Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Le carnet du supporter, par Arno P-E

[Billet] Lille 0-0 PSG : un bonheur simple

Parler foot, ça change…

mardi 17 août 2010, par Arno P-E

[Billet] Lille 0-0 PSG : un bonheur simple

Après une semaine délicate, ce match à Lille a offert une somme de plaisirs simples à savourer. Au-delà du résultat, et sans présager de l’avenir du PSG dans ce championnat, cela fait juste plaisir de voir un bon match des Parisiens. Le foot, finalement, c’est chouette !

Je suppose que vous avez entendu parler du plan Tous PSG ? Eh bien moi aussi. En fait, pour tout vous avouer, la semaine dernière je n’ai même entendu parler que de ça. La faute à ma grande bouche, comme d’habitude. J’ai cru bon de demander au patron ce qu’il comptait proposer comme article. On devrait jamais s’intéresser au boulot des autres.

Vivien (le patron) : Alors pour la fin de la semaine dernière, je suis un peu en retard, mais j’ai prévu une super analyse de fond sur le plan Tous PSG. — Moi : Ah, pour la semaine dernière ? Non, mais c’est bien, c’est intéressant. — Vivien : Oui, mais là je n’en suis qu’à 4 parties d’écrites, j’en ai prévu 7 pour le premier volet sur les 5 que comptera le dossier n°1. — Moi (habitué) : Ah, 4 parties…

Oui parce que vous, je ne sais pas, mais moi avec mon patron, je répète tout ce qu’il dit. Juste histoire qu’il comprenne bien que je suis d’accord avec lui, et que je le trouve intelligent, parce que lui c’est le patron et que moi le patron je l’adore.

Moi : Alors là je trouve que le dossier n°1, il va être super, patron ! — Vivien : Mais d’abord il faut que je termine mon dossier sur la banderole. — Moi : Ah oui, très bien la banderole… Euh, mais quelle banderole ? Il n’y a plus de banderole maintenant, avec le plan Leproux ! — Vivien : La banderole anti-Ch’tis bien sûr. Parce que j’ai retrouvé dans nos archives des articles qu’on n’a toujours pas repris de volée et on ne peut pas laisser le PSG calomnié comme ça ! — Moi : Oh bah non, on ne peut laisser calomnié et tout… Mais sinon, un peu plus lié à l’actualité peut-être ? L’article sur le plan Tous PSG c’est intéressant aussi. — Vivien (faussement détaché) : Ah, tu trouves ? Peut-être qu’il faudrait savoir ce qu’en pensent les anciennes associations en fait. — Moi (qui ne voit rien venir) : Oui, voilà, savoir ce qu’en pensent les assoces, bonne idée ! — Vivien (farfouillant dans ses affaires) : On pourrait réaliser une interview croisée par exemple. Dans laquelle on exposerait les avis des différentes mouvances. — Moi (au bord du gouffre) : Exactement ! Les différentes mouvances ! — Vivien (en mode patron) : Bon, alors si tu es volontaire, tu vas nous faire ça, parfait ! — Moi (toujours un métro de retard) : Volontaire, parfait !… Quoi ?

Et voilà comment on passe une semaine au téléphone à emmerder les présidents d’associations qui sont à la plage, à négocier des numéros de portable, à retranscrire des propos… Après, il faut comprendre : entre les Renseignements Généraux, les salariés du club qui nous lisent et les tensions entre groupes, certains refusent de vous parler. Normal. Beaucoup préfèrent rester anonymes, et ne pas dire de bêtises. Normal aussi. Ou alors ils vous parlent… mais une fois que vous avez tout pris en sténo, ils vous précisent que ça doit rester en « off ». Après, ceux dont vous avez marqué le nom partout préfèrent qu’on ne laisse que le prénom, ou un pseudo (allez, on corrige), d’autres qui vous balancent des scoops de folie vous rappellent parce que finalement ils se sont dits après une nuit de réflexion que « ça et ça », c’était peut-être pas publiable… sauf que leur nuit de réflexion, vous, vous l’aviez passée à croiser les déclarations, à les ranger par thème, et qu’il va falloir en virer des paragraphes éparpillés sur 10 pages (allez, on corrige). Rajoutez à cela les exigences du patron, qui se dit que finalement, faudrait peut-être revoir l’ordre des sous-parties (tiens, si on corrigeait), et vous comprendrez qu’à la fin, je ressentais une certaine lassitude.

Alors à la 17e version de l’article, le matin même du bouclage et alors que je devais partir en vacances est arrivée une dernière interview. Quand le patron m’a demandé si je pouvais pas la lui mettre dans l’article, vite fait, que j’avais bien le temps avant de monter mes bagages en voiture, allez comprendre pourquoi, j’ai un peu craqué.

Du coup, quelques heures plus tard, une fois arrivé en Bourgogne, coup de fil au cousin pour savoir si je pouvais jouer au réfugié footballistique chez lui le soir même. Et hop : Lille-PSG sur Canal, au milieu des vignes. Sans pression, sans obligation d’en faire une analyse, à l’ancienne. Juste pour le plaisir. Et croyez-le, ce fut sacrément bon.

Ça aurait pu être mieux, bien entendu, mais quelque part, cette imperfection m’allait bien. J’ai retrouvé dans le Nord le plaisir simple d’un de ces matches nuls qui comptent à la fin du championnat. Parce que tous les clubs n’iront pas chercher un point à Lille, déjà. Mais aussi parce que ce match, le PSG lui-même l’aurait peut-être perdu la saison passée. Surtout, il y a eu cette maîtrise tactique au milieu du terrain. La roublardise de Maké, l’excellent placement de Bodmer et l’entonnoir qui a amené les Lillois à s’empaler sur une défense centrale parisienne attentive et compacte. Coupet n’a pas eu d’arrêt à faire ! Un vrai bon match de football hors du Parc.

Rajoutez à cela des détails qui ne trompent pas : les excellentes rentrées de Luyindula et Clément par exemple. Il fut un temps où nos remplaçants marchaient sur les pelouses de L1 en traînant leur peine de ne pas être titulaires. Là, les deux Parisiens ont couru comme des lapins. Pressing, relances, courses pour gêner l’adversaire, faute qui va bien, l’état d’esprit valait l’apport technique. Un banc qui apporte un vrai plus, voilà qui peut faire la différence.

Et puis la tête de Nenê à la fin du match… Pas son coup franc : sa tête ! Interviewé par le géant vert après la partie, le milieu brésilien semblait profondément déçu de ne pas avoir marqué. Voir un Parisien ne se contentant pas d’un match nul à l’extérieur, voir que même en se dépensant sans compter pour défendre, et ne pas prendre de but, les gars pensaient quand même à gagner, c’est juste bon.

Petite cerise sur le gâteau, l’interview zézéyante de Rami qui après avoir poireauté derrière le panneau de publicités pour gagner le droit de passer après un Parisien, vit le caméraman s’éloigner pour suivre Nenê en gros plan. Réécoutez les propos de l’international lillois auto-satisfait : ils ne trompent pas. Les Nordistes étaient bien contents de ne pas avoir perdu.

Alors je ne dis pas que le club de la capitale fait de nouveau peur. Je ne dis même pas qu’il est finit le temps où les adversaires du PSG l’affrontaient avec la certitude que le sort tournerait tôt ou tard à leur avantage. Je dis qu’après ce genre de matches sérieux, de bons matches de foot, les mentalités vont peut-être changer. Et ça, vues les circonstances, ça fait du bien.

P.-S.

Crédit illustration : planete-deco-cadeaux.com

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

12 votes
Votez

1 commentaire a déjà été posté par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Dubliner
    18 août 2010 01:24

    Complètement d’accord avec toi,
    J’ai regardé le match chez moi et des potes sont arrivés après 1/4h de jeu.
    Après le traditionnel chambrage (ils supportent Bordeaux et Marseille), ils sont rentrés dans le match, et ils ont kiffé !
    Ils ont vu un bon match de Paris avec de la solidarité, du mouvement, de la roublardise et de l’envie.
    Me sentir fier de l’équipe de mon coeur, ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé.
    Vivement la suite !!

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG