait, puisqu’il s’est imposé (sic) […]. Mais le club de la capitale est encore loin de ressembler à la machine de guerre voulue par les nouveaux actionnaires, censée tout écraser sur son passage. Encore en rodage, le PSG a surtout gagné du temps. Celui nécessaire pour travailler et parfaire les automatismes. Leonardo avait été clair dans la semaine : si Antoine Kombouaré voulait avoir une chance de rester en place, son équipe devait absolument gagner ses deux prochains matches. La mission peut encore être remplie avant le déplacement à Toulouse le week-end prochain. Reste à savoir si même deux succès seront suffisants pour sauver la tête du technicien. Car sous les yeux du cheikh Tamim ben al-Thani [Tamim ben Hamad al-Thani, en réalité], le nouveau propriétaire présent pour la première fois dans les tribunes, les Parisiens n’ont pas vraiment été très convaincants. »

Résultats, blessures, compos, suspensions…

- Differdange 0-4 PSG. Jeudi soir, lors du match aller des barrages de la Ligue Europa, le PSG s’est imposé 0-4 sur la pelouse du FC Differdange. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Statistiques. Avec ce succès par quatre buts d’écart, la différence de buts du PSG en coupes d’Europe dépasse désormais la barre des +100. (voir plus de stats après Differdange 0-4 PSG)

- PSG 2-1 Valenciennes. Dimanche soir, lors de la 3e journée de L1, le PSG s’est imposé 2-1 face à Valenciennes. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Statistiques. D’après Opta, Javier Pastore a réussi 18 de ses 19 passes contre Valenciennes, soit 95 % d’entre elles. (voir plus de stats après PSG-Valenciennes)

- Bisevac suspendu contre Evian et non Brest. Selon nos informations, l’audition de Milan Bisevac par la commission de discipline de la LFP — pour une semelle sur Monnet-Paquet contre Lorient — a été repoussée du 1er au 8 septembre, à la demande du PSG. En cas de suspension — très probable, la commission ayant déjà estimé que sa faute « méritait une expulsion » —, le Serbe ne serait donc pas suspendu face à Brest mais lors du déplacement sur la pelouse d’Evian TG. (voir Exclu : selon la LFP, Bisevac « méritait une expulsion »)

- Sakho arrêté au moins trois semaines. Mardi midi, le PSG a annoncé sur son site officiel que Mamadou Sakho était arrêté « trois semaines minimum » en raison d’une lésion musculaire de la cuisse droite. Également sorti sur blessure à Rennes ce samedi, Christophe Jallet souffre d’une élongation à la cuisse droite. Il est forfait pour Differdange-PSG jeudi et « incertain » pour PSG-Valenciennes ce dimanche.
Guillaume Hoarau est quant à lui victime d’une « contusion de la crête iliaque gauche contractée lors de Rennes-PSG », qui l’oblige à déclarer forfait pour le déplacement au Luxembourg. Enfin Sylvain Armand et Mohamed Sissoko « poursuivent un travail spécifique de reprise ». Nicolas Douchez n’est plus blessé.

- Sissoko de retour en septembre ? Ce samedi, L’Équipe revient longuement sur la situation de Momo Sossoko, qui ne participe pas encore aux entraînements collectifs. « Hier matin, sous le soleil du Camp des Loges, il s’est contenté d’enchaîner les tours de terrain au côté du préparateur physique, en variant les rythmes, la démarche pas encore assurée. Mais il y avait du mieux sur l’état de forme de Mohamed Sissoko […]. Son genou gauche, opéré début mars, ne le fait plus souffrir et le milieu défensif malien pourrait être en mesure de participer à ses premières séances collectives en fin de semaine prochaine, si les tests physiques auxquels il se soumettra dans les prochains jours sont satisfaisants. […] Son dernier match officiel remonte au 13 février 2011, dix-sept minutes avec la Juve face à l’Inter Milan (1-0) de… Leonardo. Mais en dépit de son intervention chirurgicale et de sa rééducation de neuf semaines à Capbreton (Landes), Sissoko avait toujours des douleurs, cet été, au moment de reprendre l’entraînement avec la Juventus. Une fois son transfert à Paris officialisé, le corps médical du PSG a alors aménagé un programme de remise en forme physique (renforcement musculaire, cardio, endurance) qu’il suit depuis trois semaines et qui arrive bientôt à son terme.
Il affiche un super état d’esprit et se montre hyper motivé, assure un membre du staff parisien. Momo a vraiment très envie de rejouer.” Ce ne devrait pas être le cas avant la trêve internationale, qui débute le 29 août. Entre le moment où Sissoko va retoucher le ballon et celui où il sera à la disposition réelle de l’entraîneur, un délai d’une dizaine de jours semble incompressible. Si tout va bien, si son genou le laisse tranquille, le joueur formé à Auxerre — mais qui n’a jamais goûté à la Ligue 1 — a de grandes chances de figurer dans le groupe qui recevra Brest, le 10 septembre. Antoine Kombouaré pourrait, d’ici là, profiter de cette période pour le lancer avec l’équipe réserve en CFA. Selon certains de ses proches, la compétition manque à Momo Sissoko. La saison dernière, avec la Juventus, il n’avait été titularisé qu’à quatre reprises en Serie A, pour dix-huit apparitions. »

- Les primes de performances en championnat. Ce mercredi, le Parisien révèle les montants des primes sur lesquelles « les représentants des joueurs et Leonardo sont presque tombés d’accord », mais qui ne sont donc pas entérinés.
Selon le quotidien francilien, l’effectif parisien se partagerait « près de 7,5 M€ » — soit « un peu plus de 300 K€ par joueur » — s’il termine champion de France en 2012, contre 5 M€ la saison dernière. Le pactole serait respectivement de 6,5 M€ ou de 6 M€ en cas de deuxième ou troisième place, là encore en hausse de 2,5 M€ par rapport à l’an passé.
Enfin la prime de victoire en L1 serait de 4 K€, contre 3 K€ en 2010/2011. « Le système incitatif — qui permet de gonfler les gains si les succès s’enchaînent — a été abandonné, [de même que] la prime relative à un match nul à l’extérieur (1 K€ la saison passée) », précise le journal.

- UEFA 2010/2011 : le PSG a touché 3,8 M€ sur 904,5 M€. En 2010/2011, les 80 clubs ayant participé aux phases finales des coupes d’Europe se sont partagé près d’un milliard d’euros de recettes (904 M€) en primes de performances et droits TV. Ce mardi, l’UEFA a annoncé la répartition club par club de ces montants faramineux, dont la Ligue des champions s’est accaparé l’immense majorité (83 %). (voir UEFA 2011 : un milliard de recettes, 4 M€ pour le PSG)

- Leonardo et le centre de formation. « Pour la première fois depuis son arrivée au club il y a un mois, [Leonardo] a rencontré hier au Camp des Loges les responsables du centre de formation », indique le Parisien ce mercredi. La semaine dernière, le quotidien indiquait déjà que « la première réunion [de Leonardo] avec les responsables du centre de formation a eu lieu hier ». Le centre de formation du PSG est dirigé par Bertrand Reuzeau, qui entraînait également l’équipe réserve en CFA la saison passée.

- Lionel Mpasi avec le groupe pro. Comme Mike Maignan (16 ans) la semaine passée, Lionel Mpasi (17 ans) a participé à l’entraînement du groupe pro ce vendredi. Champion de France avec les moins de 17 ans en juin dernier, Mpasi évoluera cette saison en U19.

- Zamparini révèle les coulisses du transfert de Pastore. Après s’être illustré cet été par une grande disponibilité auprès des médias pour évoquer le transfert de Javier Pastore, le président de Palerme, Maurizio Zamparini, se montre à nouveau loquace, ce jeudi dans les colonnes du Parisien, au sujet des négociations : « Tout a commencé par un coup de téléphone de Leonardo le 18 juillet dernier. Il m’a d’abord demandé si Javier Pastore était bien à vendre. J’ai compris qu’il voulait aller vite. Un rendez-vous à Londres a été fixé rapidement avec Nasser al-Khelaifi pour discuter de ce transfert. J’y suis allé avec le représentant du joueur, Marcelo Simonian. Leonardo proposait 35 M€, je demandais 45 M€. On a trouvé un accord en deux jours. Mon club va toucher 39,8 M€ et ses agents environ 3 M€ [soit un transfert compris entre 42 M€ et 43 M€ selon le président italien]. […] Le paiement sera échelonné sur deux ans. La moitié, soit 20 M€, sera payée très prochainement, 10 M€ l’an prochain et 10 M€ en 2013. »
Zamparini rappelle par ailleurs les raisons pour lesquelles il estime que son ancien protégé vaut plusieurs dizaines de millions d’euros : « Fabregas a été transféré d’Arsenal au Barça pour moins de 30 M€ ? Pastore est beaucoup plus fort que Fabregas, pas de discussions là-dessus. […] [Pastore] est né pour jouer au football. Il invente des choses que les autres sont incapables d’imiter. Comme Zidane ou Platini… Il est capable de s’adapter à tous les système offensifs. Depuis que je suis dans le football, c’est le plus beau joueur que j’aie jamais vu… […] Un défaut ? Il doit encore comprendre ce qu’est le football européen au plus haut niveau. C’est-à-dire trouver l’équilibre entre les tâches défensives et la créativité offensive. Surtout qu’il ne se prive pas de faire des talonnades s’il en a envie et s’il pense que c’est utile pour le jeu… […] Il est assez timide, effectivement. C’est assez normal vu son jeune âge. Sur le terrain comme en dehors, Javier Pastore n’est pas un leader. Mais il est destiné à le devenir. C’est seulement une question de temps. »

- Le PSG booste les audiences de Canal+, selon son directeur des sports. « À la même époque il y a un an, Cyril Linette faisait grise mine, rappelle L’Équipe. La débâcle des Bleus en Afrique du sud avait dégoûté les abonnés de Canal+ du football et tiré les audiences vers le bas. Cet été, matches et émissions cartonnent, grâce notamment à la curiosité pour le nouveau PSG Qatar. »
Le quotidien sportif publie une interview du directeur des sports de la chaîne cryptée : « C’est un démarrage historique. Le multiplex d’ouverture a fait 50 % de plus que l’an dernier [1,5 million contre 1 million]. Jour de Foot fait sa meilleure rentrée depuis 2004 [quasiment 800 000 personnes]. Et le Canal Football Club débute très bien [1,3 million]. À quoi j’attribue ces bons scores ? L’appétit pour le football est fort. Il n’y a pas eu de coupe du monde ni d’effet ras le bol suite au comportement de l’équipe de France, qui avait pénalisé la L1 la saison dernière. Et puis, il y a eu le recrutement du PSG, qui a été le tube de l’été. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, le PSG ne laisse personne indifférent. Tout le monde voulait le voir. […] L’absence de stars en L1 ? Il y a un cas atypique : le PSG. Mais ça suffit car cela touche un club qui est un marqueur très fort de la L1. Il intéressait un peu moins les gens ces dernières saisons. Son image a été restaurée l’an dernier et, avec les investissements massifs qui viennent d’arriver, l’intérêt est désormais très grand. »

Une altercation Nenê-Kombouaré ?

- Altercation Nenê-Kombouaré, suite. Ce mardi, le Parisien revient sur l’incident qui a opposé Nenê à Kombouaré samedi soir dans l’intimité du vestiaire parisien, mais qui a fait les gros titres de L’Équipe hier : « Leonardo a pris la parole dans le vestiaire juste avant le début de la séance [ce lundi]. À sa manière, sans hausser le ton, il a dit en substance que le genre d’incident du stade de la route de Lorient ne devait plus se reproduire. Il a également demandé aux Parisiens de penser collectif plutôt qu’à leur cas personnel. Condition sine qua non pour réussir la saison. Diplomate, Leonardo n’a pas non plus voulu accabler, devant ses partenaires, son compatriote Nenê. Samedi, après le match, Kombouaré aurait, selon un témoin, reproché à ses joueurs l’égalisation et à Nenê “de faire la tête” parce qu’il n’avait pas joué. Une remarque mal vécue par le joueur. “Nenê veut toujours jouer et, quand il n’est pas content, il ronchonne, glisse un connaisseur du club. Il était d’autant plus déçu de ne pas avoir joué que l’équipe s’était fait rejoindre sur le fil. C’est pour cela qu’il a réagi aussi vivement. Et quand il y a Kombouaré en face, il peut y avoir des étincelles. Je suis sûr que c’est déjà réglé entre les deux.” […]
S’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives de cette dispute entre deux forts caractères, le comportement de l’ancien Monégasque doit être mis en perspective avec la nouvelle dimension du club. Star de l’équipe la saison dernière et titulaire indiscuté, le Brésilien a conscience que la concurrence sera beaucoup plus relevée cette année avec les arrivées de Pastore, Gameiro et Ménez. Au travers de son recadrage, Leonardo a laissé filtrer un message fort, ce que Kombouaré avait aussi fait la veille : seuls les meilleurs joueront et les états d’âme ne seront pas tolérés. Les dirigeants parisiens pourraient sanctionner le Brésilien.
 »
Le quotidien francilien insiste par ailleurs sur le fait que « [la] non-titularisation de [Nenê] samedi n’était en aucun cas une sanction. Kombouaré, conscient de l’importance du Brésilien, a voulu le ménager car, après la séance de vendredi, le joueur s’est plaint de sa blessure à la cheville droite, contractée contre Lorient. Même si pour le staff médical il était apte à jouer, il n’était pas à 100 % et, face aux puissants Rennais, Nenê aurait pu risquer une rechute plus grave. »

- Nenê-Kombouaré : le Parisien contredit L’Équipe. Lundi, L’Équipe jugeait utile de mettre à l’honneur de sa page 2 l’incident ayant opposé Nenê à Antoine Kombouaré samedi soir, à l’issue du match Rennes-PSG. « C’est de ne pas être entré en jeu samedi soir qui a mis le joueur dans tous ses états, affirmait le quotidien sportif sans la moindre précaution de langage. Aussitôt de retour dans les vestiaires du stade de la route de Lorient, le milieu de terrain brésilien de 30 ans a tapé du pied dans la table posée au milieu et dans les malles d’équipements, sous le regard étonné de certains coéquipiers, comme un gamin qui veut casser tous ses jouets parce que ses parents l’ont privé de télé. Puis il a râlé, pesté, maugréé parce qu’il était resté scotché sur le banc, parce que l’entraîneur n’avait pas été gentil avec lui… […] La tension […] s’est poursuivie, le ton est encore grimpé d’un cran, les visages se sont un peu plus rapprochés l’un de l’autre sans pour autant franchir la ligne jaune. »
Deux jours plus tard, le Parisien revient sur cette affaire avec des informations très différentes sur le déroulement des événements : « On en sait davantage aujourd’hui sur les circonstances de la dispute de samedi soir, estime le quotidien francilien ce mercredi. Après le match, dans les vestiaires, c’est Antoine Kombouaré qui a parlé le premier, reprochant aux joueurs l’égalisation rennaise à deux minutes de la fin du temps réglementaire sur une erreur d’inattention. Très mécontent de son équipe, le technicien s’en est également pris à Nenê, coupable, selon lui, de faire la tête parce qu’il n’avait pas joué. Le Brésilien lui a alors répondu en substance : “Ah, c’est de ma faute si on a fait match nul…” Cette réponse ironique a eu le don d’agacer profondément Kombouaré, qui a alors tapé dans la table située devant lui. »

- Nenê « sanctionné et préservé ». Ces derniers jours, la presse spécialisée a publié deux récits contradictoires de l’incident ayant opposé Nenê à Antoine Kombouaré samedi soir. Mercredi, en conférence de presse, l’entraîneur parisien n’a pas aidé à clarifier la situation, expliquant que l’absence du Brésilien lors du déplacement au Luxembourg s’expliquait de deux façons : « Nenê a été préservé et sanctionné. De bonnes séances de travail l’attendent au Camp des Loges afin de renforcer sa cheville douloureuse. J’espère maintenant le retrouver très vite. Nous avons une fin de mois d’août très chargée avec pas moins de quatre matches. Il convient donc de donner du temps à tous les joueurs. » (source : PSG.FR)

- Nenê : L’Équipe et le Parisien s’opposent toujours. Ce dimanche, L’Équipe continue d’affirmer que « Nenê [a] piqué son caprice dans le vestiaire après le nul concédé à Rennes », tandis que le Parisien assure que c’est Antoine Kombouaré qui a tapé dans la table du vestiaire, Nenê étant seulement coupable d’avoir répondu à son entraîneur.
Les deux quotidiens s’opposent également sur les suites données à cette affaire : le quotidien sportif estime ce dimanche que Kombouaré a décidé de laisser Nenê à Paris lors du déplacement au Luxembourg « davantage pour préserver sa cheville, pas tout à fait rétablie, que pour le punir d’avoir râlé en Bretagne. Le match de barrage de Ligue Europa ressemble à une formalité au cours de laquelle le PSG n’a pas grand-chose à gagner, juste un billet à composter. Alors perdre Nenê pour un coup mal placé serait regrettable. » De son côté, le Parisien assure que Nenê « a présenté des excuses devant ses partenaires, mais a néanmoins été sanctionné. Il a été prié de rester à Paris jeudi pendant que le PSG disputait son match de barrage aller de Ligue Europa au Luxembourg. »
Le journal de Saint-Ouen publie par ailleurs une interview du Brésilien : « Que s’est-il passé à Rennes ? J’ai dépassé la ligne blanche. Je ne dois pas répondre à mon patron, l’entraîneur. Je le regrette et je me suis excusé. Dans une famille, il peut y avoir parfois des tensions. […] Pourquoi étais-je énervé ? J’étais déçu que l’on se fasse rejoindre à deux minutes de la fin (1-1). Le fait de ne pas jouer m’importait peu. J’étais déçu pour l’équipe. Après, c’est sûr, j’ai envie de disputer tous les matches et je n’aime pas perdre. C’est mon caractère. Aux jeux vidéo aussi, je suis comme ça. (rires) Mais ça n’avait rien de méchant. Je sais que je dois mieux me contrôler. »

Sélections internationales

- Argentine : Pastore sélectionné. Javier Pastore a été convoqué par le sélectionneur argentin pour participer aux matches amicaux contre le Venezuela et le Nigeria les vendredi 2 et mardi 6 septembre prochains. (source : afa.org.ar)

- Kombouaré embêté par la sélection de Pastore. Jeudi, la Fédération argentine de football annonçait que Javier Pastore était sélectionné pour participer à deux matches amicaux de l’Albiceleste début septembre : en Inde vendredi 2 face au Venezuela, puis au Bangladesh mardi 6 face au Nigeria.
Samedi, lors de son point-presse d’avant-match, Antoine Kombouaré a fait part de son embarras : « C’est un gros souci. Ça ne me plaît pas. Je préférerais qu’il travaille avec nous et qu’il puisse jouer aussi. Le voyage va être long pour aller jouer en Inde et au Bangladesh. Est-ce qu’au moins il va jouer ? Si c’est pour rester sur le banc… Ce n’est pas une bonne nouvelle pour moi et le PSG. On travaille là-dessus en tout cas. » (source : PSG.FR)

Jeunes et féminines

- CFA : Villemomble 1-0 PSG, Kamghain blessé. Jimmy Kamghain pris en charge par les pompiers {JPEG}Pour son deuxième match de championnat en 2011/2012, l’équipe réserve du PSG s’est inclinée 1-0 sur la pelouse de Villemomble samedi soir, sur une frappe des 20 mètres de Diarra (18e). Contrairement au week-end dernier, aucun joueur du groupe pro n’est venu renforcer la formation parisienne : Salamone — Sabaly, Diarra, Samnick, També — Héry, Boccara (Traoré, 82e) — Honoré, Baldé (Mbaka, 46e), Kamghain (Ikoko, 58e) — Coulibaly.
Le nouvel entraîneur parisien, Franck Rizzetto — dont l’attitude sur le banc, faite d’encouragements permanents, tranche avec celle de son prédécesseur, Bertrand Reuzeau, qui n’hésitait pas à pousser de grosses gueulantes —, s’est dit « déçu pour les joueurs mais satisfait du contenu » dans les colonnes de l’édition départementale du Parisien.
À noter que Jimmy Kamghain est sorti en début de seconde période, victime d’une luxation à l’épaule gauche. Il a été pris en charge par les pompiers à la fin de la rencontre. Le PSG est désormais cinquième à égalité avec deux équipes. (voir le calendrier du PSG)

JPEG - 98.2 ko
Villemomble 1-0 PSG (CFA, 20/08/2011)
Photo Mathieu Genet — PSGMAG.NET

- France U17 : 4 Parisiens sélectionnés. Quatre joueurs du PSG ont été convoqués en équipe de France U17 pour participer au stage de présélection du 21 au 25 août : Mike Maignan (gardien, 10 matches en U16), Adrien Rabiot (milieu, 2 matches en U16), Franck Bambock (milieu, 11 matches et 2 buts en U16) et Hervin Ongenda (attaquant, 11 matches et 8 buts en U16). (source : FFF.FR)

- France U16 : 4 Parisiens sélectionnés. Cécé Franck Pepe (défenseur), Roli Pereira De Sa (milieu), Kingsley Coman (attaquant) et Moussa Dembele (attaquant) ont été convoqués en équipe de France U16 pour participer au stage de présélection du 22 au 25 août. (source : FFF.FR)

- Féminines : PSG 2-0 Le Mans. À une vingtaine de jours de la reprise du championnat — dimanche 4 septembre —, l’équipe féminine du PSG a battu Le Mans 2-0 en match amical ce mercredi, grâce à des buts de Sabrina Delannoy et Aurélie Conforti. Ce week-end, le PSG avait remporté un tournoi triangulaire réunissant Issy-les-Moulineaux et Hénin-Beaumont, respectivement battus 1-0 et 3-0. (source : PSG.FR)

- Universiades : 4 Parisiennes titulaires. Julie Soyer — capitaine —, Léa Rubio, Jessica Houara et Cindy Thomas étaient titulaires lundi lors de la défaite 2-0 de l’équipe de France universitaire face au Japon, pour son troisième match des Universiades. Elle est tout de même qualifiée pour la suite de la compétition. Kenza Dali est quant à elle rentrée en jeu à la 55e minute. (source : PSG.FR)

- Universiades : les Parisiennes qualifient la France. Mercredi, l’équipe de France universitaire féminine s’est qualifiée pour les demi-finales des Universiades de Shenzhen (Chine) en battant la Corée du sud 2-1. Trois joueuses du PSG se sont illustrées sur les deux buts français : « Le premier but est inscrit par Léa Rubio suite à un une-deux avec moi-même, raconte Jessica Houara sur PSG.FR. Quant au deuxième but, après un débordement et un centre millimétré de Kenza Dali, je marque de volée ! » Les Bleues affrontent le Japon ce vendredi en demi-finale.

Le reste de l’actu du 16 au 22 août

Anciens Parisiens

- Bernard Mendy fait parler de lui. Samedi, Bernard Mendy a donné la victoire à Odense après une superbe action personnelle sur le côté gauche. OB est deuxième du championnat danois après six journées. (voir la vidéo du but de Bernard Mendy)

- Mbami réussit un doublé en Chine. Après trois ans à l’OM (2006-2009) puis deux à Almeria (2009-2011), Modeste Mbami (28 ans) a signé cet été au Changchun Yatai (Chine). Ce week-end, le champion 2007 s’est imposé 3-0 à domicile grâce à un doublé de l’international camerounais. Son club est désormais neuvième après 19 journées. (source : fifa.com)

- Pancrate poussé vers la sortie à Nantes ? « Vendredi, Stéphane Ziani (49 ans) a démissionné du FC Nantes, indique L’Équipe. Le 14 juin, l’ancien directeur technique avait déjà claqué la porte pour finalement revenir. […] L’ancien Nantais a appris que son président cherchait à transférer vers la Grèce l’attaquant Jean-Jacques Mandrichi, à peine arrivé de Grenoble. “Ce n’est pas cohérent de recruter un mec il y a deux semaines [le 30 juillet] et de vouloir le revendre, lâche Ziani. Ce n’est pas le seul.” Fabrice Pancrate (31 ans, qui s’est engagé en juillet pour deux ans) mais aussi Lee sont visés. » L’ancien Parisien a participé aux quatre premiers matches du FCN (2 titularisations, 2 rentrées en jeu).

- La première de Mavinga en L1. Formé au PSG, Chris Mavinga (20 ans) a fait ses grands débuts en L1 ce week-end avec Rennes. Il était titulaire lors de la défaite 4-0 des Bretons à Montpellier.

- Anciens Parisiens et buteurs en L2. Vendredi soir, lors de la quatrième journée de L2, Franck Dja Djédjé — formé au PSG — a inscrit le premier but d’Arles-Avignon, finalement battu 3-2 à Reims. De son côté, Gaëtan Charbonnier — qui jouait avec la réserve du PSG en 2008/2009 — a marqué un penalty pour Angers, vaincu 2-1 à Troyes.

- Débuts de Ludovic Giuly en L2. Après avoir signé la semaine passée à l’AS Monaco, Ludovic Giuly a effectué lundi soir sa première apparition de la saison : il était titulaire et capitaine lors de la réception de Reims, sept ans après son dernier match sous le maillot monégasque, la finale de Ligue des champions 2004. L’ASM s’est inclinée 2-1 face aux Rémois, et Giuly a été remplacé à l’heure de jeu.
« Tant que mon corps et ma tête ont envie, je continue, indique l’ancien Barcelonais dans France Football. La saison dernière, j’ai joué 40 matches avec le PSG [45 matches en réalité, dont 36 titularisations]. Ça s’est bien passé. […] On m’avait promis un an de plus [au PSG], ça ne s’est pas fait. Tant pis, ce n’est pas grave. Mais M. Leonardo a pris son téléphone pour tout m’expliquer et ça, j’ai beaucoup apprécié. »

- Sammy Traoré toujours en attente. Laissé libre par le PSG en juin dernier, Sammy Traoré s’entraîne avec Créteil (National) depuis que le club val-de-marnais a repris l’entraînement. Mais le Malien ne sait toujours pas de quoi sera fait son avenir : « [Il] sera aligné cet après-midi face à l’USM Alger [en match amical], indique l’édition départementale du Parisien. “Ça va me faire du bien de jouer, estime Traoré. J’ai toujours des pistes à l’étranger, j’attends. Créteil est toujours intéressé, on verra bien.” Les choses pourraient vite se préciser avec le club de ses débuts. »

- Édouard Cissé officiellement à Auxerre. L’AJ Auxerre a annoncé jeudi sur son site officiel la signature de l’ancien Parisien Édouard Cissé, qui avait auparavant été libéré de sa dernière année de contrat par l’OM.

À propos des médias

- Mais tu vas t’énerver, bon sang ! Jeudi matin, lequipe.fr tentait désespérément de faire dire à Nicolas Douchez qu’il était agacé par la concurrence de Salvatore Sirigu. Dans la soirée, le site du quotidien sportif poursuivait sur le même thème, cherchant la polémique : « Sirigu a été impérial à la 37e et à la 46e, dans la lignée de sa démonstration à Rennes. Douchez, lui, a vu tout ça du banc. Encore une fois. » Ce ne serait pas un peu la crise du coup ?

- Le PSG risque de perdre. « Le PSG et son éternel refrain », annonce Le Figaro en titre. L’analyse de Pierre Foare et Dominique Pagnoud vaut le coup d’œil : « C’est l’heure de la rentrée européenne pour le PSG, opposé ce soir aux modestes Luxembourgeois de Differdange 03. Paris doit vaincre avec panache sous peine de voir revenir ses vieux démons. Aperçu des problèmes auxquels les nouveaux dirigeants pourraient être confrontés. » Et le quotidien de lister « la concurrence, frein ou moteur ? », « l’Europe et les résultats, la thérapie ? » puis « Pastore rentre, un vrai risque ? ». Si le détail des deux premiers « problèmes éventuels » est déjà lénifiant, le troisième est tout bonnement grotesque : le risque de Pastore, c’est… qu’il échoue. Diable. Peut-être vaut-il mieux ne pas le faire jouer ?

- Y a tout plein de pression. « Pastore sera là, la pression aussi », titre le Parisien ce dimanche. « Et si le PSG ne pouvait déjà plus se passer de Javier Pastore ? », se demande le quotidien francilien. Qui a des preuves de la pression pesant sur le club de la capitale : « Près de 40 000 spectateurs garniront les tribunes de l’enceinte de la porte de Saint-Cloud. Preuve que l’attente a rarement été aussi grande. » Rappelons que la moyenne de spectateurs au Parc des Princes lors des 184 matches de L1 qui s’y sont déroulés durant les années 2000 est de 40 000. Par ailleurs, samedi après-midi, le PSG annonçait sur son compte Twitter officiel « plus de 37 500 spectateurs attendus demain ».
Et le Parisien de continuer à tartiner sur la pression du PSG, comme il le fera avant chaque match jusqu’à la fin de la saison : « Les Parisiens n’ont pas le droit à l’erreur cet après-midi » ; « Un match déjà capital ». Finalement, la pression, c’est Nenê qui en parle le mieux : « Aujourd’hui, [le titre] n’est pas l’objectif déclaré. Mais oui, on peut être champions. Tout le monde ici en a envie. Par rapport à tout ce qui s’est passé au club depuis quelques mois, dire ça maintenant n’ajoute pas plus de pression. La pression, on l’a déjà à Paris, peut-être un peu plus désormais car on a la responsabilité de bien faire, vu les sommes dépensées. On doit accepter et travailler avec. »

- La chronique people. Ce lundi, dans les pages dédiées au PSG, le Parisien juge utile de consacrer un article à la chronique people : « Si [Javier Pastore] a une nouvelle fois séduit sur le terrain, sa fiancée a également été remarquée en tribune. Croisée une demi-heure avant le début du match, Chiara Picone, la belle Sicilienne de 21 ans, confie son enthousiasme en découvrant le stade. “Javier n’est pas du genre à stresser avant un match, dit-elle dans un grand sourire. Il est tranquille et déterminé. Il a surtout très envie de jouer.” » Les autres femmes de joueurs n’ont pas été interrogées. On imagine qu’elles étaient moins jolies.

En L1 et ailleurs…

- En Espagne, les clubs ne parviennent plus à verser les salaires. Suite à l’échec de leurs discussions avec les clubs, les joueurs du championnat espagnol ont déclenché une grève qui entraîne le report de la première journée du championnat, prévue ce week-end. « 200 joueurs professionnels réclament près de 50 M€ d’impayés de salaires et de droits à l’image, explique le Parisien. Ainsi certains joueurs de Liga n’auraient pas été rémunérés depuis plus d’un an. […] D’un côté, les joueurs continuent d’exiger un versement immédiat de tout ce qui leur est dû. L’Association des footballeurs espagnols (AFE) réclame, en outre, la mise en place d’une clause permettant de rompre unilatéralement leurs baux avec les clubs en cas d’impayés pendant trois mois consécutifs. “Nous ne voulons pas plus d’argent, mais nous voulons que les contrats soient respectés”, assure Luis Rubiales, le président de l’AFE. Or la Ligue refuse d’en entendre parler. Elle campe sur ses positions, arguant “être déjà allée au maximum de ses capacités économiques”. Pour le moment, la LFP s’est contentée de créer un fonds afin de garantir 10 M€ d’impayés par saison jusqu’en 2015. Un montant que les joueurs jugent bien trop faible et qui provoque leur courroux. […] Déjà criblé de 4 Mds€ de dettes, le football espagnol se serait bien passé d’une fronde de ses acteurs principaux. »

- Bordeaux se serre la ceinture. « Sur les bords de la Garonne, la stratégie de l’actionnaire majoritaire M6 fait beaucoup parler, rapporte le Parisien ce samedi. Après Gourcuff et Chamakh en 2010, deux autres poids lourds des champions de France 2009, Fernando et Diarra, sont partis cet été monnayer leur talent ailleurs. Pour éponger ses dettes, Bordeaux doit vendre ses meilleurs joueurs car les deux échecs consécutifs pour la lucrative Ligue des champions ont fait très mal aux finances. Tout cela dans le contexte du futur stade où M6, à travers le club, va mettre 20 M€ sur la table, beaucoup plus que l’actionnaire ne l’avait imaginé au départ. Alors cette saison, le budget, le cinquième de Ligue 1, est “seulement” de 70 M€, loin de celui des trois grands Marseille, Paris et Lyon. “Le budget est restreint parce qu’on a un déficit et il n’est pas question de vivre durablement avec un déficit”, a tonné récemment Nicolas de Tavernost, le représentant de l’actionnaire. “On doit faire avec les moyens dont on dispose. M6 n’est pas un mécène mais un actionnaire et il a toujours été présent à nos côtés”, ajoute Jean-Louis Triaud, le président girondin. Soit, mais cette rigueur financière, aussi compréhensible soit-elle (le club doit s’autofinancer), est-elle vraiment compatible avec une relance sportive et un retour en haut de l’affiche après deux places de sixième et septième ? »

- Ligue Europa : diffusions et rentabilité. Le match aller des barrages du Stade rennais, dont le troisième tour de qualification n’avait déjà pas intéressé les diffuseurs le mois dernier, ne sera pas retransmis à la télévision française. Alors que Direct8 a acheté les droits du match Differdange-PSG, Canal+ Sport a jeté son dévolu sur la rencontre du FC Sochaux face au Metalist Kharkov (Ukraine). Les Bretons affrontent quant à eux l’Étoile rouge de Belgrade (Serbie).
« Ne me demandez pas combien je vais gagner, mais plutôt combien je vais perdre », rigole Alexandre Lacombe. Le président du FC Sochaux explique sur lequipe.fr que la dotation de l’UEFA (90 K€) et les droits TV versés par Canal+ Sport (« Quelques milliers d’euros, on n’est pas l’OM ») ne couvrent pas les dépenses : « L’avion nous coûte déjà 59,7 K€. Ajoutez l’hôtel et les primes joueurs, on sera déficitaires, c’est clair. » Pierre Dréossi, le manager général du Stade rennais, confirme que la situation est la même pour le club breton : « Les premiers tours de la Ligue Europa ne permettent pas de couvrir les frais. Ça devient intéressant financièrement à partir des quarts de finale. »

- Altercation entre joueurs à Montpellier. L’information ne bénéficie pas d’une demi-page, comme le coup de pied non identifié dans une table du vestiaire parisien, mais deux joueurs montpelliérains auraient eu une altercation à l’entraînement, d’après L’Équipe ce samedi : « Exercice traditionnel, synonyme d’entraînements allégés, souvent utilisé au lendemain des oppositions, le toro a brutalement dégénéré, hier, lors de la séance d’entraînement de Montpellier. Abdelhamid El-Kaoutari et John Utaka en sont venus aux mains — sans que les coups soient portés —, obligeant leurs coéquipiers à intervenir pour les séparer sous les yeux d’une foule interloquée. La rixe a éclaté pour un motif futile, alors qu’aucun des deux joueurs n’estimait de sa responsabilité de se présenter au milieu de l’exercice. »

- Le bus des joueurs stéphanois caillassé à Marseille. « Après leur match nul au Vélodrome (0-0), dimanche à Marseille, les joueurs de Saint-Étienne ont eu la mauvaise surprise de voir leur bus caillassé par des supporters marseillais, à leur sortie du stade, indiquait lequipe.fr dimanche soir. Sans gravité ni conséquence. Trois des individus auteurs des jets de projectiles ont été interpellés, ont fait savoir après coup les autorités. » Étonnant, quand on sait que ce genre de choses n’arrive généralement qu’à Paris.

Autres infos PSG en vrac

- Douchez : « La concurrence n’est pas un souci. » Jeudi matin, lequipe.fr publie une excellente illustration du troisième chapitre du « journalisme sportif en 12 leçons » des Cahiers du football : « L’interview minée. » Sur six questions posées à Nicolas Douchez, qui figurera ce soir pour la première fois sur une feuille de match du PSG en compétition officielle, cinq portent exclusivement sur sa concurrence le gardien italien, dans l’espoir insistant de recueillir d’éventuels états d’âme du joueur : « Comment avez-vous vécu cette blessure et l’arrivée de Sirigu ? » ; « Mais ils ont engagé un international italien… » ; « N’êtes-vous pas tombé de haut quand même ? » ; « Quand vous avez signé, que vous a-t-on promis ? » ; « Qu’avez-vous pensé de la prestation de Sirigu à Rennes ? Ne vous complique-t-elle pas la tâche ? » Non mais sinon, vous menacez quand même de partir si vous n’êtes pas titulaire rapidement, hein ?
Peine perdue, l’ancien Rennais s’est parfaitement sorti de ce traquenard : « Ça fait partie du métier. Je savais que le club allait recruter quelqu’un. Je me doutais qu’il prendrait un bon gardien. […] La concurrence n’a de toute façon jamais été un souci pour moi et cela ne le sera pas. […] Si c’est moi qui joue, c’est lui qui mettra la pression, et inversement. J’ai l’impression que ça fait toute une histoire alors que franchement ça reste assez simple. Du fait de ma blessure, il a démarré la saison, contrairement à moi. C’est un handicap mais ça se rattrape. […] Qu’il y ait une concurrence plus ou moins dure ou des handicaps plus ou moins difficiles à surmonter, pas de souci. […] Mais vous n’allez pas m’entendre dire “oui, j’ai les boules”. Il a fait un très bon match, c’est bien pour l’équipe. […] Mon but, c’est de jouer à Paris et en aucun cas d’entrer dans une polémique. Le plus important, c’est qu’il y ait une concurrence saine. Le meilleur jouera et ce sera bénéfique pour l’équipe. »

- Douchez aurait été mécontent de ne pas jouer en Ligue Europa. « Déjà sur les nerfs à cause de son statut de doublure en L1, [Nicolas Douchez] s’imaginait avoir du temps de jeu une fois hors des frontières, assure L’Équipe ce dimanche. Contrarié, il exprime son mécontentement auprès du staff technique. » Jeudi, l’ancien Rennais avait longuement démenti ses envies de départ, qui alimentaient déjà la presse avant le match de Ligue Europa.

- Le prince héritier du Qatar a salué les joueurs. Ce dimanche, L’Équipe et le Parisien racontent de manière similaire le passage au siège du PSG du prince héritier du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, lors de l’entraînement à huis clos du club parisien au Parc des Princes ce samedi.
C’est le quotidien francilien qui se montre le plus précis dans son récit : « Accompagné de plusieurs conseillers mais aussi du président intérimaire Benoît Rousseau, le futur émir du Qatar, vêtu d’un jean et d’une chemise blanche, […] est allé à la rencontre de l’équipe professionnelle et du staff technique. Il s’est montré très chaleureux avec Antoine Kombouaré — les deux hommes s’étaient déjà rencontrés à Doha le week-end du 11 au 12 juin dernier —, notamment en lui tapant amicalement dans le dos. Le cheikh Tamim, 31 ans, a aussi pris soin de saluer les joueurs un à un et de leur adresser quelques mots en français sur la pelouse du Parc des Princes, en compagnie de Nasser al-Khelaifi, son ami et président du conseil de surveillance, et de Leonardo, le directeur sportif. “Excusez-moi pour mon français, a-t-il dit pour débuter. Je suis là pour vous soutenir, prenez du plaisir sur le terrain, lâchez-vous, jouez sans pression.” Il a poursuivi en déclarant en substance “qu’il avait confiance en l’équipe et qu’il était très content d’avoir acheté le PSG” ; si les joueurs rencontraient des problèmes, qu’ils n’hésitent pas à lui faire remonter ce genre d’informations.
Ce message positif et sympathique a séduit les coéquipiers de Nenê. “
Il est très humble et chaleureux”, nous a confié l’un des participants de cet échange historique. À l’issue de la grosse heure d’entraînement, Tamim bin Hamad al-Thani a quitté le Parc des Princes avec sa délégation. Cet après-midi, le prince héritier devrait normalement assister à la rencontre face à Valenciennes et découvrir pour la première fois son équipe en match officiel. »

- Gameiro : « Personne ne souhaite le départ de Kombouaré. » Ce week-end, le Journal du Dimanche a interrogé Kevin Gameiro sur les changements à la tête du PSG, et les rumeurs de départ de l’entraîneur parisien : « Le départ de Leproux ne m’a pas déstabilisé. Si je suis au PSG, c’est aussi parce que Antoine Kombouaré me voulait. Maintenant, s’il y a un nouvel entraîneur, ce que je ne souhaite pas, ça ne me posera pas de problème. Kombouaré est-il l’homme de la situation ? Oui, je l’espère. Personne ne souhaite son départ. On a commencé comme ça, on espère faire une grosse saison comme ça. » L’ancien Lorientais explique également les différences entre Gourcuff et Kombouaré : « Christian est un tacticien, il parle peu en dehors du terrain. Antoine, lui, aime dialoguer. Et son jeu est tourné vers l’attaque. Quand on prend un but, Christian grince des dents. Pour Antoine, si on gagne 3-2, ce n’est pas un souci. »
Gameiro évoque ensuite son jeu, et sa future association avec Javier Pastore : « Ah, il a du ballon ! On voit qu’il aime jouer à deux touches de balle, qu’il sent le jeu. Qu’on ne parle pas la même langue n’est pas un problème. On n’a pas besoin de parler pour jouer au foot. À Lorient, avec Amalfitano ou Vahirua, il n’y avait pas de grands discours, c’était une histoire de feeling et de déplacements. […] Pourrai-je rester un attaquant de profondeur, sachant que le PSG n’est pas une équipe de contres ? Il le faudra bien puisque c’est ma force. On m’a recruté pour ça. Cela dit, les autres équipes vont nous attendre, ce ne sera pas simple de trouver des espaces. A priori, on va me positionner seul en pointe avec un 10 derrière. Je m’adapterai. Tant que je marque des buts, je prends du plaisir. Si je peux atteindre la barre des 15 ou 17 buts, ce sera déjà pas mal. Pour le titre de meilleur buteur, entre Moussa [Sow, Lille] et Loïc [Rémy, OM], il y a de sacrés concurrents. »
Enfin le numéro 19 du PSG revient sur son arrivée à Paris : « Au départ, c’est vrai que je ne devais pas venir ici. J’avais l’idée de signer à Valence. Mais Paris a passé le coup de fil que j’attendais. C’est le club de mon enfance. Peut-être aussi que c’était moins risqué que l’étranger. […] Je n’imaginais pas m’intégrer aussi facilement au PSG. En une semaine, c’était fait. »

- « Antoine Kombouaré ne fait jamais de cadeau ni de compromis. » À l’occasion du match Differdange-PSG, La Voix du Luxembourg a interrogé Jean-Philippe Séchet, ancien joueur du Sporting Mertzig (Luxembourg) en 2000/2001, sur Antoine Kombouaré, son coéquipier au PSG en 1994/1995 : « Je l’ai côtoyé en 1994 à Paris. À l’époque le PSG était composé de l’ossature de l’équipe de France et de Brésiliens talentueux : Ricardo, Raí, Valdo, Weah, Bravo, Ginola, Roche ou Lama étaient à la disposition de Luis Fernandez. Antoine Kombouaré a toujours été un joueur combatif, au tempérament bien établi. C’est ce qui lui a permis de gagner sa place de titulaire au sein d’un groupe de qualité. Personne n’a oublié sa tête rageuse face au Real Madrid. […] Il est entraîneur comme il était joueur : il ne fait jamais de cadeau ni de compromis. Il ne lâche rien et n’admet pas que ses joueurs puissent baisser les bras. C’est lui qui a remis le PSG sur de bons rails, tout comme il avait su relever Strasbourg ou Valenciennes. »

- Quel niveau pour le championnat du Luxembourg ? Sur Football 365, Stéphane Léoni — ancien joueur de Metz et Sedan notamment, aujourd’hui à Differdange — estime que le championnat luxembourgeois « n’est peut-être pas du niveau du National, mais plus CFA ».

- Frais d’organisation. À la veille du match-événement au Grand-Duché, La Voix du Luxembourg s’est intéressée aux coûts d’organisation d’une telle rencontre. Fabrizio Bei, le président differdangeois, a estimé les principales dépenses : 3,5 K€ pour la location du stade Josy-Barthel, 4 K€ pour l’impression des 8 000 billets, 5 K€ de frais de sécurité et 6 K€ pour une « tente VIP ».

- Differdange, en supériorité numérique, gagne 5-0. Dimanche, le FC Differdange a battu Käerjéng 5-0, grâce notamment à un quadruplé d’Omar Er Rafik, remplaçant jeudi contre Paris. À noter que Differdange a joué à onze contre dix durant plus d’une heure de jeu. (source : La Voix du Luxembourg)

- Le prix des maillots de L1. Avec 75 €, le maillot du PSG commercialisé par Nike se situe dans la fourchette haute des tarifs en L1, d’après l’étude réalisée par les Cahiers du football.

- Nenê : « Pastore ? Il est trop facile avec le ballon ! » Ce dimanche, le Parisien publie une interview de Nenê, dans laquelle le Brésilien évoque notamment l’arrivée de Javier Pastore : « Il est trop facile avec le ballon ! Il est vif et technique. Javier fait jouer l’équipe, ça va nous aider beaucoup. C’est un plus énorme. […] Je pensais qu’il jouerait beaucoup moins [jeudi]. Il a été très bon pour sa première sortie, alors qu’il n’est pas encore à 100 % physiquement. Comment est l’homme ? Simple et timide. Il est vraiment tranquille. Dès qu’il a besoin de quelque chose, il le demande, mais ce n’est pas un grand bavard. On l’embête un peu en lui faisant répéter en français certaines choses qu’il demande comme “courir demain matin” ou “à quelle heure a lieu l’entraînement ?” (rires)
Si je redoute l’aura médiatique de Pastore, qui pourrait me faire de l’ombre ? Pas du tout. Je me fiche d’être la star de l’équipe. Les gens pensent que j’ai des problèmes d’ego, mais ce n’est pas le cas. Je suis ravi de l’arrivée au PSG de grands joueurs. Ça va m’aider personnellement, je serai moins surveillé. Et je préfère que le PSG gagne plutôt que de marquer des buts. […] Personne n’est indiscutable. À mon poste, milieu gauche, il n’y a pas eu de recrutement, mais des joueurs peuvent jouer à ma place. C’est flatteur, mais je ne crois pas que je suis indiscutable. »
Enfin le Brésilien évoque son avenir au PSG et ses ambitions internationales : « Si on parle davantage du PSG, pas seulement en France mais aussi dans le monde, ce sera tout bénéfice [pour moi]. Mais je ne veux pas penser à la sélection car, l’année dernière, je l’ai trop attendue et elle n’est pas arrivée. Et j’ai été déçu. Si je suis bon, elle arrivera naturellement. […] Si je souhaite prolonger ? Ce serait une très bonne chose, oui, de prolonger… »

Notes

[1] « On gagne, je reste, on perd… » Cette phrase, Antoine Kombouaré l’a prononcée début août, avant la reprise du championnat, pour expliquer que son avenir dépendra, évidemment, des résultats qu’il parviendra à obtenir. « Le coach est habitué à la pression et ça ne change rien aux relations qu’il a avec le groupe, a par ailleurs déclaré Nenê dans le Parisien ce dimanche. Ça ne nous déstabilise pas. »

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

6 votes
Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG