Pour prolonger les discussions entamées dans les commentaires des articles...

Découvrez les forums de PSGMAG.NET


 

Commentaires de la presse après Sochaux 1-1 Paris SG

Leçon de journalisme avec le Parisien

Comment remplir deux colonnes quand on n’a rien à dire ?

mardi 26 août 2008, par Arno P-E

Leçon de journalisme avec le Parisien

Nous sommes le samedi 23 août. La nuit tombe lentement sur le stade Bonal. Comme toute personne saine d’esprit, Dominique Sévérac n’a qu’une envie : partir. Si possible rapidement. Et loin. Bah oui, Bonal c’est à Sochaux quand même ! Seulement voilà, pas de chance, il lui faut terminer son article pour l’édition du lendemain matin. Et voilà comment on se retrouve bloqué en tribune de presse, en pleine zone industrielle, à attendre que votre muse daigne se pointer.

Le curseur clignote en haut de la page vide. Dominique lui trouve un air narquois. Les minutes défilent, l’article dix fois commencé et abandonné compte pour le moment pas moins de zéro caractère. L’envoyé spécial se sent envahi par le doute : sur les trois mille qu’on lui a demandés de livrer, et malgré sa nature bonhomme, zéro caractère il se dit que pour le moment ça fait pas beaucoup.

Vous vous êtes toujours demandé comment un journaliste pouvait s’en sortir quand il n’avait strictement aucune inspiration ? Le 24 août au matin, les lecteurs du Parisien découvraient la réponse.

Leçon n°1 : faire des phrases

Le conseil semble tenir de la lapalissade, et pourtant il a sauvé plus d’une carrière : en cas d’angoisse de la feuille vide, la première chose à tenter, c’est de faire des phrases. Longues, si possible. Parce que bon, trois mille signes, ça ne s’obtient pas comme ça. Même si on se répète, si ce que l’on n’écrit ne présente aucun intérêt, pas grave. Du moment qu’on écrit ! Après tout, ne dit-on pas que même le plus long des voyages commence par un premier pas ?

Au coup d’envoi, les supporteurs parisiens ont déployé une banderole écrite dans l’urgence en hommage à leurs homologues marseillais décédés dans un accident de bus près de Fontainebleau avec ce message simple : « La vie humaine plus forte que la haine. » Après, ils ont supporté leur équipe. Et ce qu’ils ont vu n’a pas dû complètement les rassurer. Ni dû vraiment les inquiéter.

Voilà. Parfois cela ne tient pas à grand-chose, mais le métier est là. Dans ce fumeux « ni rassurés, ni inquiets ». En gros, je n’ai rien à dire et je le montre, mais hop, une ligne de gagnée. Le célèbre coup du j’avance d’un pas et puis je recule comment veux-tu, comment veux-tu que je t’enthousiasme… Remarquablement exécuté. Splendide.

Dans cette situation, le novice tente parfois de faire le pas de trop, du genre : « ce qu’ils ont vu n’a pas dû complètement les rassurer. Ni dû vraiment les inquiéter. Mais un petit peu quand même…  », histoire d’enfoncer le clou. Mais là, non : dans un article de Sévérac, même dans un mauvais jour le tirage à la ligne passe inaperçu (bon… ou presque). La marque des grands. Dominique Sévérac est d’ailleurs un expert en ce domaine.

Autre classique du discours à rallonge, le collage d’adverbes inutiles. C’est bien ça, les adverbes. Ca prend de la place, et si on les positionne comme il faut, ça donne un petit côté stylé au texte, Sévérac vous le recommande :

Pour l’instant, le bilan ressemble à celui d’une équipe parfaitement moyenne : une défaite, une victoire, un nul.

Et voilà le travail ! L’équipe n’est pas moyenne, elle est parfaitement, voire indubitablement ou même complètement moyenne. Certes, cela ne sert à rien, mais ça fait douze lettres, plus une espace derrière. Treize caractères de gagnés, plus que deux mille neuf cent quatre-vingt-sept à faire. On tient le bon bout !

Toujours dans la veine discours stérile, Dominique Sévérac passe à l’étape suivante : j’enfonce des portes ouvertes.

Mais une confirmation pointe dès la troisième rencontre du PSG cette saison : sans l’apport de ses recrues, cette équipe reviendra à l’ordinaire de ses mornes saisons.

Ca c’est du journalisme d’investigation ! Oui Dominique Sévérac ose le dire : sans ses nouveaux joueurs, le Paris Saint-Germain jouerait limite aussi mal que l’an dernier. Tout pareil qu’avant l’arrivée de ces fameuses recrues…

Wahou ! Sacrée révélation. S’il était privé de ses nouveaux joueurs, Paris jouerait comme s’ils n’étaient pas là. Troublante vérité qui méritait d’être portée au grand jour. Il va nous falloir du temps pour nous en remettre.

Leçon n°2 : ne rien jeter

Deuxième loi du galérien de la presse sportive : surtout, ne rien jeter. Les perfectionnistes ont trop souvent tendance à se corriger, à revenir en arrière effacer des passages entiers de leur travail. Quelle futile perte de temps ! Un journaliste expérimenté comme Sévérac sait que chaque bout de phrase a de la valeur. Alors bien sûr, parfois ça ne colle pas vraiment… Mais après tout, qui s’en soucie ? Un exemple d’habile transition passée quasi inaperçue :

Car c’est à l’instant où Giuly s’est décidé à jouer, à se montrer, à fixer les défenseurs sochaliens que le PSG est revenu dans une partie qu’il a bêtement laissé échapper au début de la seconde période. Un penalty peu évident pour les locaux, qui témoignaient alors d’un bon retour sur le terrain après la pause.

Mais c’est vrai à la fin : ils sont bêtes ou quoi ces Parisiens d’encaisser des buts sur des penalties ? Bon là en l’occurrence à part Fredy Fautrel tout le monde a vu que le penalty n’était pas valable, mais tout de même : si c’est pas ballot de laisser bêtement échapper des parties comme ça, sur des erreurs arbitrales ! A croire qu’ils le font exprès de se faire voler les joueurs du PSG… Heureusement que Dominique est là pour le leur faire remarquer.

Pour continuer sur la loi 2, aussi appelée loi du développement durable, Dominique donne ensuite dans le recyclage. Ici, il utilise une vieille interview langue de bois. Le coach ne dit strictement rien d’intéressant ? Certains auraient jeté leurs feuillets couverts de notes. Mais pas notre journaliste. Concerné par la sauvegarde de la planète, et son souci de quitter Bonal au plus vite, Sévérac recopie tout de même les propos de l’entraîneur. En intégralité. Au cas où… (et hop, trois lignes de moins à faire)

« En deuxième mi-temps, ils se sont montrés plus offensifs, ont eu des occasions, confirme Paul Le Guen en parlant des adversaires. On aurait pu gagner, perdre aussi. On a montré plus de choses dans le jeu mais on a été plus fragiles défensivement. C’est à considérer. »

Quoi ? On aurait pu gagner, perdre aussi ? Faute ! Non mais faute là ! Vous avez vu ça ? Une honte ! Si Paul Le Guen se met à piquer les trucs des journalistes et à donner dans le comment veux-tu, comment veux-tu que je t’enthousiasme, où va le monde ?

Il faut protéger la liberté de la presse et des journalistes, lutter contre ceux qui leur coupent l’herbe sous le pied en éventant toutes leurs ruses ! On comprend que Le Guen n’ait pas la cote auprès des médias.

Leçon n°3 : le donnage de leçon

Le donnage de leçon a un côté pratique. D’abord ça prend de la place, et c’est peut-être un détail pour vous, mais pour un gars qui doit se taper cinq cents bornes d’autoroute avant de retrouver la civilisation ça veut dire beaucoup. Et ensuite, ça soulage.

Mais une autre carence du PSG a davantage sauté aux yeux : sa manière d’aborder la rencontre. Devant un Sochaux fragilisé par ses deux défaites en autant de journées, Makelele et ses coéquipiers auraient dû immédiatement afficher leur volonté de maîtriser la partie, dans un mélange d’agressivité et de contrôle. Mais ce n’est pas le visage qu’ils ont offert. Ils ont attendu d’être menés pour afficher ces caractéristiques.

Non mais qu’est-ce qu’il fait Le Guen avant les rencontres ? On pourrait expliquer aux supporters parisiens pourquoi on le paye au juste celui-là ? La solution était pourtant simple : pour gagner, il suffisait d’afficher immédiatement tout un tas de volonté de maîtriser la partie, dans un mélange d’agressivité et puis de contrôle. Alors ! S’il y a un souci, il n’y a qu’à demander à Sévérac : il sait lui.

L’autre possibilité de donnage de leçon, c’est l’explication par l’exemple d’un truc que tout le monde avait déjà compris depuis… bah depuis toujours. Comme dans cet extrait, déjà cité plus haut :

Car c’est à l’instant où Giuly s’est décidé à jouer, à se montrer, à fixer les défenseurs sochaliens que le PSG est revenu dans une partie qu’il a bêtement laissé échapper au début de la seconde période.

OK… Donc finalement, c’est pile au moment ou notre meneur de jeu a commencé à bien jouer que son équipe a commencé à être dangereuse. Étonnant, non ?

Dominique Sévérac, tout le monde l’aime bien au Paris Saint-Germain. Parce que c’est un peu le Jamy Gourmaud du football : quand il explique, on comprend tout. Avouez que là, la démonstration brille par sa limpidité : quand les attaquants attaquent bien, l’équipe a plus de chances de marquer. Bravo. Et vivement la semaine prochaine, et le cours sur « quand les défenseurs défendent mal, on risque d’encaisser des buts », que l’on enrichisse enfin notre culture tactique.

Voilà aussi pourquoi se sacrifient les journalistes sportifs, perdus dans la tribune d’un stade jouxtant un vieil entrepôt : pour informer, pour faire passer ce qu’ils ont eu la chance de voir, d’apprendre. Quand on lit le Parisien le lendemain du match, c’est grâce au labeur de professionnels comme Dominique Sévérac. C’est grâce à eux que l’on peut se dire qu’au bout du compte, c’est simple le football. Des attaquants qui attaquent, des matches ni rassurants ni inquiétants, un peu de volonté de maîtriser la partie et hop, dans la poche les trois points. A se demander pourquoi il n’y a pas davantage de journalistes qui réussissent quand ils reprennent des clubs.

Cet article vous a intéressé ? Notez-le, partagez-le...

Envoyez un mail aux auteurs de cet article

Envoyer un message

13 votes
Votez

6 commentaires ont déjà été postés par nos lecteurs

  • #1

    Votez
    commentateur anonyme
    26 août 2008 17:04

    Ahahahaa, bravo pour cette belle démonstration d’empathie journalistique. C’était délicieux. Comme toujours. L’intro touche au sublime. :D

  • #2

    Votez
    Arno P-E
    26 août 2008 18:26

    Merci à toi admirateur inconnu. Et vive Sochaux ! Clin d'oeil

  • #3

    Votez
    JB
    27 août 2008 08:22

    Cumul de mandats et clientèlisme ?

    Merci une fois de plus Arno de nous régaler avec une telle chronique Sourire

    A lire toute ces conneries, j’en arrive a me demander si derrière les Jerome TouBoul, Guy Carlier et autre Dominique Sévérac ne se cache en fait pas une seule et même personne qui, selon "le client", fera du "caractère", de l’information fantaisiste et surtout contredite d’un jour a l’autre, ou encore du deversage de fiel tout en prétendant aimer le PSG….

    JB

  • #4

    Votez
    Arno P-E
    27 août 2008 13:23

    Merci JB…

    Mais (malheureusement ?) je me dois d’infirmer ta théorie : non, Carlier-Touboul et Sévérac ne forment qu’un seul et même individu.

    Quelque part ça rassurerait, après tout un accident est toujurs possible, mais non, ils sont bel et bien trois à s’occuper si gentiment de nous… Et on a donc trois fois plus de chances de les croiser un jour dans une ruelle sombre.

    Brrr…

  • #5

    Votez
    Moi
    4 septembre 2009 18:11

    Dominique Severac a TOUJOURS donné des leçons…déjà à l’Humanité où il sévissait avant il donnait des leçons à tout le monde. C’est un sacré opportuniste…

  • #6

    Votez
    commentateur anonyme
    9 août 2011 14:09

    Bravo, j’ai failli renverser une biere sur le PC en lisant cela… avec 2 ans de retards grace aux Cdf !

Postez vos commentaires en réaction à cet article

Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Contactez-nous | Partenaires | Plan du site | Archives |  RSS 2.0 (plus d'infos) | Forum PSG | Boutique PSG