Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Soyez tranquilles, l’Élysée veille sur le PSG

Idée reçue n°16 : le PSG est protégé (1/7)

Le pouvoir étant centralisé à Paris, il y a sans doute anguille sous roche…

lundi 16 mars 2009, par Vivien B.

Idée reçue n°16 : le PSG est protégé (1/7)

Évoquez en province une quelconque décision impliquant le PSG et une instance de pouvoir — qu’il soit médiatique, politique ou footballistique —, vous entendrez rapidement parler de la protection dont bénéficierait le club de la capitale (cf. Nicolas Dieuze en mai dernier). En matière de sanctions disciplinaires prononcées par la LFP ou la FFF, c’est pourtant souvent le contraire : le Paris SG sert de laboratoire de sanctions. Les tirages de maillot dans la surface ? Seul Mario Yépès est sanctionné. Les simulations ? Seul Fabrice Fiorèse. Les démêlés des entraîneurs avec les arbitres ? Luis Fernandez. Les exemples foisonnent, nous en avons choisi quelques uns.

De Frau à Yépès en passant par Pichot ou Yépès — eh oui, encore —, les joueurs du PSG font l’objet d’une attention toute particulière.

Le PSG est protégé par… l’Élysée !

Il y a quelques semaines au Parc des Princes, Nicolas Sarkozy assistait au seizième de finale de la coupe UEFA opposant le PSG au VfL Wolfsburg. Après le match, le président de la République, supporter affirmé du Paris SG de longue date, a brièvement commenté les résultats du club parisien : « Le PSG est deuxième du championnat, ses résultats sur la scène européenne sont bons, ce n’est que du bonheur. » Un non-événement qui poussera tout de même « la rédaction sport » du site 20minutes.fr, le troisième site de presse en France, à publier un article intitulé « Les liaisons dangereuses de Sarkozy avec le PSG ». Le danger en question ? La protection dont pourrait bénéficier le club de la capitale. « Le président de la République ne cache pas son amour du club de la capitale et sa proximité avec son président… », annonce d’emblée le site du quotidien le plus lu en France. Adeptes des théories du complot, bienvenue !

Alain Cayzac raconte comment Nicolas Sarkozy l’a discrètement soutenu, d’abord en tant que ministre de l’Intérieur, lors de la mort d’un supporter tué par un policier, puis comme président de la République. « Même si, évidemment, c’était un soutien discret. »
Ce que ne précise pas l’article, c’est qu’il s’agit d’un soutien « moral », et rien d’autre. Alain Cayzac pouvait donc compter sur les bonnes ondes de Nicolas Sarkozy. La belle affaire…
Dernier épisode en date, Aujourd’hui Sport révèle que la fille de [Sébastien Bazin] faisait partie des enfants pris en otage par Human Bomb à Neuilly en 1993, et Nicolas Sarkozy s’était impliqué dans la négociation pour sa libération. Et même si personne ne s’est encore plaint de cette proximité, elle agace certains acteurs du foot qui parlent à mots couverts de « club protégé ». Une accusation démentie par ailleurs par Alain Cayzac.

[Débat du jour :] Et vous qu’en pensez-vous ? Le PSG est-il protégé ? Sarkozy peut-il vraiment aider le PSG ?

Mais c’est bien sûr ! Si le PSG devance Bordeaux à la troisième place de L1, c’est dû à la protection de Nicolas Sarkozy ! Une fois prévenu, tout s’explique clairement : Mandanda relâche un énième ballon ? Les tireurs du GIGN l’ont ébloui avec leur viseur laser, pas de souci ! Gourcuff semble fatigué et refuse de courir en slip après les matches ? C’était Roselyne Bachelot, ministre de la santé et âme damnée du président, qui lui a glissé quelques cachets de Tranxène dans ses Chocapic. La blessure de Niang ? Un trou de taupe nuitamment creusé dans la pelouse du Vélodrome par les soldats du Génie pour qu’il se brise le pied. Laurent Blanc fait jouer une équipe bis à Galatasaray ? Bien forcé : Kouchner, sous la menace, avait retenu les passeports des titulaires bordelais. La venue de Brandao à Marseille ? Brice Hortefeux qui remplace le véritable buteur brésilien par un immigré kurde trouvé la nuit d’avant à Calais, bien sûr. Tout s’explique on vous dit ! Car Sarkozy, l’omni-président, contrôle jusqu’aux derniers détails de la L1. Inutile de vous demander pourquoi Paris a perdu à Rodez : c’est Sarkozy qui a arrangé tout ça ma bonne dame, afin que les joueurs du PSG ne se fatiguent pas trop. Protégés par décret présidentiel qu’on vous dit.

Certains lecteurs de 20minutes.fr ne se font d’ailleurs pas prier pour tomber dans le panneau, répondant avec une malice de diplodocus en quête de régime amincissant : « C’est sûr ils n’ont pas du tout été protégés et surtout n’ont pas été aidés par l’arbitrage pour éviter la relégation !! », divague caledodream. saps-valere trouve encore mieux : « Ça ne m’étonne pas que le PSG n’ait pas été puni pour l’histoire de la banderole anti-Ch’tis. » Ces commentaires côtoient fort heureusement des jugements plus raisonnés, rappelant au site du journal gratuit la vacuité de son « information ».

Les jurisprudences PSG

Cet article illustre toutefois l’un des fantasmes entourant le Paris Saint-Germain, celui d’un club protégé — par les arbitres, les médias, les instances dirigeantes du football français voire le monde politique [1]. Des soubresauts des années 1970 aux derniers faits divers — avec la banderole en point d’orgue —, les contre-exemples sont pourtant nombreux dans l’histoire du club francilien. Nous nous sommes intéressés aux jurisprudences PSG, ces sanctions exemplaires prononcées à l’encontre du club parisien en guise de preuve d’une sévérité nouvelle, mais qui ne seront jamais suivies de leurs petites sœurs.

Notes

[1] Les Chinois du FBI ne seraient pas impliqués, mais cela reste à vérifier.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message


Votez

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG