Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Le débat du mercredi — l’avenir international de Hoarau

Hoarau a-t-il manqué le coche chez les Bleus ?

L’équipe de France a-t-elle besoin de l’attaquant parisien ?

mercredi 8 septembre 2010, par Gauthier B.

Hoarau a-t-il manqué le coche chez les Bleus ?

Avec le renouveau de l’équipe de France, de nombreuses nouvelles têtes lorgnaient les places libres à l’échelon international, et notamment Guillaume Hoarau. Au bénéfice d’un désert offensif dû aux retraites — Henry, Anelka voire Govou — ou aux blessures — Gignac, Benzema —, l’attaquant du PSG avait un bon coup à jouer pour s’installer durablement dans le groupe de Laurent Blanc. Pourtant, après deux rassemblements des Bleus, il est clair que rien ne sera simple pour le Réunionnais.

Fort d’un début de saison plutôt réussi sur le plan personnel — quatre buts et une passe décisive au mois d’août — et de commentaires dithyrambiques de la part du nouveau sélectionneur français, il faut avouer que Hoarau partait en Bleu avec des a priori très favorables. Les attaquants français étant quasi-muets depuis plusieurs mois et, ayant tous à peu près le même profil, Hoarau était vraiment apparu comme une nouvelle alternative des plus crédibles. D’abord convoqué en Norvège alors que les 23 mondialistes étaient punis, Hoarau a été rappelé pour les matches de qualification à l’Euro, alors que tout le monde était sélectionnable. Mieux, il était l’attaquant de pointe de la formation alignée contre la Biélorussie vendredi dernier.

Le problème est que, lors des deux matches durant lesquels Hoarau a évolué, la France a perdu et a piétiné offensivement. Sur le terrain, Hoarau ne semblait pas apporter plus de solutions que ses prédécesseurs en Afrique du Sud. Et pour couronner le tout, il a dû quitter le rassemblement des Bleus pour une douleur à l’épaule, et c’est en son absence que les Français ont retrouvé de l’allant offensif, et se sont imposés en Bosnie-Herzégovine. En Bleu, les jugements sont expéditifs, et il n’en faut pas plus pour que beaucoup considèrent que Hoarau n’a pas encore le niveau international. Au contraire d’un Benzema qui a étalé toute sa classe face à la sélection de Safet Susic.

Hoarau, très bien placé il y a une semaine, semble donc avoir reculé d’un cran dans la hiérarchie des attaquants français. Pourtant, il ne faudrait pas se précipiter pour le condamner sous n’importe quel prétexte. Si la France n’a pas marqué contre la Biélorussie, sur les quelques occasions françaises — s’il ne s’agissait pas de frappes lointaines —, Hoarau était soit à la conclusion de l’action — deux belles opportunités en seconde période notamment — soit à l’origine par le biais de ses toujours judicieuses déviations. La tendance dans la presse a été de dire que le joueur a fait un mauvais match — Hoarau a, il est vrai, déjà été meilleur —, mais il n’empêche que son apport a été non-négligeable. Les journalistes de L’Équipe en ont convenu après avoir revisionné la rencontre [1].

Après, tout est une question d’attentes et d’utilisation du joueur en question. Espérer que Hoarau va dribbler la Terre entière ou prendre sans cesse la profondeur est clairement une perte de temps. Contre la Biélorussie, le Parisien n’a pu utiliser son jeu de tête que lors des longues touches de Clichy. Pour le reste, les autres joueurs français ne centraient pas, et les animateurs ayant l’intelligence de jeu d’une huître, les corners étaient tirés à la rémoise. Hoarau en était globalement réduit à ce que, sur un malentendu, Jérémy Ménez ou Florent Malouda se mettent à faire des passes judicieuses. Ce qui n’est évidemment pas venu… Ce sera peut-être le problème de Hoarau chez les Bleus : si la France ne dispose d’aucun joueur sachant centrer ou lire les appels autres qu’en profondeur, l’utilité de Hoarau est effectivement réduite.

Un avis assez représentatif de la pensée ambiante est celui signé par Pierre Ménès sur son blog :

Hoarau (3,5) : qu’est-ce qu’il est lent ! Parfois, j’avais envie d’appuyer sur le bouton « avance rapide » de ma télécommande (que je n’avais pas puisque j’étais au stade). Son manque de promptitude et la mollesse de ses frappes me semblent rédhibitoires au niveau international.

On peut aussi reprocher à Valbuena son inefficacité dans le jeu de tête… Car le problème de Hoarau en équipe de France est finalement peut-être d’ordre culturel. Depuis des années sont plébiscités en France des joueurs qui vont vite et savent faire quelques dribbles, les autres étant très rapidement condamnés. Les gris-gris, c’est formidable ; l’intelligence de jeu, secondaire… Tant que les médias et les supporters, voire les sélectionneurs, n’estimeront les footballeurs que par leurs arabesques souvent superflues, alors Hoarau aura un mal fou à s’imposer. Sauf si d’aventure un sélectionneur venait à comprendre que ce joueur, bien utilisé, peut conférer un avantage considérable à son équipe

Notes

[1] « L’examen de la pression bleue dans les 25 derniers mètres réhabilite un peu Hoarau, mais pas avec ses pieds, écrit Vincent Duluc dans L’Équipe au surlendemain du match. […] Sans Hoarau, il ne se serait pas passé grand-chose dans la surface : il est à l’origine de trois actions dangereuses et de plusieurs corners par ses remises et déviations. »

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

14 votes
Votez

6 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    stanc
    8 septembre 2010 11:05

    Assez d’accord, la ribambelle de Ménès qui sévit est prompte à condamner un joueur. C’est Jacquet qui aurait rappelé qu’on joue pas avec Hoarau comme avec Benzema. C’est pas les mêmes. D’ailleurs, j’imagine Hoarau en 98. À la place de Guivarch, sûr qu’il aurait eu sa place.

    [fond bleu][blanc] H O [/blanc][/fond bleu][fond neige] A R [/fond neige][fond rouge][blanc] A U [/blanc][/fond rouge]
  • #2

    Votez
    JB_95
    8 septembre 2010 11:44

    Il n’a peut être pas marqué …. mais face au Biélorusses, il a quasiment pris tous les ballons de la tête …. et dans une équipe timide ou le niveau de jeu n’était pas très elevé il n’a pas été si mauvais que ce qu’on peut lire ….. Quant aux commentaires de Pierre Menes …. Ce mec dit tellement de la merde en permanence que je me demande comment il peut encore avoir tribune publique ..

  • #3

    Votez
    Pari-go
    8 septembre 2010 13:39

    C’est Jacquet qui aurait rappelé qu’on joue pas avec Hoarau comme avec Benzema.

    Complètement d’accord… Mais à votre avis, ne pourrait-on pas jouer avec les 2 ?

    Un 4-4-2 classique, avec ces deux gars très complémentaires, ça pourrait fonctionner plutôt bien je crois.

  • #4

    Votez
    Gauthier B.
    8 septembre 2010 14:30

    Hoarau - Benzema, je ne sais pas si c’est vraiment complémentaire. D’ailleurs, je ne sais pas si Benzema est vraiment complémentaire avec qui que ce soit…

    Mais sinon, bien sûr que Hoarau peut contribuer à former un beau duo d’attaquant. D’ailleurs en sélection, on a vu qu’avec Rémy, ça marchait plutôt bien. Le problème pour moi vient plus des autres. Si on met derrière Hoarau que des joueurs-percuteurs, pour qui l’expression collective se limite à une passe en profondeur, alors Hoarau ne servira strictement à rien chez les Bleus.

    Actuellement, il n’y a pas de centres — quand je repense à Mendy qui s’était fait tailler pour ses centres, et que je vois Sagna aujourd’hui, j’ai mal —, les joueurs français ne comprennent pas vraiment ce qui peut résulter d’une déviation de la tête, même le fait de servir quelqu’un dos au but semble un concept étranger à la plupart des joueurs… Bref, les joueurs actuels misent tout sur la vitesse et l’exploit individuel. Et tant que des Ménez, Malouda, Ribéry ou autres seront systématiquement portés aux nues, ça a peu de chances de changer.

    Mais c’est au nouveau sélectionneur de changer ça aussi. Vu qu’il a coaché Chamakh pendant trois saisons, il devrait en saisir l’intérêt…

  • #5

    Votez
    stanc
    8 septembre 2010 15:45

    Après les succès de la génération championne du monde, on s’est gargarisé de la suprématie de la formation "à la française". Le hic, c’est que les autres ne sont pas restés les bras croisés. Tout le monde s’y est mis et maintenant mieux que nous. On continue à former de bons joueurs mais individuellement. Leur expression collective est souvent médiocre.

  • #6

    Votez
    boskovic Jr
    8 septembre 2010 19:40

    Et Mexes alors ? Inoffensif devant le but, pas meme un bon centre !

    Critiquer hoarau sur sa vitesse est tout aussi pertinent…

    Ca prouve surtout le niveau zero du degré d’analyse de Pierre Menes et consort, qui s’autoalimentent en s’autoproclamant "spécialiste" et dont le discours uniforme les rassurent sans doute. C’est ensuite à celui qui criera le plus fort pour obtenir ce qu’il reste de légitimité.

    Depuis quand Hoarau fait des appels en profondeur à toute berzingue ?Non mais franchement…

    Hoarau est un attaquant pivot, à la vitesse moyenne certes, mais beaucoup plus utile dans le jeu qu’un Trezeguet.

    Le jeu de Hoarau se base presque autant sur son jeu de pied que sur ses deviations de la tete (pour ce qui est de la construction du jeu) : on joue dans les pieds de hoarau qui,arreté et dos au but, conserve et oriente le jeu.

    Si on doit le critiquer c’est la dessus, et si on doit l’utiliser également. Personnellement je pense que c’est plus l’équipe de France qui passe à coté de Hoarau que l’inverse, à force de le voir uniquement comme un joueur de tete : mal utilisé, tres mal utilisé.

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG