Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Une refonte des systèmes des transferts ?

L’Unecatef propose un nouveau système de transferts

jeudi 13 janvier 2011, par Julien Siriex

Ce jeudi, L’Équipe dévoile une proposition que l’Unecatef devait présenter hier lors d’une réunion de la commission paritaire de la LFP, finalement reportée au début du mois de février. Le syndicat français des entraîneurs estime que les difficultés financières des clubs de football professionnel sont liées au manque d’encadrement des salaires versés aux joueurs ainsi qu’aux montants incontrôlés des indemnités de transferts et a proposé en ce sens un projet novateur.

D’après les chiffres avancés par l’UEFA cette semaine, « 733 clubs de première division des 53 pays membres accusent un déficit cumulé de 1,2 milliard d’euros, en augmentation de 85 % par rapport à 2008. » Ne jugeant pas le fair-play financier apte à corriger le tir, l’Unecatef a imaginé une réforme de grande ampleur.

Les clubs se retrouvant souvent à la merci de joueurs souhaitant sans cesse revaloriser leur contrat, sous peine de partir gratuitement à l’issue de celui-ci — ou à leurs conditions comme le revendique actuellement Sessegnon —, le syndicat français des entraîneurs propose de mettre en place un nouveau système basé sur la création du DNC, le droit de négociation au contrat, qui se substituerait aux actuelles indemnités de transfert. Le DNC ne prenant fin qu’à la retraite sportive du joueur — et non à la fin d’un contrat —, les clubs pourraient ainsi mieux gérer les diverses revendications salariales tout en ne se voyant pas menacés par une fin de contrat synonyme de perte financière sèche, selon le syndicat.

Toujours dans le quotidien sportif, l’Unecatef décrit le fonctionnement de ce droit de négociation au contrat :

Le DNC appartenant au premier club, donc au club formateur, le football français, qui a la réputation d’être le centre de formation du football européen, a tout intérêt à porter notre projet. Le DNC donne à son propriétaire la capacité d’autoriser le départ d’un joueur en cours de contrat vers un autre club et recueillir en contrepartie une indemnité. Le DNC ne disparaît pas avec l’arrivée en fin de contrat du joueur dans un club. Cependant, il n’entrave pas un départ vers un autre club. En revanche, il prive le nouveau club qui n’aurait pas acquis le DNC de la faculté de refuser un départ de ce joueur en cours de contrat. Le propriétaire du DNC peut céder ce DNC sans le consentement du joueur auquel ce bien est attaché.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

3 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    Aodren
    13 janvier 2011 17:23

    Ce qui serait encore mieux c’est que le "propriétaire du DNC (qui) peut céder ce DNC sans le consentement du joueur auquel ce bien est attaché" ait la faculté de l’attacher vraiment sous forme de boitier électronique, à la cheville du joueur. Comme ça il pourra même faire des stats et des mesures en vue de "valoriser l’actif"…

  • #2

    Votez
    stanc
    13 janvier 2011 19:47

    Je suis pas sûr d’avoir tout compris.

    En revanche, il prive le nouveau club qui n’aurait pas acquis le DNC de la faculté de refuser un départ de ce joueur en cours de contrat.

    Ça veut dire qu’un club qui n’aurait pas acquis le DNC pourrait voir un joueur partir en cours de contrat sans aucune indemnité ? À quoi servirait le contrat alors ?

    Je vois pas par quel miracle l’UEFA pourrait adopter un machin pareil…

  • #3

    Votez
    Julien Siriex
    13 janvier 2011 20:33

    Effectivement, il faut avouer que le nouveau système basé sur le DNC, tel qu’il est détaillé par l’Unecatef, n’est pas d’une limpidité extraordinaire.

    Mais le cas que tu soulèves ne se présentera à mon avis pas. Le club qui aura le joueur sous contrat rachètera automatiquement son DNC, à moins de prendre le risque que tu cites. Dès lors, une fois en position de celui-ci, le joueur gardera une valeur marchande fixe, quelle que soit la durée de son contrat restante.

    Contre-exemple : avec ce système, Kezman aurait arrêté sa carrière à 27 ans. Plus personne ne l’aurait acheté. Sa valeur marchande, fixée par ses anciennes indemnités, aurait été impayable à la vue de ses dernières performances…

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG