Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Bratislava 0-0 PSG : les faits marquants

[UEFA] Retour sur Slovan Bratislava 0-0 PSG

vendredi 21 octobre 2011, par Gauthier B., Vivien B.

Au programme de ce « retour sur le match » : joueur par joueur, l’évolution tactique, infos diverses, statistiques, vidéos, dans la presse, les réactions.

Les enseignements du match

Joueur par joueur

Dans les buts, Nicolas Douchez a fait son travail. Les assauts de Bratislava n’ont pas été très soutenus, mais il se détend bien sur une frappe de Zofcak, et il a été très propre sur toutes ses prises de balle. Ce match sans encaisser de but va certainement lui faire du bien. En défense centrale, le capitaine du soir Zoumana Camara a encore été excellent. Même si, pour la première fois de la saison, sa titularisation n’a pas été synonyme de victoire, il a été le meilleur Parisien sur la pelouse. Présent sur toute la largeur du terrain, Camara a remporté quasiment tous ses duels, avec des dribbles de dégagement pleins d’assurance. À ses côtés, Diego Lugano a dominé ses adversaires dans le jeu aérien, mais a semblé un peu plus en difficulté dans la relance. Il manque une très grosse occasion en début de deuxième période ; en fin de match, il a concédé deux coups francs devant la surface, ce qui est largement excusable étant donnée l’infériorité numérique du PSG.

Du côté des latéraux, Christophe Jallet n’a pas eu beaucoup de travail défensif. Il a essayé du coup de combiner dans le couloir droit, mais sans trop de réussite, les milieux offensifs n’étant pas forcément enclins à jouer le une-deux. À noter qu’il a fini la rencontre en seul milieu défensif. À gauche, Siaka Tiéné a réalisé le même genre de rencontre, même si, de par ses automatismes avec Nenê, il a pu réaliser des montées un peu plus abouties, sans apporter réellement le danger toutefois. Il prend en deuxième mi-temps deux cartons coup sur coup, le deuxième étant assez difficile à éviter, le joueur adverse filant vers les cages ou presque.

Aligné au milieu de terrain en raison des suspensions, Sylvain Armand a effectué un match discret. Pas forcément une mauvaise rencontre au demeurant, mais Armand s’est plus contenté de jouer comme un défenseur un peu plus haut que comme un vrai milieu de terrain. À ses côtés, Clément Chantôme a étonnamment lui aussi réalisé un match timide. Peut-être que la mauvaise partition globale des joueurs offensifs ne l’incitait pas à monter plus. En deuxième mi-temps, il est sanctionné de deux cartons jaunes indiscutables, laissant son équipe en infériorité numérique pour une demi-heure. Plus que ces fautes, le vrai problème est que dès le début de la rencontre, Chantôme a contesté vivement, et avec un regard pas toujours très sympathique, les décisions arbitrales — là où Claude Makelele venait discuter avec le sourire. Clairement pas de quoi attirer la mansuétude de l’arbitre ensuite.

Du côté des milieux offensifs, l’accent va probablement être mis sur l’absence de collectif des trois joueurs. Mais il faut tout de même bien différencier les cas. Javier Pastore a raté son match, du début à la fin. La raison peut être le voyage en sélection, son aller-retour au tribunal de Palerme… Mais un joueur, aussi talentueux soit-il, peut aussi passer au travers de temps en temps. Après une rencontre à Ajaccio où il n’avait pas été brillant, mais pas exécrable non plus, Pastore a cette fois-ci manqué de nombreuses passes, n’a pas tenté les bons gestes au bon moment — son coup du foulard au milieu de terrain par exemple —, et a finalement livré sa plus mauvaise rencontre depuis qu’il est à Paris. À droite, on ne peut pas reprocher à Jérémy Ménez de ne pas avoir créé le danger. À chaque fois qu’il a pris un ballon au milieu de terrain, avec de l’espace devant lui, cela pouvait semer la pagaille chez l’adversaire. Il en a résulté quelques situations intéressantes, et même à neuf contre onze. Il a en revanche été plus en difficulté dès que les espaces se refermaient, et finissait souvent par s’empaler sur un défenseur ou par effectuer une mauvaise passe. En fin de rencontre, il est devenu même très dangereux pour les siens, en perdant plusieurs fois la balle en dribble, sans tenter de la récupérer derrière. Chose qui peut être compensée en temps normal, mais pas en double infériorité numérique.

Côté gauche, Nenê a été le milieu offensif le plus discipliné. Bien sûr, il a comme les autres effectué des choix discutables, mais il s’est replié, a tenté quelques frappes, et a donné deux ballons de but à Erding. En fin de match, il continuait à courir pour aider à la récupération. Seul en pointe, Mevlüt Erding s’est de nouveau bien battu. Quelques bons dribbles, des bonnes remises, des appels efficaces et deux occasions franches qu’il ne concrétise pas. Au niveau des remplaçants, Cearà a fait énormément de bien en rentrant, en confortant l’assise défensive de la formation parisienne. Kevin Gameiro a lui eu très peu de ballons pour s’exprimer ; quant à Jean-Christophe Bahebeck, il n’est rentré qu’à la dernière minute et a mal négocié ses quelques prises de balle.

L’évolution tactique

Le PSG a débuté la rencontre dans un schéma assez classique, la seule incongruité venant de la position d’Armand en milieu défensif.

Douchez
Jallet Lugano Camara Tiéné
Chantôme Armand
Ménez Pastore Nenê
Erding

Avec deux expulsions et trois changements, le PSG a ensuite eu un visage que l’on n’est pas près de revoir, évoluant dans un 4-1-2-1 improbable :

Douchez
Cearà Lugano Camara Armand
Jallet
Bahebeck Nenê
Gameiro

Autres infos autour du match

Stats en vrac

- Double expulsion. En L1, le PSG n’a pas joué en double infériorité numérique depuis un déplacement à Bastia en février 2003 (1-0). Quelques mois plus tôt, durant la même saison, Paris avait déjà fini un match à huit contre dix, à Lille (2-1).

Infos en vrac

- Résultats. Mené 0-2 à la mi-temps, l’Athletic Bilbao a finalement obtenu un match nul 2-2 face à Salzbourg, grâce à deux penalties en six minutes (69e, 75e).

- Classement. L’Athletic Bilbao est seul premier avec 7 points, devant Paris et Salzbourg (4) puis Bratislava (1).

Bilan du PSG en coupes d’Europe

Bilan du PSG en coupes d’Europe (au 20/10/2011)
Compétitions européennesPJVNDBPBCD
Ligue des champions (C1) 5 40 19 7 14 63 52 +11
Coupe des coupes (C2) 6 38 24 6 8 66 27 +39
Coupe UEFA/Ligue Europa (C3) 9 69 30 24 15 101 58 +43
Supercoupe d’Europe 1 2 0 0 2 2 9 -7
Coupe Intertoto 1 8 5 3 0 20 3 +17
Total coupes d’Europe 22 157 78 40 39 252 149 +103

Dans la presse

Jérôme Touboul, dans L’Équipe du 21 octobre 2011 :

[Le] ticket qualificatif pour les 16es de finale, au vu de ce déplacement en Slovaquie, est tout sauf acquis pour ce PSG incapable de prendre l’ascendant hier sur son adversaire le plus faible, sur le papier du moins. Comment arrive-t-on, ensuite, à faire 0-0 à Bratislava ? En enchaînant une quinzaine de frappes sans marquer, en butant sur un gardien adverse à bloc et en finissant le match à neuf, conséquence de deux cartons jaunes infligés à Chantôme d’abord (49e et 63e) puis à Tiéné (72e et 80e). Trois semaines après l’expulsion de Mohamed Sissoko à Bilbao, Paris affiche un troublant problème de discipline en Ligue Europa. Une compétition dans laquelle le PSG affiche un niveau décidément quelconque, à l’image de celui de Pastore, aussi peu influent hier qu’il l’avait été à Ajaccio dimanche, en Ligue 1. Dans un match qui a souvent manqué de souffle, Paris aura donc diffusé une menace régulière mais inefficace. […] Pas mal, au regard des circonstances. Mais ce Paris, en l’état, est tout sauf un prétendant crédible à la victoire finale en Ligue Europa.

Frédéric Gouaillard, dans le Parisien du 21 octobre 2011 :

Paris, c’est un peu Marseille à l’envers. Bon en championnat mais décevant depuis deux journées en coupe d’Europe. On peut en effet s’appeler le Paris Saint-Germain, caracoler en tête de la Ligue 1 et piétiner en Ligue Europa comme une formation de seconde zone. Dans le début de saison dorée que vit le PSG, la compétition européenne est en train de devenir l’ombre qui gâche la lumière. Et le match nul (0-0) rapporté hier de Slovaquie face au très modeste Slovan Bratislava y contribue fortement. […] Depuis deux rencontres, on ne reconnaît plus Javier Pastore. L’international argentin était à des années lumières du niveau régulièrement affiché depuis son arrivée. Ce n’était pas le Pastore de Lyon mais celui d’Ajaccio, souvent à contre-temps, manquant de justesse dans ses transmissions et incapable de trouver le cadre à deux reprises, seul dans la surface. […] Au final, l’impuissance de l’Argentin à faire basculer ce match a marqué les limites d’un PSG qui, quand il ne peut s’en remettre à sa recrue vedette, a parfois du mal à se faire respecter.

Réactions

- Antoine Kombouaré : « Je dirais que c’est une déception de ne prendre qu’un point quand on voit la domination totale qu’on a eue sur ce match et notre nombre d’occasions. Il y a eu un peu de maladresse et un très grand gardien. Mais à la fin on est content de prendre un point. Je suis très, très content de la prestation de mes joueurs. Je suis déçu qu’on n’ait pas marqué et qu’on ait perdu deux joueurs. […] On a les défauts de nos qualités. On a du tempérament, ça j’aime. Il faut avoir de la maîtrise de soi, faire attention, ça va nous servir d’avertissement, même s’il faut savoir se faire respecter. […] On aimerait voir Pastore constant, régulier sur une heure et demi. Ce qu’il montre, c’est superbe, mais il a des petits soucis, il n’a pas joué avec sa sélection et sa convocation lundi [à Palerme] l’a peut-être perturbé. Je suis surtout content de sa deuxième période. […] Avec les expulsions, il a fallu que je réorganise mon équipe. Je ne crois pas qu’on ait du mal à enchaîner. On ne peut pas gagner tous les matches. Ce qui compte, c’est la façon de se comporter. Ce soir, il ne nous a manqué que d’être efficace. Dans la qualité, l’état d’esprit, c’est très encourageant. […] On a fait une grosse entame de match, on a mis le doute à cette équipe. » (source : AFP)

- Nicolas Douchez : « On a manqué un peu d’efficacité, c’est dommage. […] Quand on termine à neuf, ça peut finir mal, mais j’ai senti notre bloc défensif vraiment en place. Je n’ai pas senti du tout qu’on paniquait. Au contraire, on a même fait preuve de sérénité. […] Sur la fin de la rencontre, on peut être soulagé d’avoir pris ce point, mais sur l’ensemble du match, on aurait dû en prendre trois. C’est un match que l’on aurait dû se rendre simple. On est à mi-parcours, il nous reste deux matches au Parc des Princes. À nous de faire le boulot pour prendre le maximum de points et nous qualifier le plus rapidement possible. » (source : AFP)

Suspensions européennes

Expulsés jeudi soir, Clément Chantôme et Siaka Tiéné seront suspendus lors du prochain match, face au Slovan Bratislava.

Également averti jeudi soir, Diego Lugano n’avait pas encore reçu de carton jaune depuis le début de la phase de groupes.

Enfin Mathieu Bodmer reste sous la menace : il sera suspendu s’il reçoit un nouveau carton jaune d’ici la fin de la compétition.

Côté tribunes…

- Affluence. Aucun supporter parisien n’a pris place dans le parcage visiteurs d’après la presse spécialisée. « Les 180 supporters parisiens identifiés et détenteurs d’un billet de match ont refusé d’entrer dans la tribune qui leur était pourtant réservée au stade Pasienky, indique le Parisien. Rejoints par une soixantaine d’autres ultras de diverses nationalités (tchèque, polonaise…), de 40 hooligans russes et d’interdits de stade français non détenteurs d’un ticket, ils souhaitaient que leurs “amis” puissent venir avec eux dans le secteur visiteurs. Après de longues et vaines négociations avec les pouvoirs publics locaux, ils ont finalement décidé de quitter les abords de l’enceinte et d’aller suivre la rencontre dans des bars du centre-ville de Bratislava, surveillés de près par des policiers. Seuls quatre stewards parisiens ont suivi le match dans la tribune visiteurs. Les policiers slovaques, qui avaient préparé ce rendez-vous classé à risques avec leurs homologues français depuis plusieurs semaines, ont respecté à la lettre les consignes du ministère de l’Intérieur français. “L’avant-match était très tendu, nous a confié un témoin. Ces supporters étaient pour la plupart ivres et il y avait parmi eux des éléments très dangereux.” »
« Il y avait 240 supporters parisiens au total ce jeudi aux abords du stade Pasienky de Bratislava, dont 6 interdits de stade du PSG et 40 Russes “amis” des supporters franciliens, assure RMC Sport. 60 des supporters parisiens n’étaient par ailleurs pas munis de billets. Les Français sont repartis vers leur hôtel, alors que les Russes ont rejoint le centre-ville. Les forces de police y sont déployées. Aucun incident n’est à déplorer pour le moment. Parmi les supporters du PSG, il y avait des anciens du Kop Boulogne, qui n’avaient plus été vus depuis plusieurs années par les forces de police françaises, présentes ce soir sur place. »
« Parmi les 181 personnes qui ont fait le déplacement, 60 d’entre elles n’avaient pas de billet, dont 40 d’origine russe et 6 interdits de stade, affirme de son côté L’Équipe. Si, dans un premier temps, les dirigeants slovaques étaient disposés à laisser entrer tout le monde, ils y ont finalement renoncé et n’ont laissé passer personne, en concertation avec leurs homologues parisiens et le ministère de l’Intérieur français. À dix minutes du coup d’envoi, tous les supporters parisiens ont ainsi été escortés par les policiers slovaques vers le centre-ville. »

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

10 votes
Votez

21 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1
    9 votes
    Votez
    elcuervo
    21 octobre 2011 13:30

    Rien a redire sur vos analyses quant aux joueurs et merci a vous de ne pas tomber dans la facilite anti-Nene que l’on commence a entrevoir sur le Net, comme pour souligner l’excellente periode de Camara sur laquelle peu de gens auraient mise au debut de saison.

    Seul bemol, je persiste a vous trouver tres indulgents vis a vis d’Erding…

  • #2

    Votez
    snakadi
    21 octobre 2011 13:59

    Surtout un gros problème de discipline et peut-être plein de petits faits d’avant match qui conduisent à ce résultat.

    Néanmoins, je suis content du bilan de la défense et de Douchez.

    Quant à Erding, bah, qu’il change peut-être sa façon de bosser car il se donne toujours à fond mais il n’est plus l’attaquant de sa 1ère saison à Paris. Vu qu’en règle générale il pèche sur le dernier geste, qu’il travaille ça à l’entrainement… Je suis quand même content qu’il soit resté !

    Et, enfin, pour rebondir sur ce qu’écrit l’équipe, il nous reste 2 matchs à domicile (Bilbao c’est gentil mais bon on leur mettra un petit truc sans trop de difficultés et Bratislava au parc à 11 contre 11 tout du long…) et un à l’extérieur la qualif on l’aura…

    Je sens bien un 3 - 0 contre Bratislava, 1 - 0 contre Bilbao et match nul bien dégueu 0 - 0 contre Salzbourg (le redbull finira par les user…) donc l’Europa league pourra enfin commencer.

    Et puis au final, contre Bratislava on fait quasi 3 millions d’audience sur W9, je trouve ça cool et annonciateur d’audiences de ouf en LDC !!!

  • #3
    11 votes
    Votez
    elcuervo
    21 octobre 2011 14:28

    Je pense que je suis le seul qui ne reve pas de LDC, sauf changement radical des regles laissant enfin un peu de suspense dans cette competition completement aseptisee. Un deplacement dans un stade inconnu, avec un arbitre incompetent et des commentateurs aussi chauvins qu’ignares, c’est (aussi) ca la Coupe d’Europe.

  • #4
    9 votes
    Votez
    M
    21 octobre 2011 14:47

    Il y avait au moins un supporter Parisien qui a réussi à déjouer la sécurité. On l’entendait brailler (tout seul) toutes les dix minutes un petit "Allez Paris !". Sinon, je trouve ça dingue de se cogner le trajet jusqu’en Slovaquie et de préférer aller voir le match au bar sous prétexte que des Russes ne soient pas autorisés à entrer en tribune visiteur… Il doit manquer quelques précisions.

  • #5
    21 votes
    Votez
    Edji
    21 octobre 2011 14:53

    Les mecs qui vont se cailler sans billet à Bratislava en quête de frissons de baston…
    Pathétique.

  • #6

    Votez
    Nik Da
    21 octobre 2011 15:40

    Mention spéciale à T.Roland qui à chaque fois que Nene, Pastore ou Menez lachait avec une voix tremblotante un "passe là ! mais passe là bon sang".
    Tuant ! surtout quand l’un de ces 3 joueurs n’avait pas de solution (ce qui arrivait souvent vu le peu de mouvement autour du porteur du ballon)
    Alala merci W9 !

    Sinon très déçu pour hier soir, certains joueurs n’avaient pas l’air vraiment concernés notamment Pastore.
    Pourtant, comme Snake a dit (haaaaaa…c’est bon c’est bientot le week end j’ai le droit) je restre très confiant pour la qualif !

  • #7

    Votez
    m3d
    21 octobre 2011 15:49

    Apres l’expulsion de Tiene, j’avais plus l’impression de voir un 4-0-3-1 qu’un 4-1-2-1 (Nene-Bahebeck-Jallet derriere Gameiro) tant les deux lignes semblaient coupées.

    sinon,

    Menez […] finissait souvent pas s’empaler

     ?

  • #8

    Votez
    Vivien Brunel
    21 octobre 2011 15:58

    @ m3d : il fallait lire « par », c’est corrigé.
    Au passage, il semblerait que le sens figuré que l’on donne à « s’empaler » ne soit pas répertorié dans les dictionnaires, contrairement à ce que je croyais.

  • #9
    19 votes
    Votez
    CasPennant
    21 octobre 2011 16:08

    @Edji :
    Je suis assez atterré qu’on puisse critiquer d’autres supp parisiens qui ont fait le sacrifice d’aller supporter l’équipe à des centaines de km d’ici.
    Ces mecs, au moins ils l’ont fait pour représenter les couleurs de ton club, ils l’ont fait parce qu’ils sont passionnés et que "supporter" son équipe veut dire quelque chose pour eux.
    Grâce à eux, le PSG est connu et soutenu aux quatre coins de l’Europe.
    Et pour ça, ils méritent un peu plus que des "pathétique".
    Ces propos ne peuvent pas être tenus par une personne qui connaît le Parc.

  • #10

    Votez
    CasPennant
    21 octobre 2011 16:10

    @elcuervo : +1 !!!!!

  • #11
    5 votes
    Votez
    Ludovic
    21 octobre 2011 16:54

    A propos de supporters, avez-vous noté l’incroyable attitude de Thierry Roland après la mi-temps : "Nous avons changé de place car des abrutis de supporters agitaient leur drapeau devant notre nez".

    Donc, quand on agite un "drapeau", on est nécessairement un "abruti de supporter", surtout quand on gêne môsieur Roland dans l’exercice de s es fonctions. Encore une illustration de l’idée que se font ces professionnels des supporters.

  • #12
    18 votes
    Votez
    Edji
    21 octobre 2011 16:56

    Je suis assez atterré qu’on puisse critiquer d’autres supp parisiens qui ont fait le sacrifice d’aller supporter l’équipe à des centaines de km d’ici.

    Un sacrifice ? Non mais je rêve ! Ils sacrifient quoi au juste ? Ils offrent quoi au club en sachant très bien qu’ils vont être refoulés aux guichets ? Ils font ça pour leur petit plaisir, et dans l’espoir de trouver en face quelques gugusses imbibés pour se fricoter virilement avec eux, point.
    Il était de notoriété publique que comme à Bilbao,un paquet d’ex-KOB étaient uniquement là pour la castagne.
    J’ose espérer qu’on puisse ne pas être saisi d’admiration par une telle démarche.
    Je précise que je parle des mecs qui se déplacent sans billets (je ne me prononcerai donc pas, faute d’infos suffisantes, sur le caractère volontaire ou contraint de l’absence en parcage de ceux qui étaient venus avec un billet), sachant pertinemment qu’ils n’ont ce faisant aucun droit à rentrer dans le stade.

  • #13

    Votez
    m3d
    21 octobre 2011 17:54

    @ Vivien :

    Effectivement le 9e dictionnaire de l’academie (dont la definition est reprise par Larousse et bien d’autres) ne precise pas l’existence de sens figuré, et precise meme la necessité d’utiliser un objet pointu, ce qui n’est necessaire ni avec l’origine ethymologique (le pal etant le plus souvent arrondi pour avoir un supplice plus long et plus "visuel"), ni meme avec l’usage.

    Notons que la definition actuelle a tout de meme evolué, puisque jusqu’à sa 8e edition, l’academie disait :

    Transpercer d’un pal par le fondement, en parlant d’un Supplice barbare encore en usage dans certains pays de l’Orient

    Le tresor de la langue francaise informatisé donne les memes definitions, tout en ajoutant un emploi figuré retrouvé chez Bazin : la notion de fixer, etre fixé.

    Etrangement, le dictionnaire du moyen francais (1500) est le plus riche en definition imagées, tout en se montrant général dans sa définition :

    Transpercer (qqn, une partie de son corps, un animal)
    S’enfoncer comme dans un marais

  • #14

    Votez
    zed60
    21 octobre 2011 18:29

    Bonjour, à toutes et tous,
    Pour parler positivement de supporter qui se déplace. "Welcome home", Clem Tls, qui si j’ ai bien tout suivi de ses posts, sera de retour au Parc, Dimanche pour Dijon. Concernant T.Roland, il y’a bien longtemps que je coupe le son, quand il est là.

  • #15

    Votez
    ClemTlse
    21 octobre 2011 19:49

    @zed60
    Merci pour ton message de "welcome home" ! Je serai effectivement en H22 (bleu bas) avec mon frangin (toujours parisien) avec un maillot un peu plus clair que la plupart des spectateurs, fleurant bon les années 90.

    Sur le match contre Bratislava, il est clair que de nombreux joueurs sont tombés dans la facilité, dont Pastore, assez peu concerné. Mais ce qui m’a le plus énervé (heureusement, pas longtemps, vu son entrée très tardive), c’est le comportement de Bahebeck : 3 ballons idiotement perdus, dont un très dangereux ; à contre courant du jeu et un placement grotesque, sans parler d’un pressing/replis inexistant. S’il ne profite pas mieux de ses quelques misérables picosecondes de jeu, comment pense-t-il convaincre AK de lui en donner plus ???

    Enfin, admettons que les deux commentateurs étaient effectivement affligeant pour nos oreilles. J’ai pourtant attendu l’expulsion de Chantôme pour couper le son, pour la première fois de ma vie de téléspectateur.

  • #16

    Votez
    ClemTlse
    21 octobre 2011 21:04
  • #17

    Votez
    m3d
    21 octobre 2011 22:12

    @ ClemTlse : j’avoue ne pas avoir compris l’image de Bazin, mais avec ton explication elle devient excellente ! "avoir un balais dans le c.." = "avoir un long bout de bois dans le fondement" = "etre empalé".
    Juste magnifique !

  • #18
    8 votes
    Votez
    commentateur anonyme
    21 octobre 2011 22:58

    Cesser un peu de prendre pour bain béni ce qui est écris dans la presse, pas l ombre d un russe parmi les supporters parisiens…

  • #19

    Votez
    Euwe
    22 octobre 2011 12:43

    Oui c’est sur des supporters qui vont supporter dans un bar devant une TV c’est juste qu’ils aiment les voyages et que les voyages les aiment pas.

    Bref sers à rien d’épiloguer. Incurables.

  • #20

    Votez
    Euwe
    22 octobre 2011 13:08

    Au sujet des dictionnaires c’est une excellente idée d’en faire un dédié aux sens sportifs. Un bon lexicologue a de quoi s’amuser pour peu qu’il soit intéressé par le sujet. Et je suis sur que c’est plus vendable que bien d’autres dictionnaires.

    Lettre A

    En avant
    Arconada (f)

    Etc : un vrai bonheur

  • #21

    Votez
    catfab
    22 octobre 2011 16:04

    A priori ils n’ont pas voulu rentrer car les sans billets restaient sur la touche. Maintenant certains y allaient pour la castagne c’est sûr mais pas tous.

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG