PSGMAG.NET est définitivement fermé depuis 2013.


 

Synthèse des faits marquants

Retour sur PSG 0-0 Borussia Dortmund (vidéos)

Paris est désormais deuxième, derrière Séville mais devant le Borussia

vendredi 5 novembre 2010, par Gauthier B., Vivien B.

Retour sur PSG 0-0 Borussia Dortmund (vidéos)

Au programme de ce « retour sur le match » : les ratés de Mevlüt Erding, le dur comparatif Nenê - Sessegnon, la prestation des autres Parisiens, infos diverses, statistiques, vidéos, dans la presse, retrouvailles, les réactions, les infos des tribunes.

Le PSG et le Borussia Dortmund se quittent à nouveau sur un match nul.

Les enseignements du match

Les ratés de Mevlüt Erding

Affublé d’un 3,5 par le Parisien et d’un 4 dans L’Équipe, sifflé lors de sa sortie du terrain, Mevlüt Erding est encore passé à côté de sa rencontre. Pour étayer ce sentiment, il y a ses quatre ratés, face aux cages, alors qu’il était en très bonne position : une tête au-dessus, une frappe du gauche en force hors-cadre, et deux face-à-face en seconde période qui ont vu Weidenfeller repousser sans trop de mal le ballon. Malgré son but à Toulouse mi-octobre, Erding n’a toujours pas retrouvé l’efficacité. Mais il faut bien préciser que même lors de la saison dernière — qu’il a terminée avec 15 buts au compteur en L1 —, Erding n’a jamais été un as du réalisme, et les fois où il a débloqué un match à 0-0 ne sont pas légion.

Mateja Kezman va pouvoir se gargariser en se disant que les méchants attaquants qui l’ont privé de temps de jeu ne marquent pas, mais si Erding a un mérite, c’est celui d’avoir su se créer ses occasions, ce que d’autres joueurs n’auraient pas forcément réussi. La tête et le premier face-à-face sont la conséquence d’appels très intelligents ; sur les deux autres, ce sont surtout les prises de balle d’Erding, avec le coup de rein qui va avec, qui ont fait la différence. L’international turc a au moins le mérite de s’être battu pour essayer de renverser la tendance alors que, lors des matches précédents, on ne le voyait quasiment plus.

Le dur comparatif Nenê - Sessegnon

Avec Nenê à gauche et Sessegnon à droite, le PSG alignait deux perturbateurs de défense, capables de rendre fous les adversaires. Mais maintenant que Sessegnon n’est plus le seul joueur à avoir ce profil, on se rend compte que le Béninois est loin d’être ce qui se fait de mieux dans le genre. En première période, sur chacune de ses prises de balles, Nenê a dribblé, obtenu un coup franc ou réalisé une passe intelligente. Il a également régalé, en faisant des gestes techniques précis et utiles, avec une préférence pour les double-contacts.

De son côté, Sessegnon enchaînait les passes dans le mauvais tempo, les tentatives de dribbles à l’épaule qui ne passaient jamais, et a plus pénalisé son équipe qu’autre chose : plusieurs contres ont été gâchés parce qu’il n’a pas fait les bons choix. La solution envisagée en championnat — aligner Giuly à place d’Erding et titulariser Sessegnon à droite — paraît d’autant plus risquée : le Béninois n’a pas l’air d’être dans la meilleure période de sa carrière.

La prestation des autres Parisiens

Globalement, mis à part Erding et Sessegnon, les Parisiens sont tous à créditer d’une partie solide. Si quelques une de ses sorties en première mi-temps se sont révélées périlleuses, voire ratées, Edel s’est rattrapé en réalisant les parades qu’il fallait quand le danger allemand s’est fait plus pressant. Le Camerounais a cette force de ne jamais tergiverser quand il fait quelque chose d’un peu moins bien dans une rencontre.

Aligné côté droit de la défense, Cearà a réalisé un match bien plus complet qu’à Lyon la semaine dernière. Pas vraiment en souffrance sur son côté, sauf sur la dernière accélération allemande dans le temps additionnel, il est monté assez régulièrement, effectuant au moins trois très bons centres, qui auraient pu amener des buts.

Au milieu de terrain, Clément s’est régalé, avec des retours défensifs spectaculaires et un grand nombre de récupérations. Pour quelqu’un qui ne joue qu’occasionnellement, il arrive à garder le rythme de la compétition sans aucun souci. Enfin, en attaque, il faut souligner le bon match de Luyindula. En jouant essentiellement dos au but, l’ancien Lyonnais a énormément travaillé pour permettre à son équipe de remonter, faisant preuve — surtout en première mi-temps — d’une belle justesse de dribble et de passe.

Les vidéos des principales actions du match

Autres infos autour du match

Stats en vrac

- Mauvaise série à domicile. Le PSG ne s’est plus imposé au Parc des Princes après le match face au Karpaty Lviv, le 30 septembre. Depuis, Paris reste sur deux matches nuls et une défaite.

- Excellente série à domicile (1). « Au Parc des Princes, le PSG reste sur une série de 12 matches consécutifs sans défaite en Ligue Europa (soit 7 victoires et 5 nuls), relève le Parisien. Le dernier revers des Parisiens à domicile dans cette compétition remonte en effet au 23 novembre 2006 face à l’Hapoël Tel-Aviv (2-4). »

- Excellente série à domicile (2). De son côté, Opta signale que le PSG n’a plus encaissé de but au Parc des Princes en coupe d’Europe depuis 664 minutes, soit plus de 11 heures. Depuis le deuxième but du Racing Santander en novembre 2008 (2-2), Paris est effectivement resté invaincu durant 7 matches complets : Twente (4-0), Wolfsbourg (2-0), Braga (0-0), Dynamo Kiev (0-0), Maccabi Tel-Aviv (2-0), Karpaty Lviv (2-0) et Borussia Dortmund (0-0).

- PSG-Allemagne. Il s’agit du deuxième match nul du PSG face à un club allemand. Avant cette saison, le PSG avait remporté 6 matches et en avait perdu 3. (voir la rétro PSG-Allemagne)

Infos en vrac

- Encore un record d’audience ! Après Séville-PSG, W9 a une nouvelle fois battu son record d’audience historique avec un match du PSG. Près d’1,6 million de téléspectateurs ont regardé la chaîne de la TNT, qui se place ainsi en cinquième position nationale — troisième auprès des hommes de moins de 50 ans. Un pic d’audience à 2,1 millions de téléspectateurs a été enregistré en fin de match. (sources : Ozap, Ozap)

- Résultats du Borussia. Leader avant le match aller à Dortmund — après 1 défaite puis 7 victoires consécutives —, le Borussia a depuis concédé un match nul 1-1 à domicile face à Hoffenheim (4e), puis s’est incliné aux tirs au but sur le terrain du Kickers Offenbach, pensionnaire de troisième division, en coupe d’Allemagne. Dimanche, en revanche, les hommes de Jürgen Klopp se sont imposés 0-2 sur le terrain de Mayence, qui avait pris la tête de la Bundesliga entre temps. Le Borussia est donc à nouveau leader du championnat allemand.

- Ouais, mais quand même quoi ! En début de match, la main totalement involontaire d’un défenseur du Borussia Dortmund a permis à Jean-Marc Ferreri une énième sortie sur l’inutilité et l’incompétence des arbitres en général, et des arbitres de surface — expérimentés en Ligue Europa depuis le début de la saison — en particulier : « Vous allez m’expliquer à quoi ils servent ! La main est involontaire mais bon… elle est décollée quand même ! » La loi 12 du football est pourtant claire : la notion de main décollée du corps n’existe pas, seul compte le caractère délibéré du geste. Mais bon, s’il faut connaître les règlements avant de critiquer ceux qui les appliquent aussi…

Bilan du Paris SG en coupes d’Europe

Bilan du Paris SG en coupes d’Europe (au 04/11/2010)
Compétitions européennesPJVNDBPBCD
Ligue des Champions (C1) 5 40 19 7 14 63 52 +11
Coupe des Coupes (C2) 6 38 24 6 8 66 27 +39
Coupe UEFA/Ligue Europa (C3) 8 58 26 19 13 83 48 +35
Supercoupe d’Europe 1 2 0 0 2 2 9 -7
Coupe Intertoto 1 8 5 3 0 20 3 +17
Total coupes d’Europe 21 146 74 35 37 234 139 +95

Résultats de la 4e journée de la phase de groupes

Dans le groupe J, le FC Séville (Espagne) s’est imposé 4-0 face au Karpaty Lviv (Ukraine). Les Parisiens sont désormais deuxièmes avec 8 points.

Les deux premiers de chaque groupe étant qualifiés, le PSG sera qualifié s’il parvient à battre le FC Séville jeudi 2 décembre lors de la 5e journée de la phase de groupes — au bénéfice du nombre de buts marqués à l’extérieur face à Dortmund. Mais cette victoire n’est pas impérative : le PSG doit simplement prendre au moins autant de points que le Borussia Dortmund. Si les Allemands font match nul face au Karpaty Lviv, un match nul du PSG face à Séville enverra le club parisien en seizièmes de finale.

Il restera ensuite un déplacement en Ukraine mercredi 15 décembre, où une victoire du PSG assurerait également sa qualification, quels que soient les résultats de la cinquième journée.

Classement du groupe J
#ClubPtsJVNDb.p.b.c.diff.
1er Séville 9 4 3 0 1 6 1 +5
2e PSG 8 4 2 2 0 4 1 +3
3e Borussia Dortmund 5 4 1 2 1 5 5 0
4e Karpaty Lviv 0 4 0 0 4 3 11 -8

Résultats de la 1re journée :
- Séville 0-1 PSG
- Karpaty Lviv 3-4 Borussia Dortmund

Résultats de la 2e journée :
- PSG 2-0 Karpaty Lviv
- Borussia Dortmund 0-1 Séville

Résultats de la 3e journée :
- Borussia Dortmund 1-1 PSG
- Karpaty Lviv 0-1 Séville

Résultats de la 4e journée :
- PSG 0-0 Borussia Dortmund
- Séville 4-0 Karpaty Lviv

Dans les autres groupes, les résultats les plus surprenants sont la défaite (3-1) de Manchester City sur la pelouse de Lech Pozna ?, le match nul de la Juventus face à Salzburg (0-0) — les Italiens sont troisièmes de leur groupe devant le club autrichien, bon dernier, qui a pris ses deux seuls points face au club lombard — et celui de Lille en déplacement sur le terrain du Levski Sofia.

Dans la presse

Laurent Perrin, dans le Parisien du 5 novembre 2010 :

Plusieurs milliers de supporters de Dortmund s’étaient déplacés pour visiter Paris et soutenir leur équipe. Grâce à leur ferveur, le Parc est redevenu le temps d’une soirée l’un des plus beaux stades du monde. « C’est incroyable ! 7 000 à 8 000 fans en déplacement, ça doit être un record du monde, j’en suis très fier », s’est félicité l’entraîneur du Borussia, Jürgen Klopp. […] Une fois de plus, Paris a bien joué. Mais une fois de plus, il n’a pas gagné. Et cela devient une fâcheuse habitude. Les Parisiens restent sur quatre matches consécutifs sans victoire. Ce n’est pas l’idéal avant de défier Marseille. Certes, Dortmund n’est pas Zilina et dans le duel à distance que se sont livrés les protagonistes du clasico, Paris s’avance avec quelques beaux arguments, comme sa solidité défensive et sa propension à développer son jeu. Mais il n’a pas réglé son principal problème, celui de l’attaque.

Jérôme Touboul, dans L’Équipe du 5 novembre 2010 :

C’est un match qui aurait mérité un Parc plein à craquer, pour sa dimension technique et l’épaisseur de son suspense. […] Rarement, dans l’histoire moderne du PSG, autant de fans adverses étaient venus peupler le Parc comme un territoire à conquérir. Et jamais, cette saison, le stade parisien n’avait résonné d’une atmosphère si prenante. Malgré les chants des 7 000 supporters venus l’escorter hier, l’attaque la plus performante de la Bundesliga (23 buts) n’aura donc pas trouvé d’autre clé, en deux matches, que celle du penalty de Barrios, le 21 octobre (1-1), l’unique but encaissé par le PSG dans son groupe. La qualité du jeu au sol du Borussia s’est à nouveau heurtée à la rigueur des placements parisiens. Au fond, ce fut un match entre deux équipes à la fois esthétiques, dynamiques et défensivement puissantes, à l’image d’un Sakho de plus en plus monstrueux. […] Vu les chants qui emplirent le Parc après le coup de sifflet final, on eut comme l’impression que seuls des supporters allemands, hier soir, avaient été les témoins de cette série en cours [12 matches sans défaite à domicile en coupe d’Europe].

- Performances. Comme pour faire mentir Thierry Roland, qui annonçait jeudi soir sur W9 qu’Edel serait à n’en pas douter l’homme du match dans L’Équipe, le quotidien sportif a désigné à ce titre Zoumana Camara, auteur d’« un match complet, sans fioriture, solide dans les duels et sans prendre de risque dans ses relances ». Edel, Clément, Bodmer et Sakho sont crédités d’un match assez bon, sans plus, tandis que Tiéné et Luyindula héritent tout juste de la moyenne. Enfin L’Equipe estime que Ceara, Nenê (« spectaculaire mais pas efficace »), Erding et surtout Sessegnon (« trop de mauvais choix et de coups mal sentis ») ont livré une mauvaise prestation. Au Parisien, c’est bien Edel qui hérite de la meilleure note, le quotidien relevant cinq interventions décisives. Camara (« attentif et saignant dans les duels »), Sakho (« encore impressionnant [jeudi] soir », « un bon match, plein d’autorité et d’assurance ») et Clément (« tranchant dans la récupération ») suivent le gardien camerounais. Cearà et Bodmer, Nenê puis Tiéné s’en sortent tout juste correctement, d’après le quotidien, contrairement à Luyindula (« assez présent dans l’organisation du jeu mais ne s’est pas procuré d’occasion »), Erding (« a loupé tous ses un contre un ») et surtout Sessegnon (« il a raté à peu près tout ce qu’il a tenté », « il est clairement en dedans actuellement et il ne parvient même plus à faire la différence physiquement »).

Réactions

- Antoine Kombouaré : « Mon premier sentiment est de la déception, car on a fait un très grand match. On a eu les occasions pour ouvrir le score. C’est vrai aussi qu’on a flotté 20 minutes en seconde période, mais j’ai aimé notre comportement. On a été très solide. Erding traverse une période difficile. Nous sommes là pour l’encourager, le soutenir. A lui d’être costaud, de relever la tête et de trouver les solutions. On est à fond derrière lui. Il y a eu une grosse dépense d’énergie, c’était un vrai match de coupe d’Europe avec beaucoup d’intensité. […] Je suis déçu du résultat mais aussi satisfaits, car beaucoup de garçons ont répondu présent. Toute l’équipe, mais Edel en particulier, qui fait deux gros arrêts en fin de match et permet de garder notre but inviolé. On a maintenu cette équipe de Dortmund à distance, c’est bien. On a notre destin entre les mains. » (source : AFP)

- Jürgen Klopp, entraîneur du Borussia : « On a fait une bonne entame de match mais on a peut-être pêché dans la finition, on n’a pas su concrétiser par des frappes au but. On a eu à faire à quelques contres de Paris, mais je crois qu’on a eu le contrôle, hormis quand ils ont misé sur la qualité individuelle et un Nenê très talentueux. Ensuite, on a mis la pression et notre gardien a sauvé les meubles quand il fallait, mais le match ne se résume pas à des duels entre Erding et Weidenfeller. Sur les deux matches, on aurait peut-être mérité d’en gagner un. On n’a plus notre sort entre nos mains et on sera supporter du PSG pour avoir ensuite notre finale à Séville. Si on arrive à atteindre les 11 points, je serai satisfait. Je suis déçu oui, mais il n’y a pas d’abattement, ni chez moi ni chez les joueurs. On a montré quelque chose plus le match avançait. Malgré le turn-over du PSG, on a fini plus fort qu’eux. On aurait pu assister à un score fleuve de 4-4. C’est futile, car il est de 0-0 et on a perdu la différence particulière. Paris est assez chanceux dans cette compétition, ils peuvent aller loin. » (source : AFP)

- Peguy Luyindula : « Non [le fait qu’Erding n’ait pas marqué ne m’inquiète pas], c’est déjà bien d’avoir des occasions. Un attaquant passe par des moments où il a plus ou moins de réussite. Quand le cycle va tourner dans le bon sens, tout ira bien. […] Il faut garder à l’esprit que ce n’est pas facile et que la réussite va revenir. » (source : RMC.fr)

Suspensions européennes

Averti jeudi soir après l’avoir été face au Karpaty Lviv, Clément Chantôme sera suspendu s’il reçoit un nouveau carton jaune en Ligue Europa cette saison — tout comme Tiéné.

Mathieu Bodmer et Jérémy Clément ont quant à eux reçu leur premier carton jaune. Ils rejoignent à ce stade Guillaume Hoarau et Stéphane Sessegnon.

Côté tribunes…

- Affluence. Plus de 7 000 supporters allemands ont fait le déplacement à Paris, faisant du Parc des Princes une annexe temporaire du Westfalenstadion. Les couleurs et les chants du Borussia Dortmund se sont facilement imposés, les virages et les quarts de virages étant quant à eux à moitié vides. Au total, environ 25 000 spectateurs étaient présents au stade jeudi soir.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

8 votes
Votez

2 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Zillits
    5 novembre 2010 16:10

    Les medias qui louent l’ambiance imposee par les supporters visiteurs aur Parc, ca fait mal au coeur quand meme…

  • #2

    Votez
    Chris747
    6 novembre 2010 11:08

    Oui je sais que l’ambiance au Parc à en ce moment fait mal à tous les amoureux du PSG, dont je crois faire partie. J’étais au Parc jeudi, en boulogne jaune et je dois dire que voir tous ces supporters de Dortmund qui remplissaient la moitié du stade -eh oui c’est la vérité, et tous ceux qui étaient là vous le confirmeront- ça fait une drôle d’impression.
    Moi je peux vous dire c’est que ce que j’ai éprouvé ce soir là c’est du respect et de l’envie. Dortmund c’est pas la porte à côté et ils étaient au moins 10000 au Parc. je sais que la culture footballistique est différente Outre-Rhin, mais ça fait mal de le constater de visu.

    Mais là, moi le petit parisien, je me suis juste senti tout petit petit

    Respect à Dortmund
    Chapeau Les Gars

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG