Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

PSG-OM : L’Équipe découvre le PC sécurité du Parc

jeudi 25 février 2010, par Vivien B.

Jeudi, à trois jours du match PSG-OM, L’Équipe propose un reportage sur un sujet très original en cette période de l’année : la sécurité du Parc des Princes.

Le Parc des Princes, c’est Bagdad

Comme chaque année, le match PSG-OM est l’occasion de faire le point sur la sécurité au Parc des Princes. Pendant que Direct8 rediffuse pour la 154e fois en moins d’un an son enquête inédite sur les coulisses de PSG-OM, et deux jours après les premiers papiers du Parisien sur le sujet, le quotidien sportif raconte les coulisses du match… PSG-Lorient (samedi 6 février). Cette enquête « L’Équipe découverte » est ainsi l’occasion d’apprendre que ce match a vu un « affrontement entre environ deux cents ultras d’Auteuil déchaînés et une soixantaine de stadiers suréquipés  ».

Faites-vous votre propre idée grâce à nos images, filmées depuis la tribune Boulogne :

La sécurité au Parc des Princes

L’Équipe décrit également le fonctionnement du PC sécurité. L’occasion de percevoir — entre les lignes — les efforts du PSG dans ce domaine :

Dans le jargon, on l’appelle la bulle. En référence à ses vitres teintées, à sa forme en demi-soucoupe volante et à sa localisation, à gauche de la tribune Boulogne, en léger surplomb de la pelouse du Parc des Princes. La bulle, c’est le PC de sécurité du PSG, le centre névralgique où se prennent, en temps réel, toutes les décisions relatives à la sécurisation des matches du club parisien. […]

« En termes de sécurité, [PSG-OM] c’est le match de l’année, celui qui sollicite le plus nos services de police à cause de la rivalité entre les deux clubs, assure Éric Belleut, sous-directeur de la DOPC (direction de l’ordre public et de la circulation) et responsable des opérations de maintien de l’ordre sur ce match. Entre 1 200 et 1 500 policiers, gendarmes et CRS seront mobilisés pour ce match, c’est trois à quatre fois plus que pour un match normal. » […]

Dimanche, à 21 heures, heure du coup d’envoi, Éric Belleut s’assiéra sur son siège, au centre de la bulle. Face au terrain, des jumelles et un talkie-walkie à portée demain, le regard braqué sur les écrans de contrôle installés devant lui et dans son dos. Avec 149 caméras disséminées dans tout le stade, plus celles fixées à l’extérieur, le dispositif de surveillance du Parc est unique en France. Rien n’échappe, ou presque, aux différents organes chargés de la sécurisation du Parc et de ses alentours. Quels sont-ils ? Les forces de police chargées du maintien de l’ordre sur la voie publique (gendarmes, CRS, gardes montées…). Plus les ressources chargées de la sécurité dans l’enceinte du stade : les policiers du Sarij, avec leur commissariat installé sous la bulle, les RG, et pour l’essentiel les stewards et membres de la sécurité du PSG (600 personnes environ). Leur travail est coordonné depuis la bulle par un ancien supporter parisien, aujourd’hui bras droit de Jean-Philippe d’Hallivillée, responsable de la sécurité du PSG.

Mardi, le Parisien estimait que la facture de police, qui est prise en charge par le PSG, devrait osciller entre 120 000 € et 150 000 €, soit « trois fois plus que d’habitude ». Le quotidien estimait par ailleurs que le club parisien envisageait de débourser entre 110 000 € et 130 000 € pour son propre personnel (stadiers, contrôleurs et palpeurs) : 700 personnes, soit « 150 hommes de plus que d’ordinaire, dont 300 stadiers chargés de veiller au comportement des supporteurs ».

Le PC sécurité, vu par L’Équipe

Antenne du Sarij : trois policiers observent, à vitesse réelle, les images des tribunes, à la recherche d’un flagrant délit d’infractions pénales (fumigènes, ébriété, signes nazis, cris de singes).

Un vice-procureur du TGI : prévu par le CLS. Il intervient pour les procédures judiciaires (comparution immédiate, rappel à la loi) en cas d’infractions.

Le poste de commandement de la DOPC : à partir d’images de l’extérieur du Parc, des caméras sont installées dans les rues adjacentes, le responsable commande ses forces en fonction des événements (bagarres, attroupements).

Le mur d’écrans et les manipulateurs : 149 caméras et 3 manipulateurs qui, joysticks en main, zooment sur les écrans où des incidents surviennent. Leur chef, le coordinateur du PSG, est en relation par oreillettes avec les stadiers.

Glossaire

DOPC : direction de l’ordre public et de la circulation (police nationale). Assure le maintien de l’ordre à l’extérieur de l’enceinte du stade. — CLS : le contrat local de sécurité, signé en 2004 entre le PSG, la mairie de Paris et la préfecture de police, compile les obligations de chacun des acteurs pour assurer la sécurité autour des matches du PSG. — RG : renseignements généraux. Ils sont chargés de remonter de l’info vers le SARIJ et le tribunal de grande instance de Paris. — Sarij : service d’accueil, de recherche et d’investigation judiciaires, rattaché au commissariat du XVIe arrondissement de Paris.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG