Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

La politique éditoriale de Maxifoot et son lectorat

[Exclu] Présentation de Maxifoot (2/3)

Vincent Pakula, fondateur de Maxifoot, a répondu à nos questions

jeudi 28 janvier 2010, par Vivien B.

[Exclu] Présentation de Maxifoot (2/3)

Après les Cahiers du Football en octobre dernier, nous poursuivons notre série d’interviews de journalistes ou de dirigeants de médias pour mieux comprendre qui sont les acteurs de la presse sportive. Cette semaine, nous nous sommes penchés sur le cas de Maxifoot, le numéro 2 de la presse « football » sur le web, qui est également l’un des rares sites indépendants à avoir survécu depuis près de dix ans. Vincent Pakula, son fondateur, présente le site — son fonctionnement, sa politique éditoriale — et ses lecteurs. Nous l’avons également fait réagir à nos critiques envers la presse sportive sur le web.

Interview réalisée samedi 23 janvier 2010.

Publication en trois parties :
- Première partie : qui est maxifoot.fr ?
- Deuxième partie : la politique éditoriale de Maxifoot, son lectorat
- Troisième partie : Maxifoot répond aux critiques

La politique éditoriale de Maxifoot

Comment expliquez-vous le succès de Maxifoot ?
Il y a trois raisons principales à mes yeux : en premier lieu, nous avons la chance d’avoir démarré très tôt, il y a plus de dix ans maintenant. Cela joue vraiment en notre faveur. Le travail porte ses fruits, il faut persévérer et savoir être patient. Le deuxième facteur clef de succès, c’est d’être bien référencé dans les moteurs de recherche sur les principaux mots clés, ce qui fait que chaque année de nouveaux internautes nous ont découverts. Enfin troisième point, nous avons réussi à répondre aux attentes des internautes par la qualité et le style de notre contenu. Fidéliser son lectorat par la qualité reste primordial pour se développer. Il faut continuer dans la même direction.

« Une brève permet d’être informé en 5 ou 10 secondes ! »

Ce que vos lecteurs recherchent, ce sont notamment les brèves ?
Oui, près de deux tiers du trafic est généré par les brèves.

Pourquoi avez-vous mis l’accent sur ce format-là ? Simplement par facilité à produire ce type de contenu ?
Il s’agit également d’une attente forte des lecteurs. Sur Internet, les internautes recherchent une information brute rapidement, or le fait de lire une brève permet d’être informé en 5 ou 10 secondes. Parfois, il suffit même simplement de lire le titre ! Avec nos brèves, il est ainsi possible d’avoir une vue d’ensemble sur l’actualité du football en l’espace de deux minutes. Ce format permet vraiment de répondre à une attente de la part de nos lecteurs. Les articles permettent de rentrer un peu plus en profondeur, mais attirent un public qui a un peu plus de temps à consacrer à sa lecture. Il faut compter trois ou quatre minutes pour lire un article, c’est beaucoup plus long, donc le lecteur va devoir faire un choix.

Mais pourquoi un seul paragraphe maximum par brève par exemple ?
Ce format est dû à 100 % à des contraintes techniques. Le format d’affichage des brèves date de 2003, avec des rapides liftings en 2006 et en 2008. Dans la nouvelle version du site, que nous avons mise en ligne début janvier, nous n’avons pas touché aux brèves. Nous ne voulions pas tout changer d’un coup. Ce sera lors d’une prochaine étape. Tout est envisageable, nous ne nous sommes pas encore penchés là-dessus. Mais une brève doit rester concise, elle ne doit pas faire plus de 1 000 signes, soit un paragraphe.

À quoi correspond une visite en terme de pages vues ?
En moyenne, une visite équivaut à 3 à 4 lectures de brèves et 1 voire 2 articles.

« Les sujets les plus lus ? Les infos people, les transferts, les polémiques… »

Quelles sont les thématiques qui intéressent le plus vos lecteurs ?
Disons que les déclarations d’avant et d’après-match sont la moyenne. Ce qui marche mieux, ce sont les infos croustillantes, du style transferts ou people : la liaison entre Cristiano Ronaldo et Paris Hilton, Estelle Denis ou Raymond Domenech insulté… Tous les sujets un peu polémiques font de l’audience. A contrario, les infos plus factuelles — les blessures par exemple — font quatre, cinq voire dix fois moins ! Pour ce genre de nouvelles, le titre suffit parfois pour informer, donc les brèves n’ont pas une audience très forte. C’est pour cela qu’il faut se poser la question : est-ce qu’on fait des titres informatifs ou incitatifs ?

Justement, que faites-vous ?
Un peu des deux. Il ne faut pas trop en faire ni dans un sens ni dans l’autre. Avec un titre neutre, cliquer permet d’avoir plus d’infos mais la lecture du titre peut suffire en elle-même. Certaines fois en revanche, nous allons être plus accrocheurs. Il faut attiser l’intérêt et la curiosité du lecteur, mais sans tomber dans l’excès.

Vous ne faites pas d’interviews, hormis les 36 de Maxifoot. Pourquoi ?
Pour les produire dans de bonnes conditions, les interviews nécessitent du temps — et donc de l’argent —, tout simplement. Avec les 36, nous avons conçu un format décalé, qui nous permet une publication sur 48 heures et que nous pouvons promouvoir durant quelques jours, dans la mesure où ce n’est pas de l’actu. Ainsi nous pouvons mieux rentabiliser l’investissement. Mais des interviews d’actualité régulières verront le jour.

Qui sont les lecteurs de Maxifoot ?

Quel est le profil de vos visiteurs ?
Nous avons réalisé une enquête en mars-avril 2009 auprès de plus de 3 500 personnes : 97 % de nos visiteurs sont des hommes.

Les panels d’audience annoncent généralement des scores compris entre 80 % et 85 % pour les sites sur le football…
Sur Maxifoot, Nielsen annonce effectivement 82 % d’hommes. Soit les filles répondent moins aux enquêtes, soit les panels ne sont pas toujours très fiables. Il y a un peu des deux… Mais je pense sincèrement que la deuxième hypothèse est à prendre compte : les estimations des panels sont sans doute réalistes pour les portails généralistes comme Yahoo ! ou MSN, mais pour les sites très spécialisés, les résultats sont forcément biaisés. Bref, nous avons donc entre 3 % et 18 % de femmes parmi nos lecteurs… (sourires)

« Nos lecteurs sont de véritables passionnés de football. »

Quel âge ont les lecteurs de Maxifoot ?
Nous avons été très surpris, car — toujours d’après notre enquête — les moins de 12 ans ne sont que 0,3 %, et les 13-17 ans environ 8 %. Les principales tranches d’âge sont les 25-34 ans, puis les 18-25 ans. L’audience est donc moins jeune que ce que l’on pourrait penser. Je pense que c’est lié à l’aspect assez sérieux, limite austère de l’ancienne version : il n’y avait pas beaucoup de photos, c’était moins fun. Maxifoot attirait sans doute davantage le passionné de football plutôt mûr que celui, plus jeune, qui s’intéresse avant tout aux stars, aux photos, à quelque chose de plus attractif, qui clignote dans tous les sens.

Quels types de supporters attirez-vous ?
D’une façon générale, environ 54 % de notre public dit suivre le football sur Internet plusieurs fois par jour, je suis un vrai mordu de foot, ce qui est considérable ! En segmentant les profils de supporters, 25 % font partie d’un club de football et 30 % jouent de temps en temps avec des amis ou collègues. Par ailleurs, 10 % de nos lecteurs sont abonnés à un club, quand la majorité — près de 40 % — déclare aller au stade une à deux fois par an. D’ailleurs, nous avons eu des échos de professionnels disant : « Maxifoot c’est pour les passionnés de football, ceux qui ne s’y intéressent que de temps en temps peuvent être un peu perdus ». Nous allons essayer de toujours satisfaire les passionnés, mais de nous ouvrir également au grand public.

Quelles relations entretenez-vous avec les lecteurs qui correspondent avec vous ?
La particularité de Maxifoot, c’est que les e-mails qui nous sont adressés, s’ils posent une question claire, obtiennent une réponse. Je considère que c’est important, les réactions des lecteurs sont souvent très enrichissantes pour avoir connaissance d’un point de vue supplémentaire. Le journaliste va peut-être recueillir ces impressions et se dire : « C’est vrai, j’aurais pu mettre l’accent sur tel point ou tel point, je le prendrai sûrement en compte dans un prochain papier ». De même, s’il y a une coquille, cela nous permet de la corriger rapidement.

Pourquoi ne pas proposer aux lecteurs de réagir aux articles sur le site ?
Pour une simple raison de coûts. Donner la possibilité de publier des commentaires oblige à modérer, et cela demande du temps pour le faire correctement. Il faudrait également développer un outil pour cela, et ce n’était pas la priorité. Nous devrions nous pencher sur la question courant 2010, mais tout le monde le fait déjà et je ne suis pas sûr que cela apporte une véritable plus-value aux articles. C’est la même chose pour le forum : aujourd’hui il est automodéré, ce qui est possible dans la mesure où il y a peu de trafic. Mais cela demanderait des ressources non négligeables de l’animer et de le modérer. Le jour où nous prendrons le temps d’installer un forum plus moderne, nous serons susceptibles d’y consacrer des moyens et de le mettre en avant. Mais là encore, ce n’était pas une priorité jusqu’à maintenant.

Contrairement à vos concurrents, vous n’avez pas non plus succombé aux modes Twitter et Facebook. Pourquoi ?
Sur la nouvelle version, nous avons ajouté un bouton pour partager un article sur Facebook. Nous avons également un groupe officiel Fan club Maxifoot, mais nous ne l’avons pas du tout mis en valeur sur le site, il faut nous chercher sur Facebook pour le trouver. Nous le mettrons en avant courant 2010. Disons que nous y allons progressivement : la première étape était de pouvoir partager les articles d’un clic, la prochaine sera de dupliquer cette fonctionnalité sur les brèves — ce sera fait dans les prochains jours. Twitter ? Nous regarderons cela après avoir finalisé Facebook. Mais la fonction « envoyer à un ami », que tout le monde connait, n’est déjà pas énormément utilisée. Alors Twitter… Ce genre de projets étaient mis en attente ces derniers mois, parce que la nouvelle version était prioritaire. Maintenant qu’elle est sortie, nous pouvons communiquer davantage sur ce que nous faisons, notamment auprès de notre communauté de lecteurs. Cela fait partie d’un processus de développement prévu pour 2010.

Interview exclusive de Vincent Pakula sur PSGMAG.NET :

- Première partie : qui est maxifoot.fr ?
- Deuxième partie : la politique éditoriale de Maxifoot, son lectorat
- Troisième partie : Maxifoot répond aux critiques

Nos archives sur l’OL avant le match Lyon-PSG ce dimanche :

- Quand Lyon perturbe les transferts du PSG : le match continue au mercato
- Lyon et la publicité mensongère : recrutement et éliminations en coupes
- Lyon, toute une éducation : faits divers, racisme et violence à Gerland

- PSG 1-0 Lyon (2008/2009) : le match, les photos (1, 2), l’historique
- Lyon 0-0 PSG (2008/2009) : le match, l’historique, ils ont joué dans les 2 clubs
- PSG 1-1 Lyon (2009/2010) : le match, les photos (1, 2, 3, 4)

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG