PSGMAG.NET est définitivement fermé depuis 2013.


 

Résumé du match : PSG 2-2 Montpellier

[J27] PSG 2-2 Montpellier : résumé du match

dimanche 13 mars 2011, par Gauthier B.

Jouant en dernier lors de cette 27e journée, le PSG a vu ses rivaux au classement s’échapper, et comptait avant sa rencontre quatre points de retard sur Marseille, quatrième. Luyindula et Cearà, blessés, n’étaient pas dans le groupe parisien, et Clément Chantôme était forfait de dernière minute. Antoine Kombouaré alignait donc un 4-4-2 avec Makelele et Clément à la récupération, et le duo Erding-Hoarau en attaque. Du côté de Montpellier, le défenseur Spahic était suspendu, tout comme Estrada, buteur au match aller.

Le match en bref

Les deux premières minutes sont favorables au PSG, qui se crée rapidement une première situation : une tête de Hoarau au-dessus, sur corner. Mais cela ne dure pas, puisque Montpellier se montre bien moins timide que prévu, et arrive à considérablement gêner la relance parisienne. Paris hésite alors à attaquer, et Montpellier en profite : sur un centre, Edel dégage le ballon du point sur un Héraultais qui frappe instantanément, mais Sakho s’interpose.

Finalement, c’est sur un coup du sort que Paris va réellement rentrer dans la rencontre. Alors que Montpellier s’apprête à franchir le milieu de terrain, l’arbitre Ruddy Buquet contre involontairement une passe. Le ballon revient sur Makelele, qui lance Nenê sur un côté gauche déserté. Le Brésilien en profite pour s’avancer, centrer au second poteau pour Hoarau, qui pique sa tête et ouvre le score (1-0, 11e).

Les Montpelliérains sont déconcentrés ; deux minutes plus tard, Giuly récupère le ballon très haut, effectue un une-deux avec Erding, centre dans la surface depuis le côté droit : Erding effleure le ballon et Yanga-Mbiwa marque contre son camp (2-0, 13e). Paris réussit à mener de deux buts avant le quart d’heure de jeu. En théorie, il a fait le plus dur… Montpellier tente de réagir avec une frappe de Marveaux largement au-dessus, mais c’est Paris qui continue à avoir des occasions. Erding part en dribble côté gauche et frappe en force sur Jourdren. Sur le corner qui suit, Nenê tire au ras du sol, Erding intercepte le ballon, et centre devant le but : Giuly, seul face au but, rate inexplicablement le cadre. Enfin, sur un contre, Nenê tente une frappe qui passe largement au-dessus.

Dans les cinq minutes qui précèdent la mi-temps, les Parisiens gâchent plusieurs contres par excès d’individualisme. Montpellier n’est pas loin de réduire la marque quand Utaka sert Belhanda dans la surface, mais celui-ci bute sur Edel. Paris réussit donc à rentrer aux vestiaires avec cet avantage de deux buts, et n’aura plus qu’à gérer son score favorable en deuxième-temps.

À peine celle-ci commencée, Montpellier marque un but. Sur un coup franc excentré, le marquage sur Giroud est lâche, et l’attaquant montpelliérain n’a pas de mal à expédier le ballon dans la lucarne d’Edel (2-1, 46e). Deux minutes plus tard, Cyril Jeunechamp, déjà averti en première période, trouve malin d’aller faire un nez à nez avec l’arbitre assistant. Il prend logiquement un second carton jaune, synonyme d’expulsion.

Ce fait de jeu ne va pas profiter à Paris, puisque les hommes de Kombouaré ne rentreront jamais dans la seconde mi-temps. À dix, Montpellier continue à dominer, et Paris n’arrive pas à ressortir le ballon, les joueurs ratant les transmissions les plus faciles. Les visiteurs, eux, s’enhardissent, et continuent à inquiéter Edel. Le Camerounais doit s’interposer sur un coup franc de Belhanda puis sur une frappe d’Utaka. Juste avant l’heure de jeu, Nenê veut protéger un ballon qui sortait en six mètres ; Bocaly arrive, ceinture Nenê, redresse le ballon — après qu’il est sorti — sur Edel, qui dégage… et l’arbitre signale un corner. Sur celui-ci, Edel dégage du poing loin de sa surface. Mais ses défenseurs remontent mal, et Pitau trouve facilement Giroud dans la surface, qui contrôle, croise sa frappe et égalise (2-2, 59e).

Ce but a le mérite de faire réagir timidement Paris, puisque dans la foulée, Giuly centre pour Hoarau, mais Jourdren stoppe la tête du numéro 9 parisien. Cela reste malheureusement sans suite, et les joueurs offensifs parisiens manquent cruellement d’imagination. Seul un coup franc de Nenê inquiète un peu Jourdren. Montpellier est même tout prêt de prendre l’avantage quand un coup franc de Belhanda manque d’être repris par Giroud, encore démarqué.

En fin de rencontre, Kombouaré lance Bodmer, Bahebeck puis Maurice. Cela amène une pression un peu plus importante dans les dernières minutes sur le but de Jourdren, pour au final une seule occasion franche : sur un ballon aérien, Sakho parvient à effectuer une tête vers le but, et Bahebeck est tout proche de reprendre le ballon du bout du pied, mais Jourdren intervient.

L’arbitre siffle la fin de la rencontre sur ce résultat nul, qui marque un gros coup d’arrêt pour le PSG, désormais à sept points de Lille, et trois de la quatrième place. Plus que le résultat, la deuxième mi-temps cataclysmique des Parisiens est particulièrement inquiétante.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

7 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Snow
    13 mars 2011 23:51

    Notre deuxième mi-temps m’a fait penser à celle d’Auxerre la semaine dernière.
    Mais bon, on a pas eu la même reussite insolente.

    Quelle indigence pendant 45 minute. Le PSG a été incapable de trouver les intervales entre les lignes montpellieraines. C’etait pathetique.

    Le plus important, c’est que le groupe ne baisse pas les bras. J’ai vu pourtant des attitudes resignées pendant le match…

    Allez Paris !!

  • #2

    Votez
    elcuervo
    14 mars 2011 01:12

    Bien, bien, bien.

    Comme prevu en decembre et rappele (sous les quolibets) a maintes reprises, nous nous enfoncons suite a un mercato completement rate, considere ici comme neutre voire reussi.

    Comme prevu, le balancage de la competition la plus prestigieuse dans laquelle nous etions engages nous laisse, apres le superbe ratage de ce soir (merveilleuse compo avec Erding titularise pour la enieme fois et Bodmer laisse sur le banc, mi-temps somptueusement geree), loin d’une forme olympique comme souhaitee en situation de tout perdre en une semaine.

    Je me demande comment les laudateurs de CC et d’AK (vous savez, ceux qui ne disent jamais un mot de negatif sur eux mais les defendent systematiquement) vont bien trouver comme contorsion pour nous expliquer que tout va bien.

    Je precise que je suis autant triste ce soir de notre performance lamentable que de continuer a lire un soutien reel aux catastrophes ambulantes qui sevissent dans notre club.

  • #3

    Votez
    Sébastien M.
    14 mars 2011 07:47

    AK fait avec les moyens du bords. Ce qui m’inquiète le plus c’est qu’on a plus d’essence dans le moteur et pour compenser un actionnaire qui n’a pas anticipé au mercato, on lance systématiquement nos jeunes avec un score a faire et que ca marche rarement. J’ai peur qu’on les grille, alors qu’ils devraient être couvés

  • #4

    Votez
    Thibaut
    14 mars 2011 08:18

    elcuervo, voici ce que j’aurais pu écrire après chaque victoire du PSG ces derniers mois : "Je me demande comment les pourfendeurs de CC et d’AK (vous savez, ceux qui ne disent jamais un mot de positif sur eux mais les accusent systematiquement) vont bien trouver comme contorsion pour nous expliquer que tout va mal."

    Je te charrie, mais franchement tu es agaçant. On ne dit pas que tout va bien, relis les divers commentaires ici ou là. On peut même dire que cela allait très mal hier en seconde mi-temps. Tu es content ? Bref…

    Moi qui pensais que tu étais définitivement parti Clin d'oeil
    A+,

  • #5

    Votez
    David
    14 mars 2011 09:41

    t’es trop rigolo elcuervo, d’une parce que personne ne défend AK et CC, de deux parce qu’on ne t’as pas vu après Toulouse ou après Nice, et de trois parce que tes posts sont ultra prévisibles. Oser affirmer que le supposé ratage de la saison (que tu appelles de tes voeux ?) serait dû au mercato d’hiver, mouarf. Ce qui revient à dire que cela aurait été mieux avec un ou deux joueurs en plus, en fait ? Bon sur la voie du PacoRabanisme de prisunic tu ne m’en voudras pas de ne pas te suivre.

    Les mecs à 2-0 ont une balle de 3-0 et des situations chaude à la pelle, mais ça ne passe pas. Sûrement la faute de CC.

    Pour être sérieux, cela ne me semble pas physique par contre. Mais quoi ?

  • #6

    Votez
    mi-homme mi-molette
    14 mars 2011 11:21

    j’ai l’impression que c’est pendant la mi-temps que l’on a perdu le fil du match. Cela a du être chaud entre erding, néné, hoarau et giuly. Les mecs sont revenus sur la pelouse tendus comme des ficelles de string et les 4 ont déjoué en seconde mi-temps.

    La fatigue ? mouais.. Sur la feuille de match 3 ou 4 seulement ont joué contre le benfica donc pas sur que cela soit la réponse.
    Paris est dans le dur et c’est la que l’on va voir si l’équipe a franchi un pallier.

  • #7

    Votez
    elcuervo
    14 mars 2011 11:31

    Si vous n’avez pas vu qu’il manquait dans cette equipe au moins 2 milieux offensifs a present… Et je maintiens que je n’ai jamais lu sur ce site le moindre mot contre CC ou AK (sauf vis a vis du plan ou la couverture est parfaitement honnete).

    Et s’il y a eu quelques bons resultats (dont je me rejouissais comme vous), la tendance lourde est restee la meme. Quant a mon absence, vu que meme apres la superbe serie en cours, vous ne changez rien a votre discours, j’avais peu d’espoir apres une victoire, non ?

    Bon, maintenant, l’aigreur deversee de part et d’autre, j’aborde les 2 questions de fond :
    - a Sebastien, je rapelle precisement que les fameux moyens du bord sont le resultat d’un mercato lamentable. L’equipe necessitait qu’on la renforce, on l’a affaibli.
    - a David, je suis plus que d’accord sur le constat, a savoir que le probleme n’etait pas physique, ce qui montre bien la stupidite de la strategie de Lisbonne. J’emets une hypothese : tout comme Lille qui avait completement foire ses matchs durant le balançage en regle face au PSV mais etait alle gagner a Marseille 3 jours apres 120 minutes finalement face a Lorient, on deconne 3 jours apres avoir balance l’EL. Pour moi, l’effet psychologique d’une victoire annule l’effet physique (le fameux la victoire efface la fatigue). Si cet adage de grand-mere a ses limites, je le crois jusqu’a un certain point justifie.

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG