PSGMAG.NET est définitivement fermé depuis 2013.


 

Anciens présidents du PSG : Cayzac répond à Villeneuve

lundi 26 janvier 2009, par Vivien B.

Anciens présidents du PSG : Cayzac répond à Villeneuve

Après les propos de Villeneuve sur ses prédécesseurs, Alain Cayzac a répondu au président démissionnaire dans le JDD. Dimanche midi, il accordait une deuxième interview sur ce sujet, à So Foot.

Alain Cayzac réagit d’abord au souhait, exprimé par Villeneuve, que les anciens présidents parisiens se taisent à propos du PSG :

Ses propos m’ont paru quelque peu déplacés. Pour que les anciens présidents n’aient plus droit de cité, ce sont les actionnaires qui décident et qui sont habilités à définir de nouvelles règles le cas échéant. Personnellement, je ne suis pas administrateur — je n’en ai pas le statut — mais censeur. Censeur, cela signifie que je suis un administrateur à qui on demande son avis, qui sert éventuellement de conseil mais qui n’a pas droit de vote. Dans la culture des affaires, il est courant que les anciens patrons, les ex-présidents siègent au Conseil d’administration des entreprises. Je ne vous citerai que deux exemples qui me dépassent largement à tous les niveaux, Claude Bébéar chez Axa et Daniel Bouton à la Société Générale siègent toujours au sein de leur ancienne boîte.

L’ancien co-fondateur d’Euro RSCG dément ensuite avoir communiqué le courrier de Villeneuve à la presse :

C’est vraiment mal me connaître. Quel intérêt aurais-je à le faire ? Je démens avec la plus grande véhémence. Les gens qui me connaissent savent que j’en suis incapable.

Enfin Alain Cayzac précise le malaise qu’il ressent en se rendant au Parc des Princes depuis son départ :

Ce n’est pas du tout par rapport aux personnes en place, tout le monde a été charmant avec moi. Même le nouveau président [Villeneuve] s’est montré affable avec moi, il m’a mis complètement à l’aise. Je ne suis pas à plaindre. Non, c’est juste que j’avais l’impression d’être invité chez moi, c’est un drôle de sentiment. Ce n’est pas profond, juste une sensation fugace, c’est difficile à décrire. Il y a moins de jubilation tellement j’ai vécu de moments difficiles durant deux ans. Quand l’équipe menait deux buts à un cette saison, j’ai toujours l’impression qu’elle va se faire rejoindre au score, comme si les fantômes du passé allaient resurgir.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG