Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Bilan de l’actu du 5 au 10 juillet

Actu PSG de la semaine : Leonardo-Leproux, transferts

lundi 11 juillet 2011, par Gauthier B., Vivien B.

Actu PSG de la semaine : Leonardo-Leproux, transferts

Pour être sûr que vous n’ayez rien raté de l’actualité du PSG cette semaine, nous vous proposons une synthèse récapitulative, sujet par sujet. Pour en savoir plus sur un point précis, vous n’avez qu’à suivre les liens.

Absent ou peu disponible ces derniers jours ? Nous vous offrons une séance de rattrapage.

Transfert et rumeurs de transferts, matches des pros et des équipes de jeunes, infos diverses : toute l’actu du PSG du 5 au 10 juillet 2011 en bref.

Les faits majeurs du 5 au 10

L’arrivée de Leonardo et le départ de Robin Leproux

- Leonardo attendu à Paris… mardi dernier. « Le PSG l’attend avec impatience. Mais au Parc des Princes, personne n’a encore pu apercevoir Leonardo, indiquait le Parisien mercredi dernier. Le Brésilien avait pourtant confié ce week-end à des proches qu’il comptait rejoindre Paris hier dans la journée après avoir rencontré, la veille à Londres, le nouveau président du conseil de surveillance du PSG, Nasser al-Khelaifi. L’entretien entre les deux hommes a bien eu lieu lundi. Mais à l’issue de ce rendez-vous, il semblerait que quelques points restaient encore à éclaircir. Du coup, hier en début d’après-midi, Leonardo était toujours en Angleterre et les discussions se poursuivaient encore avec son futur patron. Un contretemps toutefois qui ne devrait pas remettre en cause son arrivée. “Avant que sa nomination ne soit officielle, il veut absolument que tout soit bien calé, défini et clair, en termes d’organisation. Il veut connaître avec précision l’étendue de ses pouvoirs, les contours exacts de son rôle et ceux des autres personnes avec qui il travaillera, explique un proche de l’ex-n°7 parisien. Il lui faut des certitudes et des réponses avant de rejoindre le PSG.” Le futur directeur sportif du PSG en aura aussi sûrement profité pour faire “valider” le staff avec lequel il souhaite travailler dans la capitale. D’après son entourage, Leonardo pourrait être présent à Paris aujourd’hui (voire même hier soir). » Le journal L’Équipe faisait un récit similaire de l’attente des derniers jours, mais se montrait plus catégorique quant à la présence du Brésilien à Paris dès mardi soir : « L’interminable feuilleton du retour de Leonardo (41 ans) au PSG devrait enfin trouver son épilogue aujourd’hui, avec la signature du Brésilien à un poste de manager général. Alors que son arrivée à Paris était fortement pressentie dès hier, l’ancien entraîneur de l’Inter Milan a passé l’essentiel de la journée à Londres avant d’arriver dans la capitale en début de soirée. En Angleterre, il avait commencé, dès lundi, à discuter avec Nasser Al-Khelaifi, le président du conseil de surveillance, des derniers détails de son contrat. L’ancien milieu offensif du PSG (1996/1997) a visiblement souhaité arriver à Paris avec toutes les garanties possibles quant à l’étendue de ses prérogatives. »

- L’arrivée de Leonardo annoncée depuis un mois. « Conformément au calendrier initialement envisagé (L’Équipe du 3 juillet), c’est bien aujourd’hui que “Leo” doit être officiellement nommé par Qatar Sports Investments (QSI), le nouvel actionnaire majoritaire du PSG (70 %) », assurait le quotidien sportif mercredi dernier. L’Équipe ne manque pas d’aplomb pour tenter de faire croire que l’arrivée de Leonardo suit le calendrier qu’il avait annoncé, alors qu’elle ne cesse d’être reportée par rapport à ses estimations. Le 15 juin, le quotidien indiquait ainsi que « l’affaire devrait être conclue sous quarante-huit heures » ; le 17, il assurait que « l’annonce de la signature de Leonardo n’est plus qu’une question de timing » ; le 21, L’Équipe affirmait qu’« une fois sa succession [à l’Inter] et sa résiliation de contrat réglées, le Brésilien débarquera alors officiellement à Paris ». Le 25, on apprenait que « [Leonardo] arriverait au plus tard [à Paris] jeudi prochain [le 30 juin] ». Le lendemain, L’Équipe estimait que « l’arrivée de Leonardo à Paris, prévue dans un premier temps jeudi, pourrait être différée de quelques heures. » Jeudi 30 juin, le quotidien sportif repoussait encore la date d’arrivée prévue : « [Leonardo] est espéré avant la fin de semaine. » « Ce week-end, dans un lieu resté confidentiel, le Brésilien devrait signer le contrat de longue durée dont il avait négocié les grandes lignes à Doha, écrivait encore L’Équipe samedi. […] Selon toute vraisemblance, Leonardo entrera en fonctions en tout début de semaine prochaine. » Enfin, mardi, le journal du groupe Amaury estimait que « le Brésilien est attendu à Paris dans les heures qui viennent pour y endosser son costume de manager général. […] Sa nomination pourrait ainsi être officialisée dès aujourd’hui. »

- Mercredi midi, toujours pas de Leonardo. « Attendu depuis plusieurs jours à Paris pour prendre ses fonctions de directeur sportif, Leonardo reste introuvable dans la capitale, indique Sylvie de Macedo sur leparisien.fr ce mercredi midi. Selon certains de ses proches, il devait se rendre dans la journée de mercredi au Parc des Princes pour signer son contrat et rencontrer les dirigeants. Cette première visite “officielle” reste hypothétique. Au siège du club en effet, personne n’a été informé de la date et de l’heure de son arrivée. […] Les discussions sont beaucoup plus longues que prévu et, même si Leonardo est très pointilleux quand il s’engage, cela commence à interpeller les proches du club. » « Au siège du club comme au Camp des Loges, aucune trace de lui, confirme lequipe.fr à 12h30. Robin Leproux, croisé ce midi devant le Parc des Princes, semblait dubitatif quant à l’engagement contractuel du Brésilien dans son rôle de manager ce mercredi : “Je n’ai toujours pas de contact avec Leonardo. Si quelque chose devait se finaliser aujourd’hui, je serai au courant, nous a-t-il lâché. La dernière fois que j’ai eu Nasser al-Khelaifi au téléphone, il m’a dit que les choses se feraient dans les règles.” »

- Finalement, Leonardo n’était pas à Paris mardi soir. « D’après son entourage, Leonardo pourrait être présent à Paris aujourd’hui (voire même hier soir) », indiquait le Parisien mercredi. « L’interminable feuilleton du retour de Leonardo (41 ans) au PSG devrait enfin trouver son épilogue aujourd’hui, avec la signature du Brésilien à un poste de manager général », estimait de son côté L’Équipe, assurant même que « l’ancien entraîneur de l’Inter Milan a passé l’essentiel de la journée [de mardi] à Londres avant d’arriver dans la capitale en début de soirée ». Une nouvelle fois, le quotidien sportif aurait mieux fait de ne pas se montrer si catégorique, vue la fiabilité des sources dont il dispose. Ce jeudi, le Parisien précise que « le Brésilien n’a toujours pas posé le pied à Paris ». L’Équipe, en revanche, n’est toujours pas disposé à reconnaître ses erreurs. Il faut donc consulter une carte retraçant les derniers voyages de Leonardo, de Milan à Londres en passant par Doha puis Rio de Janeiro, pour apprendre qu’il n’était pas à Paris mardi soir comme le journal l’avait pourtant affirmé. Fidèle à lui-même, le quotidien sportif se décharge de ses erreurs sur ses sources : « Hier, même ses proches peinaient à situer sur une carte l’intouchable “Leo”, déboussolés par les silences et les rumeurs enveloppant ses dernières discussions avec Nasser al-Khelaifi, le nouveau président du conseil de surveillance du PSG. »

- L’arrivée de Leonardo est acquise/remise en cause (rayez la mention inutile). « Les discussions sont beaucoup plus longues que prévu, et même si Leonardo est très pointilleux quand il s’engage, des proches du PSG commencent à s’interroger », indiquait le Parisien mercredi midi, ne voyant pas arriver le Brésilien au Parc des Princes. Dans la soirée, cette phrase était amputée des deux-tiers, pour ne plus mentionner les incertitudes des « proches du PSG ». Ce matin, le quotidien francilien se veut sûr de lui : « Si quelques obstacles subsistaient hier, la signature de son contrat avec le PSG ne fait désormais plus de doutes. » Pour rappel, le même journal affirmait déjà le 16 juin dernier que « son prochain engagement avec Paris ne fait plus aucun doute ».

- Leonardo en conférence de presse à Milan. Jeudi après-midi, Leonardo a organisé une conférence de presse au stade San Siro, devant une cinquantaine de journalistes : pourquoi une conférence de presse à Milan ? Qu’a fait Leonardo en juin ? Qu’a-t-il dit au sujet de son arrivée au PSG ? (voir Ce qu’il faut savoir sur l’arrivée de Leonardo au PSG)

- Leproux poussé dehors pour débloquer l’arrivée de Leonardo ? D’après la presse spécialisée, les propos tenus par Leonardo jeudi en conférence de presse s’expliqueraient par la volonté du Brésilien d’avoir les pleins pouvoirs au club d’une part, et par le lobbying de Robin Leproux pour rester en place d’autre part. Malgré le soutien des politiques, Robin Leproux pourrait quitter ses fonctions dès la semaine prochaine. (voir Ce qu’il faut savoir sur l’arrivée de Leonardo au PSG)

- Leonardo attendrait le départ de Leproux. « L’équipe dirigeante en place est sommée d’attendre l’arrivée du Brésilien [Leonardo] pour activer les dossiers en cours. La journée d’hier n’a permis sur ce point crucial aucune avancée », indique laconiquement le Parisien ce samedi. L’Équipe développe la situation avec plus de précisions : « Quelques heures après son étonnante conférence de presse, […] Leonardo a téléphoné aux nouveaux propriétaires du PSG pour leur demander des jours de réflexion. […] “Avant de signer un contrat, il faut que toutes les parties soient d’accord”, prévenait-il dans la salle de presse de San Siro. Il semblerait qu’il ne le soit pas encore. Le conseil de surveillance du PSG prévu mardi aurait, justement, pour but d’assouvir en partie ses demandes. […] [Il réclame] Les pleins pouvoirs sportifs. Il ne veut pas devoir rendre de comptes à un supérieur hiérarchique sur ses choix. Problème : Nasser al-Khelaifi, le président du conseil de surveillance, a confirmé Robin Leproux dans ses fonctions à deux reprises devant la DNCG et devant les représentants du comité d’entreprise du club. Et le président du PSG a prévenu dans les colonnes du Parisien, le 23 juin, qu’il resterait le patron. Forcément, l’ancien entraîneur de l’Inter Milan s’est interrogé. Il n’entend pas venir à Paris pour partager la politique sportive. […] Toujours à Milan où il vit, Leonardo pourrait attendre mardi et la fin du conseil de surveillance avant de réapparaître publiquement. En tout cas, après sa conférence de presse, jeudi, il a prévenu certains proches que la situation était plus compliquée que prévue. Dans les faits, et quoi qu’il ait pu déclarer, Leonardo avait commencé son travail avec le PSG. »

- Une « guerre d’usure » contre Leproux ? « Les nouveaux actionnaires ne se sont pas séparés de Robin Leproux quand ils en avaient l’occasion, dès leur arrivée, et aujourd’hui, ils se trouvent coincés entre les conditions souhaitées par le Brésilien et un président qu’ils ont conforté, estime L’Équipe, confortant les informations publiées par le Parisien la veille. Du coup, depuis plusieurs jours, ils lui mènent la vie dure, cherchent à le pousser à la démission. Ils lui ont déjà signifié qu’aucun transfert ni aucune prolongation ne pouvaient être signés tant que Leonardo n’était pas arrivé. Une manière de lui dire que, en définitive, il n’est plus vraiment le patron… Parti en vacances pour cinq jours, hier, le président du PSG n’entend pas démissionner à son retour. Mais la guerre d’usure que les Qataris lui livrent depuis plusieurs jours placent sa présidence en péril. Même s’il sait qu’il bénéficie d’appuis non négligeables au ministère de l’Intérieur et à l’Élysée depuis la mise en place — et la réussite —, la saison dernière, de son plan de sécurité. Pour le moment, les Qataris n’entendent pas contrarier les gouvernants français. » Samedi midi, 55 % des 3 663 votants ont répondu « oui » à la question « Robin Leproux doit-il quitter la présidence du PSG ? » sur leparisien.fr.

- Le conseil de surveillance confirmé. « Selon nos informations, un conseil de surveillance du PSG est bien programmé mardi, indique RMC, confirmant l’information dévoilée par le Parisien vendredi. Nasser al-Khelaifi, le nouvel homme fort du club parisien, a été agacé par la conférence de presse de Leonardo mais visiblement pas surpris puisqu’il savait ce qu’allait dire le Brésilien. Lors du conseil de mardi, la question du maintien de Robin Leproux devrait être posée. » De son côté, L’Équipe indique qu’« à l’ordre du jour figure la nomination d’un vice-président dudit conseil. Nasser al-Khelaifi, le président, pourrait nommer Sophie Jordan, l’avocate de QSI (Qatar Sports Investments), le fonds détenteur de 70 % du capital du PSG. Des cinq membres, elle est la seule résidant en France. Les trois autres, Abdel Mohd Mustafawi, Mohamed al-Soubaye et Yousif al-Obaidli, sont trois Qataris proches du prince héritier. Simon Tahar, président de l’association PSG, y participera au titre d’auditeur, sans droit de vote. »

- Leonardo aurait confirmé sa venue ! « Hier, le Brésilien a finalement confirmé aux propriétaires qataris du PSG son accord pour devenir le nouvel homme fort du club », assure L’Équipe ce dimanche sur toute la largeur de la page 9. « Les surprenants atermoiements de Leonardo semblent avoir pris fin, estime Jérôme Touboul. Hier, le Brésilien se trouvait encore à Milan. Par téléphone, il a poursuivi ses discussions avec Nasser al-Khelaifi, le nouveau président du conseil de surveillance du PSG, avec qui il s’était déjà entretenu à Londres en début de semaine. Rien n’est encore officiel et, dans ce dossier, on peut s’attendre à tout. Mais, au terme de ces échanges, le Brésilien a fini par confirmer aux nouveaux actionnaires qu’il acceptait le poste de manager général qui l’attend à Paris. […] Après deux jours de nouvelles tractations, Leonardo a mis un terme à l’inattendu “délai de réflexion” qu’il avait évoqué jeudi à Milan, lors de sa conférence de presse. » Pour le moment, aucun autre média n’a confirmé l’information.

- Leonardo aurait obtenu les pleins pouvoirs sportifs. « Contrairement à ce qu’avait dit “Leo” à San Siro, les questions financières ont bien été abordées depuis un moment avec Qatar Sports Investments (QSI), le nouvel actionnaire majoritaire du PSG (70 %), affirme L’Équipe. Il n’y a d’ailleurs aucun désaccord sur ce plan entre QSI et l’ancien entraîneur de l’Inter Milan. Dans la dernière ligne droite des négociations, la question centrale continue plutôt de tourner autour du territoire des prérogatives de celui qui doit devenir le nouvel homme fort du club de la capitale. Leonardo n’a encore signé aucun contrat avec le PSG. Mais le déblocage imminent des négociations laisse supposer que le Brésilien est en passe d’obtenir gain de cause au sujet des pleins pouvoirs sportifs qu’il réclame. Dans cette perspective, la position de Robin Leproux, le président parisien, ne devrait pas tarder à devenir intenable, comme L’Équipe l’avait révélé le 17 juin. » Le quotidien sportif reste toutefois prudent sur l’avenir de l’actuel président du directoire du club. Ainsi n’annonce-t-il pas explicitement son départ : « Reste à voir comment QSI, qui entend gérer la transition sans fragiliser les fondations du club, compte réorganiser la hiérarchie parisienne. L’arrivée d’un nouveau directeur administratif et financier est notamment dans les tuyaux. Alors que le contact entre Leonardo et les Qataris n’a jamais été complètement rompu, deux certitudes se dégagent plus que jamais : 1. QSI est déterminé à ouvrir la voie sans tarder à l’arrivée de Leonardo ; 2. le Brésilien n’a jamais manifesté la moindre intention de travailler avec la direction actuelle, mise en place par Colony Capital, l’ancien propriétaire du club. Dans le PSG qu’il imagine piloter, il n’entend pas en référer à Robin Leproux. Les Qataris s’apprêtent désormais à passer à l’action lors du conseil de surveillance, prévu mardi. […] C’est d’ailleurs mardi, au plus tard le lendemain, que Leonardo devrait enfin arriver à Paris. »

- Kombouaré a-t-il parlé avec Leonardo ? Interrogé sur ses éventuelles discussions avec Leonardo en marge du match face à Sion, Antoine Kombouaré a botté en touche. Les deux quotidiens du groupe Amaury ont le même réflexe pour analyser cette réponse : « À la même question, la semaine dernière, il avait répondu : “Non et vous savez que je ne mens jamais”, rappelle ainsi L’Équipe. Hier, Kombouaré n’a pas dit non. Peut-être, encore une fois, ne voulait-il pas mentir. » S’il se montre moins explicite, le Parisien souligne toutefois lui aussi le changement de discours du Kanak : « La semaine dernière, lors de la reprise, il avait pourtant répondu qu’il n’avait pas eu de contact avec le Brésilien. “Et je ne mens jamais”, avait-il précisé… »

- Des parachutes dorés pour Leproux, Boindrieux et Roche ? « Souhaitant disposer de la responsabilité des transferts, Leonardo a demandé aux propriétaires qataris de se séparer de Robin Leproux et Philippe Boindrieux, assure Le 10 Sport. Cette issue devrait intervenir dans le courant du mois. Mais ces départs sont ralentis par une décision prise par Sébastien Bazin. Juste avant la reprise du PSG par QSI, le représentant de Colony Capital a intégré d’importantes primes dans les contrats de Robin Leproux, Philippe Boindrieux et Alain Roche en cas de licenciements. » Si l’identité du journal publiant cette information fait qu’elle est soumise à caution, nous avons cependant eu vent des mêmes éléments. Antoine Kombouaré serait également concerné.

- Charles Beigbeder approché pour présider le PSG ? Ce vendredi, le Parisien se demande si les nouveaux propriétaires du PSG n’ont pas déjà anticipé le départ de Robin Leproux : « Depuis deux semaines, il se murmure qu’ils sont en quête d’un nouveau président au profil bien défini : chef d’entreprise dynamique, anglophone et bon communicant… L’un des noms qui circulent est celui de Charles Beigbeder, président de la candidature d’Annecy pour les JO 2018, qui a néanmoins démenti tout contact avec les Qataris. D’autres hommes d’affaires approchés auraient déjà refusé le poste. »

- Leproux et Boindrieux sont en vacances. « Au club, on assure qu’il n’y a aucun contact entre Leproux et al-Khelaifi depuis une semaine, indique l’AFP. Ce qu’a confirmé le président du PSG lui-même mercredi midi, avant de partir le lendemain en vacances, alors que le directeur général Philippe Boindrieux est encore en congés pour deux semaines. » Ce vendredi, RMC confirme que les deux hommes sont actuellement en vacances.

- Djamel Belmadi conseiller du PSG. « Depuis quelques semaines, les nouveaux propriétaires qataris ont tenté par l’entremise du représentant officiel du prince héritier d’attirer de nouveaux joueurs à Paris. Varane, Taarabt, Benatia, Sissoko ont ainsi été approchés. Ce que l’on sait moins, c’est que l’émissaire du prince est conseillé dans l’ombre par Djamel Belmadi, une vieille connaissance de la Ligue 1, révèle le Parisien. À chaque fois qu’une rencontre est organisée, l’ancien joueur de l’OM (1997/1998 puis 1999-2003), formé au PSG, n’est jamais très loin. À 35 ans, l’ex-international algérien est aujourd’hui l’entraîneur de Lekhwiya, au Qatar, avec lequel il a remporté son premier titre national la saison dernière. Les nouveaux propriétaires du PSG ont donc décidé de s’appuyer sur sa connaissance de la Ligue 1, mais aussi des championnats européens, pour repérer les futurs Messi qu’ils souhaitent voir évoluer dans la capitale. »

- Moutier : « S’il y a une place pour moi, je suis preneur. » Sur RMC, l’ancien directeur sportif du PSG Jean-Michel Moutier, que L’Équipe annonce susceptible de rejoindre Leonardo, a laissé la porte ouverte à un retour : « C’est un projet très intéressant, s’il y a une place pour moi je suis preneur, en revanche si c’est pour être pom-pom girl, je dirai non. »

L’arrivée de nouveaux actionnaires au PSG

- Les Qataris veulent racheter 100 % du PSG. Dès le vendredi 17 juin, nous vous révélions en exclusivité que « selon nos informations, les investisseurs qataris envisageraient finalement de racheter l’intégralité des parts de Colony Capital ». Ce jeudi, c’est au tour de L’Équipe de consacrer un article à ce sujet : « Actionnaire du PSG à 70 %, Qatar Sports Investments (QSI) entend acquérir les 30 % restants à très court terme. Les nouveaux propriétaires du club parisien ont fait savoir à Colony Capital qu’ils entendaient acheter dans les semaines à venir les 29 % encore détenus par le fonds d’investissement américain. La démarche de QSI concerne également Butler Capital Partners (1 %). En annonçant l’arrivée des Qataris, le 31 mai dernier, Colony avait annoncé son intention de rester encore quatre ans dans le capital du club. Depuis, la finalisation des négociations s’est déroulée dans un climat plutôt tendu et les représentants de l’émirat entendent mettre en place un pouvoir très resserré. Quant à Colony, la firme dirigée par Sébastien Bazin, peut aussi juger opportun de se retirer complètement du PSG. “Il est gênant pour un actionnaire minoritaire de rester quand il ne maîtrise plus ce qu’il se passe dans le club”, souffle un proche du dossier. Reste à voir à quel prix se négocieront les parts restantes. Le 30 juin, les 70 % acquis par QSI l’ont été à un prix de 40 M€, duquel il reste à déduire près de 25 M€ d’engagements couverts par Colony. Pour le solde des 30 %, que les Qataris semblent pressés de récupérer, les actionnaires minoritaires semblent a priori en position de force, puisque la décision de vendre ne vient pas d’eux. Fin 2007, Colony avait ainsi acheté 29,1 % des actions de Butler Capital Partners sur la base d’une valorisation globale du club à hauteur de 80 M€. »

- Colony serait prêt à vendre ses parts. Après PSGMAG.NET le 17 juin puis L’Équipe les 1er et 7 juillet, c’est au tour du JDD d’annoncer que les investisseurs qataris souhaitent finalement acquérir 100 % du capital du PSG à très court terme : « En plein atermoiement sportif lié à l’arrivée sans cesse repoussée de Leonardo, le PSG semble plus avancé sur le plan capitalistique, estime l’hebdomadaire. Qatar Sports Investments, déjà propriétaire de 70 % du club parisien, va prochainement acheter les 29 % encore détenus par Colony Capital, l’ancien actionnaire majoritaire, à un prix déjà fixé dans les accords de cession. Alors qu’il avait d’abord proclamé son intention de rester quatre ans de plus au capital, le fonds d’investissement américain a changé d’orientation devant la volonté manifeste des Qataris de ne partager ni le contrôle, ni le pouvoir. Les deux parties sont convenues de finaliser au plus vite dans ce sens. Il devrait en être de même pour Butler Capital Partners, qui détient 1 %. »

Rumeurs de transferts : un recrutement galactique cet été ?

- Hazard, le nouveau feuilleton ? Alors que le feuilleton « Leonardo » pourrait se terminer dans la journée, L’Équipe envisage que « Eden Hazard » prenne le relai : « [Il] pourrait dessiner l’un de ses dossiers majeurs du mois de juillet. Surtout s’il se confirme que QSI serait prêt à investir plus de 40 M€ sur celui qui a remporté, fin mai, le trophée UNFP de meilleur joueur de L1. »

- Lucas : São Paulo aurait rejeté une offre de 20 M€. Si Lucas Moura figurait bien parmi les priorités des nouveaux dirigeants parisiens, comme nous le révélions en exclusivité le 14 juin dernier, L’Équipe estime ce mercredi qu’il ne signera finalement pas au PSG cet été : « [Leonardo] ne viendra pas avec Lucas (18 ans) dans ses bagages, le São Paulo FC ayant repoussé une offre de 20 M€ du PSG pour le milieu offensif brésilien. »

- Leonardo ciblerait Ganso, Ménez et Zarate. Après avoir annoncé l’arrivée de Leonardo la semaine prochaine (voir plus bas), L’Équipe croit connaître le nom de trois joueurs qui intéressent le Brésilien : « Avec Ganso (Santos), Ménez (AS Rome) et Zarate (Lazio Rome), trois de ses cibles émergent déjà. » Le quotidien sportif n’apporte pas plus de précisions sur ces dossiers.

Rumeurs de transferts : les autres arrivées

- Lucas, Taarabt, Chamakh, Matuidi, Bisevac… « Pour l’instant, le mercato parisien est officiellement à l’arrêt. Et ce, même si les dirigeants qataris se positionnent sur certains dossiers afin de ne pas rompre le contact avec les joueurs approchés, assure RMC. Visiblement, le dossier Adel Taarabt est considéré comme une priorité par les nouveaux investisseurs. Des chiffres ont été avancés, mais aucune proposition concrète n’a encore été formulée aux Queens Park Rangers. Leonardo doit en effet donner son aval sur ce dossier. Même constat pour Blaise Matuidi (Saint-Étienne), que le futur directeur sportif apprécierait beaucoup. Enfin Leonardo pousse plus que jamais en faveur de la venue de Lucas (São Paulo). Paris serait même prêt à payer moins, quitte à laisser un pourcentage du joueur à son club actuel puisque sa clause s’élève à 80 millions d’euros. Mais là aussi, le poids de Leonardo est à considérer au moment où la transaction pourrait être finalisée. » De son côté, L’Équipe affirme que « Paris attend toujours un défenseur central, deux milieux défensifs et deux milieux droits ». Le quotidien sportif ajoute que « les actionnaires activent leurs pistes, soit par le biais d’intermédiaires compatriotes, soit par le prince héritier en direct, ce qui ne contribue pas vraiment à éclaircir la situation. Ce sont eux qui avaient négocié avec l’agent de Raphaël Varane avant qu’il ne s’engage avec le Real Madrid, ce sont eux qui ont essuyé un refus de Marouane Chamakh (Arsenal) et ce sont encore eux qui souhaitent recruter Adel Taarabt (Queens Park Rangers). » Jeudi après-midi — après la conférence de presse de Leonardo —, le Parisien indiquait sur son site Internet que « la cellule recrutement aurait reçu le feu vert des Qataris pour accélérer ses dossiers prioritaires (Bisevac, Matuidi) ».

- Taarabt au PSG pour 10 M€ ou 15 M€ ? « Une offre de 15,37 M€ a déjà été formulée [par le PSG pour Adel Taarabt], mais ce transfert ne pourra se concrétiser qu’une fois Leonardo intronisé », assure le Parisien ce mardi. De son côté, L’Équipe indique que le milieu marocain des Queens Park Rangers « pourrait débarquer à Paris pour environ 10 M€ ».

- Taarabt : les QPR voudraient plus que 15 M€. Ce mercredi, le Parisien estime que le transfert d’Adel Taarabt est « plus compliqué que prévu ». « J’ai tendance à penser qu’il va partir, a déclaré Neil Warnock, le manager des Queens Park Rangers, au London Evening Standard. Il a tellement de conseillers, et tous le poussent à partir. […] Sa famille, qui vit à Marseille, lui manque. Si nous recevons une belle offre d’un club français, cela lui donnerait évidemment une chance de se rapprocher d’eux. […] Flavio Briatore [co-président du club] mène les négociations. Il me tient informé de la situation, et pour le moment aucun club ne nous a proposé le prix que nous demandons. Je ne sais pas exactement de combien il s’agit, mais nous devons tenir compte du fait que Tottenham touchera entre 30 % et 40 % du transfert, cela fait partie de l’accord que nous avions trouvé l’été dernier quand il avait signé en provenance des Spurs. » La presse anglaise persiste à annoncer que le PSG a fait une offre de £13,5m, soit environ 15 M€. De son côté, le Parisien fait dire à Warnock que « Paris a en effet fait une proposition de 15 M€, il faudra au moins 17 millions pour nous convaincre car 40 % de l’indemnité du transfert sera reversée à Tottenham, l’ancien club du joueur », sans citer la moindre source. Une « citation » pour le moins douteuse, qui ressemble davantage à une — très — libre interprétation de l’article du London Evening Standard.

- Stuttgart voudrait Bisevac. « Selon nos informations, Stuttgart, 12e du dernier championnat allemand, a entamé des discussions avec Valenciennes pour s’attacher les services de Milan Bisevac (27 ans), croit savoir RMC. Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé. Le joueur, lui, n’exclut rien même si sa priorité reste le PSG. Mais le club parisien n’a pas encore fait de proposition concrète à son homologue nordiste. Leonardo, qui doit être intronisé dans les prochaines heures comme directeur sportif du PSG, doit en effet valider ou non ce dossier. »

- Matuidi : « Aucune offre concrète. » Dans le Parisien, Blaise Matuidi évoque sa situation à Saint-Étienne et ses contacts avec le PSG : « Je suis sous contrat et je m’étais donc préparé à cette idée [reprendre avec l’ASSE]. Avoir un bon de sortie ne signifiait pas forcément que j’allais partir. Mes envies n’ont pas changé, mais il y a des choses que je ne maîtrise pas. Je suis stéphanois, mais la vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain. […] Le PSG, c’est attirant. D’autres peuvent l’être aussi… Paris me permettrait de franchir un cap. C’est un grand club qui peut attirer n’importe quel joueur. Le PSG a un bon projet, il faudrait qu’il se réalise et qu’il se stabilise très vite. […] Aujourd’hui, aucun club n’a fait d’offre concrète. »

- Paris, la vache à lait de la L1 ? Ce vendredi, L’Équipe consacre un article au mercato français : « “En investissant 11 M€ [+ 2 millions de bonus] sur Kevin Gameiro, un joueur qui n’avait plus qu’un an de contrat, Paris a envoyé un message aux autres clubs de L1 et je peux vous dire qu’il a été reçu”, assure un dirigeant d’un club français. Un joueur pourrait donc avoir un prix pour Paris et un autre prix pour les autres. En même temps, en France, les éléments susceptibles d’intéresser le club de la capitale ne sont pas légion. Il cherche un ou deux milieux défensifs ? Matuidi et Mvila entrent dans la catégorie recherchée. Un milieu offensif ? Paris aime Hazard et Martin. Sinon ? Sinon Paris pourrait davantage prospecter à l’étranger, surtout s’il a le sentiment d’être considéré comme la nouvelle vache à lait du foot français. Certains clubs vont donc devoir trouver un équilibre entre leurs exigences et la valeur des joueurs qu’ils souhaitent vendre sans effrayer les dirigeants parisiens. Valenciennes, qui attend impatiemment de céder Milan Bisevac (27 ans) à Paris pour un peu plus de 3 M€, a peut-être trouvé le juste milieu. »

- Bracigliano à l’OM ? « Selon nos informations, Gennaro Bracigliano, qui était également sur les tablettes du PSG, va s’engager dans les prochaines heures à Marseille en tant que doublure de Steve Mandanda, assurait RMC lundi. Un accord a été trouvé avec l’ancien gardien nancéien pour une durée de trois ans. A priori, Marseille devrait le récupérer sans aucune indemnité de transfert. » Ce mardi, L’Équipe confirme que « l’OM a trouvé un accord de principe pour la venue de Gennaro Bracigliano (31 ans), laissé libre par Nancy alors qu’il lui restait deux ans de contrat ».

- Benatia n’ira pas au PSG. « Alors que le nom d’Adel Taarabt circule avec insistance du côté du PSG, un autre international marocain a été approché par des représentants mandatés par les Qataris, croit savoir le Parisien. Malgré un projet alléchant, Mehdi Benatia, 24 ans, défenseur central de l’Udinese, devrait rester en Italie. Ses dirigeants ne veulent pas le vendre, et Antoine Kombouaré ne veut pas de lui… » N’ayant rien d’autre à se mettre sous la dent, le quotidien francilien publie une interview du joueur : « Quand ai-je été officiellement approché [par] le PSG ? Ça tourne depuis un moment, et je n’avais pas spécialement envie de parler de mercato. Mais oui, j’ai été contacté par les représentants du club. Ils ont discuté avec mon agent, ils m’ont aussi présenté directement leur projet et leur intérêt. Attention, nous n’avons pas été jusqu’à parler de salaire. […] Ces derniers temps, le PSG n’attirait pas trop, ce n’était pas un club très stable. Mais, avec les nouveaux investisseurs, je sais qu’il va y avoir un très gros projet. Ce sont des gens sérieux qui arrivent. J’ai bien évidemment eu le temps de me renseigner. On a rencontré les gens concernés, c’est clair que c’est du lourd qui arrive. Ce ne sont pas des rigolos, ils savent où ils veulent aller et ils désirent une grande équipe à Paris. […] Mon président compte me garder. J’ai fait une bonne saison avec eux, et la Ligue des champions qu’on doit jouer est un challenge stimulant. Normalement, je vais rester ici. »

- Kamara approché par le PSG avant QSI ? Prêté par Fulham à Leicester City la saison dernière, Diomansy Kamara a signé à Eskisehirspor (Turquie) cet été. Mais l’attaquant international sénégalais assure qu’il avait été approché par le PSG avant l’arrivée des investisseurs qataris à Paris : « J’avais eu des offres d’Arabie Saoudite, de Dubaï, j’ai même eu une offre de Chine. Mais je voulais rester dans un championnat européen. […] En fait, j’ai discuté avec Paris à un certain moment. Pour moi, c’était un rêve de jouer au PSG. Mes agents étaient entrés en contact avec Antoine Kombouaré et Alain Roche. Mais quand les Qataris sont arrivés, l’histoire a été close. […] Ça m’aurait fait plaisir de jouer en France. J’ai joué en Serie A, en Premier League. Il manquera sur mon CV la Ligue 1. Mais bon, je suis en Turquie et je regarderai avec attention mon club, le PSG, et je continuerai à les supporter. » (source : footmercato.net)

Rumeurs de transferts : les départs

- Erding : « Je reste à Paris. » « Erding pencherait pour Lille », estimait le site de L’Équipe ce lundi. « Mervlut (sic) Erding attend de rencontrer [Leonardo] et Antoine Kombouaré pour connaître leurs positions exactes à son sujet, surtout depuis que Kevin Gameiro a rejoint le PSG. Estimé à 8 millions d’euros, l’ex-Sochalien est bien conscient qu’il peut représenter une monnaie d’échange sur le marché (dans le cadre d’une offre du PSG pour Eden Hazard par exemple). […] Selon nos informations, même si l’intérêt des Magpies le flatte, Erding serait plus enclin, en cas de départ, à vouloir poursuivre sa carrière en France. Et plutôt du côté de Lille. » Quelques heures plus tard, l’article a été supprimé — mais il reste visible sur boursorama.com, qui reprend les articles de lequipe.fr. La raison ? Ce mardi, dans le quotidien sportif, Mevlüt Erding annonce qu’il « ne veut pas entendre parler d’un transfert cet été ». « Je reste à Paris, assure l’international turc. Je veux m’imposer ici et je ne crains pas la concurrence. Je suis prêt. De toute façon, de la concurrence, il y en a dans tous les clubs. » L’Équipe précise que « dimanche, Newcastle, pourtant prévenu au préalable du désir du joueur de vingt-quatre ans de rester à Paris, a tenté le forcing en proposant 8 M€ pour racheter ses deux dernières années de contrat ». « Lille et Rennes ont aussi approché l’attaquant parisien à plusieurs reprises », ajoute le quotidien. « Erding, c’est un dossier difficile, estimait Pierre Dréossi — le manager du Stade rennais — lundi sur RMC. […] Je ne suis pas certain qu’il est (sic) vraiment envie de bouger du PSG. »

- Aucune offre pour les Parisiens ? Hormis Erding, aucun joueur parisien n’a reçu d’offre ferme depuis le début du mercato, affirme L’Équipe ce mardi. « Zoumana Camara (32 ans, sous contrat jusqu’en 2012) est convoité par Saint-Étienne et Montpellier, Jérémy Clément (26 ans, 2012) par Saint-Étienne et Auxerre, Peguy Luyindula (32 ans, 2012) par Toulouse et West Ham mais, pour l’instant, le PSG n’a rien vu venir. Seul Tripy Makonda (21 ans), qui n’a plus lui aussi qu’un an de contrat, pourrait partir dans les prochains jours : Caen et Brest le suivent de près. Enfin, Ludovic Giuly, qui est libre depuis le 30 juin et aura trente-cinq ans dimanche, a commencé sa préparation à Saint-Raphaël (Var) mais n’a toujours pas trouvé d’accord pour rester à Paris. Et ce matin, les positions entre les deux parties semblent bien éloignées. »

- Sankharé a signé à Dijon. « Le milieu de terrain du PSG Younousse Sankharé s’est engagé pour trois saisons avec Dijon, a-t-on appris lundi auprès de Patrice Carteron, l’entraîneur du club bourguignon de football », rapporte l’AFP. « L’indemnité de transfert est légèrement inférieure à 1 M€ », croit savoir le Parisien.

- Ngoyi, Arnaud et Makonda poussés vers la sortie ? « Depuis la reprise du PSG, l’entraîneur, Antoine Kombouaré, s’est entretenu avec le milieu Granddi Ngoyi (23 ans, de retour de prêt à Brest), sous contrat jusqu’en juin 2013, l’attaquant Loris Arnaud (24 ans, de retour de prêt à Angers, L2) et Trippy Makonda (21 ans), sous contrat jusqu’en juin 2012, pour leur signifier qu’ils devaient trouver un club afin d’obtenir du temps de jeu », assure L’Équipe ce mercredi.

- Yacine Qasmi à Rennes ? D’après lequipe.fr, Yacine Qasmi aurait signé au Stade rennais pour une saison. L’attaquant marocain de 20 ans, formé au PSG, a quitté la capitale le 30 juin, son contrat stagiaire n’ayant pas été renouvelé.

- Nicollin évoque Zoumana Camara. Sur mercato365.com, Louis Nicollin a été interrogé sur l’intérêt de Montpellier pour Zoumana Camara : « Je pense que ça tombe à l’eau. (rires) Au PSG, ils n’ont pas l’air de se bouger le cul. Il reste encore du temps mais cela serait bien qu’ils règlent d’abord leurs problèmes internes, comme savoir si Robin Leproux reste ou pas. Personnellement, ça m’est égal. On a un effectif suffisant. Cependant, s’il est libre, il m’intéresse toujours mais je ne vais pas donner des sous au Paris Saint-Germain. (rires) » Camara est sous contrat au PSG jusqu’en juin 2012. Il serait également suivi par l’ASSE.

À propos des supporters

- 6 000 abonnés en virages ? En virages, toutes tribunes confondues, il resterait près de 5 700 places disponibles, d’après un employé de l’espace service du Parc des Princes interrogé vendredi midi. Au total, les tribunes Auteuil et Boulogne ont une capacité d’environ 12 000 places.

- Places en virages : de 15 € à 20 €, hors affiches. Le PSG a ouvert la commercialisation de 16 des 19 matches de championnat qui auront lieu au Parc des Princes cette saison, soit tout sauf PSG-OM, PSG-Lyon et PSG-Lille. Le prix des places en virages est de 15 €, à l’exception de PSG-Bordeaux (29e journée), PSG-Saint-Étienne (35e) et PSG-Rennes (37e), où le tarif est de 20 €. En quarts de virages, le prix augmente de 18 € en temps normal jusqu’à 35 €.

- Rennes-PSG : aucun billet en vente sur Internet. Le semaine dernière, le Stade rennais indiquait sur son site officiel qu’« aucun billet [pour le match Rennes-PSG] ne sera accessible sur Internet aux personnes résidant hors Bretagne (à l’exception de certains secteurs limitrophes) ». Ce mardi, le club breton apporte une « précision » qui est en fait une contre-indication : « Aucun billet ne sera mis en vente sur Internet. Pour vous procurer vos places, vous devrez vous rendre dans les points de vente du réseau France Billet et Ticketnet de Bretagne et des secteurs limitrophes où (sic) bien directement à la boutique officielle du Stade rennais. »

Résultats, blessures, compos, suspensions…

- FC Sion 3-2 PSG. Samedi soir, pour son premier match amical de la saison 2011/2012, le PSG s’est incliné 3-2 face au FC Sion (Suisse), au Mouret. (voir la fiche, le résumé, l’analyse (infos, stats, vidéos))

- Le Crom rejoint le PSG. « Le Paris Saint-Germain a accueilli hier dans son vestiaire Ronan Le Crom, annonce le club parisien sur son site officiel ce jeudi midi. Le gardien rejoint le groupe professionnel pour une période indéterminée afin d’offrir une possibilité au staff d’effectuer des entraînements complets. Antoine Kombouaré souhaitait un troisième gardien pour ses séances d’entraînement. Le coach parisien et le joueur entretenant une relation de courtoisie, ils sont ainsi tombés d’accord. Le joueur, jusqu’à présent sans club, profitera de la phase de préparation du PSG pour travailler en compagnie de Nicolas Douchez et Alphonse Aréola, les deux autres gardiens de l’effectif. » Âgé de 36 ans, Le Crom a notamment évolué à Guingamp (2002-2004) et Troyes (2005-2007). Son contrat à Nancy, où il était remplaçant, s’est terminé le 30 juin dernier.

- Nenê a repris l’entraînement mardi. « Nenê, de retour de vacances, a rejoint le Camp des Loges [mardi] vers 17 heures pour effectuer un footing », indique le Parisien. Seuls trois joueurs n’ont pas encore repris l’entraînement : les internationaux français Mamadou Sakho, Guillaume Hoarau et Kevin Gameiro sont attendus ce samedi 9 juillet.

- PSG-Lorient sur Orange Sport. Le match PSG-Lorient (1re journée de L1) sera retransmis en direct sur Orange Sport samedi 6 août 2011 à 21 heures. Il fera par ailleurs partie du multiplex de Canal+. (voir TV : PSG-Lorient diffusé sur Orange samedi 6 août)

- La subvention de la mairie de Paris, éternel débat. « Selon nos informations, la mairie de Paris réfléchirait à diminuer voire à arrêter la subvention annuelle au Paris Saint-Germain, croit savoir RMC. Depuis l’arrivée des Qataris et de leur surface financière, cette subvention ne se justifierait plus trop (sic) pour certains. Elle s’élève aujourd’hui à un peu moins de 3 millions d’euros. Une décision sera prise à la rentrée. » La subvention actuelle s’élève en réalité à 1,5 M€, contre 2,3 M€ en 2007. Par ailleurs, le PSG a rappelé fin 2009 qu’elle est versée en contrepartie de missions d’intérêt général : « l’éducation, la formation et la préformation des jeunes joueurs ; l’animation en faveur des jeunes parisiens ; les actions de prévention et de lutte contre la violence, le racisme et toutes formes de discrimination ; la sécurité. » Le club parisien soulignait enfin qu’il s’acquittait de la taxe sur les spectacles — contrairement à la majorité des clubs de L1 —, pour environ 3 M€, ce qui fait qu’il contribue positivement aux finances de la ville de Paris « à hauteur de quasiment 1,5 M€ par an ».

- Changement de régie publicitaire. À partir du 1er septembre 2011, France Télévisions Publicité commercialisera les espaces publicitaires de PSG.FR et PSG TV, ainsi que les déclinaisons mobiles du site Internet, a annoncé la régie publicitaire du groupe France Télévisions dans un communiqué. Le site officiel du PSG revendique « près de 400 000 visiteurs uniques » par mois selon les chiffres du panel Médiamétrie//NetRatings. Fin juin, FTP avait déjà remporté le contrat de commercialisation des espaces publicitaires de CFoot, la chaîne de la LFP qui sera lancée le 28 juillet.

Jeunes et féminines

- France U17 : fin de parcours pour les Bleuets. En quarts de finale du mondial des moins de 17 ans, l’équipe de France s’est inclinée 2-1 face au Mexique, le pays hôte, et quitte donc la compétition. Le but français a été inscrit par le Parisien Jordan Ikoko — « bien décalé par Jordan Vercleyen côté gauche, le défenseur tricolore repiquait au centre et frappait dans un angle réduit », décrit FFF.fr —, titulaire aux côtés de Lionel Mpasi et Abdallah Yaisien — sorti sur blessure dès la 12e minute. Antoine Conte et Pierre Bourdin sont restés sur le banc. (source : fifa.com)

- France U17 : Ikoko et Yaisien ont confirmé. À l’issue du championnat du monde des moins de 17 ans, le sélectionneur français Patrick Gonfalone a évoqué les joueurs qu’il estime susceptibles de percer prochainement : « Sur le plan individuel, quand on lui suggère que le puissant défenseur central stéphanois Kurt Zouma, 16 ans, paraît le plus proche de découvrir la L1, il acquiesce, ajoutant : “Benzia (Lyon, cinq buts), Ikoko, Yaisien (PSG) et Madianga (Le Mans, L2) ont le potentiel pour suivre.” »

- Féminines : 4 Parisiennes titulaires. Bérangère Sapowicz, Laure Boulleau, Laure Lepailleur et Élise Bussaglia étaient titulaires mardi face à l’Allemagne (2-4), double championne du monde en titre. La gardienne du PSG s’est faite expulser à la 65e minute, et sera donc suspendue pour le quart de finale face à l’Angleterre ce samedi. Caroline Pizzala n’est pas entrée en jeu. « Je suis avant tout déçue de cette défaite, a réagi Laure Boulleau après sa première titularisation dans la compétition. À 10 contre 11, nous sommes quand même parvenues à marquer deux buts. Physiquement, cela a été une rencontre très éprouvante et personnellement le dernier quart d’heure a été très dur. Il y avait parfois des attaques à quatre contre quatre, voire cinq. On s’est épuisées car sur un jour comme celui-là il était difficile de rivaliser athlétiquement. […] Mais si nous les retrouvons en finale, nous prendrons notre revanche ! » (source : FFF.FR)

- Féminines : Bussaglia envoie la France en demies et aux JO ! Menées 1-0 malgré une nette domination dans le jeu, les Françaises ont finalement arraché les prolongations grâce à un magnifique but de la Parisienne Élise Bussaglia à la 88e minute du match Angleterre-France, en quarts de finale de la coupe du monde. Aux tirs au but — Bussaglia a inscrit le sien —, l’équipe de France s’est qualifiée pour la première demi-finale de son histoire. Elle affrontera le vainqueur du match États-Unis-Brésil, qui a lieu ce dimanche. L’Allemagne, double tenante du titre et grande favorite de la compétition, s’étant faite éliminer par le Japon, les Bleues ont du même coup assuré leur qualification pour les Jeux olympiques 2012 — il fallait pour cela terminer parmi les deux meilleures nations européennes. (voir le résumé du match en vidéo)

- La gardienne du PSG à l’honneur. À quelques heures du choc France-Allemagne, le Parisien consacrait un article à Bérangère Sapowicz, la gardienne du PSG et de l’équipe de France : « Du haut de son 1,66 m, la portière du PSG (20 sélections) présente un profil atypique. Cette grande passionnée de karaté est d’abord une joueuse de champ contrariée. Quand la native de Verneuil-sur-Avre (Eure) chausse ses premiers crampons à l’âge de 4 ans, c’est davantage pour marquer des buts aux garçons que pour en arrêter. “Jouer au foot était naturel dans ma famille mais devenir gardienne n’a pas été un vrai choix, explique-t-elle. Simplement, pour ça, il faut être un peu folle et je l’étais. Alors, on me mettait dans les cages pour les matches importants. C’est comme ça que j’ai intégré les sélections jeunes.” Les choses sérieuses commencent pour elle en 2002, au moment où elle quitte son club formateur d’Évreux (D2) pour démarrer ses études de Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives) et rejoindre un PSG fraîchement promu en D1. Remplaçante quelques mois plus tard lors de la coupe du monde américaine, puis blessée avant l’Euro 2009, elle aura finalement dû attendre la campagne de qualifications de ce nouveau mondial — et la non-sélection de la Lyonnaise Bouhaddi — pour définitivement s’imposer. Près de huit ans en somme pour figurer en haut de l’affiche. Le temps nécessaire pour cette diplômée d’un master de management du sport, actuellement missionnée par le PSG pour développer la section féminine, de voir les choses évoluer doucement. À commencer par les moyens. “Ce qu’on nous donne au PSG n’a plus rien à voir. Aujourd’hui, on bénéficie par exemple des infrastructures du centre de formation, on joue sur le terrain d’honneur.” »

Le reste de l’actu du 5 au 10 juillet

Anciens Parisiens

- Lorik Cana à la Lazio ? L’ancien Parisien Lorik Cana serait sur le point de quitter Galatasaray pour rejoindre la Lazio Rome, d’après francefootball.fr : « Le milieu de terrain albanais, sous contrat avec Galatasaray jusqu’en 2014, est arrivé à Rome ce lundi, et doit passer la visite médicale avec le club de la capitale italienne avant de signer un contrat de cinq ans. Selon la presse transalpine, Cana touchera 1,7 millions d’euros par an à la Lazio. » Cana était en Turquie depuis l’été 2010, après quatre saisons à Marseille puis une à Sunderland. (voir notre portrait de Lorik Cana, publié ce mardi)

- Pancrate s’entraîne avec le FC Nantes. « Bruno Baronchelli [ancien adjoint de Vahid Halilhodzic à Paris], qui a côtoyé Fabrice Pancrate au PSG, [a] souhaité que [Fabrice Pancrate] accompagne le groupe pour [lui] permettre de continuer à s’entraîner », annonce le FC Nantes sur son site officiel. Après être resté huit mois au chômage, l’ancien Manceau avait rejoint Larissa (Grèce) en février 2011. Il est aujourd’hui de nouveau à la recherche d’un club.

- Landrin rejoint Arles-Avignon. Christophe Landrin — au PSG en 2005/2006 — s’est officiellement engagé pour deux ans avec Arles-Avignon mardi après-midi, affirme La Provence. Landrin était libre de tout contrat depuis son départ de Saint-Étienne le mois dernier.

- Mavinga transféré à Genk ? « Toujours en quête d’un latéral gauche […], Rennes s’est lancé sur une nouvelle cible, celle de Chris Mavinga (Genk), indique L’Équipe ce jeudi. [… [Il] plaît beaucoup à Frédéric Antonetti, l’entraîneur de Rennes. Le défenseur (20 ans), vainqueur de l’Euro des moins de 19 ans, l’été dernier, appartient à Liverpool. Pierre Dréossi, le manageur général du club breton, est entré en contact hier avec les dirigeants des Reds prêts à céder le joueur en échange de 1 M€. “C’est un joueur qu’on suit et qui nous intéresse, admet Dréossi. Mais il est encore trop tôt pour en parler.” » Ce jeudi, le KRC Genk a annoncé sur son site officiel avoir trouvé un accord avec Liverpool pour le transfert définitif de Mavinga, mais précise qu’il reste encore à finaliser le contrat avec l’ancien Parisien. Cela pourrait être fait la semaine prochaine, espère le club belge.

- Partouche évoque son départ du PSG. Ce vendredi, l’édition départementale du Parisien consacre un article à Maxime Partouche, qui vient de rejoindre Créteil (National) cet été. « Le natif de Vélizy intègre le PSG à 13 ans en raison de ses qualités… physiques, raconte le quotidien. “Ça peut paraître incroyable aujourd’hui, mais à l’époque je mesurais déjà 1,67 m, rigole-t-il. J’étais plus grand que Sakho et toute la bande.” Faute d’avoir continué à pousser, c’est en développant sa technique et sa vision du jeu qu’il gravit les échelons et gagne, à 18 ans, le droit de fouler la pelouse du Parc, face à Bastia. Ce moment “magique, à jamais gravé dans [sa] mémoire”, n’aura pour suite qu’une apparition en L1 et une autre en coupe UEFA. “Très vite, on m’a monté très haut, glisse-t-il. Ça m’a sans doute desservi. Et puis, il y a eu le changement d’entraîneur. Contrairement à M. Le Guen, Antoine Kombouaré m’a tout de suite fait savoir qu’il ne compterait pas sur moi.” En fin de contrat en 2010, le capitaine et meilleur buteur de la réserve doit, la mort dans l’âme, quitter son club formateur et son pote Tripy Makonda. “Je ne suis pas amer, mais j’aurais au moins aimé avoir une explication.” »

- Yannick Boli en Belgique ? « Yannick Boli (23 ans) pourrait prochainement s’engager avec Courtrai (D1 belge), croit savoir L’Équipe. L’attaquant formé au PSG est encore sous contrat à Nîmes (L2) jusqu’en 2012. »

À propos des médias

- Les États-Unis sont-ils un département français ? « Le rachat du PSG par un fonds étranger ne vous choque pas ? », a sérieusement demandé L’Équipe aux présidents de Saint-Étienne, Lorient, Caen et Sochaux durant un débat organisé par le quotidien sportif. Il a fallu que Loïc Féry rappelle une évidence manifestement oubliée par L’Équipe : « Et Colony, c’était quoi ? » Réponse : un fonds d’investissement américain, propriétaire du PSG depuis 2006. (relire Le PSG racheté par des investisseurs américains !)

- La crise au PSG ? Pas tout de suite. « On ne sait même pas ce qui se passe ! » Le titre donné par le Parisien à son article sur la journée des joueurs parisiens (« Les rires ont fusé, souvent, Antoine Kombouaré a davantage applaudi que râlé, Armand a chambré Nenê… Bref, rien de neuf sous le ciel couvert du Camp des Loges. ») pourrait laisser penser que Nenê, l’auteur de cette déclaration, s’impatiente de ne pas en savoir plus sur les discussions entre Leonardo et les dirigeants parisiens. La lecture de l’article et, a fortiori, le visionnage d’une vidéo montrant la scène, ont de quoi rassurer : « Nous on n’y pense pas, ce n’est pas notre travail, répond le milieu gauche du PSG. Ça c’est le président, l’équipe dirigeante… Nous, on ne sait même pas ce qui se passe. S’il vient cela peut nous aider, et sinon on va quand même bien travailler. »

- Plan social au Parisien : 15 % de journalistes en moins. Vendredi, le groupe Amaury a dévoilé sa stratégie pour relancer le Parisien, que le groupe de presse n’est pas parvenu à céder l’année dernière : un investissement de 10 M€ dans la refonte de la maquette du journal, le renforcement des éditions départementales et de « l’offre numérique » ; 20 M€ consacrés à la diversification (commerce entre particuliers, achats groupés, petites annonces, services à la personne) pour « capitaliser sur les contacts entre les Français et les marques du groupe », selon les termes de Philippe Carli, directeur général du groupe Amaury, dans une interview au Figaro. « M. Carli a assuré que la suppression de 40 à 50 postes, dans une rédaction qui compte 350 cartes de presse, allait se faire sur la base de départs volontaires, indique Le Monde. Ceux-ci devraient concerner principalement les journalistes non écrivants, c’est-à-dire les secrétaires de rédaction (chargés de l’édition des articles et de la mise en page), les chefs de service et les photographes. Ces départs, ainsi que diverses mesures de réductions de coûts, devraient permettre une économie de l’ordre de 6 millions d’euros. » Réunis en assemblée générale, les journalistes du Parisien ont adopté une motion de rejet de ces mesures, indiquant qu’ils contestent « la surcharge de travail qui en découlerait et la perte de qualité éditoriale ». Ils ont également annoncé qu’ils s’y opposeront « par tous les moyens ». « La direction propose exactement le même plan social qu’il y a six mois, estime Olivier Corsan, délégué syndical SNJ. On va avoir un journal plus beau, mais avec moins d’information et moins de journalistes. » « Je ne vois pas comment on peut faire mieux et avoir un vrai projet éditorial avec moins de gens », renchérit Timothée Boutry, président de la Société des journalistes, dans Libération.

En L1 et ailleurs…

- Football et assurances. « À l’heure du foot business et face à des enjeux économiques colossaux, les clubs ont recours à des assurances pour couvrir les pertes d’une saison sans titre, d’une relégation ou… d’un succès sportif, explique Metro ce jeudi. “Parfois, les retombées d’un succès sportif ne comblent pas les dépenses, notamment les primes versées aux joueurs”, explique Olivier Matos, responsable sport chez l’assureur Aon. Un paradoxe qui ne surprend pas Frédéric Bolotny, économiste du sport : “C’est la définition du sport : gérer le risque, positif ou négatif.” Nées en Angleterre dans les années 1990, ces polices d’assurance sont considérées comme un investissement par les grands clubs européens. Didier Loiseau, directeur d’Henner sport, autre assureur, n’hésite pas à parler “de pari sur la performance” : une équipe qui souscrit un contrat empochera des millions d’euros si elle atteint son but. Si ce n’est pas le cas, c’est elle qui devra verser une part (de 10 % à 50 %) de la somme en jeu. En 1993, si le Milan AC avait battu l’OM en finale de Ligue des champions, il aurait empoché l’équivalent de 20 millions d’euros. Au final, c’est le club lombard qui a dû payer. En Ligue 1, si le PSG était friand de ce type d’engagement, aujourd’hui peu d’équipes y souscrivent. Du moins officiellement. “Nos clients souhaitent la confidentialité”, explique Olivier Matos. Rennes a récemment étudié la question. “On a eu plusieurs offres mais on a décliné, explique Pierre Dréossi, manager général du club breton. Ça s’adresse plus à des clubs qui ont déjà atteint leurs objectifs et qui peuvent le refaire chaque saison.” »

- Grenoble en liquidation judiciaire. « Le tribunal de commerce de Grenoble a prononcé mercredi la mise en liquidation judiciaire du Grenoble Foot 38, rapporte l’AFP. Cette mesure ne touche que la société anonyme gérant le secteur professionnel du GF38, épargnant ainsi l’association qui administre le secteur des jeunes et autres équipes amateurs. Le tribunal, qui avait constaté mardi la situation de cessation de paiement et enregistré le dépôt de bilan de la Société du Grenoble Foot 38 pour un passif de 2,9 millions d’euros, a désigné un liquidateur-mandataire pour réaliser les actifs. »

Autres infos PSG en vrac

- Colony, le PSG et les relations publiques. Abilio Diniz, associé de Casino au Brésil, explique dans Le Figaro comment il a fait connaissance de Sébastien Bazin, actionnaire de Carrefour par l’intermédiaire de Colony Capital : « En juillet 2009, Sébastien Bazin, le président de Colony Capital Europe, m’a invité à Paris pour parler football. Je m’étais préparé, je connaissais tous les joueurs du PSG. »

- Nenê : « J’ai trop mal habitué les gens ! » Ce vendredi, France Football publie une interview de Nenê, dans laquelle le Brésilien revient sur sa moindre efficacité en deuxième partie de saison dernière : « Il ne s’est rien passé du tout. Je ne suis pas censé marquer des buts à chaque match, comme je l’ai fait lors de mes six premiers mois [13 buts avant la trêve]. C’était un truc en plus, vous comprenez ? Cette phase “buteur” était plutôt inattendue, j’aurais dû en garder pour la fin de saison, pour équilibrer les choses… (rires). En fait, j’ai trop mal habitué les gens !… » (source : francefootball.fr)

- Coupet de passage au Camp des Loges. Présent à Paris pour l’annonce de la grille des programmes de CFoot, où il sera consultant dès la reprise fin juillet, Grégory Coupet en a profité pour saluer ses anciens collègues au Camp des Loges vendredi. (source : PSG.FR)

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG