PSGMAG.NET est définitivement fermé depuis 2013.


 

Le projet de rénovation du Parc des Princes avance… lentement

Le PSG profitera-t-il de l’Euro 2016 ?

Colony Capital a de grands projets pour le Parc — mais lesquels ?

vendredi 4 septembre 2009, par Vivien B.

Le PSG profitera-t-il de l'Euro 2016 ?

Ce vendredi, et pour la deuxième fois en un mois, le Parisien consacre une demi-page à la candidature du Parc des Princes à l’Euro 2016. « Le Parc des Princes est menacé », annonçait le quotidien le 1er août dernier : la candidature du Parc n’est pas acquise, une rénovation est nécessaire, et le temps presse. Un mois plus tard, rebelote : « La Fédération inquiète pour le Parc ». La candidature du Parc n’est toujours pas acquise, une rénovation est toujours nécessaire, et le temps presse encore plus. Entre temps, rien de nouveau ? Non, et c’est bien ça le problème !

Lorsque Colony Capital rachète le PSG, en avril 2006, la presse prête à son président, Sébastien Bazin, de grands projets immobiliers pour le Parc des Princes et ses abords. Trois ans plus tard, on ne voit toujours rien venir.

Des projets sans cesse reportés

Des « projets immobiliers » sont annoncés dès avril 2006, lorsque Colony Capital intègre le capital du PSG, aux côtés de Butler Capital Partners et Morgan Stanley. Concernant le stade en lui-même, Le Monde du 16 avril 2006 évoque un abaissement de la pelouse de 70 centimètres, permettant de faire passer la capacité des tribunes de 45 000 à 54 000 places. Et cite Roger Taillibert :

C’est un vieux projet qui avait déjà été évoqué du temps de Canal+. Techniquement, c’est sans problème : le tunnel du périphérique passe sous les tribunes, pas sous la pelouse. En abaissant celle-ci, on peut rajouter des sièges à condition de les disposer en courbe, selon une parabole. Le PSG devra me demander mon accord et me commander des études spécifiques pour ces aménagements. […] Je connais très bien Sébastien Bazin, qui dirige Colony Capital en France. Je travaille avec lui sur d’autres affaires.

Les stades de plus de 50 000 places sont très difficiles à gérer et le PSG manque d’abonnés. Il serait plus intelligent de créer plus de loges, comme je l’avais prévu au départ, et de rajouter des parkings.

En mai 2008, dans le Parisien, Sébastien Bazin indique une échéance forte : la mise en route du projet à l’hiver 2009.

Le projet sportif passe avant le projet immobilier. Les deux n’avancent pas au même rythme. Il faut améliorer l’enceinte du Parc des Princes. C’est le plus beau stade en France. J’espère pouvoir mettre le projet en route à l’hiver 2009. D’ici là, on aura discuté avec toutes les parties prenantes, dont la mairie de Paris, la mairie du XVIe arrondissement et celle de Boulogne et les riverains, principaux concernés.

Le 20 novembre 2008, le Parisien cite à nouveau Bazin, qui fixe une nouvelle date : le projet sera présenté d’ici décembre 2008.

[Sébastien Bazin] révèle qu’il présentera « dix-huit mois de travail » à Bertrand Delanoë, maire de Paris, d’ici à la mi-décembre. « Ce stade n’est plus adapté ni pour générer des produits supplémentaires, ni en terme de sécurité maximale, explique-t-il. Le Parc est un endroit magnifique. L’inconvénient, c’est que les équipes adverses s’y sentent bien aussi ! » Mais pour avancer dans ses projets de rénovation, Bazin reconnaît devoir surmonter deux obstacles. D’abord, convaincre l’architecte Roger Taillibert. « Le problème, c’est qu’il l’aime comme ça son stade ! » sourit-il. Il faudra aussi faire évoluer la concession qui expire en 2014. Cela fera partie des négociations à mener avec la municipalité.

La veille, le site Internet du Parisien précisait encore que le projet serait rendu public en janvier 2009 :

«  Nous avions pris du retard à dessein, ce n’était pas le moment de parler avec la mairie de Paris parce qu’on n’était pas loin de la relégation [en fin de saison dernière] et qu’il y avait les élections municipales », a expliqué Sébastien Bazin. Le projet vise à faire du stade un lieu de vie, mais M. Bazin a refusé de donner des détails, précisant que le projet serait rendu public début janvier. « Ce qui est sûr, c’est qu’il y a besoin d’argent, il y aura une grosse enveloppe », a-t-il ajouté.

Neuf mois plus tard, on ne voit toujours rien venir. Colony Capital semble pourtant avancer ses pions. On ne sait toujours rien de ce qui concerne le stade en lui-même — création de loges, augmentation de la capacité du stade, développement de commerces et autres activités complémentaires —, mais de profonds réaménagements s’annoncent pour le quartier, entre la porte d’Auteuil et la porte de Saint-Cloud.

En octobre 2008, le fonds d’investissement a été retenu par la mairie de Paris pour rénover la piscine Molitor, située à deux pas du Parc des Princes. Jeudi dernier, l’hebdomadaire économique Challenges proposait un long portrait de Sébastien Bazin. L’occasion d’en savoir (un peu) plus sur l’avancement des projets :

L’immobilier, c’est la spécialité de Colony. […] Il faut avoir vu Sébastien Bazin, dans son bureau parisien, mi-juillet, brandir deux projets d’architecte, et dessiner son ambition pour ce quartier de l’Ouest parisien, vraie origine de l’intérêt de Colony pour le Paris Saint-Germain : un îlot de verdure avec pistes cyclables englobant le stade de rugby Jean-Bouin reconfiguré [1], une esplanade autour du Parc des Princes et la piscine Molitor. « Ce quartier n’a pas bougé depuis quarante ans, ce n’est pas parce qu’on a perdu les JO qu’il ne faut rien faire », s’enthousiasme le deal maker de l’immobilier, qui va régulièrement plaider sa cause auprès de Bertrand Delanoë. La France veut accueillir l’Euro 2016. C’est l’occasion ou jamais.

Le Parc sera-t-il qualifié pour l’Euro 2016 ?

La candidature de la France à l’Euro 2016 est effectivement une opportunité saisie par de nombreux clubs français pour faciliter la rénovation — ou la construction — de leur stade. Mais si les projets de Lens, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Rennes, Saint-Étienne ou encore Strasbourg sont publics, rien ne filtre en ce qui concerne le Parc des Princes.

Rénové marginalement en 1998 [2] à l’occasion de la coupe du monde de football, le Parc des Princes n’est plus aux normes de l’UEFA. S’il veut être retenu parmi les candidats par la FFF, il doit donc être rénové. Il faut donc trouver quelqu’un pour financer les travaux. Et c’est là que le bât blesse. La ville de Paris est propriétaire du Parc des Princes, construit en 1972 par l’architecte Roger Taillibert. En 1990, la mairie de Paris a confié la concession du stade à la Sese, aujourd’hui détenue par Colony Capital et présidée par Sébastien Bazin. Renouvelée en 1999 pour 15 ans, cette concession arrive à échéance en 2014. Or Colony ne financera rien sans garantie de pouvoir en tirer bénéfice sur une longue période.

En marge de l’intronisation de Robin Leproux, Sébastien Bazin a évoqué la rénovation du Parc des Princes :

Si le Parc des Princes entend faire acte de candidature pour l’Euro 2016, et c’est le cas, il convient de faire des travaux de mise aux normes. Le Parc a besoin d’être rénové. Il doit pouvoir accueillir plus de monde et dans de meilleures conditions. […]

On est dans une vraie discussion juridique avec la mairie. Il est sûr qu’elle veut absolument accueillir l’Euro 2016. Il faudra donc lancer des travaux qui seront payés soit par la Ville, soit par le comité d’organisation, soit par le concessionnaire. En aucun cas, on ne pourra amortir le coût sur la durée de la concession qui se termine en 2014.

Après un premier article du Parisien évoquant un Euro sans Paris, le PSG a tenu à se faire rassurant. Robin Leproux, le futur président, a ainsi garanti sur le site officiel du club que « le Parc des Princes fera partie des stades qui seront proposés pour l’Euro 2016 » :

Je ne peux pas imaginer que nous n’ayons pas envie que le Parc soit retenu. On sait que la mairie de Paris le souhaite, que le PSG et ses actionnaires également. Nous travaillons pour cela et nous allons présenter un dossier crédible.

De passage à Saint-Germain-en-Laye pour sa traditionnelle visite de début de saison, le maire de Paris s’est également voulu rassurant :

Nous travaillons avec l’équipe dirigeante du PSG sur la place du Parc des Princes dans la candidature de la France pour l’Euro 2016. Voilà encore un challenge important ! J’ai eu aussi des contacts avec les dirigeants du football français. Notre présence et donc celle du Parc des Princes doit être un partenariat profond et solide dans le temps entre le PSG, locataire du Parc des Princes, et la mairie de Paris, propriétaire du stade. Il faut tenir compte de nos réalités économiques, mais nous serons au rendez-vous.

Toutefois, passées ces simples déclarations d’intention, rien ne semble avancer. Ce vendredi, dans le Parisien, le président de la FFF Jean-Pierre Escalettes évoquait la situation parisienne :

Oui, on peut imaginer un Euro sans Paris et sans le Parc […] parce qu’on ne sait pas où on en est quant au Parc des Princes. C’est un dossier qui avance mais c’est un dossier plus politique qu’autre chose. […] La balle est désormais dans le camp du PSG et de la Ville pour savoir s’ils se mettent d’accord sur le montage technique et financier du bail. Nous attendons. Nous ne sommes pas là pour leur donner la solution. Ils la trouveront eux-mêmes.

Mercredi, la FFF a confié à l’AFP qu’elle choisira « vraisemblablement fin octobre, tout début novembre » neuf villes titulaires et trois remplaçantes pour la candidature française à l’Euro 2016, qui devra être remise à l’UEFA avant le 15 février 2010 [3]. L’agence rappelle que 17 sites sont en lice : Nice, Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes, Saint-Etienne, Lyon, Lille, Lens, Strasbourg, Nancy, Metz, le Parc des Princes à Paris, le Stade de France à Saint-Denis et le stade des Hauts-de-Seine [4].

Notes

[1] Le stade Jean-Bouin doit être reconstruit d’ici 2012. Le permis de démolir a été accordé en avril dernier, les travaux devraient débuter en février 2010 (voir une vidéo du nouveau stade et les vues des rues avoisinantes).

[2] Apparition des deux écrans géants, rénovation de la tribune de presse et des coursives, remplacement des sièges.

[3] Outre la France, l’Italie, la Turquie, et la Norvège associée à la Suède, sont candidats. L’organisateur de l’épreuve sera désigné par l’UEFA le 27 mai 2010.

[4] Le Racing Métro 92, promu en Top 14 cette saison, étudie la construction d’un stade modulable de 40 000 places au pied de La Défense (voir plus d’infos).

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

5 votes
Votez

1 commentaire a déjà été posté par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    rastapopulo
    6 septembre 2009 20:59

    comme d habitude , pressés par le temps et le manque de financement il est a craindre qu ils fassent une renovation a minima
    ajouter seulement des loges n est pas la solution , ca reduirait les places pour le grand public
    notre parc on l aime tellement , mais il serait encore plus beau et acceuilerait plus de monde si on rajoutait des places en abaissant la pelouse , seulement ca doit couter cher et monsieur taillibert -comme tout architecte francais- n est pas tres chaud qu on touche a son "bébé"
    esperons que la mairie va obtenir une aide de l Etat pour financer ce projet d abaissement de pelouse , Päris merite des infrastrcutures sportives de haut niveau , or on est pour l instant loin des autres capitales
    on suit le sujet avec attention !

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG