Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Synthèse des faits marquants

[28e j.] Retour sur PSG 4-1 Sochaux (vidéos)

Le PSG fait exploser Sochaux et remonte à la onzième place

dimanche 14 mars 2010, par Gauthier B., Vivien B.

[28e j.] Retour sur PSG 4-1 Sochaux (vidéos)

Au programme de ce « retour sur le match » : le match en bref, la malédiction des anciens, les buts, les mi-temps et les tribunes, suspensions, infos diverses, statistiques historiques et sur la saison en cours, photos et news des tribunes, et encore quelques infos complémentaires…

Après un match nul arraché dans les dernières secondes à Lens, le PSG revenait au Parc pour effacer le douloureux souvenir du match PSG-OM.

Le match en bref

Antoine Kombouaré avait à nouveau décidé de se passer de Sylvain Armand : Cearà débutait en tant qu’arrière gauche. Le reste était classique.

Avant la rencontre, l’entraîneur doubiste, Francis Gillot, avait mis l’accent sur la faiblesse du jeu parisien. Il n’avait pas forcément tort, mais il aurait sans doute dû se focaliser avant tout sur son équipe : les Sochaliens passent complètement au travers de leur première mi-temps. Les Parisiens sont en revanche fringants, et les deux milieux excentrés — Sessegnon et Giuly — bénéficient de beaucoup de liberté. En conséquence, Edel — sifflé sur son premier ballon — n’est jamais inquiété, et Paris se créé assez rapidement des occasions. Dans le premier quart d’heure, à la suite d’une bonne passe de Sessegnon, Erding perd son duel face au deuxième gardien de Sochaux, Dreyer. Puis, sur une passe complètement manquée de Dalmat, Hoarau récupère la balle au milieu du terrain. Il accélère, élimine un adversaire d’un grand pont, puis effectue un crochet dans la surface et envoie le ballon dans les buts (1-0, 17e).

Quasiment dans la foulée, Jallet récupère le ballon, et le contre s’organise. Giuly se retrouve au duel dans la surface, face à Dramé. L’ancien pensionnaire du centre de formation parisien se mélange les pinceaux, et l’ailier parisien peut s’avancer, et offrir à Erding un but tout fait (2-0, 18e).

En deux minutes, Paris a pris un avantage décisif. Après une tête d’Erding passant à côté sur un centre de Sakho, le troisième but arrive. Sessegnon ouvre superbement pour Jallet, qui profite du vide impressionnant que laisse la défense sochalienne sur son côté gauche pour rentrer dans la surface et centrer en retrait. Erding reprend alors, en écrasant un peu sa reprise. Cela suffit pour mettre le ballon hors de portée du gardien (3-0, 35e). Avant la mi-temps, Hoarau expédie une tête au-dessus, après un centre de Giuly, et le premier tir sochalien a lieu dans le temps additionnel, sur une reprise de Bréchet qui passe toutefois loin au-dessus du but parisien.

À la mi-temps, Gillot change deux de ses joueurs, et Sochaux devient alors une équipe un peu plus consistante. Ce qui n’empêche pas Giuly de frapper le premier, lancé par Sessegnon. La première véritable occasion sochalienne intervient ensuite : Sverkos frappe de volée, et Edel se saisit tranquillement du ballon.

À l’heure de jeu, Erding perd un nouveau face à face avec Dreyer en tirant dans le petit filet, après une nouvelle bonne passe de Giuly, très remuant. Peu de temps après, Sochaux se relance un peu : un penalty est accordé à Sochaux pour une poussette de Jallet sur Martin. Si la faute était réelle, il s’avère que l’attaquant doubiste était hors-jeu au départ de l’action. Le penalty est transformé par Boudebouz, malgré une belle détente d’Edel (3-1, 64e).

Cela ne relance pas réellement les Lionceaux puisque, à peine cinq minutes plus tard, Erding réalise le triplé : Clément dégage un ballon comme il peut, et Erding, par son jeu de corps, réussit à contrôler le ballon et à remiser vers Hoarau. Celui-ci a bien vu l’appel de son partenaire et le lance en profondeur. Avec aisance, l’international turc dribble Dreyer et va marquer dans le but vide, pour le premier triplé de sa carrière (4-1, 70e).

Le match est plié, Kombouaré procède à trois changements : Kezman, Sankharé et Ngoyi rentrent en jeu. Paris peut même aggraver le score à plusieurs reprises : un raid de Kezman finit par un centre en retrait pour Erding qui tire sur Dreyer. Un excellent centre de Jallet est repris de la tête par Hoarau : de peu à côté. Enfin Cearà place un coup franc sous la barre, mais Dreyer repousse en corner.

Paris s’impose donc sur le même score qu’au match aller. L’opposition n’était certes pas exceptionnelle, mais dans un contexte peu amène, le PSG a su jouer vers l’avant, sans complexe, pour obtenir une belle victoire. Et le score aurait pu être bien plus lourd avec davantage d’adresse. Le duo d’attaquant Erding-Hoarau s’est montré pour une fois assez complémentaire, ce qui peut être de bon augure pour la suite. Surtout, ce match a prouvé que si le PSG n’avait peut-être pas le niveau pour jouer le haut du tableau, il n’était pas forcément à sa place si loin des places européennes.

Cliquez ici pour voir les buts en vidéo

La malédiction des anciens

Avec sa verve de marchand de poisson et sa capacité de raisonnement de pilier de bistrot fortement imbibé d’alcool, Pierre Ménès vous dirait volontiers que « les anciens Parisiens marquent toujours contre le PSG, y a que Revault qui l’a pas fait ! » Précisons une fois de plus que tout ceci n’est qu’une idée reçue, et que les anciens du PSG ne marquent ni plus ni moins contre leur ancien club qu’ailleurs.

Ce PSG-Sochaux peut même être vu comme un contre-exemple à plusieurs niveaux. Dans les rangs sochaliens figuraient deux anciens : Stéphane Dalmat et Boukary Dramé. Non seulement ils n’ont pas marqué, mais en plus, ils ont été partie prenante dans la déroute de leur équipe. C’est tout d’abord la passe cataclysmique de Dalmat qui a permis à Hoarau d’ouvrir la marque. Quant à Dramé, il est largement fautif sur le second but, en rendant la balle à Giuly. Plus généralement, il a laissé des boulevards côté gauche durant toute la première période, au point de se faire sortir à la pause. Les anciens du PSG ont donc été loin de briller hier soir.

Enfin, il est à noter qu’Erding, déjà buteur à l’aller, a réalisé un triplé contre son club formateur. Ici, ce n’est pas un ancien du PSG qui a fusillé les Rouge et Bleu, mais bien un néo-Parisien qui a nui à son ancienne formation. Mais ça, ce n’est pas Pierre Ménès qui vous le dira…

Stats en vrac

- Erding, première. Mevlut Erding a réalisé le premier triplé de sa carrière. Le Turc est désormais le troisième meilleur buteur de L1 avec 12 réalisations. C’est la première fois qu’un joueur parisien inscrit trois buts dans un même match depuis Pauleta contre Bordeaux en avril 2006 (3-1). Le speaker du Parc des Princes, Michel Montana, a gardé ses repères, faisant répéter au public parisien à deux puis trois reprises le nom du buteur comme il l’avait fait à l’époque avec le Portugais.

- Erding, douzième. Sur le site officiel du PSG, Michel Kollar précise que Mevlut Erding est le douzième joueur du club à réaliser un triplé depuis 1970, le troisième depuis 10 ans — après Pauleta contre Bordeaux (3-1) en avril 2006 et Laurent Leroy contre Lens (4-1) en avril 2000. Erding rejoint donc Mpelé, Nossibor, Dahleb, Rocheteau, Kist et Youri Djorkaëff. Enfin Carlos Bianchi, Patrice Loko et Christian sont les seuls joueurs à avoir réussi un quadruplé au PSG.

- Quel spectacle ! C’est la huitième fois cette saison que le PSG inscrit au moins trois buts en championnat. Cela n’était plus arrivé depuis la saison 1996/1997 ! Par comparaison, c’est deux fois plus que durant tout le championnat 2003/2004. Mais Paris avait terminé deuxième cette saison-là…

Les buts, les mi-temps et les tribunes

Le PSG a inscrit 64 % de ses buts face à la tribune Boulogne. Ce résultat s’explique de deux manières : le PSG est plus prolifique avant la pause — 59 % des buts du PSG à domicile ont été inscrits durant les 45 premières minutes — et le fait que les Parisiens attaquent généralement face à Boulogne en première période.

Par ailleurs, le PSG encaissant plus de buts en deuxième période qu’en première, les abonnés côté Auteuil ont en revanche assisté aux premières loges à l’essentiel des buts adverses (54 %).

Les stats du PSG en L1 à domicile :
- Paris a inscrit un seul but face à Auteuil en première période, contre 12 face à Boulogne (92 %).
- En deuxième période, les Parisiens ont marqué à deux reprises devant Boulogne (22 %), et sept fois devant Auteuil.

Dans les tribunes…

- Affluence. Avec 29 294 spectateurs, le PSG a réalisé sa pire affluence de la saison en championnat. C’est la première fois que le club de la capitale n’atteint pas la barre des 30 000 spectateurs. Il faut revenir à la période décembre 2006-janvier 2007 pour trouver trace d’une affluence aussi faible en L1 : après le décès de Julien Quemener — et la fermeture de Boulogne rouge —, le Parc avait réuni environ 28 000 personnes lors de trois matches consécutifs.

- Sièges vides. Côté Auteuil, Supras, Authentiks et Grinta avaient annoncé le boycott du match. Le virage Auteuil et la tribune G étaient effectivement moins remplis que d’habitude — environ un tiers d’absents —, mais ce sont surtout les tribunes latérales qui ont été désertées, la faute aux résultats et à l’atmosphère autour du stade, les ventes de billets ayant été très faibles avant même l’annonce du boycott.

- Ambiance. À Auteuil, quelques « paysans » et autres « ferme ta gueule » ont spontanément été lancés à l’adresse des Sochaliens quand ceux-ci se sont fait entendre, puis le traditionnel « Colo’Nike ta mère » a salué les buts marqués par le PSG. En dehors de ces quelques chants, l’ambiance était celle d’un match à huis clos, Boulogne étant resté silencieux durant tout le match.

- Associations. Les Karsud (Auteuil) et les Titi-Fosi (tribune A) sont les seuls à avoir bâché samedi soir. Côté Boulogne, seules les bâches « Kop of Boulogne » et « Julien » étaient de sortie. Une mini-banderole indiquait « Yann, le Kob avec toi ».

- À côtés. Le dispositif de sécurité était une nouvelle fois imposant aux abords du Parc des Princes. Une nouveauté toutefois par rapport à PSG-OM : cette fois, les accès aux rues longeant le stade étaient bloqués par les forces de l’ordre, filtrant les accès par tribune. En somme, ce qu’il aurait fallu faire quinze jours auparavant…

Le point sur les suspensions

Averti samedi soir, Jérémy Clément sera suspendu s’il reçoit un nouvel avertissement au cours des trois prochains matches. Christophe Jallet (sept matches) et Younousse Sankharé (quatre) seront également menacés durant les prochaines rencontres.

La liste des joueurs parisiens qui seront sous la menace d’une suspension lors de leur prochain carton jaune est la suivante : Armand, Giuly, Hoarau, Kezman, Makelele et Traoré.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

9 votes
Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG