Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Le carnet du supporter, par Arno P-E

[Billet] PSG-Auxerre : le passé a-t-il de l’avenir ?

Au Parisien, ils avaient tout prévu !

mardi 26 octobre 2010, par Arno P-E

[Billet] PSG-Auxerre : le passé a-t-il de l'avenir ?

Frédéric Gouaillard écrit des articles pour le journal le Parisien. Ça n’est pas donné à tout le monde. Comment a-t-il gagné sa place au sein de cette prestigieuse rédaction ? Eh bien ce journaliste possède un don. Tout simplement. Un talent unique qui le prédestinait à la rude tâche de reporter : Frédéric Gouaillard est capable de vous prédire le passé.

Le journaliste Frédéric Gouaillard prédirait l’avenir, ça ferait longtemps qu’on l’aurait embauché à la Société Générale ou sur Bet Clic. Un talent de ce genre, il y aurait quand même moyen de se faire un peu d’argent avec. Alors que là, non, son truc c’est de prévoir les événements après qu’ils se sont finis… Et là, à part au Parisien, les débouchés sont tout de même moins nombreux. Voilà ce que cela donnait, dans l’édition du lundi 25 octobre :

Paris a rechuté hier. Franchement, on pouvait se douter que cela arriverait un jour et, encore plus, après un match de Ligue Europa. Auxerre s’est simplement montré plus réaliste et ambitieux que Rennes et Nice, venus récemment au Parc pour rapporter un simple match nul.

Quel talent ! En toute franchise, et je serais tenté de rajouter en toute modestie, Frédéric Gouaillard peut l’avouer aujourd’hui : il se doutait qu’un jour ou l’autre le PSG perdrait de nouveau ! Je dis bravo. Il faut savoir s’incliner devant ce qui vous dépasse, et là, est-ce un sixième sens ou une implacable martingale mathématique née d’un cerveau génial, dans tous les cas le journaliste du Parisien bluffe son monde. Ça n’était pas évident que Paris se ferait de nouveau battre. Un jour. Alors réussir en plus à en prédire la date exacte, et ce dès le lendemain… Grand respect !

Si ça se trouve, Frédéric Gouaillard saura nous dire après la prochaine victoire qu’il sentait confusément que, tôt ou tard, le PSG réussirait de nouveau à conquérir les trois points ? En attendant, et au cas où nous n’aurions pas bien compris, il enfonce le clou :

Non, cette fin de série, après huit matches sans défaite, n’a rien de surprenant.

Alors OK, il a deviné tout ça après coup, mais bon, on ne va pas non plus briser ses rêves. Il semble si content de nous expliquer qu’il parvient à deviner le résultat des matches après leur fin, ça lui fait tellement plaisir… D’autant que dans le reste de l’article, le reporter déploie de nouveau des trésors d’audace dans ses analyses de fond.

Le remplacement de Hoarau par Sessegnon et le repositionnement de Nenê en attaque à l’heure de jeu ont en effet rendu cohérence et allant au jeu parisien. Le PSG aurait même pu ambitionner le nul — et peut-être mieux encore —, si Erding et Sessegnon étaient parvenus à transformer leurs occasions.

Quelle prise de risque ! À part le sang-froid offert par ses dons de devin à rebours, comment expliquer que Frédéric Gouaillard puisse avoir l’inconscience de s’engager sur des thèses aussi ambitieuses ? Il nous soutient tout de même qu’alors qu’il était mené d’un seul but en fin de match, si seulement le PSG avait marqué alors il aurait pu espérer le match nul ! Le truc de fou.

C’est là qu’on se dit que la presse écrite a encore un bel avenir devant elle : comment remplacer cette aura de compétence ? Non, derrière les prédictions du passé, il y a plus que du travail, plus qu’une exigeante formation. Il y a du génie. En salle de rédaction, ça doit envoyer du lourd… Parce qu’entre le petit dernier qui cherche à gagner sa place, Fred Gouaillard, le numéro un toujours obligé de remettre son statut en jeu, Arnaud Hermant, et l’éternel outsider, Christophe Bérard, l’émulation doit tourner à plein…

— Frédéric Gouaillard : Alors là, je vous l’avais bien dit. Le PSG allait bien finir par perdre un match, un jour. — Arnaud Hermant : Attends bonhomme, tu te calmes, moi ça fait des années que je suis persuadé que ça va être la crise au PSG, donc tu restes à ta place ! — Christophe Bérard : Ouais : le talent de devineur du passé, t’es pas le seul à l’avoir. Regarde, moi, j’avais déjà mis un 3,5 à Tiéné après le match nul à Dortmund. Tiéné avait pas été mis en danger de la partie, mais je me doutais bien qu’un jour, le PSG allait encaisser de nouveau des buts ! Alors ? — Frédéric Gouaillard : N’empêche que je reste persuadé que si dimanche soir le PSG avait marqué plus de buts, il aurait peut-être obtenu le point du match nul. Voire gagné la rencontre ! — Arnaud Hermant : Pfff… Tu la ramèneras moins quand tu liras mon prochain dossier. J’y explique que si les Parisiens perdent contre Lyon en coupe de la Ligue, eh bien ils seront purement et simplement éliminés de cette compétition ! — Christophe Bérard (admiratif) : Oh… — Frédéric Gouaillard : Ah bon ? Et t’es sûr de ce que tu avances ? Parce que ça me semble un peu gros quand même. — Arnaud Hermant : On verra ce qu’on verra. J’ai mes sources ! — Christophe Bérard : En attendant, quand je sortirai mon article qui dévoile que les joueurs du PSG gagnent plein d’argent, ça va vous calmer. — Frédéric Gouaillard : Tout ça ne vaudra jamais le papier que je sors la prochaine fois qu’un joueur se blesse : je dirai — attention les yeux — qu’en fait il ne fallait pas le faire jouer ! — Christophe Bérard : Sauf que les joueurs du PSG, ils gagnent encore plus avec leurs primes ! Qui c’est qui est boulé là ? — Arnaud Hermant : De toutes manières ça ne m’empêchera pas d’écrire que si Paris perd tous les matches du mois de novembre, alors ce sera la crise ! — Laurent Perrin : Les gars, vous pourriez faire moins de bruit ? J’ai une interview de l’avocat de Rothen à boucler moi. Une exclu de fou : il dévoile que si Kombouaré persiste à ne plus le faire jouer, alors Rothen refusera de porter le maillot du PSG tant que le Kanak sera encore entraîneur à Paris !

Quand même, ils ont une de ces exigences de résultats dans ces journaux. Les joueurs du PSG, ils peuvent passer au travers et se rattraper au match suivant. Au Parisien, non : l’excellence, toujours l’excellence… Dur métier.

P.-S.

Crédit illustration : ozap.com

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

13 votes
Votez

8 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1
    8 votes
    Votez
    Dav
    26 octobre 2010 11:00

    Mouais. Autant j’suis d’accord habituellement sur les analyses "d’articles" de presse que vous démontez ligne par ligne avec talent, autant sur celui-ci…. j’ai du mal à comprendre.

    Qu’est ce qu’on reproche au journaliste exactement ? De décrire quelques chose qu’on savait tous possible et meme probable. Vous l’avez vous meme écrit dans un article récent : les matchs post league europa sont difficiles. Ce mec ne fait que dire ce que vous avez répété depuis longtemps.

    Alors oui, il le fait le lendemain du match, mais perso j’y vois rien de ridicule….. Il est aussi la pour expliquer ce qu’il s’est passé la veille à celles et ceux qui n’ont pas vu le match. Non ? En quoi ca ne fait pas partie de son taf ? Vous vouliez qu’il dise quoi exactement ?

    Bref, continuez le boulot. C’est vraiment un bon site, mais je pense qu’il faut faire attention à ne pas trop en faire.

  • #2

    Votez
    Paul
    26 octobre 2010 11:11

    Ah, nos amis du Parisien !!

    Je me suis toujours demandé si ses journalistes étaient pro-PSG ou non. Car après certaines victoires, on sent parfois des pointes de joie et d’enthousiasme dans leurs écrits, bien plus que ce que l’on peut lire dans l’Equipe par exemple.

    Malgré tout, on peut aussi se demander si la déstabilisation qu’ils opèrent parfois (ex de la taupe) est faite dans le but de nuire purement et simplement ou bien de vendre du papier…

    En tous cas, comme vous le précisez régulièrement, même si on rigole du Parisien, il reste le journal le mieux renseigné sur le PSG, la preuve, ils peuvent même prédire la passé !!
    En fait, c’est bien connu, qui aime bien chatie bien ;) !

  • #3
    7 votes
    Votez
    Arno P-E
    26 octobre 2010 11:12

    Je lui reproche de nous abreuver de poncifs. Ca, on ne peut pas lui reprocher de décrire autre chose que des événements probables : il parle de ce qui s’est déjà passé et nous explique que c’était sûr que ça se passerait comme ça. La prise de risque est pas énorme, et mon petit cousin aurait pu écrire le même article sur son blog "bogoss-du-psg.fr"…

    Je crois pas être très méchant dans cet article, et la conclusion est là pour expliquer mon point de vue : je trouve juste que Gouaillard est très, très moyen sur cet article là. On dirait qu’il a paraphrasé une dépêche AFP. C’est creux, il n’y a rien dedans. Alors venant de gars qui se permettent de noter les joueurs, qui ne leur laissent pas passer grand chose, je trouve ça dommage.

    Rien de plus, et surtout rien de perso : j’ai jamais rencontré Gouaillard.

  • #4

    Votez
    Charles
    26 octobre 2010 11:14

    Très bon, surtout le "oh" admiratif lors de l’échange des 3 compères…

    Allez, avoue Arno, tu y étais à table avec eux !!!

  • #5

    Votez
    Arno P-E
    26 octobre 2010 11:19

    Non, mais j’aimerais bien avoir été à la même table qu’exu : je suis sûr que la cantine du Parisien est très bonne !

    PS : n’empêche que si ça se trouve Hermant a raison et en cas de défaite à Gerland, on serait éliminés :-O ?!?

  • #6
    6 votes
    Votez
    Dav
    26 octobre 2010 11:44

    Ai-je dis que tu es méchant ?!
    Ton article… je sais pas comment expliquer ça. Il me donne l’impression que tu dois faire un truc chaque semaine et que cette fois t’avais pas vraiment matière donc t’as pris celui là un peu au pif. Je trouve qu’il n’y a pas autant d’âneries que dans les travaux de ses confrères. Et c’est la mon propos : des fois, il vaut mieux ne rien écrire plutôt que casser un article pas si mauvais.

    Je ne vois pas un passage où il dit qu’il en était sûr. Je lis "on pouvait se douter que". Pour moi ça fait une petite différence. Je préfère lire un texte comme celui ci où il explique, certes brièvement (Gouaillard aurait simplement dù pousser un peu plus loin son analyse), que Paris a perdu après un match en pleine semaine mais ça parait somme toute assez logique au vu des résultats précédents, plutôt qu’un énième "c’est la crise à paris, de toute façons on le savait c’est toujours comme ça en novembre".

  • #7

    Votez
    Paul
    26 octobre 2010 11:45

    2 défaites d’affilée… ça ne sentirait pas un peu la crise cette histoire ??? La crise du groupe s’ajouterait ainsi aux crises personnelles que traversent Hoarau et Erding, en plus de la crise budgétaire du club avec le salaire d’un Kezman en crise, tout en ayant encore à régler la crise avec l’OM pour le problème des supporters…

    Beaucoup de papiers à écrire en tous cas, permettant de dépoussièrer le fameux "lexique de la crise" ;)

  • #8

    Votez
    blubus
    26 octobre 2010 17:40

    Assez d’accord avec Dav (même s’il est vrai que Gouaillard était pas très inspiré)
    Mais bon, vu la qualité des articles sur ce site (en particulier les billets d’Arno) on peut difficilement se plaindre. Donc continue comme ça s’il te plait, de toute façon c’est impossible de pondre chaque semaine un billet aussi magique que celui sur l’OGC Nice.

    PS : par contre le titre est bien trouvé

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG