PSGMAG.NET est définitivement fermé depuis 2013.


 

Bilan de l’actu du 1er au 7 novembre

Actu PSG de la semaine : transferts, stage, jeunes

mardi 8 novembre 2011, par Vivien B.

Actu PSG de la semaine : transferts, stage, jeunes

Pour être sûr que vous n’ayez rien raté de l’actualité du PSG cette semaine, nous vous proposons une synthèse récapitulative, sujet par sujet. Pour en savoir plus sur un point précis, vous n’avez qu’à suivre les liens.

Absent ou peu disponible ces derniers jours ? Nous vous offrons une séance de rattrapage.

Transfert et rumeurs de transferts, matches des pros et des équipes de jeunes, infos diverses : toute l’actu du PSG du 1er au 7 novembre 2011 en bref.

Les faits majeurs du 1er au 7

La rumeur David Beckham

- Beckham n’est pas encore libre. Jeudi soir, les Los Angeles Galaxy se sont qualifiés — aux dépens des New York Red Bulls — pour la finale de la conférence ouest du championnat nord-américain, qui aura lieu dimanche. La saison de David Beckham n’est donc pas encore terminée, au grand dam du Parisien, dont un journaliste de la rubrique PSG était aux États-Unis jeudi soir pour interroger l’Anglais à l’issue du match. « La seule chose que je peux dire aux Français, c’est que je suis toujours un joueur des Los Angeles Galaxy, a répondu Beckham. Je crois qu’on va parler de mon avenir pendant encore une dizaine d’années. (sourires) Un an après mon arrivée à Madrid, la rumeur d’un départ à Chelsea est revenue cinq ou six fois….Et puis ? En fait, non. » En cas de qualification, le club de L.A. disputerait la finale du championnat le 20 novembre.

- Live From Los Angeles. Comme le Parisien, L’Équipe a dépêché un envoyé spécial en Californie pour couvrir la demi-finale retour de la conférence ouest du championnat nord-américain, qui opposait les Los Angeles Galaxy de David Beckham aux New York Red Bulls. « David est prêt, raconte Jérôme Touboul. Prêt à répondre à dix minutes de questions [durant un point-presse à l’issue du match]. “Pas sur son futur”, répète l’attaché de presse, le ton rigide. […] Quatre jours après la victoire du Galaxy dans le New Jersey (1-0), Beckham a encore dynamisé cette demi-finale retour de la conférence ouest de la MLS. Trop vieux pour revenir en Europe, à 36 ans ? Pas au niveau du nouveau PSG ? Au vu de sa performance dans la nuit de jeudi à vendredi, il serait prématuré de conjuguer Beckham au passé. Parce que le milieu axial de L.A. restera jusqu’à son dernier souffle un extraordinaire frappeur de coups de pied arrêtés. Sur un corner enveloppé au premier poteau, il a déposé sur la tête de Magee — à qui il avait déjà offert à l’aller un service décisif — le ballon qui permit à Los Angeles de [marquer]. Sur cette égalisation, Becks a délivré, jeudi, sa 17e passe décisive de la saison en 28 matches de MLS. Plus tard, au cœur d’une seconde période où Rodgers manqua de peu de redonner l’ascendant aux Red Bulls, l’homme dont rêve le PSG pèsera de nouveau sur le score en poussant à la faute Roy Miller dans la surface new-yorkaise, avant de laisser à Landon Donovan le soin de marquer le penalty (2-1, 75e). […]
On peut toujours observer que Beckham a dû affronter, plus jeune, des pressings plus hostiles que celui des Red Bulls. Rappeler qu’il évolue dans un environnement où son expérience et sa technique — malgré un certain déchet dans ses passes vers l’avant — sont celles d’un Martien. L’Anglais n’en demeure pas moins un régulateur majeur, attiré au fil du match par le couloir droit de ses premières amours. Cette année, il lui est arrivé de modérer sa dépense d’énergie lors de la saison régulière. Jeudi, dans ce rendez-vous capital, il a su accroître son volume, impulsant quelques accélérations comme Javier Pastore, le milieu argentin du PSG, n’en montre pas forcément depuis un mois. […]
Il a tourné autour du pot [concernant] son futur maillot. Rester à L.A., où son contrat expire le 31 décembre, ou s’envoler pour Paris, autre cité de stars ? “
Pour l’instant, je suis un joueur du Galaxy et je reste concentré sur les play-offs. Ce que je sais de la L1 ? C’est un excellent championnat, riche en joueurs très forts. Mais bon, vous savez, dans ce monde, j’aime tous les championnats…” Si Beckham a déjà choisi son avenir, il le dissimule soigneusement sous la langue de bois imposée par son club et, sans doute, par le jeu des enchères à attiser entre Los Angeles et Paris, l’alternative qu’il va devoir trancher. “Il est très excité à l’idée de retourner en Europe, mais c’est aujourd’hui du 50-50, assure un proche du dossier. Beckham ne reprendra les discussions qu’une fois sa saison terminée. Et il ne se déterminera pas avant fin novembre, début décembre.
Jeudi soir, il a aussi été demandé à Becks comment il se sentait physiquement, lui qui était resté courbé sur ses genoux plusieurs secondes avant de rentrer au vestiaire à la mi-temps. “
J’ai souffert de spasmes dans le bas du dos, je traîne ce problème depuis le début de la saison.” Et sa démarche groggy, qui l’avait forcé à sortir le long de la touche pour reprendre ses esprits, à la 33e minute, après un duel avec Dane Richards, le milieu des Red Bulls ? Il a souri : “Non, ce n’était rien. J’avais les cheveux en bataille. Il fallait que je me recoiffe.” David Beckham, homme impeccable et joueur imperturbable. »

- Beckham or not Beckham ? Comme ses confrères, le Parisien tente de deviner le choix de Beckham, à quelques jours de la fin de son contrat à Los Angeles : « En cas de défaite [dimanche en finale de la conférence ouest], la saison sera terminée pour Becks. Il pourrait alors prendre une décision dans le courant de la semaine. “Tout va aller très vite”, dit-on dans son entourage. À 36 ans, Daddy David, père de quatre enfants, trois garçons et une petite fille née en juillet dernier, va-t-il privilégier la stabilité et le cadre de vie fantastique dont il bénéficie dans son repère doré de Beverly Hills ? “Entre partir à Paris et rester à LA, c’est aujourd’hui du 50-50, explique l’un de ses communicants. Ce n’est pas l’argent qui va faire pencher la balance. Sinon, il partirait en Russie par exemple… L’équilibre de sa vie de famille et la qualité du projet sportif vont être décisifs.
De la pure langue de bois ? C’est en tout cas ce que pense le correspondant d’un grand journal britannique en Californie, très proche de Beckham. “
David a beaucoup trop à perdre en venant au PSG, estime-t-il. S’il ne joue pas régulièrement, son image de marque risquerait d’en pâtir. Or, la Ligue 1 est un championnat très exigeant sur le plan physique. À des années-lumière du niveau du championnat américain. Et comme il souffre très souvent du dos…” Au-delà du choix de carrière, Beckham a déjà les yeux rivés sur l’été prochain [les Jeux olympiques de Londres]. […] Quelles sont alors les conditions idéales pour préparer les JO ? La haute compétition au PSG ou le soccer quasi amateur ? »

Autres rumeurs de transferts

- Lille : « L’intérêt du PSG pour Hazard ? Du virtuel. » Au lendemain de l’interview d’Eden Hazard publiée dans ses propres colonnes, L’Équipe a interrogé Frédéric Paquet, le directeur général adjoint du Losc, pour le faire réagir aux propos de son milieu de terrain : « On est en phase avec ce discours. On confirme qu’il n’y aura pas de départ en janvier pour Eden. Après, l’intérêt du PSG [évoqué par le quotidien sportif en marge de l’interview] n’est pas une nouveauté, mais ça reste du virtuel. Nous n’avons aucun contact. Il y a un temps pour tout. Le club n’a rien à dire de plus. Nous sommes concentrés sur les échéances à venir. »

- Boudebouz intéresserait QSi. « Ryad Boudebouz, le jeune milieu de terrain de Sochaux (21 ans), intéresse les grosses cylindrées de L1, assure le Parisien ce vendredi. Annoncé à Lyon comme un possible renfort hivernal, il ne laisse pas insensibles les nouveaux propriétaires du PSG qui ont approché ses représentants. Si l’été dernier Djamel Belmadi avait joué les conseillers de l’ombre pour le recrutement, c’est cette fois Ali Benarbia qui aurait recommandé à Nasser al-Khelaifi de se pencher sur le cas de l’international algérien. “Le PSG, pourquoi pas, c’est un grand club, a confié le joueur. L’idée de succéder à un joueur comme Mustapha Dahleb, j’aimerais bien.
Les Qataris ont toujours la volonté de recruter un joueur maghrébin. L’idée serait même d’avoir un joueur de cette origine dans chaque ligne. Si le Marocain Mehdi Benatia (Udinese) tient la corde en défense, Boudebouz et Chamakh sont appréciés. “
Ils veulent un Maghrébin au PSG car cela fera plaisir dans la région parisienne et je sais même qu’ils pensent à un Portugais aussi”, confiait le Marocain Adil Taarabt [Adel, en réalité] lorsqu’il était en contact avec le PSG. Mais comme ce fut justement le cas avec Taarabt, les joueurs maghrébins convoités par les Qataris ne correspondent pas forcément à ce que recherche Leonardo… »

- Landre : « Je réfléchis à partir. » S’il est quasi systématiquement sur le banc, Loïck Landre n’est encore jamais rentré en jeu cette saison. Avec les retours de Sakho puis Bisevac, les bonnes performances de Camara et la montée en puissance de Lugano, le jeune Parisien ne s’attend pas à voir son temps de jeu progresser. « Je réfléchis à partir au mercato d’hiver, a-t-il confié au 10 Sport à l’issue du match PSG-Slovan Bratislava jeudi soir. Même si je n’ai pour l’instant fait aucune démarche en ce sens, j’y songe. Avec la concurrence qu’il y a à mon poste, je ne pense pas avoir ma chance cette saison. Je n’ai qu’un match de Ligue 1 dans les jambes et je veux m’aguerrir et avoir plus de temps de jeu. Me faire prêter dans un club de Ligue 1 au mercato pourrait être une solution. »

Résultats, blessures, compos, suspensions…

- La réorganisation et les confidences d’al-Khelaifi. Vendredi, suite au changement de la gouvernance du club, Nasser al-Khelaifi a été nommé président-directeur général du PSG. Dans la foulée, il a accordé deux interviews au Parisien et à L’Équipe. Au menu : les changements à la tête du club, la composition du conseil d’administration ; le Parc des Princes et le déménagement au Stade de France ; le nouveau centre d’entraînement ; le recrutement de David Beckham, Eden Hazard, les joueurs arabes, les prochains mercatos ; Kombouaré, Leonardo, Ancelotti et Mourinho ; les ambitions à court et moyen terme. (voir PSG : ce qu’il faut retenir des interviews d’Al-Khelaifi)

- Records. « Le PSG vient d’enchaîner 5 victoires en L1 par au moins deux buts d’écart, la meilleure série depuis Lille en 2009/2010 », souligne Opta.
De son côté, Michel Kollar indique que la victoire parisienne face au Slovan Bratislava ce jeudi en Ligue Europa est la neuvième de rang à domicile, toutes compétitions confondues, ce qui égale le record de 2000/2001 et de 1993/1994. Toujours selon l’archiviste du PSG, ce match, le 18e consécutif sans défaite en coupe d’Europe au Parc des Princes — série en cours depuis novembre 2006 —, permet à l’effectif 2011/2012 d’effacer le précédent record : 16 matches, entre 1995 et 2000.

- PSG 1-0 Slovan Bratislava. Jeudi soir, lors du quatrième match de la phase de groupes de la Ligue Europa, le PSG s’est imposé 1-0 face au Slovan Bratislava. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Ligue Europa : Paris est deuxième. Comment le PSG peut-il se qualifier pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa ? Quel est l’enjeu de la première place ? (voir [UEFA] Retour sur PSG 1-0 Slovan Bratislava (vidéos))

- Bordeaux 1-1 PSG. Dimanche soir, lors de la 13e journée de L1, le PSG a fait match nul 1-1 à Bordeaux. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Spectacle. « Bordeaux-PSG n’a vu que 13 tirs, total le plus faible pour un match de Ligue 1 cette saison », signale Opta. (voir plus de stats après Bordeaux-PSG)

- Sissoko suspendu contre Nancy. Averti dimanche soir à Bordeaux, Momo Sissoko sera suspendu dans quinze jours lors du match PSG-Nancy (14e journée de L1). (voir Mohamed Sissoko sera suspendu lors de PSG-Nancy)

- Infirmerie. « Matuidi (adducteurs) espère reprendre l’entraînement collectif après la trêve internationale », rapporte L’Équipe ce samedi.

- Hoarau de retour début 2012 ? À l’infirmerie depuis son opération à l’épaule cet été, Guillaume Hoarau a indiqué dimanche soir qu’il espérait reprendre la compétition début janvier 2012. « Ça progresse bien, a-t-il confié à L’Équipe. A priori, après la trêve de Noël, ce sera bon. »

- Marseille-PSG diffusé sur Canal+. Le match Marseille-PSG sera retransmis en direct sur Canal+ dimanche 27 novembre 2011 à 21 heures. (voir TV : OM-PSG diffusé sur Canal+ dimanche 27/11)

- Un stage au Qatar en janvier ? « Leonardo, le directeur sportif du PSG, travaille depuis plusieurs jours sur l’organisation d’un stage au Qatar dès janvier prochain, indique le Parisien ce jeudi. La trêve hivernale débutera le 22 décembre, lendemain du dernier match de l’année à Saint-Étienne (19e journée). La première rencontre en 2012, un 32e de finale de coupe de France, est prévue le week-end des 7-8 janvier. La reprise de l’entraînement devrait avoir lieu le 30 décembre et c’est donc probablement lors de la deuxième semaine de trêve (la première de janvier) que Pastore et ses partenaires s’envoleront vers Doha. »
L’Équipe apporte des précisions complémentaires sur la nature du stage : « Un match amical face à Lekhwiya, club basé à Doha et entraîné par l’ancien joueur parisien et marseillais Djamel Belmadi, est notamment prévu. Ce club est la propriété du cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, qui dirige QSi et donc le PSG. »
« Des stages de préparation dans le golfe Persique avaient déjà été envisagés ces dernières années, conclut le quotidien francilien. Le partenariat entre la compagnie aérienne Emirates (sponsor maillot) et le PSG prévoit contractuellement une tournée à Dubaï. Mais, faute de temps, elle n’a jamais pu voir le jour. »

- Stage au Qatar : match amical à Dubaï. Le stage qu’effectuera le PSG au Qatar durant la trêve hivernale sera également l’occasion de réaliser un match amical à Dubaï (Émirats arabes unis), a révélé Nasser al-Khelaifi dans son interview à L’Équipe ce samedi. « C’est une région qui peut être très importante pour le club, nous voulons donc promouvoir le PSG là-bas », a expliqué le nouveau président du PSG.

- Affaire Luyindula : la LFP va inspecter le Camp des Loges. « La commission juridique de la Ligue, saisie par Peguy Luyindula contre le PSG, devrait inspecter jeudi le centre d’entraînement du club de la capitale, à Saint-Germain-en-Laye, annonce L’Équipe ce lundi. Écarté par Antoine Kombouaré en août, Luyindula s’entraîne depuis lors avec la réserve parisienne en CFA. L’attaquant vit mal sa situation de “pestiféré” et réclame sa réintégration. D’après la charte du football professionnel, un club peut faire évoluer un joueur avec un second groupe. Mais, selon l’article 507, celui-ci doit bénéficier de prestations d’entraînement, de soins et d’équipements identiques.
Nous allons voir sur place si les conditions d’entraînement du groupe 2 sont conformes, explique Me Soulier, le président de la commission juridique. Il ne faut jamais laisser le fruit pourrir sur l’arbre.” Me Soulier effectuera cette visite du Camp des Loges avec des représentants des syndicats des joueurs (UNFP) et des clubs (UCPF). La réintégration effective de l’ancien Lyonnais paraît improbable, mais une décision favorable de la Ligue pourrait lui permettre de négocier en position de force sa rupture de contrat avec le PSG. »

À propos des supporters

- Bordeaux-PSG : le parcage parisien limité à 700 places. « Pour des raisons de sécurité et en accord avec les pouvoirs publics, il a été décidé de limiter la vente dans le secteur visiteurs du stade Chaban-Delmas à 700 places pour la rencontre Bordeaux-PSG, annonce le club parisien sur son site officiel. Il reste à ce jour 200 places à vendre […] ce vendredi 4 et ce samedi 5 novembre. […] L’accès au secteur visiteurs ou aux abords du stade sera interdit à toute personne non munie de billet, un arrêté préfectoral ayant été pris en ce sens. »
La capacité du stade bordelais étant d’environ 34 000 places, le règlement de la LFP prévoit que 1 700 billets soient mis à la disposition des clubs visiteurs (5 %).

- Bordeaux-PSG interdit aux anciens Boys, Supras ou Authentiks. « L’accès au secteur visiteurs ou aux abords du stade [Chaban-Delmas] sera interdit à toute personne non munie de billet, un arrêté préfectoral ayant été pris en ce sens », annonçait le PSG vendredi sur son site officiel. En réalité, l’arrêté préfectoral est plus large que cela : comme le lui autorise la loi Loppsi 2 votée en début d’année, le ministère de l’Intérieur a également interdit « à toute personne ayant appartenu à une association de supporters dissoute du PSG d’accéder au stade Chaban-Delmas […], de circuler ou stationner sur la voie publique [dans un périmètre entourant le stade] ».
Par ailleurs, l’arrêté indique que « sont interdits dans le périmètre [concerné] et aux abords du stade la possession, le transport et l’utilisation de toutes banderoles, drapeaux et calicots, pétards, fumigènes et tout objet pouvant être utilisé comme arme et/ou projectile ».

Sélections internationales

- France : 3 Parisiens convoqués. Kevin Gameiro, Jérémy Ménez et Mamadou Sakho ont été sélectionnés en équipe de France pour affronter les États-Unis puis la Belgique, les vendredi 11 et mardi 15 novembre prochains, en matches amicaux. (voir Équipe de France : 3 joueurs du PSG sélectionnés)

- France U20 : Landre et Kebano convoqués. Régulièrement convoqués en U19 la saison dernière, Loïck Landre et Neeskens Kebano ont été sélectionnés en équipe de France U20 pour le premier rendez-vous de la saison des hommes de Philippe Bergeroo. Ils disputeront deux matches amicaux face à Israël les jeudi 10 et dimanche 13 novembre. (source : FFF.FR)

Jeunes et féminines

- CFA : PSG 0-0 Calvi, Paris est 11e. Pour son dixième match de championnat en 2011/2012, l’équipe réserve du PSG a fait match nul 0-0 face à Calvi (9e). Les Parisiens sont désormais onzièmes. (voir le calendrier du PSG)

- U19 : PSG 2-2 Avranches, Paris est 1er. Le PSG a concédé un match nul 2-2 face à Avranches (13e) lors de la neuvième journée du championnat national des moins de 19 ans. Les Parisiens sont toujours premiers, avec cinq points d’avance sur Amiens.

- U17 : Angers 1-2 PSG, Paris est 1er. Lors de la huitième journée du championnat national des moins de 17 ans, le PSG s’est imposé 1-2 à Angers (9e). Les Parisiens sont toujours premiers, avec cinq points d’avance sur Tours et Guingamp.

- Féminines : 1. FFC Francfort 3-0 PSG. Mercredi après-midi, lors du match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions, l’équipe féminine du PSG s’est inclinée 3-0 à Francfort, sur le terrain des triples championnes d’Europe (9e, 47e, 55e).
Le match retour aura lieu mercredi prochain à 20h45 au stade Charléty. D’ici là, le PSG se déplacera à Juvisy — actuel leader du championnat — ce dimanche, pour le compte de la huitième journée de D1. (voir le résumé du match en vidéo)

- Féminines : Léa Rubio absente plusieurs mois ? « Touchée juste avant la rencontre de Ligue des champions entre le PSG et Francfort ce mercredi, la milieu de terrain parisienne Léa Rubio (1 sélection) pourrait être indisponible plusieurs mois, selon les journalistes de la chaîne Eurosport », rapporte une-deux.net.

- Féminines : des élus parisiens interrogent le PSG au sujet du Parc. « David Alphand et Laurence Dreyfuss, conseillers [UMP] de Paris [élus dans le 16e arrondissement], viennent d’écrire [au PSG] après la décision du club de refuser que les matches de l’équipe féminine (vice-championne de France) se jouent au Parc des Princes, révèle Le Figaro ce vendredi. Trouvant cette décision “paradoxale et même choquante”, les deux élus posent la question : “Au PSG, les femmes seraient-elles seulement les bienvenues dans les tribunes, mais pas sur la pelouse ?” »

- Féminines : Juvisy 1-0 PSG, Paris est 4e. Quatre jours après s’être inclinée face à Francfort en Ligue des champions, l’équipe féminine du PSG a perdu 1-0 à Juvisy lors de la huitième journée de D1. Les Parisiennes sont toujours quatrièmes ; elles comptent désormais six points de retard sur Montpellier, sept sur Lyon et huit sur son adversaire du jour — mais Paris a un match en retard.

- Féminines U19 : PSG 3-2 Vendenheim, Paris est 4e. Lors de la cinquième journée du championnat national des moins de 19 ans féminines, le PSG a remporté son deuxième match consécutif, 3-2 face à Vendenheim. Les Parisiennes sont désormais quatrièmes.

- Féminines : 3 Parisiennes convoquées. Laure Boulleau, Laure Lepailleur et Élise Bussaglia ont été sélectionnées en équipe de France pour participer à la tournée en Martinique et en Guadeloupe qui aura lieu du lundi 14 au mercredi 23 novembre. Les Bleues affronteront l’Uruguay et le Mexique en matches amicaux. (source : FFF.FR)

Le reste de l’actu du 1er au 7 novembre

Anciens Parisiens

- Barrada buteur et passeur. « Abdelaziz Barrada a grandement contribué à la victoire [de Getafe], ce dimanche, face à l’Atletico de Madrid (3-2) », signale marocfootball.info. Le joueur formé au PSG a égalisé sur un coup franc — son premier but en Liga — puis a offert une passe décisive pour le deuxième but madrilène.

- Des nouvelles d’Edel. « Apoula Edel a effectué le plus d’arrêts en Ligue Europa cette saison (23) », relève Opta.

- Amara Diané en Arabie saoudite. Amara Diané (29 ans), qui avait rejoint Al-Gharafa en début d’année après avoir passé deux saisons à Al-Rayyan, va quitter le Qatar pour l’Arabie saoudite, et plus précisément Al-Nassr, d’après mercato365.com. Il aurait été échangé avec l’ancien attaquant rennais Ismaël Bangoura.

À propos des médias

- Le PSG s’affirme à l’étranger. « Toute l’Europe est fan du nouveau PSG », assure le Parisien ce mercredi. Jamais le PSG n’a suscité un tel engouement international. Au centre d’entraînement du Camp des Loges, depuis le début de la saison, les journalistes étrangers affluent en masse. Les médias européens ne cessent de solliciter la direction du club pour obtenir des interviews de Leonardo ou Pastore. Pour PSG-Dijon, il y a dix jours, des reporters roumains avaient fait le déplacement. La BBC et CNN ont déjà consacré un long reportage au club de la capitale alors que, fin septembre, La Gazzetta dello Sport proposait un dossier spécial à ses lecteurs. Lundi, le quotidien La Repubblica a également publié deux pages sur l’équipe parisienne. “Paris a toujours bénéficié d’une certaine notoriété et attractivité, mais c’était davantage pour la ville que pour des raisons sportives, explique Bruno Satin, patron de la société d’agents IMG. Aujourd’hui, beaucoup de gens s’y intéressent, y compris des grands joueurs, parce qu’ils savent que ce club a les moyens de construire une très grosse équipe.” Alors qu’il a longtemps été considéré comme sans intérêt sur la scène internationale, le PSG et sa puissance financière ne laissent désormais personne indifférent. »
Et le quotidien francilien de passer en revue quelques pays voisins : « L’Italie n’a jamais autant parlé du PSG. Cet été, les médias ont évidemment évoqué les arrivées de Leonardo, Pastore, Sirigu, Ménez et Sissoko, tous les cinq issus [de la Serie A]. Et depuis la fin du mercato, leur intérêt pour l’actualité du club parisien ne s’est pas démenti. Sirigu était ainsi à l’honneur sur Sky Sports la semaine dernière, tandis que chaque exploit de Pastore est largement commenté à grand renfort de superlatifs. “PastoRe di Francia” (PastoRoi de France) titrait le 3 octobre La Gazzetta dello Sport après la victoire de Paris contre Lyon. […] Malgré les stars qui évoluent dans leur championnat, les médias espagnols consacrent souvent quelques articles au PSG. Les rumeurs d’une arrivée à Paris de Mourinho ou encore d’Éric Abidal ont évidemment été évoquées. Mais c’est surtout Pastore, suivi cet été par le Real et le Barça, qui a les faveurs de la presse. […] En Allemagne, la notoriété du PSG n’a pas encore grimpé en flèche. Les médias ont certes évoqué le montant record du transfert de Pastore (42 M€) mais leur intérêt reste limité. »

- « Le PSG est revenu aux affaires. » Dans le cadre de ce dossier sur la nouvelle image du PSG à l’étranger, le Parisien a également recueilli plusieurs témoignages de joueurs ou d’observateurs étrangers :
Walter Perosino, journaliste à l’hebdomadaire italien Tuttosport : « Cette saison, pour la première fois depuis longtemps, des images de la Ligue 1 sont diffusées sur Sky Italia. Et, à chaque fois, la séquence consacrée au championnat de France se concentre exclusivement sur le PSG. »
Benoît Cauet, entraîneur des moins de 15 ans de l’Inter Milan : « Ces dernières années, plus personne ne parlait du PSG. Mais aujourd’hui, il y a un grand intérêt. À chaque début de semaine, tout le monde me demande s’ils ont gagné, si Pastore a bien joué, s’il a marqué. Les Italiens sont de plus en plus emballés par ce club. »
David Bernabeu, journaliste à la chaîne de télévision espagnole Cuatro : « [La] signature [de Pastore] est un coup de poing sur la table. Cela prouve que le PSG est revenu aux affaires. Pour le même prix, ils auraient pu avoir Fabregas. Maintenant que le projet se met en place, on a vraiment envie de voir ce qui peut se passer. »
Carles Escolan, journaliste à Radio Marca : « Je suis sûr que si Paris reste en tête, qu’il décroche une qualification en Ligue des champions et qu’il fait un gros mercato cet été, ce sera l’une des équipes les plus suivies d’Europe. »
David Villa, attaquant du FC Barcelone : « J’ai suivi attentivement la mise en place du nouveau projet cet été. Il y a des joueurs de très grande classe comme Pastore, Lugano, Gameiro… plus d’autres qui ont vraiment contribué à améliorer le club. »
Hardy Hasselbruch, journaliste à l’hebdomadaire allemand Kicker : « De la Ligue 1, on ne voit que les matches du dimanche soir retransmis en direct sur Eurosport. Du coup, il n’y a pas beaucoup d’images du PSG à la télévision allemande. Et tant qu’un club ne participe pas à la Ligue des champions, il n’existe pas vraiment dans la tête des gens. »
Jürgen Klopp, entraîneur du Borussia Dortmund : « Nous avons rencontré Paris l’an dernier en Ligue Europa, ce furent deux matches assez serrés. Mais je pense que la confrontation serait très différente cette saison. Leur équipe n’a plus rien à voir. Paris est armé pour devenir aujourd’hui le Bayern Munich français, et le rester un certain temps ! »

En L1 et ailleurs…

- « Erreur administrative interne. » « Le coup d’envoi de la rencontre Saint-Étienne-Montpellier a été retardé de presque huit minutes après la menace des dirigeants stéphanois de déposer une réclamation si Hilton était aligné, indique L’Équipe. En cause, la licence du défenseur brésilien de Montpellier, qui est périmée depuis fin octobre. Pris de court par cette erreur administrative interne, l’entraîneur héraultais René Girard a décidé de ne pas courir le moindre risque. Alors que les deux équipes étaient déjà dans le couloir menant à la pelouse, Benjamin Stambouli a été titularisé et le nom de Hilton enlevé de la feuille de match. »

- Pendant ce temps-là, à Rennes… Battu par le Celtic en Ligue Europa, le Stade rennais est une nouvelle fois soumis à des turbulences internes, dans la plus grande indifférence. Samedi, L’Équipe rapportait qu’une « altercation verbale » a opposé Frédéric Antonetti à son président Patrick Le Lay. « Cela a duré dix secondes, a expliqué le Corse dans le quotidien sportif. On n’est pas d’accord sur l’analyse du football et du match. Lui analyse un résultat, moi un match. La différence est là. »
« Je ne supporte plus ces critiques permanentes, a-t-il poursuivi, visant à la fois les médias et son président. À Lyon, la saison dernière, on a “tué” Puel. Peut-être que c’est moi que l’on veut “tuer” cette année. Je ne sais pas, mais en tout cas, ça m’interpelle car je ne vois jamais rien de positif et à l’intérieur du club non plus. » Se plaignant d’un manque de moyens, Antonetti a conclu en lançant : « Tous ceux qui [mettront Rennes dans la catégorie des clubs riches] me trouveront sur leur chemin et très, très durement. »

Autres infos PSG en vrac

- Luyindula et les contrôles antidopage. Ce mardi, le Parisien révèle que le membre de l’effectif parisien suivi par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) n’est autre que Peguy Luyindula, pourtant écarté du groupe pro. « Chaque année, l’AFLD constitue une liste de plusieurs centaines d’athlètes qui doivent se tenir prêts chaque jour à subir un contrôle inopiné, explique le quotidien francilien. Le système existe pour tous les sports, individuels et collectifs. Chaque équipe pro compte ainsi dans ses rangs un membre du groupe-cible. Le but de la manœuvre ? En marquant “à la culotte” un joueur de l’équipe, l’AFLD se donne les moyens de “tracer” les déplacements de toute une équipe et de diligenter, si elle le souhaite, un contrôle inopiné efficace. Voilà pour la théorie. En pratique, la réalité est tout autre. Au PSG par exemple, la “cible” n’est autre que… Peguy Luyindula. Au début de la saison 2010/2011, un tirage au sort effectué par l’AFLD l’a désigné comme représentant du PSG au sein du groupe-cible. Il a été prolongé dans ses fonctions par tacite reconduction cet été, à l’aube de l’exercice 2011/2012. Problème, l’attaquant du PSG ne fait désormais plus partie du groupe professionnel. Il en a été exclu début août “pour des raisons sportives”, selon Antoine Kombouaré.
À ce jour, Luyindula ne joue plus que sous le maillot de l’équipe réserve et n’a plus aucun contact avec l’équipe professionnelle. Autant dire que son rôle de “joueur-cible” est vidé de toute substance. Ses géolocalisations successives sont désormais déconnectées des allées et venues du PSG. Cette situation ubuesque ne semble pas déranger les organisateurs de la lutte antidopage. “
D’un point de vue administratif et réglementaire, Luyindula répond toujours aux critères de l’AFLD puisqu’il est toujours un salarié du PSG”, observe Pierre Rochcongar, président de la commission médicale de la FFF. Du côté de l’AFLD, on promet de s’intéresser au dossier Luyindula. “Avant de le radier de notre groupe-cible, nous voulions être certains qu’il ne soit pas réintégré dans l’effectif, justifie l’un de ses dirigeants. On va bientôt corriger le tir.” »

- Luyindula raconte son rôle de joueur-cible. En marge de cet article, le Parisien publie une interview de Peguy Luyindula. L’ancien Strasbourgeois détaille le rôle de joueur-cible, qu’il occupait déjà la saison passée : « En quoi cela consiste-t-il ? Vous êtes le couillon de service, si je puis dire. Je devais dire en permanence où j’étais. Je passais par la secrétaire du Camp des Loges pour informer l’AFLD. C’est-à-dire que si j’étais chez des amis, en vacances ou en week-end, je communiquais un téléphone où l’on pouvait me joindre.
Combien de fois ai-je été contrôlé la saison dernière ? Quatre ou cinq fois, je ne sais plus exactement. L’inspecteur est passé au Camp des Loges, l’adresse que j’avais communiquée comme étant celle où j’étais le plus souvent, aux heures d’entraînement, donc il n’y a eu aucun souci. S’il était passé à un moment où il n’y avait pas de séance, j’avais quarante-cinq minutes pour le rejoindre, sinon l’AFLD considérait que je m’étais soustrait à un contrôle. Cette saison ? Je ne savais pas que c’était encore moi, et comme je suis écarté du groupe professionnel, je ne fais plus part de ma localisation. Et si un contrôleur me cherchait, il ne me trouverait pas avec les autres joueurs pros puisque je n’ai plus le droit d’y être.
 »
Le journal de Saint-Ouen précise par ailleurs que « depuis le début de la saison 2011/2012 le PSG n’a connu aucun contrôle antidopage hors compétition et seulement deux en compétition, après les matches de championnat contre Valenciennes et Evian TG ».

- L’agent de Leonardo se confie au sujet de QSi. Cette semaine, Franck Henouda, l’agent de Leonardo, revient dans Le 10 Sport sur l’arrivée de QSi dans le capital du PSG cet été : « Ce sont des gens qui aiment le foot et qui ont des intérêts en Europe. Ils veulent faire une vitrine pour leur pays. Le foot, pour eux, c’est du marketing, c’est porteur. […] Quand on s’est réunis avec le cheikh Tamim, il nous a expliqué qu’on lui avait proposé un paquet de clubs à racheter en Angleterre : Liverpool, Manchester United… Il avait la capacité de racheter United mais il a choisi Paris. D’abord parce qu’il adore la France, il a étudié à la Sorbonne, il un hôtel particulier à Paris. Et il a vite compris que ce serait plus facile d’être champion en France plutôt qu’en Angleterre. […] Moi, j’ai amené Leonardo et j’ai rencontré le prince à cette occasion lors d’une réunion. Le prince, tu ne le rencontres pas comme ça tous les jours, il a d’autres chats à fouetter. Il nous a bien expliqué, à Leo, à moi et aux personnes qui étaient réunies, les opportunités qu’il a eues et pourquoi il a choisi de miser sur le PSG.
Ils donnent l’impression de n’avoir aucune limite financière ? Ce n’est pas exactement ça. Lui, c’est un mec super intelligent, il ne balance pas pour balancer. Le budget a été validé avec Leo, Nasser… Si tu veux mettre 40 M€ sur un bras cassé, il va te voir venir. Il n’a pas dit à Leo qu’il avait un budget illimité et qu’il pouvait acheter Cristiano Ronaldo. D’ailleurs, à l’époque, il s’est intéressé à des joueurs comme Neymar, Ganso ou Lucas au Brésil et ils ont hésité, ils ne voulaient pas surpayer des joueurs. Peut-être que, dans l’avenir il voudra aussi un grand entraîneur de niveau international. Je dirais qu’ils prennent le pouls pour le moment, il y a beaucoup de choses nouvelles à mettre en place.
Ils sont là pour faire un club qui rapporte. Ils ne sont pas là pour boucher les trous tous les ans. C’est pour ça que, petit à petit, ils mettent en place des gens super compétents. Ils ne sont pas là pour bricoler et jeter de l’argent par les fenêtres. Ils veulent monter un grand club capable de lutter avec Barcelone, Manchester. Ils n’ont rien à voir avec Colony Capital, ils ne sont pas là pour rester trois ans et dire ciao !
[…] Ils vont dépenser ce qu’il faudra pour que l’équipe soit où ils veulent, ni plus, ni moins. S’il y a besoin d’un super centre d’entraînement, ils vont le faire, c’est déjà dans leur projet. Et Paris aura un centre d’entraînement de folie. Supposons que demain le Parc des Princes, ils ne peuvent plus jouer dedans et que pour x raisons, ils ne peuvent pas jouer au Stade de France, il est capable de construire son propre stade pour le PSG… Tout est possible, selon ce qu’il a envie de faire. Mais avec un souci de rentabilité et en sachant où va l’argent. Il ne va pas dépenser pour le plaisir de dépenser.
 »

- Nenê a retrouvé la forme. « Avec 4 buts inscrits lors des deux dernières journées de championnat, [Nenê] totalise désormais 8 réalisations toutes compétitions confondues, soit un de moins que la saison dernière à la même époque, souligne le Parisien ce jeudi. […] Nenê [a] déjà fait mieux que l’un de ses illustres compatriotes. Avec 28 buts en dix-huit mois, le Brésilien est en effet plus prolifique que Ronaldinho (25 buts en deux ans). »

- Les performances de Pastore. Ce dimanche, L’Équipe publie trois statistiques illustrant une baisse de performance de Javier Pastore ces dernières semaines : « Le milieu argentin n’a réalisé aucune passe décisive en L1 depuis son match à Toulouse [le 28 août], où il avait servi Kevin Gameiro et Mevlüt Erding ; lors des trois derniers matches, Pastore a touché trois ballons dans la surface adverse en moyenne. Il en avait touché deux fois plus (6,3) lors des six rencontres précédentes qu’il avait débutées ; face à Caen, l’ancien joueur de Palerme n’a réussi aucun des trois dribbles qu’il a tentés face à un adversaire. C’est la première fois que cela lui arrive cette saison lors d’un match où il a été titulaire. »

- Nenê nommé pour le trophée UNFP d’octobre. Nenê fait partie, avec l’attaquant montpelliérain Olivier Giroud et le milieu de terrain dijonnais Benjamin Corgnet, des trois joueurs nommés pour le trophée UNFP de meilleur joueur d’octobre. Il succéderait ainsi à Javier Pastore, désigné en septembre. (voter sur le site de l’UNFP)

- La préparation physique de Sissoko. Ce dimanche, L’Équipe revient sur les problèmes physiques qu’a connus Mohamed Sissoko ces dernières années, et qui ont perturbé ses débuts à Paris. « Il avait donné rendez-vous vers midi mais, quand il passe entre les mains des kinés et de l’ostéopathe du PSG, “Momo” Sissoko, 26 ans, ne compte pas son temps, raconte le quotidien sportif. Souvent le premier arrivé aux entraînements, il est toujours, ou presque, le dernier à quitter les lieux. Vers 13h30, le longiligne milieu malien débarque enfin, s’excuse du retard. Il n’a pas encore pris sa douche…
Son souci permanent de cette préparation invisible épate autant ses coéquipiers que le staff. “
Certains me chambrent là-dessus, s’amuse l’intéressé, né à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime). Mais c’est quelque chose dont j’ai besoin car, ces deux dernières années, je n’ai pas été épargné par les blessures. Alors je prends soin de moi, je mets tous les atouts de mon coté pour être bien physiquement, bien dans ma peau.” Il lui en a fallu, du temps, pour se requinquer, se relever des blessures qui ont émaillé ses deux dernières saisons sous le maillot de la Juventus Turin (il n’a participé qu’à 35 matches de Serie A en deux ans). […]
Alors, quand son genou l’a laissé en paix, ce n’était pas une gastro-entérite qui allait le terrasser. Resté couché pendant deux jours, Sissoko a insisté pour jouer avec la réserve, en CFA, contre Auxerre B (1-2 le 8 octobre). Le matin du match, il était encore alité. Kombouaré l’a appelé pour lui dire de ne pas sortir. “
Si, si, je viens, a rétorqué le joueur. Je fais l’échauffement et je vois.” Après 45 minutes, Sissoko, épuisé, rentre chez lui, se cale sous les draps. “Je suis allé chercher une force hors de moi, j’ai réussi à tenir une mi-temps mais bon, la seconde, c’était trop compliqué”, sourit le néo-Parisien, qui avait repris la compétition depuis trois semaines. »

- Ménez : « Écrire la nouvelle histoire du club. » « Je ne suis pas surpris par l’attente autour de ce nouveau PSG car je venais d’un club, Rome, qui vit tout le temps dans l’ambition et la pression, explique Ménez dans le Parisien. J’avais besoin, pour la suite de ma carrière, de continuer à vivre dans cette ambition. Et comme Paris est vraiment mon club de cœur, c’est parfait. Beaucoup de joueurs disent cela ? Mais c’est vrai. J’ai le PSG dans la peau ! Je suis originaire du Val-de-Marne et porter ce maillot me donne vraiment des frissons. J’ai connu le Parc comme spectateur et j’ai toujours supporté Paris. Il y a trop longtemps que le PSG n’a pas été champion et je veux être de ceux qui vont écrire la nouvelle histoire du club. Avant, je regardais Paris avec envie. Maintenant, je dois être un acteur. […]
Quand tu es à Paris, tu dois viser le plus haut possible, donc le titre. Là, nous sommes premiers et on mérite cette place. Mais, même si on monte en puissance, l’équipe n’a encore rien gagné. Il peut nous arriver des problèmes. Lesquels ? Un manque de concentration sur certains matches et un peu de laisser-aller. C’est quelque chose qui ne se décide pas, bien sûr, mais ça peut toujours arriver en sport. La différence entre une bonne équipe et une grande équipe, c’est que la grande arrive à se maintenir au plus haut niveau et ne se relâche jamais. Aujourd’hui, nous n’avons pas le droit de baisser.
 »

- Jallet : « Défenseur ou milieu ? Pas de préférence. » Interrogé par PSG.FR sur son poste préféré entre celui de défenseur latéral droit et celui de milieu droit, Christophe Jallet a expliqué qu’il n’avait pas de préférence : « J’ai toujours joué à différents postes dans les clubs dans lesquels je suis passé, et cela m’a permis d’avoir du temps de jeu. Peu importe où je suis sur le terrain, j’essaie d’apporter le maximum, même si à la base je suis davantage un latéral de formation. »

- Ménez : « Le coach a eu raison de me recadrer. » Ce dimanche, le Parisien publie une longue interview de Jérémy Ménez, qui fait le point sur le début de saison parisien. « Poli, décontracté, mais aussi complètement naturel, l’international français, 24 ans, n’a pas eu peur d’opter pour un franc-parler rafraîchissant alors qu’il évolue dans un milieu où les discours sont généralement plus aseptisés », souligne le quotidien francilien en préambule.
« J’ai envie de dire aux gens que “le vrai Ménez est là mais il n’a encore pas tout montré”. Le meilleur est devant moi. Les sifflets du Parc en début de saison m’avaient vexé mais les gens avaient raison. Je n’étais pas bon. […] La possible arrivée de David Beckham ? Je n’ai peur de rien. J’ai vécu trois ans à Rome au milieu de la concurrence. Je peux vous dire que je ne laisserai mon poste à personne. Ce serait un honneur d’être son coéquipier, mais Beckham ne prendra pas ma place ! Je connais ma valeur. Je l’accueillerai à bras ouverts pour tout ce qu’il a fait dans sa carrière. Mais dans le haut niveau, il ne faut jamais laisser quelqu’un te passer devant. C’est logique. »
Interrogé sur l’individualisme dont il a fait preuve jeudi face au Slovan Bratislava, l’ancien Sochalien acquiesce : « C’est vrai. Je dois éviter d’en faire trop et de me prendre pour le sauveur. Sans le collectif, je ne suis pas grand-chose. Parfois, j’ai un excès de confiance dans ma technique. Le coach a eu raison de me recadrer. […] J’étais furieux qu’il me remplace contre Caen ? J’avais tort. J’ai un caractère fort qui m’a posé des problèmes plus jeune. Mais il était important que je m’excuse vis-à-vis du coach, car je ne dois pas agir comme cela. »
Ménez, à qui il est parfois reproché de ne pas sourire sur le terrain, évoque également des questions plus personnelles : « Je ne suis pas le genre de gars qui se balade deux heures dans la rue à serrer des mains. [Après l’entraînement] je rentre chez moi et je vais au cinéma. […] Contrairement à ce que les gens peuvent dire de moi, je suis tranquille et ouvert. Tout le monde peut venir me parler et je réponds à tous. Il paraît que j’ai l’image d’un type arrogant et qui n’est pas sympathique. Je suis en fait exactement l’inverse. Mais je suis réservé et je ne vais pas taper dans le dos des gens dès la première fois que je les vois. »

- Kombouaré parle de sa relation avec Leonardo. Dans un entretien accordé au Canal Football Club ce dimanche et retranscrit par L’Équipe, Antoine Kombouaré évoque sa relation avec Leonardo : « C’est la première fois que je me retrouve avec un directeur sportif. Il a fallu que j’apprenne à fonctionner avec quelqu’un qui échange, qui discute. À l’arrivée, on fait tout pour tomber d’accord et avancer ensemble. Et c’est le cas aujourd’hui. »
L’ancien entraîneur de la réserve parisienne répond également sur les doutes des observateurs quant à sa capacité à gérer les stars : « Je n’ai pas attendu aujourd’hui pour apprendre à travailler et surtout à gérer des stars. L’arrivée de joueurs avec un certain prix, j’ai toujours rêvé de ça. Moi, je m’en sens capable, bien sûr. […] Il y a une star que j’ai dirigée, c’est Claude Makelele. Aujourd’hui j’ai des jeunes qui ont de très forts potentiels, mais il n’y en a aucun qui est titulaire en équipe nationale et j’espère qu’ils vont devenir des stars en gagnant des titres, parce que c’est comme ça qu’on juge les stars. »
Enfin Kombouaré a été interrogé sur son avenir à Paris : « Je n’attends aucune garantie, on est tous de passage, il n’y a que les murs qui ne bougent pas. »

- Retour sur le dribble de Sakho. Ce mardi, dans sa rubrique « coulisses », L’Équipe revient sur le dribble spectaculaire réussi par Mamadou Sakho samedi face à Caen : « Nenê frappe un corner, côté droit, décrit le quotidien sportif. Mais le ballon dégagé de la tête par un Caennais file vers la touche, le long de la ligne de sortie de but. Mamadou Sakho se précipite, Seube à ses basques. À proximité du poteau de corner, dos au but et serré de près, le défenseur parisien temporise. Puis, en un éclair, il esquisse une arabesque entre râteau et roulette, enchaîne par une talonnade pour lui-même du pied gauche derrière son pied d’appui puis finit par s’échapper en plaçant un petit pont du pied gauche tout en se retournant. C’était beau comme un tour de passe-passe digne d’un Zidane, Romario ou Okocha. »
Sur PSG.FR, le jeune capitaine parisien évoque à son tour cette action : « C’est Mathieu Bodmer qui m’enseigne certains gestes techniques ! Je lui avais dit que si un jour j’étais en situation idéale pour essayer ce coup-là en match, je le ferais, j’ai donc tenté et tant mieux car ça a réussi. J’ai progressé dans ce domaine-là mais je préfère avant tout me concentrer sur mon travail défensif. »

- L1 : le PSG sur un rythme très élevé. « Si le PSG, leader du championnat avec 29 points en 12 journées (9 victoires, 2 nuls, 1 défaite), poursuit à ce rythme (2,4 points/match), il pourrait compter 91 points au terme de la saison, observe L’Équipe. Du jamais vu dans toute l’histoire de la Ligue 1. Le record est détenu par Lyon, qui avait fixé la barre à 84 unités en 2005/2006. »

- Bisevac : « J’ai une grosse envie de jouer. » À la veille du match face au Slovan Bratislava, Milan Bisevac a évoqué sur francefootball.fr la blessure qui l’a tenu éloigné des terrains depuis près de deux mois : « Cette période n’a vraiment pas été facile. Depuis que je joue en France, je n’ai jamais été blessé. […] C’est la vie et le football. Maintenant, j’ai repris et je suis là. Je veux revenir encore plus fort ! […] Depuis une semaine, je travaille avec le groupe et j’ai joué aussi une heure en CFA. Ça s’est très bien passé. Je m’entraîne très dur, je progresse physiquement pour vite revenir. […] Bien sûr, ça a été une période vraiment difficile pour moi parce que je n’avais jamais vécu ça. Franchement, chaque fois que je voyais mon équipe jouer, ça me cassait les c… ! Je voulais vite revenir. J’ai une grosse envie de jouer.
Serai-je sélectionné avec la Serbie pour les deux prochains matches amicaux, mi-novembre ? Je ne sais pas. J’ai été blessé six semaines et je reviens seulement. Je pense que je ne serai pas appelé cette fois-ci. Ce n’est pas vraiment le moment, je reviens juste d’une blessure. On connaît mon amour pour la sélection, mais là je préfère être ici pour revenir plus fort. […]
Les prestations de Camara et Lugano ? Tous les joueurs à Paris sont forts. Autrement, ils ne seraient pas là. Moi, je préfère que tous les joueurs fassent de bons matches. Après si c’est compliqué pour le coach, tant mieux. Cela prouve qu’on travaille bien. […] Quand tu viens à Paris, il ne faut pas se dire que tu seras titulaire. Il faut venir ici pour travailler dur. Et c’est l’entraînement qui détermine les choix du coach. Ici, si tu fais de mauvais matches, c’est un autre qui prend ta place. Il faut toujours être concentré et donner le meilleur.
 »

- Luis Fernandez : « Un peu inquiet pour le PSG. » Dans L’Équipe, Luis Fernandez évoque son avenir à l’issue de son contrat de sélectionneur d’Israël : « Je ne sais pas encore. […] Ce qui est sûr, c’est que je ne reviendrai pas sur un terrain avant la fin de la saison. Je vais profiter de cette période pour réfléchir à mon avenir. […] Je me dis que peut-être il va falloir que je choisisse un côté, les médias [RMC, Orange Sport], ou l’autre. Et puis j’ai d’autres projets. Dans le foot, mais pas comme entraîneur. Le milieu a tellement évolué, tellement changé. Les mentalités ne sont plus les mêmes. […] Les changements sont très importants, très brutaux. Toutes ces valeurs, le respect, le travail, l’honnêteté, je ne les retrouve plus tout à fait. Je ne sais pas si c’est en bien ou en mal, mais le monde du foot a énormément évolué. »
Interrogé dans la foulée sur l’évolution du PSG ces derniers mois, le natif de Tarifa fait part de ses inquiétudes : « Les Qataris ont acheté la marque PSG. Mais un club, surtout celui-là, c’est aussi une âme, une identité. […] Je ne me positionnerai plus jamais pour entraîner le PSG. C’est hors de question. […] Ce club, j’y ai grandi, j’ai porté son maillot pendant huit ans (1978-1986), j’ai gagné des titres [1 championnat et 2 coupes de France comme joueur ; 1 coupe d’Europe, 1 coupe de France et 1 coupe de la Ligue comme entraîneur] et je crois donc que je peux m’exprimer librement sur le PSG. Alors j’espère me tromper, mais oui je suis un peu inquiet. Dans un an ou deux, quand le Parc sera rénové, l’équipe partira jouer au Stade de France. Là-bas, c’est 80 000 personnes au lieu de 40 000. Il y a de belles loges et de grosses possibilités marketing et j’ai bien peur que les Qataris ne veuillent plus en partir. Alors que le PSG, c’est le Parc. Là où on est nés, là où on a grandi. Je le répète, il y a une identité, une âme au Parc.
J’ai entendu récemment le Brésilien Cearà dire qu’il aimait bien ce qui se passait à Paris, que cette équipe ressemblait un peu à celle du Santos de Pelé dans les années 1960, qu’elle était capable de gagner ses matches par des 4-2 ou des 5-3. Moi, désormais, les Parisiens, je les appelle les Harlem Globetrotters. Mais rassembler des individualités comme ça, c’est tellement fragile. À tout moment, cela peut exploser ! […] En Italie ou en Espagne, dans les gros clubs, les joueurs savent ce qu’est la concurrence. En France, ils doivent encore apprendre que les clubs comme le PSG ou l’OM, qui sont des institutions, passent avant tout. Je ne sais pas s’ils sont encore prêts. Le danger, pour Paris, il est là.
 »

- La nouvelle attraction du PSG en quelques chiffres. Interrogé sur l’évolution du PSG depuis son arrivée en juin dernier, Nasser al-Khelaifi a cité dans L’Équipe quelques chiffres illustrant la nouvelle popularité du club parisien auprès du grand public : « Sur les ventes de maillots, on connaît une augmentation de 180 % par rapport à 2010 à la même époque ; on est passés de 4 500 abonnés en 2010 à 16 000 et l’affluence lors des matches à domicile est de 50 % supérieure à celle de la saison passée, presque tous les matches se jouent à guichets fermés ; notre site Internet est passé de 780 000 visiteurs uniques par mois à 1 370 000 ; notre page Facebook a vu sa fréquentation augmenter de 16 % [750 000 fans] et Twitter est passé de 1 000 à 26 000 followers entre août et octobre. On peut être satisfaits parce qu’on est dans les temps de passage de ce que l’on s’était fixé. Mais ce n’est qu’une étape. »

- Le PSG avait motivé les Bordelais. À la peine en championnat cette saison, les Girondins ont livré un bon match ce dimanche. Plusieurs d’entre eux avancent une explication à ce nouveau visage : « Contre Paris et sa pléiade de stars, c’était peut-être plus facile de se motiver », a ainsi suggéré Marc Planus. « Ce dimanche soir, j’ai vu du dynamisme, de l’envie. Si on avait vu cette attitude lors d’autres matches, nous ne serions pas dans cette position. C’est vrai que c’est plus facile face à de grandes équipes », a confirmé le président de Bordeaux, Jean-Louis Triaud. (source : AFP)

- Douchez et Sirigu, épisode 512. Une fois n’est pas coutume, Nicolas Douchez a été interrogé en conférence de presse sur ses relations avec le gardien italien du PSG : « Pas mal de choses ont été dites ou écrites mais [la concurrence avec Sirigu] est saine. Il n’y a rien de compliqué dans la relation que nous avons tous les deux. Ça a même tendance à se simplifier au fur et à mesure car il n’y a plus la barrière de la langue. » (source : AFP)

- Ballon d’or : Leonardo donnera le nom des trois finalistes. « Lundi 5 décembre, lors d’une conférence de presse organisée au siège de France Football, à Paris, Laurent Blanc et Leonardo dévoileront l’identité des trois derniers joueurs en piste pour le Fifa Ballon d’Or 2011 », a annoncé le bi-hebdomadaire sur son site Internet.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

5 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Socio
    8 novembre 2011 10:17

    Pour complément, Loick Landre a twitté avant-hier : "Ce qui est écrit dans la presse est a prendre avec des pincettes." _ :)

  • #2

    Votez
    Socio
    8 novembre 2011 10:20

    Et point de vue Records, je suis à peu près certain qu’on en est à 18 matchs invaincus à domicile en Coupe d’Europe.
    17 c’était avant Bratislava.

  • #3

    Votez
    Vivien Brunel
    8 novembre 2011 12:02

    @ Socio : merci, c’est corrigé.

  • #4

    Votez
    Kob_bzh
    8 novembre 2011 12:07

    Moi, je suis un peu inquiet pour Luis…

  • #5

    Votez
    Charles
    8 novembre 2011 13:03

    La nouvelle attraction du PSG en quelques chiffres.

    Bienvenue à nos nouveaux "amis", ex-supporters monégasques, auxerrois, bordelais ou autres…

    Paris est premier, et s’il continue son parcours en championnat et en EL, le nombre de supporters va encore augmenter !!! Les maillots du club sont arborés fièrement comme si ça faisait des années que le nos chers "socios" défendaient les couleurs de notre club.

    Effectivement, le mot "attraction" n’est pas usurpé… le lancement de "PSG Land" se poursuit !!!

    Pardonnez-moi de ne pas me réjouir de cette récente popularité, mais si par malheur, il nous arrivait d’avoir moins de moyens financiers, est-ce que ces personnes resteraient fidèles à Paris ? (ou alors je suis vieux jeu et la tendance actuelle est peut-être de changer plusieurs fois de club dans notre vie…)

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG