Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

U19 : incidents Auteuil-Boulogne, la suite

Gambardella : le Parisien a menti, mais ne le dit pas

mardi 1er mars 2011, par Vivien B.

Gambardella : le Parisien a menti, mais ne le dit pas

Ce mardi, le Parisien consacre une pleine page à la « délocalisation » de la contestation. Mais le quotidien ne prend pas la peine de rectifier ses erreurs de la veille…

Les lecteurs du Parisien n’ont manifestement pas le droit de connaître la vérité. Lundi, le quotidien assurait que des affrontements avaient eu lieu entre anciens d’Auteuil et de Boulogne. C’était rigoureusement inexact, comme nous l’avons révélé. Ce matin, une pleine page du quotidien est consacrée à cette pratique, vieille de plusieurs mois déjà, qui consiste à encourager les équipes de jeunes et de féminines pour contester le plan Leproux. Mais pour comprendre que les affrontements Auteuil-Boulogne n’ont pas eu lieu, il faut lire entre les lignes :

Ils étaient entre 300 et 400 anciens habitués du Parc des Princes […]. Au milieu des chants et des encouragements, les slogans anti-Leproux et contre Colony Capital ont rythmé la rencontre. « On avait un peu l’impression d’évoluer à l’extérieur, raconte Alexandre Monier, l’entraîneur du Paris Football Club. Il y avait une super ambiance et jamais on ne s’est sentis en danger. Les supporters du PSG se sont très bien tenus jusqu’à la fin du temps réglementaire où certains d’entre eux ont jeté quelques fumigènes sur la pelouse synthétique et ont voulu rentrer sur le terrain. Mais c’était surtout par dépit. »

À vrai dire, ce type d’incidents n’est pas fréquent. Depuis qu’ils ont décidé de délocaliser leur contestation sur d’autres stades que le Parc des Princes, ces fans déçus par le plan Leproux ont adopté une attitude pacifique. L’ambition de ces supporters, issus majoritairement de la tribune Auteuil et regroupés au sein d’un groupe baptisé Liberté pour les abonnés, est de dénoncer sans se mettre à la faute. « Ce sont des ultras, pas des violents ni des casseurs, décrypte une source policière. Leur première action remonte au 23 mai 2010 lors de la finale du challenge de France féminin et depuis il n’y a jamais eu de violence. » De fait, les pouvoirs publics ne manifestent pas d’inquiétude particulière vis-à-vis de ce phénomène qui peut se répéter sur trois matches différents lors d’un même week-end, comme ce fut le cas les 5 et 6 février.

Pas un mot, donc, sur la présence de deux groupes rivaux, « en face l’un de l’autre comme au temps de la rivalité entre Auteuil et Boulogne ». Alors que l’article d’hier était titré « La rivalité entre Auteuil et Boulogne se déplace », celui d’aujourd’hui rectifie le tir : « Supporters du PSG : la contestation se délocalise ».

Bilan : en creux, le Parisien confirme que son article de la veille n’était qu’un mensonge, comme nous l’avons écrit. Mais seuls ceux qui auront pris la peine de s’informer par ailleurs le sauront, le journal du groupe Amaury n’ayant pas jugé utile de rectifier son erreur.

Pour la bonne bouche, rappelons quelques extraits de la « déclaration des devoirs et des droits des journalistes » — plus connue sous le nom de « charte de Munich » —, qui fait référence dans la profession :

Les devoirs essentiels du journaliste dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements sont : respecter la vérité […], quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité. […] Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.

JPEG - 99.6 ko
Un petit groupe de supporters parisiens, indépendant de l’association Liberté pour les abonnés
Photo Olivier G. — PSGMAG.NET

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

12 votes
Votez

5 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Edji
    1er mars 2011 11:32

    Vivien, tu n’as pas tort.
    Pour autant, l’article d’aujourd’hui demeure assez recommandable.

  • #2

    Votez
    commentateur anonyme
    1er mars 2011 11:45

    Le Parisien peut remercier PSGMAG…

  • #3

    Votez
    Pietro75
    1er mars 2011 15:10

    tant que ça fait vendre du papier à quoi bon se préoccuper de la véracité des faits ?
    quoi j’ai faux ?

  • #4

    Votez
    Guil
    1er mars 2011 16:21

    Je rajouterais ces 2 devoirs de la charte de Munich

    Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs

    Refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.

  • #5

    Votez
    commentateur anonyme
    1er mars 2011 21:56

    Bonsoir

    Juste pour confirmer, j’y étais au match et je n’ai pas de dégradation. Effectivement il y a eu des jets de fumigène et les seuls endroits cramés c’est ou les fumigène sont tombés.

    Cdt

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG