Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Enquête : les dettes du « groupe PSG »

Enquête : les dettes des entreprises du « groupe PSG »

jeudi 16 juin 2011, par Vivien B.

Enquête : les dettes des entreprises du « groupe PSG »

Après avoir fait la lumière sur l’organigramme des entreprises du « groupe PSG » — et révélé que, contrairement à ce qu’annoncent L’Équipe et le Parisien, Colony Capital ne détient plus 95,8 % du PSG depuis un an et demi —, puis détaillé le montage mis au point par Colony Capital, les modalités de la vente du club par Canal+ en 2006 et nos critiques à l’égard du Parisien, nous poursuivons notre enquête en faisant la lumière sur les dettes du « groupe PSG » et l’investissement total de Colony Capital depuis 2006.

Au 30 juin 2010, Colfilm SAS — la holding du PSG — était endettée de 24 M€ à l’égard de Colony Capital. Il s’agit de l’argent prêté par le fonds d’investissement américain aux entreprises du « groupe PSG ». Intéressons-nous désormais aux différentes dettes de chacune de ces sociétés entre elles et vis-à-vis de Colfilm SAS.

La dette de la SASP Paris Saint-Germain Football

La HSE SA, holding de la SASP, a procédé à deux versements au profit de sa filiale durant la saison 2009/2010 : un premier de 8,8 M€ le 23 décembre 2009, puis un second de 9,0 M€ le 17 juin 2010.

Le 11 mai 2010, le conseil d’administration de la HSE SA a décidé d’abandonner 5 M€ de créance sur la SASP « afin de [lui] permettre de reconstituer ses capitaux propres » [1], qui diminuent chaque année du montant du déficit comptable.

Au 30 juin 2010, la dette de la SASP à l’égard de la HSE SA était de 15,9 M€. Elle est rémunérée au taux Euribor 12 mois (1,25 % au 4 janvier 2010) majoré de 0,60 % ; cela représente une charge d’intérêts de 215 K€ au titre de la saison 2009/2010.

À noter que l’augmentation de capital de la SASP d’un montant de 18 M€ en juin 2010 n’a pas donné lieu à une rentrée de trésorerie équivalente : seul le minimum légal, soit 4,5 M€, a été « libéré », c’est-à-dire versé. Si la SASP est endettée à l’égard de la HSE SA, elle est donc également détentrice d’une créance de 13,5 M€ sur sa maison mère, qui devra être soldée d’ici juin 2015 au plus tard.

Au 30 juin 2010, PSG Merchandising — la filiale de la SASP en charge de l’exploitation de la marque « PSG » — était redevable d’une dette financière de 2,2 M€ à l’égard du « groupe PSG », intégralement contractée durant la saison 2009/2010.

La dette de la Sese SA

Lors du rachat du « groupe PSG » par le trio Colony Capital-Butler-Morgan Stanley en 2006, Canal+ a cédé pour 1 € à la HSE SA la créance de 13,5 M€ qu’il détenait sur la Sese SA.

Au 30 juin 2010, la Sese SA avait une dette financière de 6,3 M€ à l’égard de la HSE SA — contre 8,2 M€ un an plus tôt. Un avenant signé le 1er juillet 2010 entre les deux entreprises prévoyait toutefois que « la HSE SA ne demandera remboursement de ce compte courant qu’en cas de perte de lien direct ou de procédure collective », c’est-à-dire en cas de revente ou de placement sous contrôle judiciaire de la Sese SA. En 2009/2010, la Sese SA a supporté 135 K€ de charges d’intérêts.

La dette de la HSE SA

La dette contractée par la HSE SAla holding de la SASP et de la Sese SA — à l’égard de Colfilm SAS augmente de 15 M€ par an en moyenne : elle s’élevait à 13,0 M€ au 30 juin 2007, 28,9 M€ en 2008, 37,4 M€ en 2009 et finalement 59,3 M€ en 2010. À noter toutefois que la convention de trésorerie liant les deux sociétés prévoit que le remboursement est « conditionné à la perte de tout lien direct ou indirect de capital avec l’autre société ».

La hausse de 22 M€ durant l’année dernière s’explique notamment par l’augmentation de capital de la SASP de 18 M€, intégralement souscrite par la HSE SA. En 2008/2009, la hausse de 8,5 M€ trouvait déjà son explication dans une avance de trésorerie permettant l’augmentation de capital de la SASP de 6,2 M€.

Cette dette est rémunérée au taux Euribor 12 mois (1,25 % au 4 janvier 2010) majoré de 0,60 % ; en 2009/2010, elle a ainsi généré 1,2 M€ de charges d’intérêts pour la HSE SA, augmentant d’autant le montant global de la dette.

Une trésorerie précaire

Dans leur dernier rapport annuel — daté du 30 novembre 2010 — comme dans les précédents, les commissaires aux comptes chargés d’auditer le PSG soulignent : « Nous attirons votre attention sur […] la note 8 “continuité d’exploitation” de l’annexe. » Celle-ci porte sur les relations entretenues par les différentes entreprises entre elles : « Le financement de la société est assuré par des prêts et/ou avances en compte courant accordés par le principal associé, est-il précisé dans les comptes annuels de chacune des sociétés du « groupe PSG ». Si cet associé venait à demander le remboursement de ces prêts et/ou avances, l’application du principe comptable de continuité d’exploitation pourrait s’avérer inapproprié à la situation de l’entreprise. » Une façon pudique de rappeler que le « groupe PSG » est intégralement dépendant de la bonne volonté de ses actionnaires, qui pourraient mettre le club en faillite s’ils exigeaient leur dû.

Les sociétés luxembourgeoises du groupe Colony Capital, qui accordent un prêt à Colfilm SAS pour que celle-ci alimente à son tour la trésorerie de ses filiales, se sont ainsi régulièrement engagées depuis 2006 à ne pas solliciter de remboursement avant une échéance supérieure à dix-huit mois, pour assurer que les entreprises du « groupe PSG » n’étaient pas menacées de cessation de paiement.

De manière similaire, la SASP avait obtenu la saison dernière une lettre de soutien de sa maison mère — la HSE SA — visant à ce que ses capitaux propres soient positifs au 30 juin 2011, et s’engageant à « subvenir aux besoins de trésorerie que la SASP ne saurait couvrir par elle-même ».

Autres moyens de financement

Pour faire face à ses besoins de trésorerie, le PSG a eu recours à deux types de financement classiques : une avance sur chiffre d’affaires, et l’ouverture d’une ligne de crédit.

Une avance de trésorerie de la part de Sportfive

En août 2009, le PSG a touché 10 M€ d’avance de chiffre d’affaires de la part de Sportfive, conformément à un accord signé le 30 juin entre les deux entreprises.

Ce montant sera déduit des reversements de chiffre d’affaires bruts dus au club parisien au titre des saisons 2011/2012 à 2018/2019 dans le cadre de l’externalisation au sein de la filiale de Lagardère du sponsoring et des relations publiques du PSG.

Un crédit revolving souscrit à Natixis

Le 17 avril 2008, la SASP a signé une convention de trésorerie avec Natixis pour bénéficier d’une ligne de crédit de 12 M€ — c’est-à-dire la possibilité d’emprunter jusqu’à ce montant-là —, dont le remboursement a été plusieurs fois rééchelonné, comme l’a indiqué le Parisien. Mais la situation a évolué récemment, sans que le quotidien francilien n’en soit informé : le 25 novembre 2010, un avenant à cette convention a été conclu, permettant d’augmenter de 15 M€ le montant du crédit, qui atteint ainsi 27 M€.

En garantie, Colfilm SASla holding de la holding de la SASP — a donné en nantissement l’intégralité de sa participation dans la HSE SA, qui a elle-même donné en nantissement l’intégralité de sa participation dans la SASP. Autrement dit, si la SASP ne pouvait pas rembourser la banque, celle-ci deviendrait l’unique propriétaire du PSG. Initialement, la ligne de crédit de 12 M€ était garantie par une cession Dailly des créances du PSG sur la LFP au titre des droits TV des saisons suivantes.

Enquête : organigramme, comptes, transferts, salaires

Enquête sur les dettes du « groupe PSG » et l’investissement de Colony Capital :

- Combien Colony a-t-il réellement investi au PSG ?
- Enquête : les dettes des entreprises du « groupe PSG »

P.-S.

Crédit illustration : Alternatives économiques

Notes

[1] Pareille décision avait été prise en juin 2007, pour un montant de 8,2 M€.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

5 votes
Votez

3 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Arthur33
    16 juin 2011 09:28

    C’est rigolo, plus vous publiez votre enquête, plus je comprends rien ^^

    Encore bravo pour votre travail quand même.

    Peut-être que j’aimerais connaître exactement ce qui nous fait passer avec succès la DNCG et si oui ou non, dans la configuration "ancien PSG", le fair-play financier aurait pu nous handicaper.

  • #2

    Votez
    Arno P-E
    16 juin 2011 12:39

    Pétard à mèche… Merci Arthur33, je croyais que ça venait de moi. Mais si on est deux à rien entraver à ces histoires de SESE endetté à un taux évolutif contrarié au niveau des actionnaires de la holding, quelque part ça me rassure !

  • #3

    Votez
    Vivien Brunel
    16 juin 2011 13:07

    @ Arthur33 : devant la DNCG, le PSG (= la SASP) présente des comptes en déficit, mais un actionnaire solide qui s’engage (par écrit) à lui apporter les financements nécessaires à son fonctionnement. Les garanties que le club ne risque pas de faire faillite en cours de saison étant apportées, la masse salariale et les transferts n’étant pas de nature disproportionnée, les prévisions pour les saisons à venir étant optimistes, pas de raison de sanctionner le PSG. Clin d'oeil

    Le fair-play financier de l’UEFA, je ne l’ai pas étudié suffisamment en détail. Une chose est sûre, il y a suffisamment de retraitements à effectuer (ce ne sont pas toutes les recettes et toutes les dépenses qui sont prises en compte) pour que l’analyse ne puisse pas être faite en regardant simplement le déficit comptable.
    Cela dit, une notion d’« écart acceptable » est prévue, allant jusqu’à 45 M€ sur trois ans d’ici 2015, puis 30 M€ d’ici 2018 — ensuite, ce n’est pas encore défini. Il y a donc de quoi faire avant de se faire sucrer la licence…

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG