Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Bilan de l’actu du 17 au 24 janvier

Actu PSG de la semaine : Sessegnon, transferts, jeunes

lundi 24 janvier 2011, par Julien Siriex, Vivien B.

Actu PSG de la semaine : Sessegnon, transferts, jeunes

Pour être sûr que vous n’ayez rien raté de l’actualité du PSG cette semaine, nous vous proposons une synthèse récapitulative, sujet par sujet. Pour en savoir plus sur un point précis, vous n’avez qu’à suivre les liens.

Absent ou peu disponible ces derniers jours ? Nous vous offrons une séance de rattrapage.

Transfert et rumeurs de transferts, matches des pros et des équipes de jeunes, infos diverses : toute l’actu du PSG du 17 au 24 janvier 2011 en bref.

Les faits majeurs du 17 au 24

Le feuilleton Stéphane Sessegnon

- Deuxième réunion avec Sessegnon lundi… « Une réunion s’est tenue, lundi, au Parc des Princes [entre] le joueur, qui s’entraîne toujours en solo à l’Insep, Philippe Boindrieux, le directeur général du PSG, et Alain Roche, le responsable de la cellule recrutement, a annoncé L’Équipe mardi dernier. “Les dirigeants lui ont répété qu’il restait attendu au Camp des Loges et que le club avait vraiment besoin de lui”, indique-t-on en interne. Au PSG, l’échange d’hier, qui faisait suite à une première entrevue mercredi dernier, a été qualifié de “constructif”. Même s’il refuse de s’exprimer publiquement pour l’instant, le joueur ne semble pas être ressorti de la réunion avec un ressenti comparable. […] À Paris, on affirme conserver une même ligne directrice depuis le début de l’affaire. Mais une certaine confusion enrobe parfois ce dossier. Pour preuve, la démarche d’Alain Roche, parti au domicile de Sessegnon, hier, en fin de journée, pour tenter d’infléchir la position du joueur après la réunion du Parc des Princes. Trois semaines après une rupture fracassante, rien ne semble aujourd’hui rapprocher sensiblement le PSG et Stéphane Sessegnon. »

- Et troisième réunion mercredi ! Après les réunions des 12 et 17 janvier, Stéphane Sessegnon s’est encore rendu au Parc des Princes mercredi afin d’y rencontrer Robin Leproux et Alain Roche, selon le Parisien. « Sunderland se serait déjà mis d’accord avec le Béninois pour un contrat de trois ans et demi et aurait formulé au PSG une offre de transfert de 5 M€, croit savoir le quotidien. La direction parisienne, qui ne veut pas se séparer du joueur cet hiver sauf proposition de 8 M€ environ, dément. »

- Le retour de Sessegnon. Mais pourquoi diable Stéphane Sessegnon est-il revenu s’entraîner au Camp des Loges jeudi matin ? La presse spécialisée en parle, mais les analyses divergent… (voir Stéphane Sessegnon est-il revenu pour mieux partir ?)

- Des nouvelles de Sessegnon. Vendredi, Stéphane Sessegnon n’a pas pris part à l’entraînement collectif : le Béninois a réalisé une batterie de tests pour évaluer son état de forme physique. Samedi, le PSG a annoncé sur son site officiel que « Sessegnon souffre d’une infection et nécessite trois jours minimum de traitements et de repos ». Il n’a donc pas été convoqué dans le groupe retenu pour affronter Agen dimanche. Par ailleurs, le Parisien croit savoir que le joueur souhaite toujours quitter le club, même s’il n’avance aucun élément pour le confirmer : « Jeudi, lors de son unique séance d’entraînement, l’ancien Manceau a semblé très en retrait, limite ailleurs. En réalité, l’intéressé n’a pas abandonné l’idée de quitter Paris lors de ce mercato hivernal. Son retour à l’entraînement n’a, en rien, modifié son état d’esprit. Comme nous l’avons déjà annoncé, il est toujours convaincu de pouvoir rejoindre Sunderland. » Si RMC indiquait hier que « Sunderland a formulé il y a 48 heures une offre de 5 millions d’euros à Paris », la radio précise quant à telle que « dans sa tête, [Sessegnon] semble prêt à terminer la saison au PSG ».

- La blessure de Sessegnon fait parler. Samedi, le PSG a annoncé que Stéphane Sessegnon était mis au repos trois jours en raison d’une infection détectée lors des tests passés par le joueur à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. L’Équipe ne semble pas convaincu : « La révélation de cette infection a surpris ceux qui avaient assisté au retour inattendu de Sessegnon au Camp des Loges, jeudi matin. Le staff et plusieurs joueurs avaient alors trouvé l’international béninois particulièrement “affûté” après une quinzaine de jours d’entraînement individuel à l’Insep en compagnie de Renaud Longuèvre, qui s’occupe notamment du hurdleur Ladji Doucouré. Si Sessegnon est resté muré dans son silence [vendredi], il aurait confié, en privé, ne souffrir d’aucun mal en particulier… Une version contradictoire qui plante une question : à quoi joue le PSG si le joueur n’a rien ? “On n’aurait aucun intérêt à dire qu’il souffre de quelque chose s’il allait bien”, glissait-on au PSG hier, en réponse aux interrogations sur l’état de santé du joueur de vingt-six ans. » « Le joueur dit ne souffrir de rien », assure également le Parisien.

- Une offre pour Sessegnon ? « Selon un proche du dossier, le club anglais de Sunderland se serait enfin décidé à faire une offre ferme pour enrôler le milieu parisien, croit savoir le Parisien de mercredi. Elle serait de 5 M€. Hier soir avant le coup d’envoi de Montpellier-PSG, Robin Leproux […] affirmait ne pas être au courant d’une telle proposition. » En fin de semaine, L’Équipe annonçait que Sessegnon avait discuté avec Kombouaré jeudi, mais que cet échange « n’a pas du tout infléchi les volontés de départ du joueur ». « Au PSG, on admet avoir reçu récemment une offre du club anglais [Sunderland] mais on juge cette proposition “ridicule”, indique encore le quotidien sportif. Côté club parisien, on parle d’une offre de prêt quand d’autres sources parlent d’une proposition d’indemnité de transfert de 5 M€ à 6 M€… »

- Leproux : « Sessegnon ne quitte pas le PSG. » Interrogé par RMC, le président du PSG a confirmé que Stéphane Sessegnon sera bien parisien pour cette seconde partie de saison, malgré quelques sanctions à prévoir : « La sanction existe déjà aujourd’hui. Je ne la détaillerai pas avant d’en parler avec lui. Je ne sais pas s’il a de mauvaises influences mais il faut qu’il revienne vite dans le groupe. Le groupe est unanime sur le sujet, Stéphane est complètement accepté, il fait partie de la famille. Contre Sochaux, Ludo [Giuly] fait une première mi-temps exceptionnelle mais il ne peut pas tenir 90 minutes comme ça, et il le dit lui-même. Nous avons besoin de Stéphane, il faut qu’il revienne et même qu’il aille chercher une place de titulaire. Je veux être optimiste et je suis convaincu qu’il va revenir. En juillet, nous avons dit à ce groupe que nous travaillerions toute la saison ensemble. Nous ne cherchons pas à vendre Stéphane Sessegnon, nous attendons son retour dans le groupe. […] Il ne quitte pas le PSG. C’est clair. […] Il ne peut pas y avoir d’ambiguïtés car chercher un joueur aussi talentueux en aussi peu de temps, c’est le meilleur moyen pour faire une bêtise. » (source : football365.fr)

Rumeurs de transferts : les départs

- Tiéné rêve de l’Angleterre. Interrogé par le Parisien, Siaka Tiéné a avoué apprécier particulièrement l’Angleterre, pays qu’il aimerait rejoindre après avoir fait son trou au PSG : « Déjà, il faut que je me forge un palmarès. Ensuite, j’aimerais bien jouer en Angleterre. À l’époque de l’académie, Jean-Marc Guillou connaissait bien Arsène Wenger et on regardait tous les matches d’Arsenal. Sans vouloir apparaître prétentieux, rien ne m’empêchera de jouer en Angleterre. Mais il faut d’abord que je confirme à Paris. »

- Giuly au PSG ou au Qatar ? Si jamais Ludovic Giuly voyait son envie de poursuivre au Paris Saint-Germain ne pas se réaliser, il pourrait rebondir au Qatar. L’Équipe annonce en effet que l’ancien Lyonnais y aurait des touches, tout comme Claude Makelele.

- Luyindula éventuellement tenté par West Ham. Même si l’attaquant parisien a réaffirmé son plaisir de jouer pour le Paris Saint-Germain, il laisse sous-entendre qu’un départ pour une équipe londonienne ne serait pas forcément pour lui déplaire : « Les gens qui s’occupent de moi ont été contactés [par West Ham]. Ils doivent en discuter avec le PSG. Mais le club a été assez clair quant à la politique de recrutement. Je pourrais faire la gueule, aller au bras de fer… Ce n’est pas mon état d’esprit. Mais il y a des discussions à avoir. […] West Ham, c’est Londres, et j’ai la moitié de ma famille à Londres. Dans le foot, il n’y a rien d’impossible. Si un club propose quelque chose que le PSG ne peut pas refuser… À mon agent de régler tout ça. Moi, je me sens bien à Paris. Les six mois à venir peuvent être formidables et je pense avoir une part entière à jouer. Il peut y avoir quelque chose de très bien à la fin. » (source : le Parisien)

- Sakho et les médias anglais. Selon le site SkySports.com — qui ne cite pas de source et n’évoque pas non plus d’interview exclusive —, Mamadou Sakho n’aurait pas l’intention de quitter le PSG avant d’avoir remporté le championnat de France avec le club de la capitale : « Pour le moment, je me concentre sur le PSG. Je veux remporter le championnat ici et je ne prête pas attention aux spéculations sur mon avenir. Je sais que si je suis bon des clubs s’intéresseront à moi, mais j’ai l’intention de rester au PSG pendant longtemps. »

- Paris aurait refusé de prêter Maurice. Selon la radio RMC citée par Football 365, l’AS Saint-Étienne aurait sollicité un prêt de Jean-Eudes Maurice, que les dirigeants parisiens auraient refusé.

Rumeurs de transferts : les arrivées

- Diarra éventuellement intéressé par le PSG. Annoncé la semaine passée comme une piste potentielle pour préparer la succession de Claude Makelele, Alou Diarra a confirmé dans le Canal Football Club que le Paris Saint-Germain pouvait l’intéresser : « Je n’ai pas été contacté. Mais Paris, c’est ma ville, ma région, un très bon club. C’est une possibilité. Ça me touche de voir le PSG en tête du championnat. » (sources : footmercato.net, sports.fr)

- Alou Diarra confirme son intérêt. Après une première déclaration dimanche sur Canal+, le capitaine bordelais a de nouveau évoqué son avenir personnel, cette fois dans les colonnes de L’Équipe : « À ce stade de ma carrière, je ne peux pas me permettre de faire deux ans de suite sans coupe d’Europe. […] Honnêtement, ça me fait plaisir de voir une grande équipe à Paris. Le PSG en Ligue des champions, ce serait un challenge très intéressant. »

- Pujol aurait bien été approché par le PSG. Grégory Pujol, ancien protégé d’Antoine Kombouaré à Valenciennes, a annoncé sur le site sports.fr avoir été approché par le PSG : « Je suis au courant pour Paris et Rennes, on m’en a tenu informé. Je n’ai pas encore eu de propositions concrètes, ni personne au téléphone, mais je sais que des clubs se sont renseignés. Rennes et Paris, ce sont de belles pistes et cela fait plaisir à entendre. Cela me rassure aussi, ça me donne confiance pour la suite. Ce sont des clubs qui correspondent à ce que je recherche. » Pujol sera en fin de contrat avec Valenciennes à la fin de la saison.

- Lassana Diarra ne quittera pas le Real cet hiver. Lassana Diarra ne rejoindra pas le PSG lors de ce mois de janvier. Son agent, John Williams, a annoncé dans les colonnes de Marca que le Français ne quitterait pas le Real cet hiver : « Il ne partira pas de Madrid. L’entraîneur n’a jamais remis en cause son professionnalisme et son travail aux entraînements. Le joueur est content à Madrid et il continuera à travailler pour gagner sa place. » Et s’il devait partir, il y a peu de chances que ce soit pour Paris : « Aucune personne du PSG ne m’a contacté. » (via sports.fr)

- Le PSG serait intéressé par un Belge. Selon La Capitale, un quotidien belge, le PSG serait — depuis longtemps — intéressé par un joueur du RCS Anderlecht, dont la venue serait aujourd’hui conditionnée au départ de Sessegnon : « Il y a une petite semaine, Jonathan Legear déclarait “ne pas exclure un départ en janvier” […]. “Nous ne sommes pas dans le besoin mais il va un jour falloir songer à vendre et à renflouer les caisses”, a rappelé Herman Van Holsbeeck [le manager du club] […]. Il y a peu, Anderlecht aurait refusé une offre pourtant très intéressante des Ukrainiens de Dnepropetrovsk. Mais son nom continue de circuler en Angleterre, à Newcastle et à Everton. […] Le Paris Saint-Germain n’aurait cependant pas dit son dernier mot. Cela fait deux ans que le nom de Legear y est cité à chaque mercato. Son dossier est, on le sait, dépendant de celui de Stéphane Sessegnon. […] Cinq millions, c’est exactement ce qu’Anderlecht demande pour son joueur… »

- La bonne affaire Sébastien Frey. Alors que Grégory Coupet et Apoula Edel arrivent en fin de contrat — même si ce dernier négocie actuellement une prolongation —, le site italien itasportpress.it annonce que le Paris Saint-Germain s’intéresserait à Sébastien Frey, actuellement à la Fiorentina. Âgé de trente ans, l’international français serait également suivi par le club de Tottenham. Petit détail : la Viola demanderait 15 M€ pour se séparer de son gardien…

À propos des supporters

- La fin des abonnements aléatoires n’est pas d’actualité. Sur RMC, Robin Leproux a fait le point sur le dossier des supporters : « Je me suis excusé auprès des historiques du club qui ne sont pas violents. On leur a demandé de passer par une période de contrainte parce qu’on était arrivé à un point d’opposition des deux tribunes terrible. On a eu deux morts, trois matches à huis-clos, 400 000 euros d’amende pour les fumigènes, on n’était plus fréquentable aux yeux des instances. On a dans un premier temps demandé au public de se mélanger, c’est ce qui a été fait pendant quatre mois. Mi-décembre, on a ouvert les abonnements, c’était la 2e phase. On revient progressivement à une situation normale. […] Je n’ai pas l’impression [d’avoir fait marche-arrière]. Notre ennemi, c’est la violence. Le seul point pour lequel on ne transigera pas, c’est redonner des territoires aux uns et aux autres puisqu’ils se connaissent et s’affrontent ailleurs, lors des concerts. Il faut montrer des signes à notre public. »

- Deux nouvelles associations signent la charte. Après les Hoolicool (ex-tribune K rouge) la semaine dernière, les Titifosi (A bleu bas) et les Vikings (ex-K rouge) ont signé la charte 12e homme du PSG. (source : PSG.FR)

- Plan Leproux ou plan Bazin ? À en croire RMC.FR, Robin Leproux ne serait pas à l’origine des mesures prises cet été par le club parisien. Le réel instigateur serait en fait Sébastien Bazin, motivé par l’envie de vendre plus facilement le club de la capitale : « Plus que de “nettoyer” le Parc et d’en apaiser le climat alentour, l’idée était surtout de rendre le club plus attractif ou moins abrasif, c’est au choix, pour séduire de nouveaux actionnaires car pour Sébastien Bazin, c’est le bon moment pour conclure : les supporters virulents sont pour l’instant écartés, les résultats sportifs sont là, le club devient d’un coup plus séduisant. »

- Cayzac : « Pas d’arrière-pensée économique derrière le plan Leproux. » Interrogé par PSGMAG.NET sur le sentiment de certains supporters que le plan anti-violence cache d’autres ambitions, Alain Cayzac a démenti cette interprétation : « Je ne pense pas du tout qu’il y ait une arrière-pensée économique. Pas du tout. Je ne pense vraiment pas qu’ils aient l’intention comme vous le dites de transformer les supporters en simples consommateurs. […] Si Robin Leproux était content, honnêtement il n’aurait pas fait une médiation, il aurait continué exactement comme avant, n’aurait pas rouvert les abonnements, et personne ne lui aurait rien dit, ni au niveau des actionnaires ni au niveau de l’opinion publique. Cela signifie qu’il partage avec moi le fait que cette première étape était nécessaire, mais qu’il faut passer maintenant à la deuxième. Donc pour être clair : il n’y avait pas d’obsession économique. » (lire les explications détaillées de Cayzac : Notre interview d’Alain Cayzac : le plan Tous PSG)

- Cayzac se confie sur le principe de la territorialité. « Le principe de la territorialité, on le comprend, ou on ne le comprend pas, nous a expliqué Alain Cayzac. […] Moi je comprends que pour des bonnes raisons on soit attaché à une tribune ; que, “élevé” dans telle ou telle partie du stade, on y ait ses habitudes, ses amis… C’est peut-être un peu conservateur, mais je trouve que c’est un peu comme dans un village : vous allez toujours prendre votre croissant au même bistrot. L’autre bistrot à côté est aussi bien, mais vous avez vos repères. D’autres pensent que c’est un principe dangereux au Parc. Mais même en comprenant cette objection, je dis qu’il faut que cette volonté de territorialité s’affirme pour de bonnes raisons. » (lire les explications détaillées de Cayzac : Notre interview d’Alain Cayzac : le plan Tous PSG)

- Pas de déplacement officiel à Agen. Après avoir tout fait pour que la rencontre opposant Agen au PSG n’ait pas lieu au stade Armandie, les dirigeants parisiens ont finalement décidé d’annuler le déplacement des supporters du PSG dans le Lot-et-Garonne : « En raison de l’officialisation tardive du lieu et de l’horaire de la rencontre, ainsi que du prix élevé des places en tribunes visiteurs (25 €), le PSG est dans l’obligation d’annuler le déplacement officiel de supporters qu’il comptait organiser. Le club invite donc ses supporters à ne pas se rendre à Agen par leurs propres moyens. » Hier, Sud-Ouest annonçait que 19 supporters avaient « demandé leur billet » au PSG pour ce déplacement officiel. (source : PSG.FR)

Résultats, blessures, compos, suspensions…

- Agen 2-3 PSG. Dimanche soir, en seizièmes de finale de la coupe de France, le PSG s’est imposé 2-3 sur la pelouse d’Agen. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Tirage : Martigues-PSG en 8es. Le PSG se déplacera à Martigues (CFA) en huitièmes de finale de la coupe de France. Le match aura lieu mardi 1er ou mercredi 2 février prochain, et interviendra au milieu d’une série de cinq déplacements consécutifs ! (voir [Coupe de France] Tirage au sort : Martigues-PSG)

- Martigues-PSG : réactions. « C’est toujours extrêmement difficile dans le sud de la France, a reconnu Alain Roche, le directeur du recrutement parisien, après le tirage au sort. On sera déterminé, comme on l’a été face à Agen. On s’attend à un match engagé, difficile, dans une ambiance très chaude. Le fait que ce soit près de Marseille, ça agite surtout les passions dans le sud, pas pour nous. » De son côté, Julien Robinet, le gardien martégal, s’est réjoui d’une telle confrontation : « Je suis très content de ce tirage au sort. On joue la coupe de France pour avoir des tirages comme celui-là. C’est vraiment exceptionnel ! Des rencontres comme celles-là, ça se savoure. C’est une fois dans une vie de footballeur. On va jouer ce match à fond. » (sources : RMC.FR, PSG.FR)

- Montpellier 1-0 PSG. Mardi soir, en demi-finale de la coupe de la Ligue, le PSG s’est incliné 1-0 en prolongations sur la pelouse de Montpellier. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Sakho et Tiéné suspendus prochainement. Avertis mardi soir à Montpellier, Siaka Tiéné — pour son troisième jaune en moins de dix matches — et Mamadou Sakho — qui était en sursis après son expulsion à Nancy — seront suspendus lors du huitième de finale de la coupe de France à Martigues. D’ici là, ils pourront affronter Agen ce dimanche et Arles-Avignon samedi prochain. (voir Siaka Tiéné sera prochainement suspendu et PSG : Mamadou Sakho sera prochainement suspendu)

- Chantôme suspendu à Rennes… au moins. Expulsé, Clément Chantôme était suspendu dimanche à Agen lors du huitième de finale de la coupe de France. Mais le milieu parisien ayant par ailleurs reçu deux avertissements lors des matches précédents, il pourrait également être suspendu à Arles-Avignon samedi prochain. (voir Clément Chantôme suspendu plusieurs matches ?)

- Armand ne sera pas suspendu. Contrairement à ce qu’indique le Parisien ce mercredi, Sylvain Armand ne sera pas suspendu lors du match Arles-Avignon-PSG. Il a déjà purgé un match de suspension ferme pour ses cartons reçus lors du quart de finale de la coupe de la Ligue et des 14e et 17e journées de L1 — et il n’avait pas écopé de sursis. Son avertissement reçu samedi contre Sochaux est donc le premier d’une nouvelle série, qui n’aura aucune conséquence tant qu’il n’en recevra pas deux de plus. Par ailleurs, le quotidien de Saint-Ouen n’a pas encore compris que Tiéné et Sakho seront suspendus à Martigues, et non à Avignon.

- Recettes. Le PSG touchera 600 000 € de prime pour son parcours en coupe de la Ligue. À cette dotation s’ajoutent les recettes billetterie, mais celles-ci sont très modestes avant la finale : 90 % des gains après déduction des frais d’organisation sont partagés à égalité entre chacun des deux adversaires — 10 % revenant à la LFP. Les clubs ont donc l’habitude de distribuer de nombreuses invitations pour remplir le stade et faire plaisir à leurs supporters plutôt que de contribuer au chiffre d’affaires de leurs concurrents… Selon nos informations, lors des seizièmes de finale, l’OL avait obtenu l’accord de la LFP pour distribuer 25 000 invitations. Le PSG nous a indiqué que sur les 26 587 spectateurs du match Lyon-PSG, environ 17 000 avaient bénéficié de places gratuites.

- Défaite inhabituelle en prolongations. Au total des deux coupes nationales, le PSG a joué les prolongations à 28 reprises, pour un bilan de 22 qualifications et seulement 6 éliminations à la fin des prolongations ou à l’issue de la séance de tirs au but. Avant ce match, en 12 rencontres, seules 2 équipes avaient battu le PSG en prolongations : Guingamp en seizièmes de finale de la coupe de la Ligue 1995/1996 et Lyon en finale de la coupe de France 2007/2008. (voir plus de stats après Montpellier 1-0 PSG)

- Le ballon de PSG-Monaco, suite. « Le PSG et l’AS Monaco ont été convoqués devant la commission des compétitions de la Ligue à la suite de leur match nul (2-2) du 18 décembre, annonce le Parisien. La rencontre ne s’était pas déroulée avec le ballon officiel Puma. Pour cette raison, les deux clubs risquent d’être sanctionnés. La décision a été mise en délibéré. » (voir [J18] Retour sur PSG 2-2 AS Monaco (vidéos))

- Lens-PSG sur Foot+. Le match PSG-Lens sera retransmis en direct sur Foot+ samedi 12 février 2011 à 19 heures. (voir Calendrier PSG 2010/2011 : dates et diffusions TV)

- Roberto Carlos cherche du boulot. Je compte devenir entraîneur ou directeur sportif, a déclaré Roberto Carlos dans l’émission Canal Football Club, selon footmercato.net. Le PSG est un club où j’espère travailler. Parce que Paris est une ville magnifique et [que] le PSG est un grand club, comme l’Inter Milan, le Real Madrid ou encore l’Olympique de Marseille. » Le Brésilien a également rappelé qu’il avait été en contact avec les dirigeants parisiens durant les années 1990 : « Mon premier club européen devait être le PSG, c’était lors de la saison 1995/1996. Mais le PSG et son entourage n’ont pas facilité ma venue. Pour moi, c’était un rêve. Quand j’ai eu cette proposition, j’étais super heureux. Malheureusement, cela ne s’est pas fait. »

Jeunes et féminines

- CFA : Paris refait son retard. L’équipe réserve du PSG s’est imposée 2-0 face au Jura Sud Foot en match en retard de la 16e journée, grâce à un nouveau but de Bahebeck (11e) et un penalty de Makhedjouf (88e). D’après l’édition départementale du Parisien, l’équipe parisienne était la suivante : Areola — També, Landre, Rimane, Ikoko — Makhedjouf, Baldé, Kebano — Bahebeck, Nguema (Ayina, 70e), Qasmi. Le PSG est désormais 10e, à seulement six points du premier et avec encore deux matches en retard.

- U19 : PSG 0-2 Le Mans. Les moins de 19 ans du PSG se sont inclinés 0-2 face au Mans (2e). Avec cette troisième défaite consécutive, les jeunes Parisiens perdent l’occasion de revenir sur la tête du classement : ils sont troisièmes, à 9 longueurs du Mans et à 13 du leader caennais. Paris compte toutefois un match de moins que les deux premiers du classement général.

- U17 : PSG-Angers. Le match des moins de 17 ans du PSG (1ers) face à Tours (6e), prévu à 15h au Camp des Loges, a été reporté.

- Féminines : PSG 1-2 Lyon. Les filles du PSG se sont inclinées 1-2 au Camp des Loges face au leader lyonnais en match en retard de la 9e journée. Les joueuses de Camille Vaz étaient parvenues à ouvrir le score au retour des vestiaires grâce à l’ancienne Lyonnaise Katia, mais leurs adversaires ont rapidement égalisé avant de finalement prendre l’avantage à dix minutes de la fin du match. « Cette défaite n’est pas un bon résultat du tout, estime l’entraîneur parisien sur le site officiel. On est passé à côté de quelque chose de très sympa. Sur une mauvaise relance, on le paye cash. Elles égalisent très vite, ce qui les remet en confiance. Il n’a pas manqué grand-chose ce soir. » Bérangère Sapowicz, la gardienne de but du PSG, était elle aussi très déçue à l’issue de la rencontre : « On a joué, on a attaqué et on a même marqué les premières. On se serait contentées du match nul, mais on prend un deuxième but discutable, puisqu’il y a une faute au départ de l’action. Je n’ai pas beaucoup été sollicitée. Je fais deux arrêts et je vais chercher deux ballons au fond de mes filets. Cela reste cependant un match référence avant d’aller affronter Montpellier et Juvisy. » Les Parisiennes ne s’étaient plus inclinées depuis la première journée. Pour l’OL, il s’agit de la 13e victoire en 13 matches ; avant ce match, les Lyonnaises n’avaient encaissé que 2 buts.

- Féminines : PSG 1-0 Saint-Étienne. Ce week-end, les Parisiennes ont battu Saint-Étienne (5e) sur le score de 1-0. Elles grimpent à la troisième place, à 2 points de Montpellier et 12 de l’OL, qui réalise toujours un sans-faute cette saison. Les U19 féminines se sont quant à elles inclinées 1-2 face à Hénin-Beaumont (4e), et sont désormais deuxièmes.

Sélections nationales

- Nenê en Seleção ? Pas gagné, selon Raí. Nenê l’a répété plusieurs fois, il ne rêve que d’une chose : porter le maillot de la Seleção. En ce sens, la prochaine rencontre entre l’équipe de France et celle du Brésil, prévue le 9 février prochain à Saint-Denis, est un objectif à court terme que le joueur semble s’être fixé. Mais Raí, interrogé dimanche sur le plateau de Téléfoot, s’est montré très modérément optimiste à ce sujet : « Sera-t-il appelé pour France-Brésil ? Je crois que c’est difficile. C’est possible, mais c’est difficile. Parce qu’il y a une nouvelle génération qui arrive… Lui est parti du Brésil alors qu’il n’était pas encore très connu. On commence à en parler de plus en plus parce qu’on suit le championnat de France, mais l’opinion publique brésilienne est importante. Pour qu’il ait plus de chances, il faut que le PSG aille en Ligue des champions, que Nenê dispute des matches suivis de plus près. »

- Le sélectionneur brésilien parle de Nenê. Si Raí se montre prudent, le sélectionneur brésilien Mano Menezes a une nouvelle fois confirmé à L’Équipe qu’il regardait avec attention les performances de Nenê : « On le suit toujours de près. Cette observation fait partie de mon travail. Nenê enchaîne une troisième très bonne saison en Europe. Il est toujours à l’aise pour dribbler et marque de plus en plus. Il est plus mûr. Il a la capacité d’évoluer. La rénovation de l’équipe nationale ne passe pas seulement par la convocation de jeunes joueurs. Un joueur de trente ans peut être très utile à la Seleção. La maturité aide à l’équilibre de l’équipe. » Mano Menezes devrait annoncer ce mardi la liste des joueurs retenus pour le match France-Brésil du 9 février prochain, selon le quotidien sportif.

Interview exclusive d’Alain Cayzac

- Comment le PSG aurait pu échapper à Biétry. Dans l’interview qu’il a accordée à PSGMAG.NET, Alain Cayzac nous apprend qu’il aurait pu devenir président du PSG… dès 1998 : « À l’époque [au printemps 1998], on ne parlait pas encore de Charles Biétry — dont on connaissait les relations compliquées avec Denisot —, donc Brochand et Talar m’ont demandé si j’accepterais d’être président [après le départ de Denisot]. Jusque-là je ne l’avais pas du tout envisagé, pour des raisons professionnelles — ma boite me prenait beaucoup de temps. Pour la première fois, c’est devenu envisageable. Je leur ai dit : “Pourquoi pas, mais seulement si on me le demande ; je ne vais pas faire campagne.” » (lire la suite : Notre interview d’Alain Cayzac : les années Canal+)

- Recrutement : Alain Cayzac défend Alain Roche. Dans l’interview qu’il nous a accordée, Alain Cayzac soutient fermement le directeur du recrutement du PSG : « Alain Roche a été critiqué quand on ne jouait pas bien, maintenant qu’on a des très bons recrutements curieusement personne ne lui dit bravo. Quand c’est Éverton-Souza c’est Roche, mais quand ce sont Nenê et Jallet ce n’est pas lui ? Je pense qu’il y a des jugements très injustes sur Alain Roche. C’est factuel. Nous avons probablement commis ensemble des erreurs, et avec l’entraîneur, mais le recrutement depuis trois ans, ce n’est pas mal. Aujourd’hui il y a huit-neuf joueurs qui étaient là avec moi, et chaque année trois nouveaux joueurs ont renforcé l’effectif — en dehors de Kezman et peut-être Sessegnon aujourd’hui. C’est une stratégie intelligente. Et le responsable du recrutement, c’est Roche. Je ne dis pas qu’il le fait seul, loin de là, mais de même qu’il ne faisait pas seul le recrutement d’Éverton Santos et de Souza. » Cayzac revient également en détail sur les joueurs recrutés durant sa présidence, et bat sa coulpe au sujet de l’arrivée d’Éverton Santos. (voir Interview Cayzac : ses relations avec Roche et Le Guen)

- Cayzac aimerait revoir Le Guen. Alors que les deux hommes n’ont plus discuté depuis la nomination de Michel Moulin, Alain Cayzac nous confie son dépit, et livre en creux son envie de renouer contact avec celui qu’il imaginait comme le futur président du PSG : « C’est mon livre qui a tout déclenché. C’est vrai qu’un ancien président qui reste administrateur, ce n’est pas forcément très sain, je le reconnais, surtout quand il écrit un livre. […] J’ai simplement dit ce que je pensais. Mais je comprends qu’il n’ait pas apprécié. […] Honnêtement il y a des gens avec qui je me fous complètement d’être fâché. Paul non. Je comprends qu’il m’en veuille, nous sommes tous pareils : quand il y a un article sur moi avec neuf lignes sympas et une ligne pas bien, je ne lis que la ligne pas bien. Le dépit que j’ai eu, c’est le silence. Parce que ce n’est pas mon tempérament, moi je n’ai jamais boudé. » Le Breton sera-t-il informé de ce qui ressemble fort à une main tendue de la part de son ancien président ? Affaire à suivre… (voir Interview Cayzac : ses relations avec Roche et Le Guen)

- Le PSG et « les saletés en interne ». Régulièrement, il est fait mention au PSG de problèmes internes qui nuiraient à sa gouvernance. Nous avons interrogé Alain Cayzac à ce sujet : « Globalement c’est une légende. […] Je ne pense pas qu’on puisse avoir un club plus familial et plus chaleureux. Il n’y a que des gens de bonne volonté. […] J’ai assez connu d’entreprises pour constater qu’il y a ni plus ni moins de problèmes qu’ailleurs, et même plutôt moins. À un moment il y a eu la fameuse taupe, mais dans tous les clubs, dès qu’un joueur ne joue pas, il parle. Le joueur parle à son agent, qui parle à la presse… On sait comment cela se passe, cela arrive partout, et dans tous les pays. […] Tout cela est en fait très normal ; ce qui ne l’est pas, c’est ce problème des fuites permanentes qui n’a jamais été résolu. » (voir Interview d’Alain Cayzac : les cas Moulin et Villeneuve)

Des nouveaux actionnaires au PSG ?

- Actionnaires : déblocage rapide espéré. Les discussions en cours pour faire entrer au capital du PSG de nouveaux actionnaires bloquant le recrutement de la saison prochaine, Robin Leproux s’est voulu rassurant sur une évolution rapide de la situation : « Plus on a de visibilité, plus on peut construire dans la durée. J’ai confiance dans mes actionnaires, ils sont au courant des désagréments que cela cause. J’attends une décision avant la fin de saison. On a fait Bodmer, Nenê et Tiéné parce qu’on avait pu anticiper. On connaissait l’enveloppe. Plus vite on le sait, mieux on travaille. » (source : RMC.FR)

- À propos des Qataris… À en croire les propos de Robin Leproux, interrogé par RMC, tous les candidats potentiels au rachat du PSG ont à leur disposition des ressources « propres » : « On ne peut pas laisser n’importe qui entrer au capital du PSG, on ne peut pas laisser le club à quelqu’un qui a fait sa fortune avec de l’argent blanchi aux quatre coins du monde. L’ensemble des gens qui sont allés voir mon actionnaire ne posent aucun problème en la matière. Sébastien Bazin est transparent avec ses coactionnaires et la mairie de Paris. Delanoë n’a aucune réticence pour les fonds du Qatar. » Ce week-end, une source proche du fonds souverain du Qatar a démenti à l’AFP les rumeurs d’un rachat total ou partiel du Paris Saint-Germain.

- Le Qatar démentirait les rumeurs. Une dépêche AFP publiée dimanche à Doha, la capitale du Qatar — et qui n’a pas été reprise en langue française — indique que les rumeurs de rapprochement entre le fonds souverain et le PSG ne seraient pas fondées : « La famille royale du Qatar ne cherche pas à investir dans un club de football européen, malgré les rumeurs de contacts avec Manchester United et le PSG, a indiqué dimanche à l’AFP une source proche du QIA [le fonds d’investissement de l’État du Qatar]. […] Celle-ci minimise les rumeurs et déclare à l’AFP que des clubs comme United et le PSG ne présentent pas de perspectives de retour sur investissement suffisamment fiables. »

- À propos des actionnaires recherchés… RMC.FR croit savoir que « Colony Capital, qui a déjà déboursé 80 millions d’euros (prix d’acquisition inclus), réclame 100 millions d’euros » pour céder sa participation au capital du PSG. « Selon nos informations, ajoute la radio de Monte-Carlo, outre la piste du Qatar, qui n’a pas de longueur d’avance sur les autres, Bazin négocie également avec des Américains. Il s’agit d’anciens clients qui ont déjà fait du business avec Colony Capital. » RMC cite également « l’entourage de Sébastien Bazin », selon lequel il y a « de bonnes chances » pour qu’un nouvel investisseur arrive « avant la fin de la saison » même si « c’est une négociation très complexe ». « L’option la plus vraisemblable est une prise de participation majoritaire d’un nouvel actionnaire avec le retrait total de Colony Capital et Butler (actionnaire minoritaire) d’ici 2 ou 3 ans, conclut la radio. Une solution qui permettrait à Bazin de passer la main en douceur et ainsi de répondre aux attentes de la mairie de Paris avec qui Colony Capital négocie l’exploitation du Parc des Princes. »

Le reste de l’actu du 17 au 24 janvier

Autres infos PSG en vrac

- Une nouvelle pelouse dès le prochain match. Alors que le Parisien conseillait de patienter jusqu’à la fin de l’hiver pour changer la pelouse du Parc des Princes, Robin Leproux a confirmé sur les ondes de RMC que le coach parisien obtiendra bien satisfaction sur le sujet : « C’est un point qui m’a beaucoup contrarié, autant qu’il a contrarié les joueurs. Ce n’est pas satisfaisant d’avoir une pelouse comme ça. Donc pour accueillir Lens [le 12 février], nous aurons une pelouse neuve et de qualité. Nous allons casser la tirelire mais nous aurons une nouvelle pelouse pour le prochain match. »

- Janot impressionné par le Parc. Vainqueur du Ballon d’eau fraîche 2010, Jérémie Janot a répondu aux questions des Cahiers du football. Parmi les questions diverses, on relèvera celle-ci : « Le stade où le public est le plus impressionnant en France ? À part Geoffroy-Guichard ? Je dirais le Parc. Le Parc, ça pousse. »

- Makelele, Pauleta, Fiorèse et les États-Unis. Agent de joueur spécialisé dans les relations avec les États-Unis, Paul Durand a évoqué sur mls-news.fr les discussions qu’il aurait eues avec plusieurs anciens joueurs du PSG : « Quand il était encore à Chelsea, Claude Makelele est tombé sur moi. Je lui avais ramené un contrat des États-Unis. C’était l’été où il lui restait encore un an chez les Blues. À Chelsea, il gagnait 500 000 € par mois. Moi, je lui ramenais ça sur deux ans et demi avec un statut de joueur désigné au Real Salt Lake. Son père et lui étaient touchés par mes efforts, mais ont choisi de privilégier Chelsea. Ni Claude, ni son père n’étaient conscients du succès qu’il avait auprès des Américains. […] Pauleta s’arrête de jouer à Paris et repart au Portugal avec sa famille. Il allait conduire ses enfants à l’école, faisait un tour à cheval et s’emmerdait royalement. Il demande alors à son agent de lui trouver quelque chose. Celui-ci, qui avait entendu parler de moi, m’appelle et me demande si Pauleta est connu aux États-Unis. Je lui réponds que c’est une idole là-bas. Toute la communauté hispanique, portugaise… Une famille canadienne l’a invité avec son père à passer quinze jours à l’occasion de la sortie de son bouquin. À son retour, Pauleta n’en revenait pas du succès qu’il avait là-bas. […] Fabrice Fiorèse était voulu par un club aux États-Unis. Mais il voulait voir le contrat signé avant de prendre son billet d’avion. Je lui ai dit : “Ça ne marche pas comme ça. Il faut d’abord se présenter, faire un stage, un match amical et si tout se passe bien, on signe.” “Non, je suis Fiorèse et je ne signerai rien avant de partir”, m’a-t-il répondu. Il est resté à Amiens. »

- Armand évoque Sakho, son poste et son avenir. « J’avais une revanche à prendre sur moi-même, déclare Sylvain Armand dans L’Équipe. J’étais frustré. J’ai été formé à ce poste de défenseur central que j’affectionne. Et je m’éclate. […] Quand les caractères changent et se fondent dans un groupe, qu’on a tous la même envie, c’est plus facile. Je prends l’exemple de Mamadou [Sakho]. Il est plus à l’écoute, il travaille plus. Je le trouve plus mûr. L’année dernière, c’était moins évident. Il a un fort caractère et c’était difficile, par moments, de lui dire des choses. Aujourd’hui, c’est un plaisir de jouer avec lui. Il deviendra sûrement un grand joueur. […] Faire une ou deux années de plus ici ne me dérangerait pas du tout. Il faudra voir ce que le club veut faire. Mais, avant, on a des objectifs. »

- Coupet a probablement joué son dernier match. Grégory Coupet a certainement fait à Montpellier sa dernière apparition lors d’une rencontre professionnelle. Il a commenté cet événement après le match : « Oui, c’était mon dernier match. Mais bon, la vie m’a déjà beaucoup gâté. Et je ne suis pas boulimique de ce côté-là. Je ne vais pas en demander encore plus. Mais, ce qui est sûr, c’est que, quand je vais me retrouver tout seul chez moi après ce match, il y a beaucoup de choses qui vont me revenir en tête. Ça va forcément cogiter. » (source : le Parisien)

- Les remplaçants ne marquent pas. Caen, Lorient, le PSG et Toulouse sont les seuls clubs où aucun but n’a été marqué par des remplaçants cette saison en L1, indique Opta.

- Courbis s’interroge sur le turnover de Kombouaré. « Il semble qu’à Paris, il y ait un problème de gestion de groupe, estime Rolland Courbis sur RMC. […] Le PSG a fait les 16es et les 8es de finale avec certains joueurs, disons de second plan, et pour cette demi-finale contre Montpellier, un joueur comme Luyindula ne se retrouve pas titulaire. Mais il le sera sans doute contre Agen ce week-end en coupe de France. Quand l’effectif est géré comme ça, il ne faut pas s’attendre, après, s’il y a défaite comme [mardi] soir contre Montpellier, qu’il puisse y avoir des problèmes (sic). Pour moi, la coupe de France, la coupe de la Ligue et la Ligue Europa, ce sont les épreuves rêvées pour permettre à un vestiaire et aux gars qui ne sont pas des titulaires en puissance de pouvoir l’être, et d’être encourager par les titulaires habituels. […] Sur le match [de mardi] soir, et même si on lui fait souvent des compliments, il faudrait que Kombouaré nous explique son idée sur la gestion de son groupe. Il y a peut-être quelque chose qui nous a échappé. Toujours est-il que Camara a fait la gueule, Luyindula a fait la gueule, et Sessegnon est un problème de plus. […] Aujourd’hui, c’est fort possible que Luyindula et Camara ne comprennent pas pourquoi Coupet a joué à la place d’Edel, et qu’eux n’ont pas joué ! »

- Quand Bertrand Delanoë avait honte du PSG. Alors que le maire de Paris présentait ses vœux à la presse, il a rapidement abordé le Paris Saint-Germain. RMC rapporte ses propos : « La seule chose que je constate, c’est que le PSG est derrière Lille. Mais la saison n’est pas terminée (rires). Honnêtement, le PSG, c’est que du bonheur ! J’ai passé pas mal d’années à souffrir. J’avais honte. Je peux vous dire que je n’étais pas fier. Je suis quand même magnifiquement content de l’équipe, de Nenê et de Kombouaré comme coach. Robin Leproux est en plus un président courageux qui a su se battre contre le racisme et la violence. »

- Clash entre Luyindula et Kombouaré ? À en croire la presse spécialisée parue jeudi dernier, l’attaquant parisien Peguy Luyindula aurait très mal vécu sa non titularisation face à Montpellier en demi-finale de coupe de la Ligue. (voir Montpellier-PSG : l’affaire Luyindula-Kombouaré)

- Luyindula sera sanctionné financièrement. Vexé de ne pas être titulaire à Montpellier, Peguy Luyindula avait demandé à Antoine Kombouaré de ne pas compter sur lui pour cette rencontre. Une attitude qui sera sanctionnée financièrement, a annoncé Antoine Kombouaré selon l’AFP. En conférence de presse, Kombouaré a expliqué pourquoi il n’a pas apprécié le comportement de son attaquant : « Je ne suis pas d’accord, c’est une attitude contraire à ce qu’on attend d’un joueur, ce sont les états d’âme d’un joueur déçu et il y aura une sanction administrative. […] Il y a des égos terribles dans le vestiaire, il y a des stars, il faut gérer tout ça. Il n’y a ni copinage ni amitié [avec les joueurs], mais j’ai des choix à faire. » (source : lequipe.fr)

- Affaire Luyindula : communiqué du club. Vendredi, le PSG a diffusé sur son site officiel un communiqué afin d’apporter quelques éléments sur la discussion qu’ont partagée Antoine Kombouaré et Peguy Luyindula mardi soir, peu avant la rencontre à Montpellier : « Tout d’abord, Peguy souhaite préciser qu’il n’a jamais tenu les propos qui lui ont été attribués dans la presse. Le joueur a toujours eu un profond respect pour son club et ses dirigeants. Le joueur tient à rappeler qu’il a toujours défendu âprement les couleurs du PSG et qu’il continuera à le faire avec le plus grand professionnalisme. La déception de ne pas avoir débuté la demi-finale de la coupe de la Ligue l’a conduit à une discussion avec son entraîneur. Un échange qui doit rester dans un cadre privé mais qui ne peut remettre en cause la volonté du joueur de défendre les couleurs du club. Le joueur tient également à préciser qu’il n’a pas été dans ses intentions de refuser de prendre part à la rencontre. » Ce matin, le Parisien estime que « le PSG a jugé utile de prolonger [la polémique] alors que [celle-ci] était close depuis la veille », et s’étonne que « le club [ait] cru bon d’expliquer que l’attitude de son attaquant (qui sera par ailleurs sanctionné financièrement) était presque anecdotique ». De son côté, L’Équipe relève que « jeudi, en conférence de presse, Antoine Kombouaré avait pourtant déclaré que, déçu de ne pas avoir été titularisé, Luyindula lui avait indiqué qu’il ne fallait pas compter sur lui durant le match. Une sanction financière contre l’attaquant a d’ailleurs été annoncée. Elle pourrait s’élever à un montant maximal de 16 000 euros. »

- Nicollin fidèle à lui-même… Sur les ondes de la radio RMC, le président de Montpellier Louis Nicollin n’a pu s’empêcher d’attaquer gratuitement le président parisien Robin Leproux : « Proux, il ne m’a pas fait la bise, heu… Leproux, la tête qu’il faisait ce type. Putain, on ne partira pas en vacances… Il n’a pas voulu aller boire un coup avec nous, il n’a rien fait. Faut dire je suis un âne, je ne me rappelais pas de son nom. Mais j’ai tellement eu l’habitude des Borelli, Talar et toute la bande, que je ne m’y fait (sic) pas à cette nouvelle équipe, à part les joueurs parce que je les respecte. Ce n’était pas le même PSG quand même ! » S’il le dit lui-même, que c’est un âne…

- L’arrogance parisienne en action. « Premier à poser les pieds sur le tarmac, l’entraîneur parisien Antoine Kombouaré est arrivé en éclaireur dans la salle d’embarquement, racontait Sud-Ouest dimanche. “Je suis très content d’être là. Les Agenais ont voulu ce match chez eux, ils savent sûrement ce qu’ils font. On veut que ce soit une grande fête et qu’il n’y ait pas de souci au niveau de la sécurité.” La fête a déjà commencé pour une vingtaine de chasseurs d’autographes qui n’ont pas hésité à patienter dans le froid, en espérant pouvoir approcher les stars parisiennes. Ils n’ont pas été déçus. Parmi eux, Laurent, 38 ans, a retiré son blouson pour mettre en évidence un maillot du PSG. […] Après Kombouaré, tous les joueurs parisiens ont signé sur son torse. Casque sur les oreilles et portable à la main, ils se sont ensuite prêtés sans rechigner à une séance improvisée d’autographes et de photos avant de rejoindre le bus qui les attendait. »

- Hoarau s’en veut. Malgré quelques occasions franches, le Réunionnais n’a pas su faire la différence et ainsi aider son équipe à se qualifier pour la finale de la coupe de la Ligue. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le joueur regrette son inefficacité : « Je pense que Montpellier peut nous remercier, me remercier. On leur a donné la finale. On fournit un gros match, et avec les occasions qu’on a eues c’est difficile de rentrer à Paris ce soir. Définitivement, ce terrain ne me réussit pas du tout. Je n’ai jamais marqué ici, et ce soir il y avait encore des opportunités. C’est dur parce qu’on aurait pu avoir une première récompense pour les gros efforts qu’on fournit depuis le début de la saison, mais ce n’est pas le cas. […] Ce soir, on prend quand même un coup sur la tête. […] Il faut vite rebondir. » (source : leparisien.fr)

Anciens Parisiens

- Jubilé de Lama au Parc des Princes. Le site francefootball.fr annonce que l’ancien gardien du PSG Bernard Lama fera son jubilé au Parc des Princes samedi 11 juin prochain, dix ans après la fin de sa carrière. Trois équipes devraient participer à un tournoi durant lequel chaque match durera 45 minutes : le PSG 1995/1996 — vainqueur de la coupe des coupes—, l’équipe de France 1998 — avec laquelle Lama a été champion du monde — et une sélection d’outremer — Lama est originaire de Guyane.

- Kezman a trouvé un nouveau club. Le site officiel du club South China FC, un club de Hong Kong, a annoncé jeudi la signature de Mateja Kezman : « L’ancien joueur du Partizan Belgrade, de Chelsea et de Fenerbahçe, a décidé que le South China FC serait son prochain club. […] Mateja, qui avait récemment été prêté en Russie, est très enthousiaste à l’idée de relever ce nouveau challenge. » « Après avoir passé l’essentiel de ma carrière en Europe, je voulais un nouveau challenge dans ma vie, a pour sa part déclaré l’ancien Parisien. L’opportunité de jouer pour le South China FC me passionne et je pense que je peux lui apporter beaucoup. Je me suis maintenu en forme durant l’hiver, je me sens prêt à jouer et à marquer. Je veux connaître encore de nombreux succès et je pense que ce club me le permettra. J’ai vu le club jouer, parlé avec le manager et je suis sûr que ce sera une expérience fantastique pour tout le monde. » Kezman était libre de s’engager avec le club de son choix depuis la résiliation de son contrat avec le PSG en octobre dernier.

- Benachour de retour au Portugal. Selim Benachour (29 ans) a signé au CS Marítimo — actuel neuvième de Superliga — jusqu’en juin 2012, a annoncé le club portugais sur son site officiel. Depuis son départ du PSG, Benachour a évolué au Portugal, en Russie, au Koweït puis en Espagne. Il avait résilié son contrat avec Málaga en septembre dernier.

- Baning de retour à Strasbourg ? Prêté par le PSG à Strasbourg de janvier à juin dernier, Albert Baning avait ensuite rejoint le Maccabi Tel-Aviv, où il a peu joué en raison de problèmes physiques récurrents. Après avoir résilié son contrat en septembre dernier, le Camerounais a de nouveau rejoint le RC Strasbourg, où il a signé un nouveau contrat hier. Reste encore à obtenir l’aval de la DNCG, alors que le club alsacien fait face à d’importantes difficultés financières… (source : DNA)

- Laurent Fournier et le mélodrame strasbourgeois. Quelques minutes après avoir éliminé Evian TG (L2) — tombeur de Marseille au tour précédent —, l’entraîneur du RC Strasbourg (National) a confirmé à la presse les rumeurs de départ à son sujet : « Le président a effectivement fait savoir à mon conseiller qu’il estimait que je n’avais pas le niveau pour faire remonter le Racing en Ligue 2. C’est le choix d’un homme, il faut le respecter. […] Je suis super fier d’avoir entraîné cette équipe, ce sont de super mecs, très humbles, et j’espère qu’ils atteindront leur objectif de remonter en L2. » Ce matin, coup de théâtre : Laurent Fournier aurait finalement été maintenu à son poste… (sources : L’Alsace, AFP)

- Ricardo de retour à Bordeaux ? Après que le capitaine bordelais Alou Diarra a plusieurs fois annoncé ses intentions de quitter le club à la fin de la saison, ce fut au tour de l’attaquant nigérien Maazou Moussa de déraper, expliquant qu’il se moquait totalement des piteuses performances de son club : « Si les supporters sont déçus, c’est leur problème, je m’en bats les couilles. Moi, je suis tranquille, j’ai mon contrat à Moscou. Je préférerais rester à Bordeaux, mais si ça ne marche pas, je rentre, pas de problème. L’entraîneur du CSKA veut me faire revenir, il ne fait que parler de moi, il m’appelle tous les jours. La saison prochaine, eux, ils joueront la Ligue des champions. » Éliminés par un club de L2 ce week-end, les Bordelais ont ensuite fait face au mécontentement de leurs supporters, qui ont tagué le centre d’entraînement : « Vous êtes des chèvres », « Bougez-vous le cul », « Mouillez le maillot », « Le FCGB c’est nous ». Ce matin, la presse locale évoque un retour de Ricardo pour remettre de l’ordre dans ce navire qui prend l’eau… (sources : Sud-Ouest, Sud-Ouest)

- Ichalalène retrouve un club. Saad Ichalalène (23 ans), formé au PSG, a signé à l’USM Alger (D1 algérienne). Depuis son départ du PSG en 2007, il a évolué durant trois ans à Nîmes (National puis L2) avant de se retrouver au chômage en juin dernier. (source : usm-alger.com)

À propos des médias

- Il faut balancer la coupe de France ! Dans la série « la cohérence n’est pas notre qualité première », le Parisien joue aujourd’hui la carte « il faut souhaiter au PSG une élimination en coupe par un club amateur » : « “L’idée est de jouer la gagne à chaque match”, répond Kombouaré, qui refuse de choisir, outre le championnat, entre les coupes d’Europe (Ligue Europa), de France et de la Ligue. C’est encore possible, mais, au printemps, si Paris est toujours bien placé en L1, il faudra trancher. Quantitativement, l’effectif est limité et la fatigue va se faire sentir : le PSG va enchaîner quatre déplacements, peut-être cinq s’il dispute un 8e de finale de coupe de France à l’extérieur. Même s’il est détenteur du trophée, c’est sans doute la compétition à sacrifier. »

- Même quand tout va bien à Paris, il y a toujours quelque chose qui cloche… Bien que Paris semble confirmer en ce début 2011 qu’il possède les moyens de ses ambitions, certains continuent à chercher des problèmes là où il n’y en a pas. Exemple avec Rolland Courbis, sur son blog RMC : « On dit que Nenê a tendance à trop garder le ballon et que ça nuit au collectif. Je suis d’accord. C’est un joueur talentueux, mais il en fait un peu trop. Je pense que c’est dangereux, car c’est une mauvaise habitude, ça va lui nuire et ça va nuire au collectif. Il fait un peu trop de feintes et maintenant, les adversaires anticipent cela… En tous cas grâce à ses performances, le PSG a fait une très bonne première partie de saison, et je pense que Paris fera partie du sprint final. » Conclusion : Nenê en fait trop, ce qui va l’empêcher de se montrer imprévisible… mais le Brésilien devrait tout de même permettre au PSG de se mêler au sprint final. CQFD.

- « Edel est un gros nul » © Laurent Perrin. Le meilleur moyen de faire passer un message, c’est encore de le rabâcher. Quelques semaines après avoir estimé que « hormis face à l’OM, les prestations du Camerounais ont rarement laissé un souvenir impérissable », Laurent Perrin, journaliste au Parisien, en remet donc une couche ce lundi : « Lors de ses treize derniers matches, le PSG a encaissé au moins un but. Même si Kombouaré assume ce déséquilibre, il va falloir resserrer les lignes. Et si Edel peut sauver une ou deux fois ses coéquipiers, personne ne s’en plaindra. »

- Dotations : L’Équipe a (presque) tout compris. « Le conseil d’administration a adopté les dotations par tour de la coupe de la Ligue 2010/2011, annonçait la LFP dans un communiqué en septembre dernier. […] Vainqueur : 1 700 000 €. Finaliste : 1 080 000 €. Demi-finale : 600 000 €. Quart de finale : 380 000 €. Huitième de finale : 260 000 €. » Aujourd’hui, dans L’Équipe, Alexandre Chamoret a presque tout compris : « 600 000 €. C’est la somme que les demi-finalistes de cette coupe de la Ligue sont assurés de percevoir. Elle s’ajoute aux 300 000 € et aux 260 000 € versés, respectivement, pour les quarts et les huitièmes de finale. Soit un total de 1,16 M€, auquel le finaliste ajoutera 1,08 M€ et le vainqueur de l’épreuve 1,7 M€. » Oui, presque : en dehors du fait que la prime pour un quart-de-finaliste n’est pas de de 300 K€ mais de 380 K€, et que les dotations ne s’additionnent pas. Le vainqueur de la coupe de la Ligue ne gagnera pas 2,86 M€, mais bien 1,7 M€.

- Quand la réalité dépasse la fiction. « Le club parisien doit-il jouer à fond cette compétition ? », se demandait très sérieusement Le 10 Sport mardi. Il est vrai qu’une fois arrivé aux portes de la finale, on peut légitimement se poser la question : « Le PSG doit-il laisser filer la coupe de la Ligue ? C’est notre sondage du jour. » Bel hommage au sondage idiot des Cahiers du Football.

- Edel, le nouveau Landreau. Comme Landreau lors de son passage à Paris, Edel a le privilège de voir ses quelques bourdes passer en boucle dans les médias, certains journalistes étant incapables de prendre conscience que tous les gardiens commettent des erreurs similaires. Nouvelle illustration avec le10sport.com, qui se sent obligé de parler du PSG pour annoncer la vidéo d’un gardien encaissant un but gag : « Eduardo, la relève d’Edel. Apoula Edel, le gardien du PSG, n’est pas le seul à commettre d’énormes boulettes avec ses pieds. Eduardo, le portier du Genoa, préfère également se servir de ses mains. » À ce rythme-là, Le 10 Sport devrait découvrir d’ici 2032 que le PSG n’est pas le seul club à se faire éliminer par des clubs amateurs en coupe de France — au contraire.

- « Qu’est-ce qu’ils sont emmerdés les comiques ! » Interrogé par PSGMAG.NET sur sa vision du développement de la marque PSG, Alain Cayzac a estimé qu’il était important de poursuivre les efforts en Île-de-France : « Il y a encore trop de jeunes Franciliens qui sont pour Marseille. Je n’ai pas de haine envers l’OM, mais ce n’est pas normal. Il faut les reconquérir. […] Nous devons faire en sorte que déjà dans notre fief nous soyons indiscutables, que nous soyons aimés, supportés. […] Et il faut améliorer l’image du PSG en général. […] Il faut globalement que, quand on prononce le mot PSG, il n’y ait plus ce sourire narquois, qui est la pire vexation. Et là je trouve quand même que — je vais dire un lieu commun — c’est très lié aux résultats. Aujourd’hui, vus les résultats, on ne se moque plus… Qu’est-ce qu’ils sont emmerdés les comiques ! (sourires) » (lire la réponse complète d’Alain Cayzac)

- Le 10 Sport ne lâche pas Edel. Étonnamment, le journal dirigé par Michel Moulin est toujours le premier informé des déboires du gardien parisien Apoula Edel et s’empresse alors, comme si la vie de l’hebdomadaire en dépendait, de diffuser l’information. Ainsi nous apprenions mercredi que « l’étau se resserre autour d’Apoula Edel. Le gardien du PSG vient d’être débouté, aujourd’hui, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Apoula Edel avait porté plainte pour diffamation contre Nicolas Philibert, son ancien entraîneur, qui l’accuse d’usurpation d’identité. Le tribunal a en effet reconnu que Nicolas Philibert disposait d’éléments suffisants pour pouvoir mettre en doute l’identité d’Apoula Edel. » « Selon nos informations, le procès entre les deux hommes pour faux et usage de faux, tentative d’extorsion de fond et usurpation d’identité devrait prochainement débuter, ajoute le site du quotidien devenu hebdomadaire. […] Initialement prévu en décembre dernier, il a été reporté suite à l’intervention de nouveaux témoins. Un entraîneur arménien et une journaliste française. Ces deux personnes ont été entendues au commissariat de Poissy le mois dernier. Le dossier est désormais entre les mains du parquet de Versailles. Toujours selon nos informations, les conclusions de l’enquête ne plaident pas en faveur du gardien parisien. »

- Le prix du poncif d’or est attribué à… sport.fr, pour son article « Il se passe toujours quelque chose au PSG ». « Malgré une excellente première moitié de saison, le Paris SG n’est pas exempt de crise cette saison, fainéante sport.fr. […] Au Paris SG la vie n’a jamais été un long fleuve tranquille. Résumé des saison (sic) précédentes ? Des crises sportives à répétition, des problèmes de hooliganisme en cascade, des changements d’entraîneurs et de président en pagaille et de nombreuses affaires judiciaires. Cette saison, rien de tout cela. […] Mais la crise est la marque de fabrique du PSG. Sans aucun problème, le PSG ne serait plus le PSG. Alors les joueurs y mettent du leur. La première mini-crise de l’année a concerné Jérôme Rothen. […] L’affaire aurait pu prendre de l’ampleur mais elle a été rapidement réglée à l’amiable. […] Un accord pas si mauvais pour le club puisque le joueur était payé 180 000 euros par mois… à ne rien faire. La seconde crise semblait plus sérieuse. Stéphane Sessegnon accusait Kombouaré de l’avoir insulté et était parti en claquant la porte, juste avant les fêtes de Noël. […] Mais une fois de plus, le problème a été réglé à l’amiable. […] Sessegnon a réintégré l’entraînement jeudi. Sa discorde avec l’entraîneur est oubliée, ce dernier l’a accueilli à bras ouverts. La troisième crise de l’année concerne Peguy Luyindula et pour tout dire, on ne l’avait pas vu venir. […] Toutefois, la fâcherie n’aura duré que 24 heures. Le joueur s’est expliqué avec son entraîneur. » Conclusion : il ne s’est rien passé qui n’arrive pas régulièrement ailleurs ; les trois cas cités ont été réglés rapidement et à l’avantage du club, selon sport.fr lui-même. Mais c’est la crise quand même, parce que c’est comme ça.

En L1 et ailleurs…

- Une révolution du calendrier mondial ? Fifa et UEFA vont bientôt présenter une refonte du calendrier du football, avec des périodes consacrées uniquement aux sélections nationales, Mondial et Euro se jouant en février-mars, les sept mois suivants, de mi-mars à fin octobre, étant entièrement consacrés aux rencontres de clubs, selon l’hebdomadaire allemand Sport Bild cité par l’AFP.

- Les stades en coupe de France. « Le terrain était injouable : gelé et pas entretenu, donc dangereux pour les joueurs, a estimé Frédéric Antonetti après le match de Rennes à Vaulx-en-Velin ce dimanche. On s’est sorti de cette difficulté. Les dirigeants [de la FFF] feraient mieux de se pencher sur les problèmes de sécurité du terrain. Ils devraient revoir leur copie car ils sont en train de tuer la coupe de France. Les pros vont s’y désintéresser de plus en plus et se fixer sur la championnat, c’est dommage. Ce soir, il aurait pu y avoir des blessures de part et d’autre parce que le terrain était vraiment déplorable. Même pour les spectateurs pour qu’ils puissent voir un peu de football. » L’entraîneur breton propose de « jouer sur le terrain de L1 ou L2 à partir des 32es de finale ». (source : lequipe.fr)

- Les clubs pros et l’abandon de la recette en coupe de France. Ce week-end, le Journal du dimanche a évoqué la « légende » qui veut que les clubs professionnels laissent leur part de recette au club amateur qui le reçoit : « Monaco (battu) et Brest (vainqueur) n’ont rien laissé à leurs adversaires Chambéry (CFA 2, équivalent de la cinquième division) et Issy-les-Moulineaux (Division d’honneur, 6e), qui ne se sont pas privés de dénoncer l’avarice de leurs prestigieux visiteurs. Ce ne sont pas des cas isolés. L’un des grands spécialistes est Lille, actuel leader de L1. À Sainte-Geneviève-des-Bois (CFA 2), battu en 2009, on s’en souvient amèrement. En l’absence de leur président Michel Seydoux, les Dogues n’avaient d’abord pas réclamé leur dû. “Quatre mois plus tard, j’ai reçu une lettre de la FFF nous sommant de verser 3 200 euros à Lille sous peine d’exclusion de l’édition suivante, hallucine Jean-Claude Murmann, le président du club francilien. J’ai appelé M. Seydoux, qui ne m’a jamais pris au téléphone…” […] L’OM et le PSG se retrouvent sur un principe : rembourser ses frais de déplacement et offrir la somme restante. “On n’a pas vocation à perdre de l’argent, ni à s’enrichir, explique-t-on à Paris. À Ajaccio, ça s’était mal passé. On avait donc laissé moins (5 000 des 20 000 €) qu’à Vesoul ou Quevilly.” Celui-ci ayant reçu à Caen pour des raisons de sécurité, le PSG avait cédé l’intégralité de sa part, soit 140 000 €. “Alors qu’aux tours précédents, Rennes n’avait rien laissé, comme Boulogne-sur-Mer, qui nous l’avait pourtant promis, se souvient-on à Quevilly. Après l’élimination, ils ont dû avoir une mauvaise digestion.” » Et le JDD d’égrener les mésaventures récentes de clubs amateurs face à Marseille, Lyon, Sochaux, Nancy ou encore Monaco.

- Marseille-Bordeaux : des incidents. « Deux bus transportant les Ultramarines ont été la cible de caillassage de la part de supporters marseillais, indique RMC.FR. Aucun blessé n’est à déplorer, seulement deux vitres ont été brisées par les projectiles. »

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG